Comment le RSI veut supprimer les petites mutuelles

Officiellement, en 2019, il ne devrait demeurer que trois organismes conventionnés, ce qui suppose le retrait de conventionnement à un certain nombre de petites mutuelles.

Par Éric Verhaeghe.

Comment le RSI veut supprimer les petites mutuelles
By: sammynetbookCC BY 2.0

Le RSI ne se contente pas de maltraiter ses « bénéficiaires ». Il entend aussi participer à la grande oeuvre de diminution du nombre de petites mutuelles en France en retirant à celles-ci leur agrément pour gérer les dossiers maladie (organismes dits conventionnés).

La convention d’objectifs et de gestion 2016-2019 signée avec la direction de la Sécurité sociale ne s’en cache pas.

Pour mémoire, voici les organismes conventionnés habilités aujourd’hui à gérer les prestations maladie du régime. Comme l’indique l’IGAS, le fonctionnement de ces organismes ne pose pas problème :

Sur ce sujet, la Convention 2016-2019 mentionne ceci :

On le voit : le RSI a signé avec l’État un accord prévoyant un changement de réglementation qui limitera le nombre d’organismes conventionnés. Comme toujours, la technique utilisée consiste à réglementer la taille des organismes conventionnés pour éliminer les « petits ».

Officiellement, en 2019, il ne devrait demeurer que trois organismes conventionnés, ce qui suppose le retrait de conventionnement à un certain nombre de petites mutuelles. Celles-ci devront donc accepter des transferts de personnels, des réductions de taille, voire des licenciements…

Cette mesure est purement idéologique. Personne ne se plaint de la qualité de service des organismes concernés. Comme toujours… quand quelque chose marche malgré sa petite taille,  il vaut mieux le casser en créant des gros machins. Comme si la priorité du RSI était de ruiner les petites mutuelles.

L’idéologie du « jardin à la française » devrait donc coûter très cher aux indépendants.

Sur le web