Vins au Québec : pourquoi si peu de transparence ?

Au Québec, il est interdit d’afficher l’appellation d’un vin sur les bouteilles vendues en épicerie. Mais cette information est pourtant mentionnée lorsque le vin est acheté dans les succursales de l’État.

Partager sur:
Sauvegarder cet article
Aimer cet article 0
In vino veritas by Lauren Parnell Marino (CC BY-NC 2.0)

Promouvoir la liberté n’est pas gratuit

Mais cela peut aider à réduire vos impôts de 66%

Faites un don dès maintenant

Faire un don

Vins au Québec : pourquoi si peu de transparence ?

Les points de vue exprimés dans les articles d’opinion sont strictement ceux de l'auteur et ne reflètent pas forcément ceux de la rédaction.
Publié le 5 février 2017
- A +

Par Mathieu Bédard.

peu de transparence
In vino veritas by Lauren Parnell Marino (CC BY-NC 2.0)

Jusqu’à récemment, tout ce que vous pouviez savoir à propos d’un vin vendu à l’épicerie, outre son nom, était sa couleur. Syrah, cabernet sauvignon et merlot étaient vendus sous un seul et même « cépage » : rouge.

Affichage de l’information : pas interdite partout

Une loi adoptée en décembre permet maintenant d’inscrire plus d’information sur les bouteilles. On pourra dorénavant indiquer le cépage du vin, soit le type de raisin qui entre dans sa composition. En revanche, il est toujours interdit d’inscrire le nom de lieu ou d’aire géographique réservé selon la législation du pays d’origine. L’étiquette sur la bouteille d’un vin vendu en épicerie peut donc mentionner s’il s’agit d’un cabernet sauvignon ou d’un merlot, et si le vin vient par exemple de France ou d’Espagne.

Mais il est encore interdit de dévoiler l’appellation, c’est-à-dire s’il s’agit d’un Côtes-du-Rhône ou un Beaujolais-villages, alors que cette information est disponible sur les bouteilles achetées dans les succursales de la SAQ1.

Pourtant, n’importe quel amateur de vin vous confirmera que cette information est essentielle. Les merlots de France n’ont pas tous le même goût !

Quelle logique dans ce peu de transparence ?

Quelle logique s’applique derrière cette nouvelle réglementation ? Celle de la protection du consommateur…  celle de la protection de la SAQ ?

La réponse est sans équivoque. Alors que l’éducation à propos des vins est parfois considérée comme l’une des principales raisons derrière l’existence de la SAQ, la loi empêche en même temps une certaine forme d’éducation pour les consommateurs achetant leur vin à l’épicerie. Il n’y a aucune justification légale ou sanitaire à ce genre de règle.

Imposer l’obligation d’informer… mais pas pour tout le monde

La plupart du temps, lorsque l’État cherche à justifier la réglementation de l’économie, il invoque le manque d’information. L’État intervient donc sur presque tous les marchés et force les entreprises à divulguer toutes sortes de données pour éclairer les choix des consommateurs, par exemple les informations nutritionnelles des aliments, la consommation énergétique pour les appareils électroménagers ou celle d’essence pour les voitures. La loi l’oblige et, bien souvent, il s’agit d’informations très utiles qui permettent de prendre de meilleures décisions de consommation.

Parfois, ces exigences ont même un coût important pour les entreprises, alors que les informations ne sont pas toujours lues. Dans ce cas-ci, en revanche, l’État veut délibérément tenir les consommateurs dans l’ignorance de sorte qu’ils soient incapables d’identifier correctement le vin lorsqu’il est vendu par quelqu’un d’autre que lui.

Il n’y a tout simplement aucune raison à cette interdiction, à part la protection du monopole de l’État qui a manifestement une crainte : si les consommateurs avaient davantage d’informations sur les vins disponibles dans les épiceries, ils verraient moins l’utilité de faire le détour par une succursale de la SAQ.

Sur le web

  1. Société des Alcools du Québec.
Voir le commentaire (1)

Laisser un commentaire

Créer un compte Tous les commentaires (1)
  • L’administration québécoise brillerait-elle par son incompétence en ce domaine précis ? C’est une décision ridicule . Un vin de cépage est différent d’un terroir à l’autre . Quant aux crus (châteaux , domaines …etc.) , une indication d’origine est une nécessité pour le consommateur avant d’acheter un produit . Le Québec agit-il de la même façon quand il s’agit de produits cosmétiques , pharmaceutiques , ménagers , industriels , etc. ? Qu’en est-il du Traité de libre échange CETA ? Quand j’achèterai du sirop d’érable , je veux que ce soit de l’authentique sirop d’érable du Canada et non un succédané mélange de sirop de maïs ou autre saloperie …

  • Les commentaires sont fermés.

Promouvoir la liberté n’est pas gratuit

Mais cela peut aider à réduire vos impôts de 66%

Faites un don dès maintenant

Faire un don

Le Canada traverse une importante crise de la représentation qui a culminé en février dernier durant la révolte des camionneurs. Si la confiance d’une partie de la population envers la classe politique est chancelante, sa confiance envers les médias traditionnels est en chute libre, la montée dudit « complotisme » étant la plus forte manifestation de cette récente rupture. Au Québec, 50 % des gens croient aujourd’hui que les journalistes cherchent délibérément à les tromper, selon un sondage de la firme Edelman, publié fin mars dernier.

<... Poursuivre la lecture

Si le vote des Français en France concentre logiquement toute l’attention, celui des Français à l’étranger donne des éléments sur la mentalité des expatriés, émigrés voire des binationaux. Un vote qui peut toutefois avoir une certaine importance.

Le vote des Français à l’étranger a représenté 500 000 votes sur 1,4 million d’inscrits (un taux de participation de 35 %). 45 % ont voté pour Macron et 22 % pour Mélenchon, Zemmour faisant 8 % et Le Pen ne représentant que 5 %.

Ces chiffres méritent d’être étudiés de plus près, car ils... Poursuivre la lecture

Par Philbert Carbon. Un article de l'IREF Europe

Il y a un an nous nous penchions sur ce que nous préparait l’Union européenne-nounou pour nous empêcher de mourir en réglementant et taxant davantage l’alcool, le tabac et le sucre. En matière d’alcool, une nouvelle offensive est menée par Véronique Trillet-Lenoir, député européen de la République en marche (LREM), qui a rédigé un rapport dans le cadre de la commission spéciale sur la lutte contre le cancer (BECA) du Parlement européen. Sur la base de ce rapport, le Parlement de Strasbou... Poursuivre la lecture

Voir plus d'articles