Politique française : comme un moment de désarroi…

Les deux débats de la primaire socialiste n'y changeront rien : la politique française ne peut que plonger l'observateur dans le plus grand désarroi.
Partager sur:
Sauvegarder cet article
Aimer cet article 0
Capture d'écran du débat de la primaire à gauche

Promouvoir la liberté n’est pas gratuit

Mais cela peut aider à réduire vos impôts de 66%

Faites un don dès maintenant

Faire un don

Politique française : comme un moment de désarroi…

Publié le 16 janvier 2017
- A +

Le mois de janvier est à moitié engagé, et, avec lui, les primaires de la Belle Gauche Populiste qui ont largement mobilisé la presse qui… Ah, tiens, non, finalement, tout le monde s’en fiche.

Il faut dire qu’il y a un peu de quoi.

Soyons lucides : il est assez difficile de s’enthousiasmer pour la brochette de perdants qu’on nous propose. Je dis « perdants », parce que tous portent la déroute sur eux : quand il y a bien une idée, leurs discours empestent la naphtaline, et pour le reste, c’est l’odeur d’ozone qui surnage nettement, caractéristique des photocopieurs qui tournent à plein régime.

Tout le monde, à commencer par les journalistes, s’est profondément ennuyé à regarder un premier « débat » qui ressemblait plus à une collection triste de monologues entre vieilles dames, dans un salon de thé à Dunkerque, un jour de semaine pluvieux. Le débat suivant, à peine plus animé, n’a pas semblé relever le niveau. Si le troisième est de la même trempe, le seul bruit qui pourrait le troubler sera, au mieux, celui de l’horloge comtoise qui égrainera les secondes ou, au pire, celui de la détonation du Colt 1911 que l’un ou l’autre socialiste se sera fourré dans la gorge pour en finir une fois pour toutes avant l’oubli définitif.

Et toujours à propos de suicide, la pudeur imposera d’oublier celui des chaînes qui doivent retransmettre cette purge intellectuelle où les âneries des uns et des autres ne sont même pas suffisamment drôles pour constituer une raison de regarder : à moins d’une téléréalitésation de ces débats où (exemple au hasard) Hamon tenterait une drague finaude sur Pinel pendant que Valls se battrait avec Peillon à mains nues dans la boue, on peut raisonnablement douter que les chiffres d’audience décollent.

Pendant ce temps, le seul grumeau qui semble se détacher de ce potage fade reste Macron dont les médias sont toujours aussi amourachés. Le petit gars, qui a d’autant plus la niaque que ses vagues concurrents socialistes semblent en état de mort cérébrale, continue un parcours volontairement affiché comme tonitruant.

À tel point que, dans certains journaux, on en arrive à se demander si, quelque part, entre deux repas plantureux et l’une ou l’autre manigance politique dont il a le secret (après tout, Hollande planterait bien Valls avec délectation), celui qui est encore Chef de l’État ne se déciderait pas à annoncer… son soutien à Macron. Ce n’est pas complètement surprenant puisque, finalement, plus le temps passe, plus Macron fait du Hollande dans le texte : absence de programme, pénurie d’idées claires, enfilade de petites phrases, succès presqu’entièrement médiatique et dont l’aspect artificiel n’échappe finalement qu’aux intoxiqués des meetings qu’il organise à grands frais.

L’alternative à peine plus solide consisterait à se présenter tout de même, malgré tout, en dépit du reste et pour le Lulz. Mais franchement, personne n’oserait y croire. Ou presque.

En pratique, Macron est plutôt un candidat de centre-gauche, place qu’avait finalement prise Hollande en 2012 après son positionnement socialiste plus marqué en début de campagne. Et tout comme un Bayrou qui a toujours vendu de la tisane tiède (sans sucre, sans conservateur, sans édulcorant, sans vitamine, sans espoir), Macron, pour ratisser aussi large que possible, ne dit finalement rien qui puisse offrir un angle d’attaque.

À tel point que sur son site, on peine sincèrement à trouver une trace de propositions concrètes et chiffrées. On trouve, certes, une demi-douzaine de questions qui turlupinent le Juppé de Gauche, et cette affirmation, faussement rassurante :

« À toutes ces questions, nous devons apporter des réponses neuves. »

Des réponses neuves, ou pas, ce serait chouette, en effet. Mais pas sur le site En Marche (ou alors bien planquées hors de portée de l’internaute lambda). En fait, ces « réponses » sont plus ou moins trouvables dans les entretiens journalistiques, réunions politiques, grands barouds médiatiques et autres résumés synthétiques qu’on trouve un peu partout sur le Web. Pratique : personne n’a alors à tenir de liste de ces propositions claires. Pratique : personne ne pourra tenter de voir s’il y a variation d’un jour à l’autre. Pratique : personne ne saura s’il s’était vraiment engagé sur ceci ou son contraire, ou s’il s’agissait seulement d’une proposition éphémère. En termes de solide, concret, bien délimité, il n’y a rien, absolument rien.

En revanche, à l’instar du site, des grandes et belles phrases d’énarque, creuses et toutes pleines d’un souffle qu’on devine exclusivement composé d’air chaud, ça, on en trouve des brouettées bien remplies. Même le programme, les promesses, engagements et propositions de Hollande étaient au moins plus concrètes quand, en 2012, le rescapé des primaires socialistes de l’époque se lançait à l’assaut de l’Élysée.

Néanmoins, la proximité idéologique de Macron avec Hollande ne doit plus faire de doute. On comprend pourquoi le second a suffisamment apprécié le premier pour lui mettre le pied à l’étrier et ô combien sa démission et sa candidature ont dû l’irriter. À présent, si ce soutien de Hollande à Macron n’apparaît pas illogique, il comporte un très gros risque, autant pour Macron que pour tous les petits grouillots socialistes qui tentent actuellement de se faire une place sous les spots médiatiques. En effet, dès que ce soutien devient clair, affiché et actif, ce petit monde est instantanément plongé dans une mouise épaisse et gluante puisqu’il aurait à la fois le pouvoir magique de détourner le peu d’attention médiatique des candidats officiels actuels et de signer l’arrêt de mort de Macron, devenant le digne successeur d’un président parfaitement détesté. Vengeance calculée de Hollande ?

Pendant ce temps et de l’autre côté, à droite, Fillon a décidé de saboter sa campagne en revenant petit à petit sur tout ce qui aurait pu constituer une vraie nouveauté ou une démonstration de courage : ayant utilisé la primaire de droite comme un premier tour, il tente à présent de recentrer son discours pour tenter de gagner de nouveaux partisans. Ce faisant, il dilue passablement une soupe déjà peu épaisse, et risque fort de ne rien gagner dans l’opération.

Autrement dit, pendant que la gauche s’éparpille avec un nombre de candidats ingérables au parfum de losers absolument inamovible, la droite s’enfonce dans le consensus le plus mou dont on fait les défaites les plus amères.

En définitive, on a d’un côté des candidats sans programmes et de l’autre, un candidat qui a passé le sien, déjà pas bien gros, au broyeur de la bien-pensance. Ne reste que les chapelets de saucisses collectivistes de Vladimir Ilitch Mélenchon ou de Marxine Le Pen, dont on sait déjà qu’appliqués, ils propulseraient le pays sur les routes rebondissantes déjà empruntées par le Venezuela, le Zimbabwe, Cuba ou d’autres paradis sociaux-nationalistes rigolos.

On ne peut qu’être empli de désarroi devant un tel vide d’idées, ou, pire encore, le recyclage tambour battant de toutes les vieilles lunes collectivistes, sociales-démocrates ou carrément fascistes qui ont, toutes, largement prouvé leur nocivité. C’est consternant.

En mai 2017, les électeurs vont avoir bien du mal à choisir devant une telle catastrophe politique prévisible puisqu’à ce moment, la France s’apprêtera donc à choisir le successeur du plus mauvais président de toute son histoire. Aussi incroyable que cela puisse paraître, on peut raisonnablement penser, devant le constat effrayant du vide intellectuel qui règne maintenant sur tout l’échiquier politique, que celui qui sera désigné sera peut-être pire que celui qui s’en va.

Ce pays est foutu.

—-
Sur le web

Voir les commentaires (17)

Laisser un commentaire

Créer un compte Tous les commentaires (17)
  • il faut croire que le sieur macron n’est pas si sur que ça de lui puisque c’est lui même qui demandé aux socialo de bien vouloir se réunifier autour de lui et de le soutenir ; donc macron est bien un socialiste qui veut redonner une chance au ps ;

    • quand on regarde qui se cache derrière Macron, on voit l’ombre de Drahi , l’homme aux 50 milliards d’euros de dettes , copain de Macron ministre..
      ça ne rassure pas

    • Déjà ce week-end Huchon était présent à son meeting de Lille, hier Royal qui envisage de se rallier à lui et aujourd’hui Kouchner… quel changement en perspective, le « système » n’a qu’à bien se tenir ?

  • On devrait se réjouir de ne plus avoir aucun candidats sérieux voulant devenir président de la dernière république , sans doute que demain la France se passera enfin d’un gouvernement centralisateur et mettra en vente l’Élysée et Matignon 🙂

  • la gauche et la droite ne valent rien … ça on est d’ accord !!!! mélenchon c’est le syriza français ok – mlp marxiste bon vous y aller fort le patriotisme = marxisme faut pas abuser !!! il faut un vrai changement et un coup de pied dans la fourmilière et c ‘est pas en votant pour les mêmes gauche-droite qu’on y arrivera !!!!!

    • Pour la comparaison Marine Le Pen et Jean-Luc Mélenchon prend tout son sens lorsqu’on lit les programmes politiques de ces deux parties. Nous retrouvons les mêmes idées, surtout en économie :
      – protectionnisme assumée
      – sortie de l’Euro voire de l’UE
      – hausse SMIC
      – centralisation des décisions économiques au niveau de l’état (planification à outrance)
      etc.

      Au niveau social, idem :
      – redistribution massive
      – augmentation des aides
      etc.

      La seule différence va être que l’un va avoir comme « ennemi » les immigrés et l’autre ce sera les « patrons ».

      Pour mieux comprendre en quoi la mise en place de telles politiques ne peut qu’aboutir à une dépendance à l’état, je vous conseille de lire la route de la servitude de F. Hayek.

      • Faux: MLP en a à la finance internationale. Le FN a quasiment abandonné toute rhétorique/programme quant à l’immigration. Son programme sur ce sujet n’est guère différent de celui d’un Fillon ou autres.

  • Hollande soutenir Macron ? Ce sera le baiser de la mort. Macron est foutu.

  • Ils sont tous vraiment navrants. Fillon est sans doute le moins pire. Cependant, à voir tous les médias le considérer comme le prochain président (que le ton soit enthousiaste ou catastrophé), j’en viens à penser que Le Pen va gagner, sous les yeux médusés des gratte-papier et des ronds-de-cuir, qui ne se rendront pas compte pour autant de leur responsabilité dans cette déconfiture.

    • J’ai l’impression que les médias cherchent plutôt à faire la promotion de Macron…

      • Je reconnais qu’ils en parlent, mais plus comme du dernier truc à la mode que comme le futur président. Plus généralement, concernant 2017, je les trouve peu prolixes depuis la primaire LR, leur attitude est assez résignée, comme si tout était joué.

  • Je préfère encore qu’on me serve de la tisane tiède plutôt que des salades ou une grande bouffée d’air chaud du genre « bienveillance contagieuse ».

  • Il faut bien comprendre l’auteur lorsqu’il se présente en disant qu’il « fait » des articles…

  • Hollande soutiendra peut-être …Bayrou ❓ Ce serait botter en touche élégamment.

  • Reste donc la peste ou le choléra. Qu’ils nous laissent un os à ronger pour faire la différence, par exemple assouplir avec justesse et justice la chasse aux automobilistes. Il y a 30 ans pleins de cadeaux à ces électeurs motorisés, et cela apportait des voies. De nos jours point de cadeaux et donc beaucoup de voies en moins. Gagnant prévisible de 2017: abstention et blanc. Pauvre Phrance.

  • Les commentaires sont fermés.

Promouvoir la liberté n’est pas gratuit

Mais cela peut aider à réduire vos impôts de 66%

Faites un don dès maintenant

Faire un don

Victorieuse à la présidentielle mais fortement contestée après les élections législatives, la Macronie va devoir transiger, négocier et réinvestir le champ parlementaire. Et ce n’est pas vraiment dans ses habitudes.

Le triomphe d’Emmanuel Macron en 2017 est aussi le triomphe de l’hyperprésidentialisation du régime. Porté en triomphe par les médias et bénéficiant d’une confortable majorité à l’Assemblée, le nouveau président peut s’imaginer Jupiter. Il s’entoure de technocrates chargés d’appliquer à la lettre ses consignes et exige l’ob... Poursuivre la lecture

casier Législatives coute
0
Sauvegarder cet article

Ce n’est pas Macron, aujourd’hui, c’est la démocratie qui est en marche. Depuis l’heureuse surprise du deuxième tour de l’élection législative, nous retrouvons enfin un équilibre des pouvoirs tel que l’avait défendu Montesquieu dans L’Esprit des lois.

C'est une expérience éternelle que tout homme qui a du pouvoir est porté à en abuser, et pour qu'on ne puisse abuser du pouvoir, il faut que, par la disposition des choses, le pouvoir arrête le pouvoir.

C’est chose faite depuis le 19 juin.

Malgré la position privilégiée que ... Poursuivre la lecture

53,7 % de Français ont refusé de participer au second tour des législatives. Le message est on ne peut plus clair et limpide : 53,7 % des Français ne s’intéressent pas à la désignation du pouvoir.

On pouvait donc penser que le message soit entendu, que le pouvoir fasse preuve d’humilité, réfléchisse, se remette en question… Que nenni ! À peine le chiffre a-t-il été constaté qu’aussitôt, la fureur politicienne a repris le haut de l’affiche.

Il vient pourtant de se prendre une sacré claque, le « en même temps », le « dire une chos... Poursuivre la lecture

Voir plus d'articles