La pensée et la guerre, de Jean Guitton

Un bel ouvrage pour comprendre le monde et l’appréhender avec les yeux de la raison.

Partager sur:
Sauvegarder cet article
Aimer cet article 0

La liberté d’expression n’est pas gratuite!

Mais déductible à 66% des impôts

N’oubliez pas de faire un don !

Faire un don

La pensée et la guerre, de Jean Guitton

Publié le 14 mars 2017
- A +

Quand un philosophe, Jean Guitton, analyse la guerre, cela donne une pensée constructive et stimulante. DDB a l’heureuse idée de rééditer une série de conférences données par Jean Guitton à l’école de guerre, de 1940 aux années 1970. De la veille de la grande défaite au cœur de la menace nucléaire, les pratiques de la guerre ont bien changé, mais non sa philosophie, sa finalité et son essence.

Si l’on parle beaucoup aujourd’hui de guerres civiles et de guerre contre le terrorisme, on parle peu de ce qu’est réellement la guerre. La réflexion polémologique est un peu au point mort, ce qui empêche de comprendre réellement notre monde et les enjeux qui s’ouvrent à nous.

La guerre comme expérience courante

Or la guerre demeure une chose courante dans la vie de l’homme, avec son cortège de morts et de destructions. Mais ce n’est pas en l’éludant que l’on pourra l’éviter et encore moins la gagner. Penser la guerre, c’est s’y préparer et donc s’en préserver. Est ainsi abordée toute une série de thème, sur Hitler, sur la conduite de la guerre, sur la pensée de Foch, sur Hegel et sur la dissuasion nucléaire.

Ces interventions sont datées, mais le fond de leur analyse demeure d’actualité. Gérard Chaliand nous met en garde sur le fait que les Occidentaux sont devenus incapables de gagner les guerres parce qu’ils ne les pensent plus, parce qu’ils leur manquent le ressort stratégique qui leur permet de comprendre l’adversaire et de porter contre lui le coup d’estoc nécessaire pour gagner. L’ouvrage de Jean Guitton est à ce titre un livre salutaire pour penser de nouveau la guerre.

Chacune des conférences est introduite et présentée par un officier ou un historien de la guerre, ce qui permet de la situer à la fois dans son actualité et sa permanence. Cela en fait un bel ouvrage pour comprendre le monde et l’appréhender avec les yeux de la raison.

Jean Guitton, La pensée et la guerre, DDB, 288 pages.

Sur le web

La liberté d’expression n’est pas gratuite!

Mais déductible à 66% des impôts

N’oubliez pas de faire un don !

Faire un don

Nicolas Tenzer est enseignant à Sciences Po Paris, non resident senior fellow au Center for European Policy Analysis (CEPA) et blogueur de politique internationale sur Tenzer Strategics. Son dernier livre Notre guerre. Le crime et l’oubli : pour une pensée stratégique, vient de sortir aux Éditions de l’Observatoire. Grand entretien pour Contrepoints.

 

Hypothèse d'une victoire russe : à quelles répercussions s'attendre ?

Loup Viallet, rédacteur en chef de Contrepoints – Dans Notre Guerre, vous écrivez : « Les aiguilles de l... Poursuivre la lecture

N’en déplaise aux radicaux, l’émotion n’est pas bonne conseillère. Préserver le politique de nos sentiments, c’est faire un pas en direction de l’intérêt général. Adjoindre l’épithète « humain » à cette notion, c’est la dévaloriser. Mais qui a bien pu associer la rationalité responsable de l’intérêt général à un qualificatif empreint de sensibilité ? Un constitutionnaliste, expert des arcanes de la Cinquième République ? Un intellectuel de haute volée, versé dans les théories du contrat social ? Ni l’un, ni l’autre. L’auteur de l’expression «... Poursuivre la lecture

1
Sauvegarder cet article

Un article de Llewellyn H. Rockwell Jr.

Aujourd’hui, les guerres font rage en Ukraine et au Moyen-Orient. Quelle attitude les libertariens devraient-ils adopter face à ces guerres ? Est-il conforme aux principes libertariens de soutenir le camp qui, selon vous, a les meilleurs arguments ? Pouvez-vous inciter ce camp à tout mettre en œuvre pour remporter la victoire ?

Murray Rothbard, le plus grand de tous les théoriciens libertariens, ne le pensait pas. Et cela est vrai, même si vous avez correctement évalué le conflit. Regardon... Poursuivre la lecture

Voir plus d'articles