Parti Socialiste : Mamies font de la résistance

L’arrivée de Macron au pouvoir est à la fois en train de dissoudre ce qui reste du Parti socialiste et de faire exploser la droite… Belle perspective pour les législatives !

Partager sur:
Sauvegarder cet article
Aimer cet article 0
mamies.jpg

Promouvoir la liberté n’est pas gratuit

Mais cela peut aider à réduire vos impôts de 66%

Faites un don dès maintenant

Faire un don

Parti Socialiste : Mamies font de la résistance

Les points de vue exprimés dans les articles d’opinion sont strictement ceux de l'auteur et ne reflètent pas forcément ceux de la rédaction.
Publié le 12 mai 2017
- A +

Par h16.

Emmanuel Macron promettait de changer la politique : reconnaissons-lui d’avoir, d’ores et déjà, réussi son pari. Il n’en est que marginalement responsable, mais il n’empêche que son arrivée dans la vie politique française joue le rôle d’un catalyseur bienvenu : comme le PCF en son temps, le PS est en train de se ringardiser à vitesse grand V.

Soyons fair-play : cette dissolution du PS dans ses propres acides est en grande partie l’oeuvre consumée de François Hollande qui aura, grâce à son art incroyablement toxique de la synthèse, réussi à faire croire à une survie du parti mitterrandien bien au-delà de sa réelle capacité.

Fin du socialisme de Hollande

En réalité, le socialisme hollandesque, patchwork boiteux de crypto-marxistes et autres lambertistes honteux, de sociaux-démocrates et de centristes plus ou moins calculateurs n’a tenu que tant que tenaient les gamelles électorales.

L’arrivée de Macron à la présidence aura largement rebattu les cartes en siphonnant le centre, ce qui a dépeuplé le PS d’une partie de son aile la plus à droite (si tant est qu’on puisse parler de droite en France de nos jours).

Les primaires socialistes ont achevé de réveiller les pires dissensions déjà largement attisées par les frondeurs pendant les cinq années de pénibleries hollandesques, pour aboutir au petit comédon de Benoît Hamon (« Monsieur Six Pour Cent ») et à une vaste récupération populiste de la part du bateleur Mélenchon pour les égarés qui restaient.

Tourisme électoral

Au passage, on admirera la capacité d’adaptation de ce dernier qui ne recule devant aucun déménagement pour s’assurer une place dans la prochaine Assemblée : profitant des facilités offertes par le tourisme électoral, voilà notre homme qui se présentera à Marseille où les électeurs du cru pourront faire semblant d’élire un député local pendant qu’il fera semblant de les représenter.

Mais baste, passons les petites ambitions personnelles pour noter que la déroute socialiste est bien évidemment totale et tout le monde sent l’odeur du sang se répandre dans la prochaine Assemblée.

Les barons socialistes s’agitent

Cela n’a donc pas traîné : tout ce que le pays compte de barons socialistes commence à s’agiter pour tenter de trouver un point de chute alors que porter l’étiquette « PS » va s’avérer complètement invendable aux prochaines élections. En cela, tout se déroule comme prévu.

Ce qui ne nous empêchera pas de nous gondoler méchamment en voyant les petits gestes désespérés de plusieurs nageurs-couleurs dans le flot actuellement déchaîné de la politique française.

Difficile de réprimer un sourire devant l’humiliation gratinée qui est appliquée à Manuel Valls, mais force est de constater que le bougre a absolument tout fait pour qu’on la lui inflige : lâchant Hollande, puis Hamon, puis le Parti Socialiste, il était plus que temps que soit récompensée sa trop grande souplesse essentiellement due à une absence totale de colonne vertébrale.

Fin minable à prévoir pour Valls

Monsieur Valls devra donc se trouver un petit canton douillet pour tenter de se faire réélire, mais je prédis (et espère) une fin tout à fait minable pour l’ex-Premier ministre de la France sous état d’urgence.

Et tant qu’à se gondoler, autant laisser toute la panoplie des petits sentiments de panique se déployer dans les rangs socialistes pour obtenir le meilleur de la rigolade politique.

La catastrophe Najat

C’est ainsi qu’on apprend toute l’émotion de la petite Najat Vallaud-Belkacem qui va – espérons-le – devoir se trouver un vrai job, son actuel emploi fautif de ministre de l’Edulcoration Nationale expirant avec un petit couic minable dans les jours qui viennent. Avec un peu de chance, Macron et son équipe choisiront prudemment de ne pas branquignoler à gros outils en ne repêchant surtout pas cette catastrophe industrielle majeure.

C’est ainsi qu’un triplet de grands-mères socialistes se sont rassemblées pour tenter de se la jouer à la Macron en créant un mouvement, bricolage soudainement à la mode depuis que le jeunot a réussi son pari : Hidalgo, Aubry, Taubira, secondées par l’inévitable nuage « d’intellectuels » vaporeux et engagés de gauche, viennent de lancer « Dès Demain », un « mouvement d’innovation » ouvert à « tous les humanistes qui croient encore en l’action ».

Le socialisme des années 60

Avec une telle accroche, de telles marraines et un tel passif derrière lui, le mouvement – qui promet bien évidemment de réinventer l’action, l’humanisme, la citoyenneté et le festivisme xyloglotte turbopropulsé – aura tout pour plaire, à commencer par une épaisse couche de peinture pour camoufler les vieux relents de socialisme des années 60 que les porteuses de projet incarnent si délicieusement.

La prudence conviendrait d’ailleurs, au vu des idées qui seront remuées dans cette chaloupe lancée en direction des naufragés du pédalo Hollandus, d’appeler plutôt ce mouvement « Depuis hier » tant on sent déjà qu’on sera en prise directe avec un passé sépia dont plus personne ne veut entendre parler.

Il reste l’épineuse question de l’insupportable Ségolène. Soyons optimistes : si Macron a réussi à couler la Marine, peut-être pourra-t-il en faire autant avec la Royal. Quoi qu’il arrive ensuite, le pays lui devrait une fière chandelle.

Peur devant les législatives

Du reste, notons que si Fillon l’avait emporté à la place de Macron, le tableau – au moins à gauche – aurait été sensiblement le même puisque le PS aurait été, là encore, en proie à la même peur panique devant des législatives qu’on s’imagine déjà rudes pour nos vieux briscards politiciens.

L’avantage indéniable de la victoire de Macron sur Fillon est bien évidemment que ce qui est en train de s’opérer sur le parti socialiste prend la même tournure au sein des Républicains, qui n’ont absolument pas compris le message des urnes : plutôt que consolider sur les 20% d’électeurs d’un Fillon – invendable sur le plan personnel – voilà nos candidats au renouvellement de leur poste de député en train de bricoler le programme déjà passablement cabossé du candidat présidentiel pour tenter, une énième fois, de dissoudre les rares traces de libéralisme et de mesures un tantinet couillues dans des barils entiers de sociale-démocratie redistributive, câline et parfaitement imbuvable.

Explosion à droite et à gauche

Ceci annonce très vraisemblablement une belle explosion de cette droite foutraque et aussi sociale-démocrate que le PS agonisant.

Le bilan est franchement réjouissant : la gauche, arc-boutée sur ses dogmes passéistes, est en train de mourir de ses contradictions, ses guerres de chapelles et son incapacité dramatique à répondre aux besoins de la population.

La droite, cadencée sur la gauche depuis Mitterrand et sa cynique arnaque frontiste, suit le même chemin avec la même fébrilité. Dans quelques mois, on peut espérer un petit dépoussiérage de ces vieux partis d’après-guerre. Les discours et les postures vont, peut-être, changer. Il était temps.

Maintenant, on peut espérer qu’il en soit de même avec les têtes. Pour le coup, je serais nettement plus prudent.

Pour le moment, il ne pleut pas.


—-
Sur le web

Voir les commentaires (17)

Laisser un commentaire

Créer un compte Tous les commentaires (17)
  • Oui, mais Macron et Lepen ne peuvent à eux deux représenter les français. Un ou des nouveau(x) partis vont probablement se créer à droite aussi. Et peut être un peu de libéralisme à l’horizon. À suivre…

    • Ah non, ça faut pas trop rêver… On entend déjà dans les rangs de la bonne droite socialiste l’analyse suivante : Fillon a perdu parce que trop libéral, les « affaires » n’ayant été que l’excuse de certains pour éviter de voter pour une telle « casse sociale ».
      D’ailleurs dès après les primaires ils ont tout fait pour le « délibéraliser » et le gauchiser socialement, mais pas assez pensent-ils.

  • élus et parti politique : c’est comme pour les tiques , si vous laissez la tête , ça continu à faire des dégats ;

  • Il est marche à sa façon :

    Cool 🙂

  • « : si Macron a réussi à couler la Marine, peut-être pourra-t-il en faire autant avec la Royal.  » C’était parfait. Bravo.

  • B. Hamon « monsieur 6% » : j’aurais bien aimé qu’il n’atteigne pas les 5%, pour que sa campagne ne soit pas remboursée. Même s’il est un peu cuit, il lui reste sa paye de ministre.
    M. Valls, « premier ministre sous état d’urgence » et monsieur 49.3. Lui aussi, même s’il est roussi, il a son revenu universel de ministre.
    J’espère aussi que « la folle du Poitou » sera éjectée du système et qu’elle n’aura plus accès à la gamelle publique. Elle pourra ainsi dépenser ses propres deniers jusqu’à plus soif !
    Le P.S se meurt comme est mort le P.C.F. La « droite » est un erzats du P.S, donc il se peut que quelque chose/créature sorte des cendres de ces deux blobs.

  • S’il advenait que l’âne du Poitou (ou la folle du Poitou) réussisse encore à s’incruster, je promets de mâcher et avaler mon bulletin de vote à chaque élection jusqu’à ma mort.

  • Merci pour ce délicieux pamphlet.
    Ceci dit on semble s’éloigner du socialisme de gauche, du crypto-socialisme de droite et du quasi-socialisme d' »extrême-droite », mais je ne vois guère approcher ne serait-ce qu’un soupçon de libéralisme.

  • Compte tenu des merveilleuses prestations et du résultat de la politique menée depuis 1981 par les différents gouvernements….. une explosion générale des partis éléphantesques était prévisible.

  • L’important, ce n’est plus la rose 🙂
    L’important, c’est d’être en marche ❗
    Chaque pays a sa marche. Au Vénézuela, ils ont la leur : http://www.zerohedge.com/news/2017-05-10/venezuelan-protesters-unleash-poop-bombs-currency-collapses-995

  • Le renouvellement de façade est fait. C’est déjà ça.

    Pour ce qui est du renouvellement de substance, en revanche, on n’est pas plus avancé. Comment faire éclore les 8 millions d’emplois marchands qui manquent en France ?

    Rappelons aux « marcheurs » qu' »il n’est pas de vent favorable pour celui qui ne sait où il va. »

    • Comme l’éducation nationale socialise les cerveaux dès leur plus jeune âge ce n’est pas près d’arriver. Ce que le rejet du programme Fillon démontre!

  • rien a voir mais un peu quand même, tout est lié…

    • @leham
      Bonjour,
      Votre lien vidéo, n’a qu’un seul rapport : le libéralisme n’est pas respecté. En plus du fait que les peuples français, américains, et européens ont été trahis par leurs « représentants », élus pour représenter les intérêts nationaux et du Peuple. Les riches banquiers cités n’ont fait que proposer aux élus de prêter l’argent aux Etats, contre intérêts évidemment. Les personnes en charge de ces Etats ont accepté, ils sont donc responsables puisque ce sont eux qui avaient le pouvoir.
      Les oligarques russes ont fait la même chose avec Poutine. Ces oligarques devenus riches après la fin de l’U.R..S.S, sont allés trouver un petit agent du K.G.B en vacances. Ils lui ont dit : « Tu seras Président de la Russie ! » C’est effectivement arrivé, mais ces oligarques ont été ruinés par leur propre créature. C’est elle qui avait le pouvoir.

  • J’aimai bien l’ancien titre ❗

  • Les commentaires sont fermés.

Promouvoir la liberté n’est pas gratuit

Mais cela peut aider à réduire vos impôts de 66%

Faites un don dès maintenant

Faire un don

L'Élysée maintient la consigne déjà édictée par Emmanuel Macron il y a cinq ans, et héritée de Nicolas Sarkozy en 2007. Les ministres défaits lors du scrutin des 12 et 19 juin devront quitter le gouvernement, a confirmé le palais présidentiel ce dimanche. Élisabeth Borne, fraîchement nommée à Matignon, ne dérogera pas à la règle. La moitié du gouvernement est concernée.

Bien que la situation soit nettement différente de celle de 2017 - ils n'étaient que six concernés -, l'Élysée a décidé de maintenir la consigne déjà édictée par Emmanu... Poursuivre la lecture

Macron Macron lettre dette
1
Sauvegarder cet article

Lors de sa campagne de réélection, le président faisait la promesse d’une planification écologique de l’économie.

Selon La Tribune, le président candidat a expliqué lors d'un meeting à Marseille :

« Cela concerne tous les domaines, tous les secteurs, toutes les dépenses, tous les équipements, tous les investissements. »

Il a remplacé son Premier ministre par une écologiste, ex-ministre de la Transition écologique !

Le président maintient le cap. Mais pourquoi pas ? Personne ne s’oppose.

Dans une tribune publ... Poursuivre la lecture

Un mois après sa réélection et à trois semaines des élections législatives, le président de la République (sur proposition du Premier ministre) a choisi son gouvernement. L’attente a été longue, ne serait-ce que par les spéculations sur le nom du successeur de Jean Castex. Sinon, on garde les mêmes et on continue. Deux surprises cependant : le maintien du garde des Sceaux et le nouveau titulaire de la rue de Grenelle.

https://twitter.com/Elysee/status/1527657628540755969

Il faut dire que, soutenu par une coalition hétéroclite qu... Poursuivre la lecture

Voir plus d'articles