Exclu primaire de la gauche : suivez notre radar des idées

Pour vous aider à suivre les arguments et les programmes, nous avons mis en place un radar de la gauche qui permet de repérer facilement les positions de chacun sur les marqueurs qui clivent l’opinion, spécialement à gauche.

Partager sur:
Sauvegarder cet article
Aimer cet article 0

Promouvoir la liberté n’est pas gratuit

Mais cela peut aider à réduire vos impôts de 66%

Faites un don dès maintenant

Faire un don

Exclu primaire de la gauche : suivez notre radar des idées

Publié le 12 janvier 2017
- A +

Par Éric Verhaeghe.

Exclu primaire de la gauche : suivez notre radar des idées
By: Mo RizaCC BY 2.0

Le premier débat de la primaire de la gauche a lieu ce soir, avec 7 candidats dont certains sont relativement confidentiels. Pour vous aider à suivre les arguments et les programmes, nous avons mis en place un radar de la gauche qui permet de repérer facilement les positions de chacun sur les marqueurs qui clivent l’opinion, spécialement à gauche.

Les marqueurs de gauche aujourd’hui

Au fil des débats, plusieurs marqueurs se dégagent à gauche, qui peuvent se regrouper en plusieurs blocs.

Un bloc assez large regroupe les thématiques européennes, de souveraineté et de finances publiques, qui sont connexes mais ne se réduisent pas les unes aux autres. Faut-il maîtriser les déficits ou laissez filer la dépense publique pour financer de nouvelles politiques? Laisser filer la dépense publique, c’est affronter l’Europe et sa règle du 3%, donc revendiquer une forme de souverainisme.

Un autre bloc regroupe les questions de politique intérieure, notamment de protection sociale, de travail et, en partie, de laïcité entendue comme art français de vivre ensemble. Ces marqueurs-là sont l’espèce d’épine dorsale de la gauche, celle par laquelle elle s’est structurée au siècle dernier. Entre revendications ouvrières, aspirations à de nouveaux droits et lutte contre le pouvoir de l’Église, la gauche retrouve son « triangle d’or » revendicatif. Il est intéressant de voir quel profil il revêt aujourd’hui.

Un troisième bloc, atypique, est celui de la réforme institutionnelle. Il est identifié en tant que tel dans notre radar.

Sur chacun de ces items, nous avons classé le degré d’engagement des candidats.

Quelle méthode de classement ?

Pour établir notre radar des programmes à la primaire, nous avons distingué sur chaque axe de clivage cinq propositions structurantes qui distinguent les candidats (voir l’article consacré à ce classement). De façon schématique mais fidèle, le radar affecte 1 point lorsque le candidat fait une proposition correspondant à l’item, et affecte 0 lorsque le candidat ne propose rien sur le sujet.

La somme des points recueillis axe par axe permet d’établir la « toile d’araignée » qui se trouve ci-dessous.

Source: www.entreprise.news

Les grandes surprises de la primaire de la gauche

Le radar proposé ci-dessus réserve quelques grandes surprises.

Dans le domaine de la protection sociale et du travail, c’est curieusement Manuel Valls qui présente les propositions les plus « à gauche »: pas de réforme de la Sécurité sociale, préservation du système actuel de retraite, mise en place d’une Sécurité sociale professionnelle, alignement du RSI sur le régime général. L’ex-Premier ministre a pris soin de corriger son image de libéral.

Sans le dire, ses challengers se montrent beaucoup plus réformateurs sur des sujets critiques.

Pour le reste, les candidats paraissent relativement peu ambitieux sur leurs propositions, et l’absence de superficie sur la toile de leurs propositions témoigne d’une difficulté à faire bouger les lignes. Et c’est probablement là que les candidats à la primaire commettent une erreur stratégique qui laissent une place « aux autres ».

Sur le web

Voir le commentaire (1)

Laisser un commentaire

Créer un compte Tous les commentaires (1)
  • Pour être complet, il faudrait tracer une ligne supplémentaire pour faire figurer le degré d’imposture de chacune des propositions des candidats.

  • Les commentaires sont fermés.

Promouvoir la liberté n’est pas gratuit

Mais cela peut aider à réduire vos impôts de 66%

Faites un don dès maintenant

Faire un don

Victorieuse à la présidentielle mais fortement contestée après les élections législatives, la Macronie va devoir transiger, négocier et réinvestir le champ parlementaire. Et ce n’est pas vraiment dans ses habitudes.

Le triomphe d’Emmanuel Macron en 2017 est aussi le triomphe de l’hyperprésidentialisation du régime. Porté en triomphe par les médias et bénéficiant d’une confortable majorité à l’Assemblée, le nouveau président peut s’imaginer Jupiter. Il s’entoure de technocrates chargés d’appliquer à la lettre ses consignes et exige l’ob... Poursuivre la lecture

casier Législatives coute
0
Sauvegarder cet article

Ce n’est pas Macron, aujourd’hui, c’est la démocratie qui est en marche. Depuis l’heureuse surprise du deuxième tour de l’élection législative, nous retrouvons enfin un équilibre des pouvoirs tel que l’avait défendu Montesquieu dans L’Esprit des lois.

C'est une expérience éternelle que tout homme qui a du pouvoir est porté à en abuser, et pour qu'on ne puisse abuser du pouvoir, il faut que, par la disposition des choses, le pouvoir arrête le pouvoir.

C’est chose faite depuis le 19 juin.

Malgré la position privilégiée que ... Poursuivre la lecture

53,7 % de Français ont refusé de participer au second tour des législatives. Le message est on ne peut plus clair et limpide : 53,7 % des Français ne s’intéressent pas à la désignation du pouvoir.

On pouvait donc penser que le message soit entendu, que le pouvoir fasse preuve d’humilité, réfléchisse, se remette en question… Que nenni ! À peine le chiffre a-t-il été constaté qu’aussitôt, la fureur politicienne a repris le haut de l’affiche.

Il vient pourtant de se prendre une sacré claque, le « en même temps », le « dire une chos... Poursuivre la lecture

Voir plus d'articles