La cybersécurité fusionne « Matrix » et « Ghost in the Shell »

Depuis les années 1990, le manga Ghost In The Shell est au centre de la culture geek et du cinéma de science-fiction : une société de cybersécurité s’en est inspirée pour créer une solution d’interfaces utilisateur nommée Immersive Grid.

Partager sur:
Sauvegarder cet article
Aimer cet article 0

Promouvoir la liberté n’est pas gratuit

Mais cela peut aider à réduire vos impôts de 66%

Faites un don dès maintenant

Faire un don

La cybersécurité fusionne « Matrix » et « Ghost in the Shell »

Publié le 12 mai 2017
- A +
Par Charles Bwele.
Au cours d’une intervention policière, le Major Motoko Kusanagi revêt ses lunettes de réalité augmentée puis pénètre les réseaux numériques et pirate les androïdes ennemis à volonté. Pas d’écran noir. Pas de ligne de code. La « cyborgue » nippone est immergée dans un univers cyberpunk proliférant d’interfaces 3D animées.
Depuis les années 1990, le manga Ghost In The Shell et les « japanimations » éponymes sont l’inépuisable gisement de la culture geek et du cinéma de science-fiction (Minority Report, I-Robot, Terminator, Matrix, AI, Tron, etc).

Immersive Grid

L’œuvre culte a grandement inspiré Scott Chaser, PDG et co-fondateur de ProtectWise. Cette société basée au Colorado (États-Unis) et spécialisée dans la cybersécurité, a conçu une solution d’interfaces utilisateur nommée Immersive Grid.

Dans cet environnement virtuel, chaque élément connecté d’une entreprise (serveur, PC, smartphone, tablette, objet connecté, périphérique, etc) est représenté comme un bâtiment à l’intérieur d’une ville virtuelle.

Les serveurs et terminaux de chaque département (marketing, comptabilité, logistique, ressources humaines, etc) forment un quartier ou une zone particulière au cœur d’une géographie urbaine.

Smart city virtuelle

Ainsi, l’analyste en cybersécurité patrouille et surveille cette smart city virtuelle comme un hélicoptère ou une voiture de police dans une ville réelle, et peut ensuite inspecter chaque bâtiment en détail… tel l’agent Smith dans la Matrice ?

Une multitude d’indicateurs renseigne sur la nature et l’activité de chaque bâtiment : la forme pour le type de serveur / terminal / périphérique, la hauteur pour le trafic IP, la largeur pour la bande passante, la couleur (rouge ou orange) pour le niveau de risque ou l’activité inhabituelle, et plusieurs écrans texte et données.

Dans la vision à long terme de Scott Chaser, les grandes entreprises seront pourvues de war rooms virtuelles, explorées par des analystes en cybersécurité, munis de leurs lunettes / casques de réalité virtuelle à mi-chemin d’Oculus Rift, de Google Glass et de Hololens.

Faciliter la cybersécurité

Grâce à ces technologies combinant data visualisation et jeu vidéo, il ne sera plus forcément nécessaire de maîtriser les détails techniques des solutions de cybersécurité afin d’exercer dans les premières lignes d’une industrie confrontée à une pénurie chronique d’effectifs.

De fait, la réalité virtuelle aura l’immense mérite de faciliter tant l’accès aux métiers de la cybersécurité que leurs pratiques quotidiennes, et ce, d’autant plus qu’elle s’adresse à des générations d’utilisateurs nés et élevés aux jeux vidéos, aux smartphones et tablettes Android/iOS.

Dans un environnement technologique mêlant serveurs, terminaux fixes / mobiles, objets connectés, objets portés (wearable), véhicules connectés, et peut-être villes intelligentes, les périmètres de sécurité deviennent de plus en plus complexes et poreux, et donnent de plus en plus de fil à retordre aux professionnels de la cybersécurité. Une vision quasi ludique et tridimensionnelle en temps réel des risques et menaces réduirait drastiquement les délais d’analyse, d’action et de réaction.

Plan X

Cette approche intuitive et conviviale de la cybersécurité est également au cœur du projet Plan X. Lancé par le DARPA (l’agence américaine de recherche militaire) en 2012, cet ambitieux programme élabore des technologies innovantes de compréhension, de planification et de gestion en temps réel des opérations offensives et défensives dans le cyberespace.
En d’autres termes, Plan X fournit une topologie tridimensionnelle des réseaux numériques et une interface de jeu vidéo aux hackers en uniforme… qui navigueront dans le champ de bataille électronique avec leurs lunettes / casques de réalité virtuelle et déclencheront leurs cyber-armes sur leurs écrans tactiles (voir la vidéo).

Comme World of Warcraft

Expert en cybersécurité au DARPA, Dan Roekler résume l’idée maîtresse de Plan X : « Imaginez que vous jouiez à World of Warcraft [très populaire jeu vidéo en ligne inspiré d’univers médiévaux et fantastiques] et vous détenez cette épée +5 ou quoi que ce soit d’autre. Vous n’avez aucune connaissance des éléments nécessaires à sa fabrication. Vous connaissez juste ses capacités et ses usages. Vous n’avez pas besoin des détails techniques. »

Le programme américain de « cyberguerre pour tous ou presque » a bénéficié de la contribution de designers débarqués d’Apple, d’infographistes provenant de la saga cinématographique Transformers, et de la société de data visualisation Frog Design, autrefois impliquée dans la conception du baladeur Walkman (Sony) et de l’ordinateur Apple 2C (Apple).

Expansion des intelligences artificielles

La visualisation intuitive en temps réel des risques & menaces cybersécuritaires sera d’autant plus impérative du fait de l’expansion des intelligences artificielles dédiées au hacking et à la lutte informatique, a fortiori dans des environnements « d’informatique ubiquitaire ».
Dans ce futur technologique aussi kafkaïen qu’inéluctable, les écrans noirs, les lignes de code et les scripts relèveront d’un artisanat en obsolescence accélérée pour les premières lignes (surveillance, maintenance, réaction) de la cybersécurité / cyberdéfense, mais seront probablement l’exclusivité d’une arrière-garde de développeurs-programmeurs très qualifiés, très créatifs et très versés dans les détails techniques.

Le cybercrime sur le pied de guerre

En-deçà des mille et une merveilles de la cybersécurité « à la Ghost In The Shell », il faut s’attendre à ce que les hackers et le cybercrime organisé innovent sur des modes similaires ou comparables, et développent également des solutions asymétriques (ingénieuses pour les uns, sournoises pour les autres) de réalité virtuelle / augmentée, de surcroît agrémentées d’intelligences artificielles redoutablement efficaces. Pilule rouge ou pilule bleue ?
En savoir + :

Sur le web

Promouvoir la liberté n’est pas gratuit

Mais cela peut aider à réduire vos impôts de 66%

Faites un don dès maintenant

Faire un don
métavers
0
Sauvegarder cet article

Par Stéphane Bourliataux-Lajoinie.

Facebook mais aussi Alibaba et Tencent se lancent dans la course au « métavers » en investissant plusieurs millions de dollars. Si le concept de métavers n’est pas récent, l’usage commercial de ce monde digital connait depuis 30 ans des essais tout aussi réguliers que ses échecs. Les nouvelles technologies immersives peuvent-elles transformer ce concept en réalité économique pérenne ?

Le terme de métavers a été proposé par Neal Stephenson en 1992 dans son ouvrage Snow Crash. L’auteur définit lu... Poursuivre la lecture

Par Yann-Maël Larher.

Le Big Data désigne les mégadonnées collectées par les entreprises de toutes les industries, analysées afin d’en dégager de précieuses informations. Loin d’être un simple effet de mode, les analyses des données ouvrent des perspectives nouvelles pour les entreprises, mais également pour les administrations. Tout d’abord, elles permettent de mieux écouter les utilisateurs, de mieux comprendre leurs comportements, d’affiner les offres qui leur sont destinées, et de créer de nouveaux produits. En France, l’usage des ... Poursuivre la lecture

0
Sauvegarder cet article

Par François Joslain.

Forbidden Stories et Amnesty International viennent de révéler le Projet Pegasus. Il s'agit d'un logiciel développé par la société israélienne NSO qui permet de pirater n’importe quel téléphone Android ou iPhone. Le téléphone se transforme ainsi en mouchard espionnant son propriétaire. Les victimes se comptent en dizaine de milliers, dont des chefs d’État comme Emmanuel Macron.

Le président Emmanuel Macron réunira jeudi matin un conseil de défense "exceptionnel dédié à l'affaire Pegasus... Poursuivre la lecture

Voir plus d'articles