La pensée et la guerre, de Jean Guitton

Un bel ouvrage pour comprendre le monde et l’appréhender avec les yeux de la raison.

Partager sur:
Sauvegarder cet article
Aimer cet article 0

Promouvoir la liberté n’est pas gratuit

Mais cela peut aider à réduire vos impôts de 66%

Faites un don dès maintenant

Faire un don

La pensée et la guerre, de Jean Guitton

Publié le 14 mars 2017
- A +

Quand un philosophe, Jean Guitton, analyse la guerre, cela donne une pensée constructive et stimulante. DDB a l’heureuse idée de rééditer une série de conférences données par Jean Guitton à l’école de guerre, de 1940 aux années 1970. De la veille de la grande défaite au cœur de la menace nucléaire, les pratiques de la guerre ont bien changé, mais non sa philosophie, sa finalité et son essence.

Si l’on parle beaucoup aujourd’hui de guerres civiles et de guerre contre le terrorisme, on parle peu de ce qu’est réellement la guerre. La réflexion polémologique est un peu au point mort, ce qui empêche de comprendre réellement notre monde et les enjeux qui s’ouvrent à nous.

La guerre comme expérience courante

Or la guerre demeure une chose courante dans la vie de l’homme, avec son cortège de morts et de destructions. Mais ce n’est pas en l’éludant que l’on pourra l’éviter et encore moins la gagner. Penser la guerre, c’est s’y préparer et donc s’en préserver. Est ainsi abordée toute une série de thème, sur Hitler, sur la conduite de la guerre, sur la pensée de Foch, sur Hegel et sur la dissuasion nucléaire.

Ces interventions sont datées, mais le fond de leur analyse demeure d’actualité. Gérard Chaliand nous met en garde sur le fait que les Occidentaux sont devenus incapables de gagner les guerres parce qu’ils ne les pensent plus, parce qu’ils leur manquent le ressort stratégique qui leur permet de comprendre l’adversaire et de porter contre lui le coup d’estoc nécessaire pour gagner. L’ouvrage de Jean Guitton est à ce titre un livre salutaire pour penser de nouveau la guerre.

Chacune des conférences est introduite et présentée par un officier ou un historien de la guerre, ce qui permet de la situer à la fois dans son actualité et sa permanence. Cela en fait un bel ouvrage pour comprendre le monde et l’appréhender avec les yeux de la raison.

Jean Guitton, La pensée et la guerre, DDB, 288 pages.

Sur le web

Promouvoir la liberté n’est pas gratuit

Mais cela peut aider à réduire vos impôts de 66%

Faites un don dès maintenant

Faire un don

Plus de 20 % du territoire ukrainien est occupé par les Russes. Des villes et des villages détruits, des milliers de victimes, des millions de réfugiés… Et pourtant, le service après-vente de Poutine fonctionne toujours.

 

La thèse d’une OTAN se précipitant, dès la fin de la guerre froide, pour s’étendre à l’Europe centrale et orientale ne correspond pas aux faits historiques

Le maître tout-puissant du Kremlin a décrété que l’Ukraine et la nation ukrainienne n’existaient pas ? Fadaises. Intox. Et de toute façon ce n’est pas... Poursuivre la lecture

Simple opération « quart d’heure de célébrité » (seize minutes en l’occurrence) ou pavé bienvenu lancé dans le discours quasi religieux que toute entreprise se doit de tenir dorénavant sur la profondeur de ses engagements sociaux et environnementaux ?

Invité à s’exprimer lors de la conférence Moral Money organisée par le Financial Times (FT) la semaine dernière, le patron mondial des investissements responsables de la banque britannique HSBC Stuart Kirk a créé la surprise et soulevé beaucoup d’indignation en axant son discours sur le t... Poursuivre la lecture

fausses nouvelles destabilisation entreprise
4
Sauvegarder cet article

Par Tiffany Donnelly.

L'éditeur du New York Journal, William Randolph Hearst, aurait dit : "Vous fournissez les images, je fournis la guerre !"

Hearst et son rival, Joseph Pulitzer, ont fait du sensationnel, exagéré et carrément menti quotidiennement à des millions d'Américains avant la guerre hispano-américaine, répandant ce que beaucoup appelleraient aujourd'hui de la désinformation. La presse à sensation a notoirement attisé les flammes du conflit, accusant à tort les Espagnols d'avoir coulé l'USS Maine. Mais si les mensonges... Poursuivre la lecture

Voir plus d'articles