La génération Y prend le pouvoir : comment gérer ses vieux ?

Dans l’entreprise, l’on arrive à ce point charnière où les générations Y sont arrivées à maturité et poussent pour prendre des postes à responsabilité là où des organisations n’ont pas la flexibilité ou l’agilité pour leur donner le pouvoir.

Partager sur:
Sauvegarder cet article
Aimer cet article 0
[cp_donation]

La génération Y prend le pouvoir : comment gérer ses vieux ?

Publié le 14 juin 2017
- A +

Par Alexandre Lavissière.
Un article de The Conversation

Ô jeunes gens ! Élus ! Fleurs du monde vivant,
Maîtres du mois d’avril et du soleil levant,
N’écoutez pas ces gens qui disent : soyez sages ![…]
Eux, ridés, épuisés, flétris, édentés, chauves,
Hideux ; l’envie en deuil clignote en leurs yeux fauves.
Oh ! comme je les hais, ces solennels grigous !
Ils composent, avec leur fiel et leurs dégoûts,
Une sagesse pleine et d’ennui et de jeûnes,
Et, faite pour les vieux, osent l’offrir aux jeunes !
(Extrait du recueil posthume « Océan », de Victor Hugo).

Lors de la passation de pouvoirs présidentiels, puis de la nomination du Premier ministre, on aura entendu à maintes reprises, non ce poème de Victor Hugo, mais, l’alexandrin bien connu de Corneille : « la valeur n’attend point le nombre des années ». Certes l’attelage exécutif est inédit d’un point de vue politique, mais d’un point de vue générationnel il est cohérent.

On notera d’ailleurs l’incommunicabilité entre un Bernard Cazeneuve fier de partir en DS pour montrer que les vieilles voitures ont tout de même du cachet et un Édouard Philippe qui ne relève pas puisqu’il se déplace le plus souvent à pied dans sa ville du Havre.

Pour une fois, un président de la République française n’accède pas à la fonction suprême à l’âge de la pré-retraite. Emmanuel Macron (à quelques mois près) appartient à la Génération Y.

Génération Y.

 

Il en a certaines caractéristiques majeures qui lui ont été reprochées telles que l’impatiente, l’individualisme (opportunisme ?) ou encore un rapport à l’autorité (des partis ?) différent. En somme, lors de cette dernière élection présidentielle, il n’a pas suivi les codes, et il sembla continuer en nommant son Premier ministre.

D’aucuns, parfois flétris, rarement édentés, mais souvent chauves et ridés, lui reprochent déjà son manque d’expérience. À 39 ans on a tout de même au moins une quinzaine d’années d’expérience professionnelle et c’est là qu’Emmanuel Macron marque peut-être un changement de paradigme : c’est lui le Boss maintenant. C’est un jeune qui dirige et les électeurs ont écarté ses aînés lors des primaires puis de l’élection.

Changement total de perspective

C’est un changement, si ce n’est de paradigme, au moins de perspective, car depuis une dizaine d’année, l’on nous explique comment gérer les jeunes générations, notamment les Y, et qu’aujourd’hui, à travers Emmanuel Macron, Édouard Philippe ou hier Mathias Fekl pour la France, mais aussi demain Leo Varadkar en Irlande, ce sont eux qui ont à manager les autres.

Dans l’entreprise, l’on arrive également à ce point charnière où les générations Y sont arrivées à maturité et poussent pour prendre des postes à responsabilité là où des organisations n’ont pas la flexibilité ou l’agilité pour leur donner le pouvoir. On lit parfois dans les préfaces de trentenaires qui publient un mémoire de MBA, leurs patrons de vingt ans leurs aînés, les féliciter du courage qu’ils ont eu de reprendre leurs études, tandis que pour le diplômé, il s’agit simplement de rester connecté avec la réalité et de toujours progresser dans un monde où ne pas avancer c’est prendre du retard.

Qu’est-ce que la génération Y ?

 

On note également un fort engouement pour les start-up et l’entrepreneuriat qui sont des formes d’entreprise, au sens large d’aventure. Ces aventures extirpent les salariés du modèle d’évolution par l’ancienneté et donc de l’autorité issue de l’âge plutôt que de la compétence ou des résultats.

Un génération Y à qui l’on va demander une lettre manuscrite pour un recrutement saura qu’il n’est pas jugé sur des critères objectifs et que ces pratiques surannées sont le marqueur d’entreprises où sévit certainement une forme de népotisme ou d’arbitraire.

L’autorité ne va plus de soi

Cette probité qui a tant défrayé la chronique durant les élections est un autre marqueur de la génération Y pour laquelle l’autorité dans sa verticalité organisationnelle ne va pas de soi mais se fonde sur un réel pouvoir, c’est-à-dire sur des compétences et du charisme.

Savoir gérer des âgés…
Internet Archive/Visual Hunt

Dans l’entreprise, les travers ordinaires et acceptés de directeurs paternalistes qui se permettent des petites réflexions sexistes ou des petits commentaires racistes, pas bien méchants, ne sont plus tolérés par les générations Y qu’ils soient au travail ou dans l’isoloir.

The ConversationAlors si ces générations prennent le pouvoir, ce que cette élection présidentielle ne fait que mettre au grand jour, il faut certainement que la recherche en sciences de gestion qui s’est jusqu’ici concentrée sur la problématique du comment manager les jeunes, se demande désormais comment manager les vieux… si tant est que les jeunes chercheurs ne puissent s’appliquer les résultats à eux mêmes pour convaincre leurs aînés.

Alexandre Lavissière, Enseignant-chercheur en management, Laboratoire Métis, École de Management de Normandie – UGEI

La version originale de cet article a été publiée sur The Conversation.

Voir les commentaires (2)

Laisser un commentaire

Créer un compte Tous les commentaires (2)
  • J’ai vu passer plusueurs articles qui attaquent le conept de Génération (X, Y..)

    en fait les choses changeraient globalement, et les vieux d’aujourd’hui aussi se comporteraient comme la génération Y dans des situations similaires.
    mais les situations ne sont pas similaires.

    largés en rase campagne comme les jeunes, un cinquantenaire se comporte t’il comme une génération Y ?
    il me semble, mais souvent ils sont ben placés dans l’orgabigrame, ou marginalisé de façon plus « prison dorée »…

    ce serait donc plus la situation et l’époque, que la génération qui compterait.

    • @ AlainCo
      Sans donner vraiment une « identité » à la « génération Y », pas plus « découpée » que les autres par deux millésimes, elle va se retrouver face à la « génération d’après guerre » ou « du babyboom » qui n’ont pas vécu la guerre (sauf, pour certains en Algérie) et a connu les « 30 glorieuses » mais qui laissera un héritage discutable, vu les charges financières laissées par les dettes et les retraites à payer!

  • Les commentaires sont fermés.

[cp_donation color="blue" margin_bottom="10"]

Le président de la République, le ministre de l’Économie, le ministre de l’Éducation nationale, le ministre des Transports, le ministre de l’Intérieur et sept autres ministres ! Au moment où tout ce que la France compte de socialistes, de communistes, de trotskistes, de staliniens et d’anarchistes déferle sur paris au cri de « Ça va péter ! Ça va péter ! Ça va péter ! », le chef de l’État et onze des ses ministres - dont les plus essentiels à la résolution de cette crise - se lancent dans le tourisme technocratique à Barcelone.

 <... Poursuivre la lecture

Macron sanctions contre la Russie
0
Sauvegarder cet article

La colère n’a pas bonne réputation. Il en est une nouvelle victime mise en évidence par Le Figaro de lundi 9 janvier sous la plume de François-Xavier Bourmaud.

Lui, c’est bien sûr Emmanuel Macron : dans la salle des fêtes de l’Elysée, à l’occasion d’une réception avec les boulangers pour la galette, il a eu un petit moment de colère (pas vraiment une grosse colère quand même) en proférant : « Moi, j’en ai ras le bol des numéros verts dans tous les sens ». Une colère plus dans les mots que dans le ton de la voix qui est resté raisonnabl... Poursuivre la lecture

Par Alain Mathieu. Un article de l'IREF Europe

Le discours prononcé par Emmanuel Macron le 6 janvier à l’hôpital de Corbeil-Essonnes était politiquement habile.

Les soignants qui l’écoutaient ne pouvaient qu’approuver sa description des défauts d’un système dont ils souffrent quotidiennement :

bureaucratisation excessive qui leur fait perdre 20 % de leur temps, 35 heures qui désorganisent leurs plannings de travail, numerus clausus qui a diminué le nombre de médecins, gouvernance alourdie par la centralisation au niveau des... Poursuivre la lecture
Voir plus d'articles