Les ordonnances, une redoutable arme anti-start-up

Officiellement, Emmanuel Macron est le candidat des entrepreneurs. Dans la pratique, les ordonnances devraient pourtant pénaliser le développement des jeunes pousses et favoriser celles qui bénéficient d’un accès au capital.

Partager sur:
Sauvegarder cet article
Aimer cet article 0
walter P22 armes credits Anas Ahmad (licence creative commons)

Promouvoir la liberté n’est pas gratuit

Mais cela peut aider à réduire vos impôts de 66%

Faites un don dès maintenant

Faire un don

Les ordonnances, une redoutable arme anti-start-up

Publié le 17 juin 2017
- A +

Par Éric Verhaeghe.

Que faut-il pour qu’une start-up survive ? Un produit, un marché, une équipe, dit-on. Et surtout beaucoup d’huile de coude. C’est-à-dire une flexibilité forte dans les horaires de travail. C’est précisément ce point qui sera au cœur des ordonnances.

Combien coûte l’heure de travail dans les start-up ?

Selon le Code du travail et les accords de branche, une start-up est obligée de recruter ses salariés aux 35 heures. Pour bénéficier d’une organisation flexible, il faut passer aux forfait jours.

Or, la réglementation applicable aux forfait jours dans les start-up est extrêmement rigide. Elle dépend essentiellement de l’accord en vigueur dans les bureaux d’études techniques, branche à laquelle les start-up se rattachent d’habitude. Et, dans cette branche, le forfait-jour est réservé aux managers gagnant au moins 4.100 euros bruts, soit un salaire très supérieur aux possibilités des jeunes pousses.

L’enjeu des ordonnances pour les start-up

Pour les start-up, il est donc vital que les ordonnances « démontent » le verrouillage de compétitivité qui existe. Dans le grand dossier de l’articulation entre accord de branche et accord d’entreprise, la possibilité offerte aux très petites entreprises de négocier un accord de forfait-jour est évidemment essentielle.

Il est vital pour une start-up que le gouvernement autorise la négociation d’un accord forfait-jour dès le premier salarié.

Si tel ne devait pas être le cas, l’impossibilité pour les start-up d’être flexibles a une conséquence simple. Seules les start-up capitalisées par des fonds peuvent disposer des moyens nécessaires pour se développer. Ce qui se joue est donc de savoir si le gouvernement veut des start-up portées par des entrepreneurs, ou s’il veut contraindre les entreprises d’innovation à s’adosser à des financiers qui en tireront le maximum de profit.

L’affaire prend mauvaise tournure

Les mouvements patronaux qui vivent des accords de branche multiplient en ce moment les manœuvres pour empêcher que les start-up puissent négocier leurs accords et bénéficier du maximum de flexibilité par accord d’entreprise. Elles font le pied de grue devant le bureau du Premier ministre pour le convaincre de ne pas concéder aux start-up le droit de négocier des accords dérogatoires à l’accord de branche.

Il serait évidemment très fâcheux que le gouvernement cède à cette pression. La flexibilité ne doit pas exclure les entreprises de moins de 11 salariés.

Quelle solution ?

La solution consiste bien entendu à autoriser les entreprises de moins de 11 salariés à négocier des accords collectifs, sous le contrôle des branches qui disposeraient d’une commission de validation. Au besoin, ces accords pourraient être négociés par des salariés mandatés par une organisation syndicale.

Source : baromètre AFUP

Sur le web

Voir les commentaires (3)

Laisser un commentaire

Créer un compte Tous les commentaires (3)
  • Dans « que faut-il pour qu’une sart up survive », vous oubliez sinon l’essentiel, du moins l’un des composantes essentielles: le capital.
    Pour le temps de travail, si au début, les acteurs sont sufisamment passionnés et si, de surcroît, comme c’est souvent le cas, ils ont des parts de l’entreprise, on se fout du Code et on bosse 65 heures par semaine, voire plus, sans que cela gêne qui que ce soit.
    En revanche, ce qui manque souvent le plus, c’est l’argent.

  • Le titre est trompeur. Il n’est pas en adéquation avec l’article. Primo, il semble que la décision du gouvernement n’a pas encore été prise. Secundo, le reproche que l’on pourra faire au gouvernement (si le gouvernement décide de rien faire) c’est de ne pas réformer. Or à entendre le titre on a l’impression que c’est le contenu des ordonnances qui pénalisent les start ups.

  • La meilleure solution c’est de carrément supprimer les 35heures et que le gouvernement laisse la liberté aux entreprises de choisir le nombre d’heures de travail. Le gouvernement impose juste une durée maximum de travail genre 45 heures (avec possibilité d’y déroger).
    Le mieux c’est de carrément changer le système au lieu de vouloir juste le réformer. Le problème c’est qu’en France, on pense que c’est aux technocrates d’imposer uniformément les règles de travail à tout le monde. Comme si la situation ne changeait pas d’un secteur à l’autre. Quand aux syndicats français, ils sont bien trop politisés et sectaires pour être des interlocuteurs crédibles. Les syndicats sont idéologisés. Ils sont d’extrême gauche. Le pire c’est qu’à part eux-mêmes ils représentent personne. Il faudrait supprimer tout financement public des syndicats et sévir contre leurs magouilles. Si l’argent des syndicats venaient de leurs adhérents, ils seraient obligés d’évoluer de devenir moins sectaire et de réellement défendre les travailleurs pour vivre. Aujourd’hui ils défendent juste leur idéologie marxiste et leurs privilèges

  • Les commentaires sont fermés.

Promouvoir la liberté n’est pas gratuit

Mais cela peut aider à réduire vos impôts de 66%

Faites un don dès maintenant

Faire un don

À la suite de la réforme de la Constitution française de juillet 2008, des circonscriptions législatives sont créées à l'étranger pour permettre aux Français établis hors du pays d'élire des députés à l'Assemblée nationale, les Français hors de France n'étaient auparavant représentés qu'au Sénat.

Ces députés, au nombre de 11 (un par circonscription hors de France), ont été élus pour la première fois lors des élections législatives de 2012. Les Français établis hors de France ont voté pour la seconde fois lors des élections législatives... Poursuivre la lecture

Par Adelin Remy.

Le débat sur le voile (n’importe lequel, pas seulement le voile intégral) existe en France depuis 1989 : il est considéré comme un vêtement religieux et une marque de soumission de la femme, généralement musulmane, et son interdiction est vécue comme une agression par la plupart des femmes musulmanes qui revendiquent la liberté de le porter.

Le 24 octobre 2019, le président Macron a déclaré :

« Le port du voile dans l’espace public n’est pas mon affaire [...] Dans les services publics, à l’école, c’est mo... Poursuivre la lecture

Élisabeth Borne devient Premier ministre. Certains attendaient une révolution, ce fut surtout un jeu de chaises musicales.

Merci à @EmmanuelMacron de sa confiance et de l’honneur qu’il me fait en me nommant Première ministre.

Merci aussi à @JeanCASTEX pour son action ces deux dernières années.

Les défis devant nous sont grands. Je mesure pleinement cette responsabilité. pic.twitter.com/fZ9zxu5S5f

— Élisabeth BORNE (@Elisabeth_Borne) May 16, 2022

Ce lundi 16 mai, Emmanuel Macron a... Poursuivre la lecture

Voir plus d'articles