La renaissance du Parti Libertarien Français

Le Parti Libertarien français est de retour, voici son projet.

Partager sur:
Sauvegarder cet article
Aimer cet article 0

Promouvoir la liberté n’est pas gratuit

Mais cela peut aider à réduire vos impôts de 66%

Faites un don dès maintenant

Faire un don

La renaissance du Parti Libertarien Français

Publié le 10 avril 2017
- A +

Une tribune du Parti Libertarien français

Pour que vive la liberté.

Après quelques problèmes administratifs et internes qui nous ont empêchés de participer aux échéances présentes, nous sommes heureux de pouvoir vous annoncer le retour de notre mouvement sur l’échiquier politique français. Notre ambition est claire : nous souhaitons peser sur les débats politiques de demain, à l’image des 18 autres partis libertariens dont le LP américain, avec qui nous participons à l’Alliance Internationale des Partis Libertariens (IALP).

En effet, depuis plusieurs mois, une équipe extrêmement motivée menée par Guilhem d’Urbal (ex président et fondateur de SFL Aix-Marseille) travaille à remettre sur pied le parti avec une ligne précise, une organisation cohérente et des propositions concrètes. Notre volonté est de faire entendre les idées libertariennes, sans compromis, ni compromission dans le débat public.

Notre constat

​Notre constat est le même que la majorité des Français : le poids de l’État et son périmètre d’action ne cessent d’augmenter, entravant toujours plus nos libertés, avec les résultats catastrophiques que tout le monde constate.

Nous sommes également face à une inflation législative extrêmement préoccupante, l’accumulation de normes, de réglementations et de lois rendent le système incompréhensible pour la majorité des Français et impraticable pour les entrepreneurs.

Au-delà des conséquences dramatiques d’une telle intrusion de l’État dans la vie des individus, ce dernier, en voulant réguler chaque aspect de notre quotidien, va au-delà de ses prérogatives et viole notre droit fondamental à gérer notre vie comme bon nous semble.

​En plus de son omniprésence opérationnelle et réglementaire, l’État asphyxie la société par une fiscalité punitive et confiscatoire.

Cette fiscalité hors norme paralyse l’économie et augmente la pauvreté. Nous arrivons à un stade où les seules professions qui s’en sortent sont celles qui bénéficient de privilèges spéciaux ou de monopoles légaux.

Malgré ce constat alarmant, la totalité des partis présents sur l’échiquier politique ne savent rien proposer d’autre que de nouvelles réglementations, de nouvelles violations de nos vies privées, de nouvelles taxes, etc …

Notre vision

Sans garde-fou, l’expansion de l’État est sans limite. Il est urgent d’agir !

Il faut replacer l’État sur ses prérogatives historiques qui sont la protection de nos droits, supprimer toutes les réglementations inutiles ou illégitimes et réduire drastiquement la fiscalité afin de rendre leur liberté aux individus, restaurer l’égalité en droit et rétablir un système propice à la prospérité.

Nous prenons donc part au jeu politique et démocratique non pas pour proposer une énième manière d’administrer la vie des gens mais bien pour leur restituer leurs libertés individuelles, civiles et économiques.

Nous savons que liberté rime avec prospérité et que rien de positif ne peut émerger d’une planification centralisée.

​​Nous sommes libertariens et nous considérons que c’est aux individus libres d’écrire leur histoire.

Nous faisons nôtre l’article 2 de la DDHC qui stipule que le but de toute organisation politique est la défense de nos droits naturels. Toutes les actions politiques sortant de ce cadre précis sont par nature une violation des droits de l’homme.

Article 2 de la Déclaration des Droits de l’Homme et du Citoyen de 1789 :
Le but de toute association politique est la conservation des droits naturels et imprescriptibles de l’Homme. Ces droits sont la liberté, la propriété, la sûreté et la résistance à l’oppression.

Nos engagements

​Nos engagements s’articulent autour de trois thèmes centraux :

Le poids de l’État :

  • Recentrer l’État sur ses fonctions régaliennes et la défense des droits naturels.
  • Ouverture à la concurrence et retrait progressif de l’état des secteurs autres que  régaliens.
  • Diminution du nombre de ministères et d’élus ainsi que suppression des agences,   observatoires ou comités en tout genre.
  • Garantir la protection de la vie privée et fin des politiques de surveillance de masse.
  • Autonomie accrue des collectivités territoriales et promotion du principe de subsidiarité.
  • Politique militaire non interventionniste, déclaration de neutralité dans les conflits internationaux et retrait des troupes à l’étranger.

Le poids des normes :

  • Garantir une totale liberté de conscience et d’expression, fin des outils de censure.
  • Le consentement entre adultes capables vaut loi, fin des crimes et délits sans    victimes.
  • Simplification législative et normative, suppression des codes et des normes inutiles ou qui contreviennent au principe de non-agression.
  • Alignement des statuts public et privé, fin de tous les privilèges spéciaux et de tous les monopoles légaux.
  • Retour à un principe de responsabilité et au droit des contrats.

Le poids de la fiscalité :

  • Suppression de tous les impôts, subventions et niches fiscales.
  • Instauration d’une « Flat tax » nationale et locale sur les revenus.
  • Versement du salaire complet et liberté d’affiliation aux régimes de Sécurité sociale.

Conscients qu’en matière politique, le chemin vers la liberté sera long et le travail à fournir colossal, nous invitons toutes les bonnes volontés à venir nous soutenir et participer à la création d’un avenir meilleur.

Vous pouvez nous retrouver sur :

Voir les commentaires (12)

Laisser un commentaire

Créer un compte Tous les commentaires (12)
  • Belle initiative et beau manifeste.

  • À mon sens, l’écologie devrait être incluse dans le domaine régalien : loin d’être une boutade, ce serait un ajout d’importance au corpus libertarien

    • C’est déjà dans le principe des droits naturel car une dégradations écologique ( réelle & prouvée) va toujours à l’encontre de quelqu’un. Par contre si vous pensez aux éoliennes, photovoltaique … vous vous tromper de parti .. allez plutôt vers les rouge ou vert pastèque.

    • L’écologie est justement un des sujets qui empiète le plus sur notre existence avec l’escroquerie du climat.

  • Bonjour,
    Quel est votre differenciation avec le PLD ?

  • L’Etat actuel viole les 4 droits fondamentaux énoncés en 1789. Il bafoue nos libertés, n’assure pas notre sécurité, empiète sur notre propriété et nous oppresse!

  • « Parti Libertarien : 128 rue la Boétie 75008 Paris »

    L’adresse colle parfaitement au parti 😉

    Vous avez tous mon soutien, je vais suivre de très près votre activité.

  • OUI
    revenir à un état régalien
    à une liberté véritable
    une restitution des cotisations de tous poils
    qui nous spolient
    ….
    oui

  • « ​Notre constat est le même que la majorité des Français : le poids de l’État et son périmètre d’action ne cessent d’augmenter, entravant toujours plus nos libertés, avec les résultats catastrophiques que tout le monde constate » heuuuuu…. la majorité des francais vous dites ? Majorité 50.1% ou plus ? Et avec la même conception d’entrave à la liberté qu’un libertarien ? Demandez au francais moyen si l’état intervient trop dans la lutte contre le chômage , la réduction des inégalités, la favorisation de leconomie et l’aide aux entreprises en difficultes?

    Parfait timing pour lancer un parti sinon. Vous mavez l’air déjà au moins aussi futé que le PLB…

  • Pour se démarquer des autres partis politiques, éviter absolument les assertions « Notre constat est le même que la majorité des Français ».
    Tous les constats, toutes les idées doivent être démontrés rationnellement afin de forcer les lecteurs à réfléchir, à comprendre !!! et ne pas sortir uniquement des conclusions prédigérées.

  • Les commentaires sont fermés.

Promouvoir la liberté n’est pas gratuit

Mais cela peut aider à réduire vos impôts de 66%

Faites un don dès maintenant

Faire un don

La première partie de l’entretien avec Gloria Alvarez, dirigé par Raphael Krivine, est ici.

 

En France, il y a un débat sur le protectionnisme. Dans les années 1990, au siècle dernier, nous étions en faveur du marché libre, de la loi de Ricardo. Mais aujourd'hui, notre industrie ne représente plus que 12 % de l'économie. Sommes-nous allés trop loin, en faisant le choix d'acheter des produits industriels à des pays qui n'utilisent pas les mêmes règles ? Quelle est votre position ?

Permettez-moi de faire une comparais... Poursuivre la lecture

Comme un coup de tonnerre dans un ciel d’été aux États-Unis, l’arrêt emblématique qui faisait de l’avortement un « droit constitutionnel » a été abrogé. Roe v. Wade (1973), confirmé par la suite par l’arrêt Planned Parenthood v. Casey (1992), vient de voir ses conclusions infirmées par l’arrêt Dobbs v. Jackson Women’s Health Organization. Pour les juges, c’est « au peuple et aux représentants élus » d’encadrer la pratique de l’avortement, renvoyant ainsi la balle au Politique.

Affirmer que l’avortement n’est pas protégé par la Constitu... Poursuivre la lecture

Par Murray Rothbard.

On entend beaucoup parler aujourd'hui de la distinction entre les droits de l'Homme et les droits de propriété, et beaucoup de ceux qui prétendent défendre les premiers se tournent avec mépris vers les défenseurs des seconds. Ils ne voient pas que les droits de propriété, loin d'être en conflit, sont en fait les plus fondamentaux de tous les droits de l'Homme.

Le droit de tout homme à sa propre vie implique le droit de trouver et de transformer des ressources : de produire ce qui maintient et fait progresser... Poursuivre la lecture

Voir plus d'articles