Vu du Moyen Âge : reconversions professionnelles et mobilité sociale

La méfiance profonde envers la mobilité professionnelle dure plusieurs siècles : au XVIIIe siècle, Diderot écrit encore que « rien n’est plus funeste à la société que ces émigrations insensées » d’un métier à un autre.

Partager sur:
Sauvegarder cet article
Aimer cet article 0

Promouvoir la liberté n’est pas gratuit

Mais cela peut aider à réduire vos impôts de 66%

Faites un don dès maintenant

Faire un don

Vu du Moyen Âge : reconversions professionnelles et mobilité sociale

Publié le 13 juin 2017
- A +

Par Florian Besson.
Un article de The Conversation

« Que chacun reste dans sa profession sans jamais en changer ». Ainsi s’ouvre l’un des capitulaires de Charlemagne, émis dans les premières années du IXe siècle.

Aujourd’hui, les reconversions professionnelles n’ont jamais été si nombreuses : environ 9 % des actifs ont au moins une fois dans leur vie changé de métier. Derrière ce phénomène, on devine évidemment les effets délétères de la crise – près d’un tiers des reconversions se font après un licenciement –, mais aussi la volonté d’un grand nombre d’actifs d’avoir un travail qui leur plaise.

Selon les statistiques officielles, plus de la moitié des reconversions sont en effet volontaires, même si ce pourcentage change beaucoup en fonction des domaines professionnels et de l’âge de ceux qui changent de travail.

Contrôler la mobilité sociale

Qu’en aurait donc pensé Charlemagne ? Il faut réinscrire l’interdiction dans son contexte : à quoi pense l’empereur d’Occident lorsqu’il interdit ainsi à quiconque de faire un autre métier ? Le terme latin utilisé est professio qui désigne au Moyen Âge une déclaration publique, et en particulier une déclaration de religion (c’est la « profession de foi »).

Autrement dit, ce que vise Charlemagne ici, ce sont les clercs : ceux-ci ont en effet prononcé des vœux qui leur interdisent de quitter leur habit. Cette volonté de mieux encadrer les clercs est l’une des grandes préoccupations des empereurs carolingiens : quelques années plus tard, Louis le Pieux – fils de Charlemagne – essaye d’imposer à tout l’empire la Règle de Saint Benoît, qui condamne férocement les moines « gyrovagues », ceux qui se déplacent entre les monastères. Les clercs doivent ainsi être des images d’immobilité, à la fois sociale et géographique.

Louis le Pieux selon une miniature.
Wikimedia

Cela dit, la suite du capitulaire précise immédiatement que les laïcs doivent eux aussi rester dans leur condition. Si tout le monde reste à sa place, « tous vivront dans une charité et une paix parfaite » – rien que ça…

Avec cette double précision, Charlemagne ne cherche pas à empêcher les reconversions professionnelles, mais à limiter au maximum la mobilité sociale. C’est bien ça qui fait peur : qu’un cordonnier devienne boulanger, tout le monde s’en moque (sauf ceux qui achètent son pain, mais c’est une autre histoire). Mais qu’un paysan devienne artisan, un artisan chevalier ou un clerc laïc : là est le danger. De tels changements brouillent en effet les frontières sociales, et risquent de conduire le monde au chaos. Si vous songez à vous reconvertir, aucune pression…

Fabriquer une société immobile

On connaît de nombreux exemples d’ascension sociale au Moyen Âge, en particulier à la fin de la période : des hommes partent de rien et, à force d’études, de travail, avec un coup de chance par-ci et un mariage habile par-là, obtiennent des postes importants, souvent synonymes de richesse et de gloire.

Ainsi d’Audoin Chauveron, qui devient prévôt de Paris en 1381 alors qu’il vient d’une famille modeste ; ou encore de Marco Polo, qui prétend que ses compétences linguistiques, acquises à la cour du Grand Khan, méritent qu’on l’appelle « messire Marco Polo ».

Mais cette mobilité sociale, importante, est généralement très mal vue. La société médiévale, en effet, est une société d’ordres, très attentive aux distinctions sociales et aux signes qui permettent de les repérer. Les chroniqueurs, qui sont pour la plupart des clercs, reproduisent dans leur texte l’image d’un monde strictement hiérarchisé et ordonné : les paysans obéissent aux seigneurs, les seigneurs aux clercs, et tous à Dieu. Chercher à changer de statut social revient dès lors à remettre en question l’ordre du monde.

Un société d’ordres.
Wikimedia

En interdisant les changements, Charlemagne fixe donc un idéal de stabilité : tout le monde à sa place, aucun changement, aucune évolution. Cet idéal, jamais atteint, participe de la construction de l’empire carolingien et contribue évidemment à mettre en valeur l’autorité du souverain : si personne n’a jamais le droit de changer de statut, cela revient à dire que le souverain ne craindra jamais aucune révolte ni aucun coup d’État – idée très importante pour les Carolingiens qui ont eux-mêmes pris le trône après un renversement politique. Cet idéal de stabilité est donc également un idéal de hiérarchie : quand tout le monde occupe une place fixe, il est facile de savoir qui est au-dessus de qui.

Le changement, c’est maintenant

La méfiance profonde envers la mobilité professionnelle dure plusieurs siècles : au XVIIIe siècle, Diderot écrit encore que « rien n’est plus funeste à la société que ces émigrations insensées » d’un métier à un autre.

Au contraire, la pensée révolutionnaire va placer la mobilité sociale au cœur de la construction d’une société juste, composée d’égaux : comme l’écrit Rousseau, « tous les états sont indifférents, pourvu qu’on puisse en sortir : les gueux sont malheureux parce qu’ils sont toujours gueux ».

Pouvoir changer de métier est donc une chance énorme. La mobilité professionnelle met en évidence notre liberté individuelle dans la construction de nos vies : on peut, plus ou moins facilement certes, mais en tout cas sans blocage juridique, exercer n’importe quel métier. *

Mais elle indique également que nous savons, plus aisément que les hommes du Moyen Âge, prendre une certaine distance par rapport aux hiérarchies sociales et politiques : même si les inégalités économiques sont beaucoup plus importantes aujourd’hui qu’au Moyen Âge, le nombre de reconversions indique que nous refusons de figer ces hiérarchies. N’importe qui peut devenir n’importe quoi. À nous de savoir, pour parler comme Rousseau, sortir des états qui nous rendent malheureux.


The ConversationRetrouvez l’auteur de cet article sur le blog Actuel Moyen Âge !.

Florian Besson, doctorant en histoire médiévale et ATER, Université Paris-Sorbonne – Sorbonne Universités

La version originale de cet article a été publiée sur The Conversation.

Voir les commentaires (2)

Laisser un commentaire

Créer un compte Tous les commentaires (2)
  • Article tout à fait intéressant tant du point de vue historique que du point de vue de l’observation des mécanismes de pouvoir.
    Je doute néanmoins fortement que, comme vous l’affirmez, les inégalités, relatives toujours, soient plus grandes aujourd’hui qu’au Moyen-Age. Je suis même à peu près certain de l’inverse.
    L’indice de Gini, mondial ou national, baisse en permanence, même s’il tend peut-être vers une asymptote.

  • Bravo pour l’auteur de cet article. Mais avec les socialos qui « gouvernent » le mammouth, cela ne sera pas permis aux plus nombreux. Parce qu’ils ne savent pas lire, écrire, compter à leurs sorties du système scolaire primaire et secondaire.
    Et cette majorité d’enfants, devenu des travaileurs « incultes » ne pourra pas « changer de métiers comme on change de chemises.
    Ils ne pourront pas changer tous les 2 ans de métiers, parce qu’ils ne verront pas que leurs « supérieurs » sont moins « compétents » que eux même. Et qu’ils ne pourront ni prétendre à une « augmentation salariale » ni à les « remplacer » dans leur fonction. Et puis, syndrome de Peter oblige.
    Ils ne pourront pas changer de spécialité professionnelle, parce quand on fait bien son « métier », il est « important », dans certaines entreprises que l’on garde les bons éléments aux bons postes. The rights men in the rights places, diraient les américains.
    Alors, que ceux qui ne veulent que leur tranquillité professionnelle, ne s’en prennent qu’à eux même. Il Fallait qu’ils s’habituent à l’effort d’apprendre, de comprendre, de trouver quand ils « étaient » en maternelles ou en primaire puis ne pas se décourager dans le secondaire. Et continuer à travailler dans le supérieur
    Enfin, il ne faut surtout pas que ces jeunes qui ne rêvent que de devenir « fonctionnaires » ne s’aperçoivent, qu’avec un, puis deux, puis trois, puis quatre métiers différents on peut « trouver » du plaisir à « aller travailler ».
    Sauf quand on met en place le processus de « encore changer de spécialisation professionnelle », pour progresser ou ne pas « mourir idiot » diront certains.
    Et pendant que certains feront encore des vers, sans le savoir, d’autres, plus habitués aux efforts intellectuels, empileront sur leur CV des spécialités techniques, qui rendront fous les DRH dont leur rassemblement dans les années 1990 dans la grande Arche de la Défense, prônait de ne plus avoir de technicien quarantenaire dans les Bureau d’Études de toute Grande Entreprise.
    Et tout ça, pour s’apercevoir, qu’après 40 ans de gestion politicienne de Gauche et de Droite de la France, si « Pierre qui roule, n’amasse pas mousse », on ne peut devenir « riches en France » qu’en « embrassant » les fonctions politiques, celles précisément qui brassent du vent.
    Et certain qui disait vouloir que les français devenir « millionnaires » oublie un peu vite que le plus riche d’entre nous (monsieur Arnault) a dit : « En Chine, pour devenir millionnaire, il faut venir milliardaire ».
    Quant aux journalistes, ils feraient bien de nous « répéter » que l’ascenseur social est arrêté, grâce à la main mise de l’ensemble de la vie économique et politique et financier géré par l’État UMPSLR qui nous veut que du bien.
    Heureusement, qu’ils nous restent le Loto et l’Euro-million pour nous faire croire que l’on peut changer de vie sans se « fatiguer » ni se compromettre auprès de ses électeurs.
    Et que ceux qui croient encore profiter de leurs retraites dorées ou pas, l’Etat « macronnien » pense à eux. Et gare à eux s’ils ne paient plus leurs impôts locaux, les maires désargentés de leur taxes d’habitations se chargeront au nom de l’égalité républicaine « post hollandaise » de saisir les bicoques des récalcitrants pour y loger les « nouveaux français orientaux » autorisés par le futur gouvernement européen mondialisé.

  • Les commentaires sont fermés.

Promouvoir la liberté n’est pas gratuit

Mais cela peut aider à réduire vos impôts de 66%

Faites un don dès maintenant

Faire un don
la liberté
0
Sauvegarder cet article

Contrairement aux pays anglo-saxons où domine une autre tradition, plus civile que personnelle de la liberté, la tradition politique française a tendance à considérer la liberté comme un comportement, suivant ainsi la conception développée par Jean-Jacques Rousseau.

On a beau vouloir confondre l'indépendance et la liberté. Ces deux choses sont si différentes que même elles s'excluent mutuellement. Quand chacun fait ce qu'il lui plaît, on fait souvent ce qui déplaît à d'autres, et cela ne s'appelle pas un état libre. La liberté consiste... Poursuivre la lecture

vaccins
0
Sauvegarder cet article

Par Drieu Godefridi.

Bien qu’impliqué depuis des années dans des débats publics qui excitent les passions — tel l’écologisme comme idéologie politique — j’ai rarement vu autant de haine dans l’argument que sur le thème des vaccins anti-Covid.

Disclaimer (comme on dit dans la presse anglo-saxonne) : après une étude approfondie du sujet, je suis favorable aux vaccins anti-COVID sur une base volontaire (sans obligation). Une position pas si évidente à tenir, sachant que la grande majorité des antivax — c’est ainsi que se définissen... Poursuivre la lecture

0
Sauvegarder cet article

Par Natasa Jevtovic.

Il y a quelques semaines, j’ai revu Le Docteur Jivago, chef-d’œuvre cinématographique adapté d'un roman ayant obtenu le Prix Nobel de littérature et qui a reçu cinq oscars et cinq golden globes.

Ce film est riche d’enseignement à bien des égards car il montre ce qui peut arriver à nos libertés lorsqu’un système politique obtient trop de pouvoirs, même à partir de bonnes intentions et d’une idéologie conçue pour le bienfait de tous.

Un catalogue d'interdictions

Vous n’avez pas le droit de posséder une ... Poursuivre la lecture

Voir plus d'articles