Une cour fédérale suspend l’ordre exécutif de Trump sur les migrants

Donald Trump painted portrait By: thierry ehrmann - CC BY 2.0

Pour sa première semaine, Donald trump a subi sa première défaite en justice au sujet des migrants et des réfugiés.

Par Scott Shackford, depuis les États-Unis.
Un article de Reason

Donald Trump painted portrait By: thierry ehrmannCC BY 2.0

L’Union Américaine des Libertés Civiles, ACLU, a, au moins temporairement, mis un coup d’arrêt à la tentative de Donald Trump de refuser l’entrée aux réfugiés et aux voyageurs d’une poignée de pays sélectionnés, à populations principalement musulmanes.

Comme l’écrivait Matt Welch hier matin, l’ordre de Trump d’interdire les voyageurs et les réfugiés de Syrie, Irak, Iran, du Soudan, de la Libye, de Somalie et du Yemen, inclut des personnes qui ont déjà été approuvées pour vivre légalement aux États-Unis d’Amérique, et qui y sont même parfois depuis des années. Des immigrants et des réfugiés de ces pays revenant chez eux aux États-Unis se retrouvent par conséquent détenus à l’aéroport en application de cet ordre, et ne peuvent pas pénétrer dans le pays.

L’ACLU a rapidement lancé des poursuites judiciaires, représentant deux Irakiens détenus à l’aéroport John F. Kennedy. Hier soir, un juge s’est prononcé en faveur de l’ACLU, suspendant temporairement l’ordre du président.

Pour être clair, la décision du juge porte spécifiquement sur les immigrants et les réfugiés de ce pays qui ont déjà été approuvés pour voyager et vivre aux États-Unis, et seulement à ceux-là. L’État ne peut pas simplement éjecter sans procédures juridiques correctes des personnes auxquelles il a déjà attribué des green cards et des visas, a argumenté l’ACLU. Le juge a conclu que cet argument a suffisamment de mérite pour emporter la victoire, ce qui a aidé à le convaincre d’accorder la suspension.

Vous pouvez lire la décision complète, de 3 pages, ici. Mais voici la conclusion pertinente :

Le directeur exécutif de l’ACLU, Anthony D. Romero, a répondu :

« Clairement, le juge a compris la possibilité de dommages irréparables à des centaines d’immigrants et de visiteurs légaux aux USA. Nos cours ont travaillé aujourd’hui comme elles le devraient, comme un rempart contre les abus de l’État et contre les politiques et les ordres  inconstitutionnels. Pour sa première semaine, Donald Trump a subi sa première défaite en justice. »


Sur le web. Traduction Contrepoints.