Hypothèses de second tour

Le suspense est entier, mais voyons quelles hypothèses on peut formuler pour le second tour.

Partager sur:
Sauvegarder cet article
Aimer cet article 0
Question By: Scott McLeod - CC BY 2.0

Promouvoir la liberté n’est pas gratuit

Mais cela peut aider à réduire vos impôts de 66%

Faites un don dès maintenant

Faire un don

Hypothèses de second tour

Publié le 23 avril 2017
- A +

Par Marc Crapez.

Quatre des cinq principaux candidats sont d’anciens ministres. Seuls, deux sur cinq sont passés par des primaires internes à leur parti (Fillon et Hamon). Macron, lui, a réussi un coup de maître : il a court-circuité Manuel Valls en snobant les primaires socialistes.

4 candidats principaux, 6 scénarios

Dans le quatuor de tête, chaque candidat peut passer la barre du premier tour. Autrement dit, six scénarios de second tour sont théoriquement crédibles. C’est une gamme de possibilités étendue, renforcée par la diversité des candidats. Le choix offert est donc inédit.

Deux correctifs toutefois : d’abord, un deuxième tour Macron/Mélenchon est improbable car il supposerait un surplus de voix de gauche ; ensuite, Marine Le Pen est censée « geler » ses voix en perdant automatiquement au second tour.

Concernant les cinq combinaisons plausibles, le suspense reste entier pour le premier tour, les pronostics paraissent aléatoires. En revanche, le suspense est limité pour ce qui est du second tour.

Car Jean-Luc Mélenchon est, lui aussi, réputé faire gagner par défaut son adversaire. Et en cas de duel Macron-Fillon, le premier « mordant » largement sur les voix de droite compromet les chances du second.

Un résultat serré aurait des conséquences

Le fait que le suspense soit entier pour le premier tour, avec quatre candidats en lice, augmente les risques d’un résultat tardif, dû à deux candidats quasiment ex aequo. Ce qui peut avoir un retentissement dans la psychologie collective de la nation s’il s’agit des candidats les plus éloignés. Certes, ils sont tous éloignés les uns des autres. Mais si Macron et Mélenchon sont au coude à coude, dans tous les cas l’honneur de la gauche sera sauf.

Schématiquement, les deux candidats de droite ont tout à perdre, tandis que ceux de gauche ont tout à gagner. En effet, même si Macron et Mélenchon ne se qualifient pas pour le second tour, ils deviendront des personnages incontournables. Inversement, s’ils se qualifient, on considérera que les deux autres auront subi de graves revers : Marine Le Pen parce qu’elle a longtemps fait la course en tête et François Fillon parce qu’il est à la tête d’un grand parti qui a dernièrement gagné toute une série de scrutins électoraux.

Promouvoir la liberté n’est pas gratuit

Mais cela peut aider à réduire vos impôts de 66%

Faites un don dès maintenant

Faire un don

Par Guillaume Nicoulaud.

Je voudrais revenir ici sur quelques-unes des inepties qui émaillent le programme économique et les discours de Madame Le Pen (mais aussi ceux de l'extrême gauche).

Avant l’euro, la France était libre de faire ce qu’elle voulait du franc

Ça n’est que très partiellement exact. Depuis la fin de la Seconde guerre mondiale, la parité du franc face aux autres devises a toujours été encadrée par des accords internationaux. Au début, c’était ceux de Bretton Woods, du 26 décembre 1945 au 19 mars 1973, puis le se... Poursuivre la lecture

Par Eddie Willers.

Cet article a été publié une première fois en 2017, il est malheureusement toujours d'actualité.

Alors que Jean-Luc Mélenchon profite d’une belle hausse de sa popularité dans les sondages (certainement due à sa superbe chaîne YouTube), parlons d’une de ses mesures phare : la hausse du SMIC.

Le Salaire Minimum Interprofessionnel de Croissance est actuellement de 1466,62 euros bruts mensuels. Jean-Luc Mélenchon propose de le faire passer à 1700 euros  bruts dans un premier temps puis nets d’ici la fin de ... Poursuivre la lecture

Pour Pierre Bréchon. Un article de The Conversation

En vertu de leurs connaissances de la sociologie électorale, la plupart des observateurs pensaient qu’Emmanuel Macron ne réussirait pas à conquérir le pouvoir, étant donné sa jeunesse et l’absence d’une force politique importante pour le soutenir. Pourtant, après avoir gagné l’élection présidentielle, il est en passe de dominer très largement les législatives, ce qui lui permettra d’appliquer sa politique.

Le premier tour des élections législatives amplifie les recompositions q... Poursuivre la lecture

Voir plus d'articles