Énergie nucléaire : la force tranquille

Partager sur:
Sauvegarder cet article
Aimer cet article 0
Central Nuclear Trillo By: Rodrigo Gómez Sanz - CC BY 2.0

Promouvoir la liberté n’est pas gratuit

Mais cela peut aider à réduire vos impôts de 66%

Faites un don dès maintenant

Faire un don

Énergie nucléaire : la force tranquille

Publié le 8 janvier 2017
- A +

Par Michel Gay.

énergie nucléaire
Central Nuclear Trillo By: Rodrigo Gómez SanzCC BY 2.0

Dans un contexte énergétique en profonde mutation, l’énergie nucléaire apporte des réponses adaptées aux défis d’avenir et correspond aux enjeux du XXIe siècle. Elle est un atout économique pour la France qui souhaite redresser son économie, réindustrialiser ses territoires et lutter contre le changement climatique. Cette force tranquille s’enracine dans le monde pour accompagner le développement de l’humanité.

L’énergie nucléaire : un prix intéressant et prévisible

Le nucléaire assure aux Français une électricité bon marché1. Par comparaison, un Allemand paye son électricité 70% plus cher qu’un Français et le prix de l’électricité pour les industriels en France est de 25% inférieur au prix moyen en Europe2. Pour certaines industries, l’électricité représente jusqu’à 30% (aluminium) et même 70% (chlore) du coût de revient3.

L’avantage compétitif procuré par le nucléaire bas carbone peut compenser d’autres facteurs négatifs de production comme le coût du travail.

Le nucléaire protège des aléas énergétiques mondiaux. Il met la France à l’abri des variations soudaines de prix car le coût de production de l’électricité nucléaire est prédictible. Il est peu tributaire des cours de l’uranium qui ne représente que 5% du coût de production, et moins de 2% du prix de vente aux particuliers.

La sécurité de l’approvisionnement en énergie nucléaire

Les risques géopolitiques sont faibles puisque 44% des réserves actuelles se situent dans l’OCDE4, et la majorité des échanges sont liés à des contrats long terme.

La sécurité d’approvisionnement de la France pour les réacteurs actuels est assurée :

  • à court terme, EDF dispose d’un stock d’uranium correspondant à 2 ans de production d’électricité5 (en comparaison, les réserves d’hydrocarbures représentent moins de 4 mois de notre consommation6.
  • à moyen terme, AREVA possède un portefeuille de réserves en uranium représentant 30 années de consommation.
  • à long terme, les ressources connues en uranium représentent au moins 100 ans de consommation mondiale, et jusqu’à 250 ans7 si l’on inclut les ressources estimées.

Au cours de ce siècle, la surgénération permettra d’utiliser complètement la ressource uranium et les réserves mondiales passeront alors à plusieurs milliers d’années.

Un savoir-faire français qui s’exporte

Notre parc nucléaire contribue aussi à exporter notre savoir-faire dans le monde pour 6 milliards d’euros par an8. AREVA réalise 60% de son chiffre d’affaires hors de France. Plus de 10% de notre électricité bas carbone est exportée vers nos voisins ce qui rapporte environ 2 milliards d’euros par an9 à l’économie française.

La France a développé une filière industrielle nationale complète (conception et construction de ses centrales nucléaires, enrichissement et fabrication du combustible). Elle est la troisième en France (derrière l’aéronautique et l’automobile) avec plus de 2 500 entreprises réparties sur tout le territoire. Elle n’est tributaire d’aucun savoir-faire technologique ou industriel extérieur pour engager un programme de rénovation de ses centrales et le renouvellement de son parc à l’horizon 2030.

Un euro investi dans le nucléaire crée trois fois plus d’emplois en France que les autres filières de production d’électricité. Un EPR implanté en Europe génère environ 3750 emplois en France pendant la phase de construction, selon le cabinet d’audit PwC10.

L’énergie nucléaire au centre des enjeux environnementaux

Enfin, bon marché, respectueuse de l’environnement, propre et bas carbone, l’énergie nucléaire se place au carrefour des enjeux environnementaux et climatiques de ce siècle. Elle recycle ses matières et gère ses déchets de manière rigoureuse. Dans ses rapports de 2012 et 2014, la Cour des comptes indique que le démantèlement et la gestion des déchets étaient provisionnés dans le calcul des coûts de production et conclut sur leur suffisance.

Les déchets de haute-activité à vie longue (HAVL) ne représentent que 0,2% des déchets radioactifs produits. La création d’un centre de stockage (Cigéo) dans une formation géologique stable confinera définitivement ces déchets. En 2016, le ministère de l’Énergie a donné comme objectif de coût pour ce projet un montant de 25 milliards d’euros étalés sur plus de 100 ans, ce qui représente moins de 2% du coût de production de l’électricité d’origine nucléaire.

Le nucléaire est un atout économique et le pilier notre indépendance énergétique (55,8%11). Ce taux est l’un des plus élevés de l’Union européenne.

Malgré ce bon chiffre, en 2014, la France a dépensé 54,6 milliards d’euros en importation de gaz et de pétrole. L’électrification des transports et de l’habitat-tertiaire permettra de réduire cette facture lorsque la réglementation thermique 2012 (qui limite l’usage de l’électricité dans les habitations au profit du gaz) aura été modifiée.

L’énergie nucléaire sera incontournable

En 1970, deux tiers de l’électricité étaient produits avec des énergies fossiles (charbon, gaz et fuel). Aujourd’hui, cette part n’est plus que de 6% (94% de notre électricité est produite sans émission de CO2) grâce principalement au nucléaire (77%). La France est l’un des pays les moins émetteurs de gaz à effet de serre au monde pour la production d’électricité et elle est reconnue comme numéro un mondial pour la qualité, la disponibilité et l’accès à son l’électricité12.

Le développement du démonstrateur technologique de réacteur à neutrons rapides ASTRID permettra de mieux valoriser les matières issues du recyclage des combustibles usés, notamment l’uranium et le plutonium. Au-delà de 2050, le développement de réacteurs surgénérateurs permettra à la France de disposer d’une autonomie de 3000 à 5000 ans pour sa production électrique grâce à l’uranium et au plutonium déjà entreposés sur son sol.

Après une phase de consolidation pour renforcer les mesures de sécurité suite à l’accident de la centrale de Fukushima-Daiishi (qui n’a fait aucune victime due au nucléaire alors que la vague du tsunami, elle seule, a provoqué 20 000 décès), la construction de nouveaux réacteurs n’a jamais été aussi importante depuis 25 ans. Actuellement, 60 réacteurs sont en construction. Ils viendront s’additionner aux 450 déjà raccordés au réseau13.

La construction des futurs réacteurs évoluera au rythme du coût et de l’épuisement des énergies fossiles. Les qualités intrinsèques de l’énergie nucléaire en font une source d’énergie incontournable dans le futur pour tous les pays, modernes ou non, qui cherchent à se développer. C’est une puissante force inépuisable à l’échelle humaine qui se répandra tranquillement dans le monde.

  1. Eurostat 2015.
  2. Eurostat 2015.
  3. Uniden (Union des industries utilisatrices d’énergie)
  4. Uranium : Ressources, production et demande – AEN/OCDE (2014).
  5. Rapport sur les coûts du nucléaire – Assemblée nationale (2014).
  6. MEDDE (2013).)
  7. Uranium : Ressources, production et demande – AEN/OCDE (2014).
  8. Conseil stratégique de la filière nucléaire (CSFN) 2014.
  9. Conseil stratégique de la filière nucléaire (CSFN) 2014.
  10. Le poids socio-économique de la filière nucléaire en France. PwC 2011.
  11. Panorama énergies-climat – MEDDE (2013).
  12. Choiseul Energy Index-KPMG 2016.
  13. AIE (Agence internationale de l’énergie atomique).
Voir les commentaires (61)

Laisser un commentaire

Créer un compte Tous les commentaires (61)
  • Bonjour,
    Vous ne parlez pas d’Iter, alors que ce programme est d’importance stratégique de 1 er ordre ?

    • iter c’est très bien, c’est de la recherche et cela debouchera peut être dans 100 ans, pour l’instant et vu la durée de construction des réacteurs, même en prolongeant notre parc de 20 ans (et ils ne seront pas tous prolongés) on devrait déja en avoir dix en construction. Cela fait 15 ans que l’on a arrêté le nucléaire, il serait temps d’en prendre acte

      • Je ne sais pas dans quel pays vous vivez mais sans doute pas en France.
        SI nous n’avons construit qu’une seul réacteur en France, nous en avons trois a l’étranger. L’interdiction de construire sur notre acté dans la loi par les verts antinucléaires fanatiques a obligé AREVA a aller le faire en Finlande au lieu de flamanville en premier. Cette interdiction a été levé par Raffarin.
        Les deux EPR de Taishan en chine démarreront sans doute les premiers, vous verrez.

        L’idée que vous vous faites est trop franco-centrée. Ou pire, germano-centrée.

        Les usines lourdes de France (Creusot et Chalon saint Marcel) ne se sont jamais arrêtées contrairement a ce que vous pensez ou plutôt a ce que la sphère médiatique et journalistique vous laisse penser.

        Vous n’y êtes pas du tout. Il donne les sources dans l’article…

        • @ Atomicboy44

          Cela dit lorsque fred affirme qu’il vaudrait mieux qu’on en ait 10 en construction, sur ce point, il n’a pas tort. Et zéro éolienne en prime ça serait pas mal !

        • Combien la France a t’elle démaré de réacteurs à l’étranger depuis le debut de son programme nucléaire ? (on peut compter les reacteurs nucléaires cela double le nombre) ?
          Les usines Française ont fait un peu de sous traitance, a part cela je ne vois pas bien !
          Les usines francaises de creusot et de chalon sont regulièrement en faillite et cela finit par couter très cher.
          Si on veut des reacteurs, ils seront chinois via Areva ou russes , ils ne seront pas français (on fera quelques pièces et on imprimera des certificats de conformité)

          • Je répète :
            comment voulez-vous que la France démarre des réacteurs sur son sol ou a l’étranger si dans son propre pays, dans ses propres institutions, et a longueurs de pages de journaux et sans arrêts a la radio, a la TV, les vendeurs d’audiences (que certains disent journalistes) ne cessent de critiquer sans aucune opposition pour exposer les avis opposés…
            Comment voulez-vous vendre du nucléaire alors que des fanatiques antinucléaires irrationnels font voter des lois qui l’empêche , voire le condamne ???

            Pendant ce temps là, la Russie rafle les contrats (sans forcément faire de l’argent a voir les conditions qu’ils (ROSATOM) offrent avec leurs réacteurs …

            « Les usines francaises de creusot et de chalon sont regulièrement en faillite »

            D’où sort cette affirmation ? Surtout le « régulièrement » …Etayez SVP. Je n’ai connaissance d’aucun fondements pour cette affirmation gratuite.

            • La France à quand même eu de nombreux clients pour ses réacteurs, ceux avec qui personne d’autre ne voulait traiter, on a preque signé avec la Lybie, la Syrie, on à signé avec l’Afrique du sud de l’apartheid et un réacteur nucléaire (reacteur graphite gaz pour fabrication de plutonium) en Israel.
              On a jamais reussi à vendre ou à négocier qu’avec des parias pas trop regardants sur la qualité et sur la performance à part pour ces dernières années ou on a des clients un peu plus respectables.
              Si personne n’ a voulu de nos reacteurs c’est que l’on faisait du Whestinghouse en étant pas du Whestinghouse, La France, a part l’EPR qui a encore ses preuves à faire n’ a jamais réussi qu’ a construire des reacteurs sous licence Whestinghouse.

              l’histoire de creusot loire, c’est une longue succéssion de pertes et d’investissements massifs de l’état
              de 1974 à 1984, aucune année bénéficiaire, injection massive de capitaux de l »état pendant une grande partie de la période (couts non comptés dansle cout du nucléaire)
              en 1984 faillite avec rachat par l »état (un des événements économiques majeurs de 1984)
              après passage de propriètaires en propriétaires avec perte de valeur à chaque vente, faillite d’AREVA.
              Cependant , déja avant 74 avec les familles schneider et giscard aux manettes, les problèmes structurels étaient présents.

            • « D’où sort cette affirmation ? Surtout le « régulièrement » …Etayez SVP. Je n’ai connaissance d’aucun fondements pour cette affirmation gratuite. »
              Je vous détrompe tout de suite cette affirmation n’est pas gratuite, cette affaire à déja couté des milliards de Francs et des milliards d’€, ceci étant dit, cela à quand même servi quelques fortunes

              • « Je vous détrompe tout de suite cette affirmation n’est pas gratuite, cette affaire à déja couté des milliards de Francs et des milliards d’€, ceci étant dit, cela à quand même servi quelques fortunes »

                C’est ce que vous dites … Donnez moi des liens fiables hors militantisme pour étayer votre démonstration a propos du Creusot et de chalon. Je ne me fie pas qu’aux seuls affirmation des commentateurs de quelque site que ce soit.
                Et puis, dans quel pays le nucléaire civil n’a t-il pas reçu de subsides de l’état ?

                L’Afrique du sud ? ah bon ? Un lien ?
                Israël ? Un lien ?

                La licence Westinghouse, et Alors ????
                C’est tout de même nous qui les avons construits, modifié et améliorés, non ?
                Est-ce parce que vous construisez ou fabriquez des machines ou produits sous licence que cela démontre que vous ne savez pas créer ? je pense que les différents paliers de réacteurs du pays montrent que vous savons ou aller chercher des améliorations.

                https://www.asn.fr/Informer/Dossiers/La-surete-des-centrales-nucleaires/Le-parc-francais-des-centrales-nucleaires

                Six familles de réacteurs :

                Certaines nouveautés technologiques ont été introduites sur les réacteurs à mesure que le parc des centrales nucléaires s’étoffait. Les installations appartiennent ainsi à cinq familles, appelées « paliers », qui diffèrent par certains aspects.

                On distingue ainsi les paliers :

                • CP0 : six réacteurs de 900 MWe au Bugey et à Fessenheim ; ce sont les premiers réacteurs mis en service encore en activité ;
                • CPY : vingt huit réacteurs de 900 MWe au Blayais, à Chinon, à Cruas-Meysse, à Dampierre-en-Burly, à Gravelines, à Saint-Laurent-des-Eaux et au Tricastin ;
                • P4 : huit réacteurs de 1300 MWe à Flamanville, Paluel et Saint-Alban ;
                • P’4 : douze réacteurs de 1300 MWe à Belleville, Cattenom, Golfech, Nogent-sur-Seine et Penly ;
                • N4 : quatre réacteurs de 1450 MWe à Chooz et Civaux ;
                • EPR : un réacteur de 1600 MWe en construction à Flamanville.

                Par exemple, les réacteurs des paliers P4 et P’4 se différencient de ceux du palier précédent, dit CPY, par le renforcement de leur enceinte de confinement. Il s’agit d’une enveloppe en béton destinée à empêcher les dégagements de matière radioactive dans l’environnement en cas d’accident grave. Elle est constituée d’une double paroi en béton sur les réacteurs des paliers P4 et P4’ au lieu d’une seule paroi doublée d’une peau d’étanchéité en acier pour les réacteurs précédents du palier CPY.

                Autre exemple : pour leur pilotage (on parle de « conduite »), les réacteurs du palier N4 font davantage appel à l’informatique qu’auparavant. La conception des générateurs de vapeur de ces paliers est également différente, permettant de les rendre plus compacts.

                • « C’est ce que vous dites … Donnez moi des liens fiables hors militantisme pour étayer votre démonstration a propos du Creusot et de chalon. Je ne me fie pas qu’aux seuls affirmation des commentateurs de quelque site que ce soit.
                  Et puis, dans quel pays le nucléaire civil n’a t-il pas reçu de subsides de l’état ?

                  L’Afrique du sud ? ah bon ? Un lien ?
                  Israël ? Un lien ? »
                  les liens que jevous donnerai ne vous plairont surement pas, mais tapez juste « faillite le creuso 1984 » et vous avez plus de 11000 liens avec sûrement 1 ou 2 qui seront agréés par vos sites préférés…..
                  vous pouvez aussi chercher « construction centrale koeberg » et estimer par vous même quels liens sont fiables

                  si vous tapez « dimona nucléaire » vous apprendrez aussi surement des choses
                  vous povez aussi chercher « accord kadafi 2007 »

                  quand à cette liste de réacteurs vous en oubliez quelques uns qui ont leur importance, les deux graphite gaz de saint laurent avec leur coeur fondu, chooz A etc….
                  a chaque fois que l’on est passé d’un palier à un autre la mise au point à été de plus en plus longue et on en a construit que peu ! Pourquoi ne pas amortir les études de ces diférents paliers, le N4 on en a fait 4, l’EPR serait déja abandonné et on s’orienterai vers un nouvel EPR simplifié (encore 10 ans d’étude). On semble incapable d’avoir un modèle pret à construire, c’est inquiètant vu les besoins de remplacement sur notre parc

                  • A la fin de votre commentaire, vous semblez pointer un problème technique. Or, depuis le début, j’essaye de vous dire que le pb est POLITIQUE.

                    Vous me donnez des exemples divers qui ne sont rien d’autre que des questions politiques et diplomatiques. Vous semblez aussi sous-entendre que la France « aurait la merde au cul », pour reprendre une expression d’une chanson de mano solo, parce qu’elle n’aurait vendu qu’a des pays toujours infréquentables dans le passé. Vous dites que c’est parce que nos techniques de fabrication sont mauvaises que nous sommes obligés de les vendre a ces pays là.

                    Moi je pense que le prb est la volonté politique sans cesse remise en cause pour des questions électoralistes, ou clientélistes. On l’a vu avec superphénix et la gauche plurielle de Jospin. On l’a vu avec l’accord PS-EELV en 2012 qui a permis a Flamby de gagner avec les 2% qui lui manquaient…
                    Le vrai problème est que nos politiques n’ont pas de formation techniques ou scientifiques et malheureusement ne savent pas prendre les bonnes décisions et les refilent a des « experts et des lobbys ». Selon l’alternance, les experts et les lobbys font ou défont ce que les précédents ont décidés. le temps d’un quinquennat est trop court, le septennat l’était déja. Ce court-termisme finira par tuer notre économie et notre république déjà a peine sortie de l’organisation monarchique.
                    Les ordres de grandeurs en jeu en terme énergétiques, même hors considération du RCA, permettent facilement d’aboutir a la conclusion que notre pays ne pourra jamais se passer de cette énergie et de cette industrie. Vous avez le droit de penser le contraire, ou même d’en avoir peur, mais nous pondre des théories pessimistes et déclinistes pour valider le raisonnement d’une prochaine sortie du nucléaire en France parce que la technique serait désuète, mal née ou simplement mauvaise parce que les français l’ont modifié et que ça servait a rien, ne me parait pas réaliste et optimiste.

                    Les UNGG ont été arrêtés après Tchernobyl pour des raisons financières, pas a cause de la fusion partielle de Saint Laurent. Cela aurait couté trop cher de les mettre aux normes. Les démantèlement de ces réacteurs sont bien avancés (cf les pages du site EDF sur le sujet).

                    Et je n’ai pas vu de réponse a ma question :
                    « Dans quel pays le nucléaire civil n’a t-il pas reçu de subsides de l’état ? » Surtout a une époque ou le secteur énergétique était stratégique et donc dans le giron des chefs d’états au même niveau que tous les autres secteurs régaliens.

                    La privatisation du secteur électrique a été la pire catastrophe que l’Europe n’a jamais décidé dans son histoire. Il suffit de regarder les électriciens de toute l’Europe, ils sont tous au bord de la faillite. A cause de quoi ? Surement pas a cause du nucléaire électrogène…

                    Et je m’arrêterai là, car j’ai déjà perdu bien assez de temps a vous répondre.

  • Il faut parler du thorium aussi !

      • Énergie nucléaire : la force tranquille

      • Pas vraiment d’accord:
        Des centrales au thorium sont déjà opérationnelles en Inde et le seront en Chine vers 2020. Les centrales au thorium sont beaucoup plus sures: tout le processus est sous contrôle et les sécurités prévues sont passives. Il y a moins de danger de pollution avec une centrale au thorium qu’avec n’importe quelle usine chimique. En Belgique, le Centre de Mol permet de tester – grâce à MYRRHA – le fonctionnement d’un réacteur au thorium qui n’a même pas besoin d’un peu d’uranium 235 ou de plutonium 239 pour démarrer.

        Selon Claude Brasseur, Mathématicien et chercheur dans les énergies renouvelables.

        • Et MYRRHA c’est quoi si ce n’est un producteur de neutrons rapides ?

          Des liens sur ces fameux réacteurs au thorium chinois et indiens ?

          De toutes façon, dans le thorium, comme ailleurs, l’avenir sera aux neutrons rapides.

  • Le nucléaire français a effectivement un merveilleux « savoir-faire » : produire des pièces nucléaires défaillantes au Creusot et les couvrir par des certificats de sûreté falsifiés. Et ce depuis 1965 : BRAVO !

    • Tiens, ça f’sait longtemps qu’on l’avait pas vu Stephane Lhomme et son fanatisme antinucléaire.
      Et le changement de réglementation de l’ASN 30 ans après, omettriez vous volontairement d’en causer ?
      Est-ce que cela a causé un accident en métropole ou ailleurs ?

      Franchement, discuter sur une concentration de carbone de 0.21g/Kg au lieu de 0.23g/Kg d’acier, ce qui correspond au changement de réglementation, vous trouver que c’est crédible comme accusation de falsification???

      Ah ben c’est sur, votre activisme fanatique d’anti,nucléaire a bien fait du mal a la filière nucléaire française, mais qu’a cela ne tienne, les Russes et les Chinois, les Arabes (qui financent le terrorisme islamique avec l’argent que nous (et bcp d’autres dont les usa) leur envoyons pour les combustibles qu’ils nous vendent a prix d’or) ou encore je ne sais qui sont tous prêts a mettre des sous dans AREVA et tendent la main volontiers.

      Conclusion : votre vieux rêve de tuer le nucléaire électrogène a un peu avancer mais a aussitôt reculé par les forces économiques du marché et les pays associés venus de l’extérieur.
      Qu’est-ce que le pays y a gagné a part de la mauvaise publicité et des associations antinucléaires sectaires et fanatiques telles que la votre ?

      Comment feriez vous sans la doxa antinucléaires installé avec la grande complicité des « journaleux », pardon présentateurs TV tels que Emilie Aubry pour obtenir des financements dans les tribunaux par des juges qui n’y comprennent pas grands chose et des lois écrites par des députés qui connaissent encore moins le sujet ?

      Comment ferait votre association (au nom déguisé et trompeur) sans Idéologie, Dogmatisme, Médiatisation et Sectarisme pour exister ?

  • Un savoir faire Français qui s’exporte ?
    la facture d’importation est quand même salée !
    http://www.enerzine.com/2/6678+edf-commande-6-generateurs-vapeur-a-mitsubishi-heavy+.html
    http://www.latribune.fr/entreprises-finance/industrie/energie-environnement/20110928trib000652504/edf-commande-44-generateurs-de-vapeur-a-areva-et-westinghouse.html
    et on fait appel à qui pour remettre un peu en ordre le bordel de paluel 2 ?
    en Afrique du sud ils ne veulent plus de nos pièces

    Ce qui reste sur, cependant, c’est que nous avons la meilleure imprimante à certificats de conformité, c’est du zero défauts

    Concernant la sécurité d’approvisionement, attendons les prochains URAMIN

    • Je vous rappelle qu’un certain nombre de pièces contrôlées venaient du Japon …

      De quoi parlez vous pour Palluel 2 ?

    • Je vois vous parlez de la chute du GV en mars dernier.

      Un sous-traitant a semble t-il mal attaché le lourde charge sur le pont roulant de mémoire. je cherche une source…je vais voir le site de l’asn.

      L’ASN enquête tjrs apparemment :
      https://www.asn.fr/Informer/Actualites/Chute-d-un-generateur-de-vapeur-l-ASN-a-diligente-une-inspection-immediate-a-Paluel-76
       » Un générateur de vapeur usé était en cours de manutention en vue de son évacuation, en position quasi-verticale, son extrémité basse reposant sur le chariot d’évacuation par l’intermédiaire de cales, et son extrémité haute étant soutenue par un dispositif constitué d’élingues reliées à un palonnier, lui-même relié à un engin de manutention fixé sur le pont polaire du bâtiment du réacteur. Le générateur de vapeur a basculé de toute sa hauteur pour s’immobiliser au sol, en partie sur le béton du bâtiment du réacteur, et en partie sur les plateaux de protection de la piscine du bâtiment du réacteur, qui ont pour certains été endommagés. Le palonnier de manutention a également chuté. »

      La lettre de suites de cette inspection est en cours d’élaboration et sera publiée sur le site Internet de l’ASN. L’ASN poursuit ses actions de contrôle. Date de la dernière mise à jour : 04/04/2016

  • et le nucleaire a aussi des problèmes particuliers…
    reste que il faut comparer le nucleaire à ses vrais concurrents..charbon et gaz…vous n’avez pas parlé des particules à ce propos…

    Monsieur gay je ne comprends pas du tout votre position…vous parlez en tant que quoi consommateurs? investisseur ? défenseur de l’action de l’etat dans les secteur énergétique? En outre on ne sait pas vraiment à qui vous vous adressez…

    J’ai l’impression que vous défendez l’idée que le secteur energetique doit être géré par le politique et que vous tenez un propos à caractère politique…

    Le nucleaire est un simple moyen de produire du jus avec ses avantages et ses inconvénients ce n’est pas la panacée…

    Le vrai problème du nucleaire est de produire une électricité compétitive, d’assurer ses risques, des trucs assez normaux après tout.. il faut aussi se farcir des réglementations pas toujours justifiées,ajouter à la spéculation normale sur ses concurrents, des spéculations environnementales de grande ampleur qui en font une solution écolo pour les uns ou un désastre pour les autres!!
    On a toujours l’impression de se trouver entre deux groupes lobbyistes renouvelables et nucléaires tandis que dans les faits et dans le monde le charbon et le gaz font le job…

    • @ lemiere

      Mais quelle importance ? Moi je suis citoyen du monde qui veut qu’on respecte sa planète et ses écosystèmes et citoyen de France qui veut qu’on respecte son avenir et l’économie son pays et c’est ainsi que Michel Gay s’exprime en mon nom : « Citoyen ». Je l’en remercie infiniment. Sus au gaz, au charbon et aux hachoirs à volatile.

    • « tandis que dans les faits et dans le monde le charbon et le gaz font le job »

      Oui, émettre bcp de CO2 (entre autres car je ne souhaiterai pas habiter a Beijing ces temps-ci), nous faire payer plein pot a des pays qui financent des terroristes islamiques contre nous, nous rendre dépendant un peu plus chaque jour de ces marchants de théocraties corrompues sous couvert de croyances moyenâgeuses …

      C’est vrai que ça, c’est du job in-critiquable !

        • @Charles Boyer
          Personne ne remet en cause les bénéfices du développement qu’ont permis d’apporter les fossiles. Sauf peut être les écolos fanatiques et extrémistes effectivement.
          Le consensus scientifique international sur le CO2 et les effets de de l’augmentation de celui-ci sur le réchauffement n’est plus discutable, bien que je sais que sur ce site, c’est une habitude plus que prisée.
          A moins de considérer que les combustibles fossiles sont abiotiques, ce qui est a mon avis une aberration contredite par l’analyse géologique terrestre globale (les géologues pétroliers se basent sur l »hypothèse inverse et ont tjrs trouvé le pétrole de cette manière), il faudra bien envisager une raréfaction du pétrole et des autres fossiles de la même manière. Un minimum, un maximum et a nouveau un descente vers le minimum.

          L’objectif est donc multiple : substituer le plus possible d’usages fossiles par de l’électricité, et substituer la production électrique fossile par de la production décarboné pour préserver le plus possible de stabilité climatique. Même si ce qui a déjà été émis aura déjà de grandes conséquences difficiles a qualifier et/ou a prévoir.

          Le nucléaire sera une des solutions pour y arriver.

  • Oui, le thorium, mais c’est un sujet sensible.
    On peut comprendre la volonté occidentale de tirer un profit maximum de la technologie qu’ils possèdent (uranium) et qu’ils peuvent exporter (par exemple la vente récente de six réacteurs EPR à l’Inde). De même on peut comprendre la volonté de l’Inde, depuis les années 50 (!), d’aller vers la maitrise de la filière thorium (pour ses avantages, dont certains sont géopolitiques). La Chine a bien compris elle aussi que la maitrise de la filière thorium est un enjeu majeur. Mais l’Occident freine des quatre fers afin de conserver son avantage et en tirer un profit maximal (dont la dimension géopolitique).

    Pensez que les 1500 milliards de dollars dépensés chaque année pour les énergies renouvelables permettront, au mieux (en étant optimiste), de produire 2,2% de l’énergie consommée mondialement vers l’an 2040. C’est peu. Alors comment mieux utiliser cet argent ? Si l’on donnait ces 1500 milliards annuels pour le développement de la filière thorium alors on arriverait rapidement (vers 2040 probablement) a une maitrise technologique autorisant l’humanité à avoir autant d’énergie qu’elle en veut.
    Mais c’est justement ce que les politiques occidentaux ne veulent pas, surtout pas!!!
    Il faut que l’énergie soit chère afin de limiter la non-compétitivité occidentale en comparaison avec l’Inde et la Chine par exemple.
    Et c’est aussi ce que les écolos ne veulent surtout pas puisque cela conduirait a un développement de l’activité humaine au niveau planétaire… alors qu’ils veulent sa restriction (ce qui est requis pour « sauver » la planète du cancer qu’est l’humanité).
    Voila pourquoi politiques et écolos s’entendent si bien au sujet de la théorie foireuse selon laquelle le CO2 est nuisible.
    Il n’y a pas de vrai problème d’énergie dans le monde. Le problème est géopolitique (volonté de rendre l’énergie moins abondante et plus chère).

    • « Voila pourquoi politiques et écolos s’entendent si bien au sujet de la théorie foireuse selon laquelle le CO2 est nuisible. »
      si c’est une theorie foireuse, pas besoin de nucléaire, le gaz et le charbon c’est quand même moins cher que le nucléaire

      • Ce raisonnement n’est pas correct et pour plusieurs raisons.
        L’une de ces raisons est que la combustion du charbon est très polluante parce qu’il produit du benzène, des particules, des suies, des goudrons, des oxydes de soufre et d’azote, du cadmium, de l’arsenic, du mercure et de nombreux éléments radioactifs libérés lors de la combustion. Par contre, le CO2 est un bienfait pour les plantes. Ainsi, l’augmentation du taux de CO2 dans l’atmosphère a permis d’augmenter la masse végétale de plus de 10% sur la planète (sur les dernières 40 années) et plusieurs millions de kilomètres carres ont été gagnés sur les déserts parce que les plantes sont plus résistantes au stress hydrique.

        De plus, la quantité de radioactivité envoyée dans l’atmosphère par la combustion du charbon depuis le début de l’age industriel est énorme et devrait être comparable a la quantité qui y a été envoyée par les accidents nucléaires et autres bombes.

        Il faut bien distinguer le CO2 des autres produits de combustion du charbon, du gaz et du pétrole.

    • Moi j’comprend pas quand on nous dit que la chine avance des réacteurs au thorium, car même en réacteurs de recherches, la chine n’a rien déclaré concernant le thorium sur le site de l’AIEA : https://aris.iaea.org/default.html, or, tout réacteur nucléaire, civil ou militaire, doit être connu de l’AIEA. Ce que la Chine a toujours fait jusque là. Sauf au début de son programme militaire évidemment …mais ça c’est pareil pour le club très fermé des puissances nucléaires. Et ailleurs certains ne l’ont tjrs pas fait.

      Ensuite, étant donné qu’il n’y en a pas bcp dans le monde (est-ce qu’il y en a un seul ?) vous ne pourrez pas faire avancer le retour d’expérience plus vite que le temps ne s’écoule. Il y en aura des réacteur thorium, mais les misères du téléspectateur de ce docu diffusé par ARTE, et par ailleurs bourré d’erreurs, a propos des réacteurs uranium actuels, sont nombreuses, car l’avantage est surtout la fission LIQUIDE avant d’être au thorium. D’ailleurs, comme le disent eux-même les antinucléaires, un réacteur thorium est en fait un réacteur Uranium, c’est juste qu’il faut un neutron rapide pour en faire de l’uranium 233, qui lui, comme l’uranium 235 est fissile et entraine la réaction en chaine. Et d’ou vient ce netron rapide a votre avis ??? Lisez l’article de M.Gay, vous le saurez. c’est moins de 5 minutes de lecture tout de même !

      Michel Gay vous a donné un lien vers un article ou il détaille aussi bien d’autres problème et avantages pour l’avenir de cette filière, notamment celui de l’U232 induit dans « la soupe très salée », et lui, est très dangereux car très gamma radioactif !

      • L’Inde est a la pointe de la recherche pour ce qui est du cycle thorium, ils ont une centrale experimentale qui fonctionne actuellement, et ils pensent qu’ils pourront produire 30% de leur électricité avec le cycle thorium d’ici 2050. Mais encore ?
        https://en.wikipedia.org/wiki/Thorium-based_nuclear_power#India

        • @exologique

          « ils ont une centrale experimentale qui fonctionne actuellement, »

          Expérimentale …Vous l’avez écrit vous même. mais alors comment se fait-ce que dans le docu d’ARTE personne n’en a dit mot ? Ils ont pourtant fait le tour du monde dans ce docu non ?

          « ils pensent qu’ils pourront produire 30% de leur électricité avec le cycle thorium d’ici 2050 »

          Ils pensent ce qu’ils veulent, mais cela ne veut pas dire qu’ils seront en avance ou en retard sur quiconque.
          Ils auront besoin de matière première, nous en avons. ils auront besoin de raffinage pour extraire et convertir le métal thorium du minerais, de nombreux pays dans le monde savent le faire…et eux ?
          Encore une fois, cela reste de la fission. et encore une fois, la fission de 232Th aboutit a la même chose que de fissionner de l’uranium 233 a la place de l’uranium 235. je n’invente rien, j’ai lu sur le suujet.

          En revanche je vous propose daller lire sur le site fissionliquide.fr
          https://fissionliquide.fr/

  • Les allemand on creer énormément d’emploie dans les energie renouvelable. il ont un taux de chomage le plus bas et donc peuvent payer leurs factures d’electricité pendant que les francais on besoin d’assistance.

    cet article est une pub. le nucleaire est en faillite.

    • Vous êtes un homme heureux, vous ! Vous avez les certitudes du militant ecolo de base. On vous l’a dit, vous le croyez. C’est simple et efficace. Enfin si ça vous convient. ..

    • Ouais c’est sûr que payer 30ct ton kwh c’est réjouissant

    • Ça reste a prouver les emplois dans les ENRi non pilotables, le chômage n’est pas lié a ces activités ou si peu, a mon avis, mais l’objectif devrait être de ne pas émettre de CO2, j’ai regardé il y a deux jours ici : https://electricitymap.tmrow.co/
      Le KWh allemand était a 536g/KWh, un des plus chargés d’Europe…Pour 300 milliards, ils ont échangés 8 réacteurs nucléaires pilotables et parmi les plus productifs au monde (un des réacteurs a des records de production mondiaux) et encore, je suis gentil avec le mot « échangé » au regard des faibles productions de 80 Gw d’éolovoltaique… pour faire ZÉRO RÉDUCTION d’émission de CO2 !

      S’il y a un modèle allemands, c’est celui qu’il ne faut pas imiter. Désolé pour vos certitudes Eric !

  • le nucléaire ne produit que de l’électricité (de la vapeur d’eau et des déchets hautement polluants) , et un bilan énergétique se doit être global:
    l’utilisation de l’électricité en Allemagne ou en France n’est pas comparable
    (on remarquera que le nucléaire civil est typiquement un produit de la techno-structure-étato-élitiste française)
    « C’est dans les secteurs résidentiel et tertiaire que les différences sont les plus nettes. Dans ces deux secteurs, la consommation d’électricité s’est pratiquement stabilisée en Allemagne depuis 2002, alors qu’elle a augmenté régulièrement en France de 1991 à 2009. La consommation d’énergie finale par logement et par m2 serait inférieure de 23% en Allemagne par rapport à la France, en données corrigées du climat (à conditions climatiques égales). C’est pour le chauffage que l’enquête de Global Chance constate un écart très important : la France ayant développé considérablement le chauffage électrique, elle en consomme 65% de plus que l’Allemagne. Plus étonnant, on retrouve aussi une différence forte de niveau de consommation électrique associée aux appareils ménagers, l’éclairage, l’audiovisuel et l’informatique (+27% en France qu’en Allemagne) : les ménages allemands sont moins énergivores, et pourtant leur taux d’équipement n’a pas ralenti. La différence de consommation viendrait donc d’une meilleure efficacité des appareils outre-Rhin, grâce à un environnement fiscal précoce qui a su créer un signal-prix clair en faveur de l’efficacité énergétique. La diversité du tissu énergétique allemand s’avère donc constituer un terreau favorable à la révolution énergétique postnucléaire que l’accident de Fukushima a catalysée. »

  • En omettant que le nucléaire a ruiné Areva et EDF, que l’on n’a pas le plus petit début d’idée pour démanteler les centrales obsolètes, que la filière EPR ne fonctionne pas, que le supergenerateur n’a supergeneré que des pertes financières, que la fusion est encore un rêve humide, que le district de Fukushima est inhabitable pour des dizaines d’années… les victimes réelles dissimulées comme le reste par le gvt japonais…
    Que l’ASN a du menacer très sévèrement EDF pour qu’elle entretienne ses centrales avec pénurie à la clé.
    Ce genre d’article me rappele ceux de Timothy Leary promouvant le LSD comme thérapie.
    Le nucléaire est une énergie aussi dépassée que la société de consommation qui l’a fait naître…

    • ah la société de consommation …c’est à dire?

    • C’est l’arme nucléaire qui a fait naître le nucléaire qu’on a détourné en nucléaire civil pour produire de l’uranium, c’était pas cher, simple et efficace.

    • @ Phil

      A chacune de vos lignes se trouve une énormité. Dès la première, ce sont nos politiques qui ont ruiné Areva et les EnR qui ont ruiné EDF. Pour ma part j’en resterai là, je n’ai pas le courage d’affronter un ignorant qui se prend pour un puits de sagesse plus avant. Mais sachez que vos propos montrent à quel point vous êtes juste formaté par la désinformation permanente dont nous abreuvent médias et lobbies et qui mène à la ruine de notre pays.

    • Parfaitement d’accord avec Candide.

      Vous êtes un parfait perroquet antinucléaire endoctriné et formaté comme il se doit dans le cadre idéologique, sectaire et dogmatique.

      Ce serait trop long de vous reformater avec si peu de caractère que permet un commentaire. Restez avec vos certitudes, mr cher militant qui s’ignore.
      Vous devriez lire un peu plus d’article de l’auteur Michel Gay pour commencer a reformater votre cérébrolessivage.

  • le nucléaire , c’est bien tant qu’il n’y a pas de gros problêmes , style fuqushima ou tchernobyl );

    • Le Japon est un archipel qui s’étire sur 3000KMS environ,et Fukushima se trouve au nord…
      La France s’étend du Nord au Sud sur 1000KMS seulement…
      il est aisé de comprendre que pour de simples raisons géographiques les conséquences d’une catastrophe identique ne seraient en rien comparables pour notre pays.
      Heureusement la séismicité est également (et pour le moment),très différente chez nous.
      il faut cependant observer que les catastrophes naturelles potentielles ne concernent pas seulement la séismicité, et sont difficilement prévisibles et maîtrisables.
      Difficile de conclure pour une situation cornélienne…

      • Il y a également d’autres paramètres techniques a prendre en compte. Nos réacteurs sont équipées de piles a combustibles hydrogène. C’est ce qui a fait exploser les enceintes de confinement a Fukushima après la dépressurisation de la cuve. Nous avons également des filtres a sable sur les enceintes de confinement. Nous avons aussi une Force d’Action Rapide Nucléaire (FARN), des injection de Bore tjrs possible et enfin avec le grand carénage, il y aura de nombreuses sources froides a proximité des réacteurs.

        Et enfin, Les deux accidents sous entendu par Marie ne sont pas si grave au regard de ce qui se passe dans les zones concernée par la radioactivité artificielle répandue : la vie naturelle y prospère fortement. Et avec l’effet Hormèse, pas trop d’inquiétude a se faire, sauf pour les évacués et leur stress.

  • Merci pour votre article M. Gay.
    C’est un plaisir pour l’esprit à lire.
    À l’homo-sapiens du XXIème siècle qui refuse le feu nucléaire : l’hydrogène c’est explosif et l’oxygène inflammable, vas-y continue bois de l’eau !
    Souvenons nous du sacrifice comme caprice électoraliste de Superphœnix.
    La France est un pays riche, voilà comment les bourgeois bien-pensants gaspillent son argent.

  • Le nucléaire ÉTAIT un atout avant que les politiques détruisent l’outil industriel…. maintenant nous sommes totalement dependant des USA. Autant tout abandonner surtout que le nucléaire est devenu hors de prix !

  • Ce raisonnement n’est pas correct et pour plusieurs raisons.
    L’une de ces raisons est que la combustion du charbon est très polluante parce qu’il produit du benzène, des particules, des suies, des goudrons, des oxydes de soufre et d’azote, du cadmium, de l’arsenic, du mercure et de nombreux éléments radioactifs. Par contre, le CO2 est un bienfait pour les plantes. Ainsi, l’augmentation du taux de CO2 dans l’atmosphère a permis d’augmenter la masse végétale de plus de 10% sur la planète (sur les dernières 40 années) et plusieurs millions de kilomètres carres ont été gagnés sur les déserts parce que les plantes sont plus résistantes au stress hydrique.

    De plus, la quantité de radioactivité envoyée dans l’atmosphère par la combustion du charbon depuis le début de l’age industriel est énorme et devrait être comparable a la quantité qui y a été envoyée par les accidents nucléaires et autres bombes.

    Il faut bien distinguer le CO2 des autres produites de combustion au sujet du charbon, du gaz et du pétrole.

    • @ exologique,

      Oui, je suis comme vous, je ne crois plus au réchauffement climatique depuis que j’ai entendu la démonstration du thermodynamicien doublement médaillé François Gervais qui explique que l’absorption IR par le CO2 serait déjà totale ( dans ses deux fréquences d’absorption ) avec seulement 100 m d’atmosphère à la concentration actuelle et qu’on peut donc en rajouter autant qu’on veut ça ne changera rien. Seulement, il ne faut pas oublier l’acidification des océans, elle est bien réelle, elle, et constitue une perspective de catastrophe écologique majeure. Personne n’en parle jamais parce que dans notre société, tout le monde se fout de tout et les animaux marins peuvent bien crever, après nous le déluge, mais ça ne me parait pas très éthique. Et puis la mer est très exploitée et ce n’est pas prêt de s’arrêter, bien quelle soit bientôt à cours de ressources.

  • Le problème du nucléaire réside dans le fait que son maintien et son développement sont dans le giron de compétence étatique; c’est à dire d’un ensemble de personnage rompus à l’imposture, à la désinformation et au mensonge.

    Dans ce contexte, comment voulez vous évaluer l’intérêt, économique et écologique, à poursuivre dans le nucléaire notamment en matière d’évaluation des conséquences de tous les incidents techniques passés et à venir, des coûts de stockage des déchets et, des coûts de démantèlement des installations anciennes.

    • C’est possible, tout d’abord pour ceux qui sont de formation scientifique et qui ont pioché dans la littérature scientifique. Pour les autres, il faut savoir sélectionner l’information et faire soi-même sa recherche. Entre les scientifiques et les écolos, le choix est vite fait pour savoir auprès de qui se renseigner. Cela se complique avec l’avènement des écolos qui sont aussi des scientifiques… Et ensuite avec l’influence perverse des politiques.
      Mais, d’un point de vue scientifique impartial, il ne fait aucun doute que les lois de la nature l’emporteront sur la volonté des écolos… Finalement, il ne fait AUCUN doute que la filiaire nucléaire du thorium sera la solution centrale dominante pour la fin de ce siècle (sauf si l’on trouve mieux, ce qui semble fortement improbable). Si l’humanité le souhaite alors elle aura autant d’énergie qu’elle en veut pour les siècles futurs.

  • @ Michel Gay et commentateurs

    Je suis certainement insuffisamment connaisseur pour entériner ma conviction de façon argumentée mais je tique devant l’expression : « confinera définitivement ces déchets » qui semble satisfaire l’auteur malgré les 25 milliards, même étalés. Je ne comprends pas où est l’impéritie que ce confinement soit définitif. Autant Michel Gay affirme-t-il que de futurs surgénérateurs seront capables de recycler la quasi totalité des déchets, qu’une filière thorium pourrait d’ailleurs également valoriser, autant je ne vois pas pourquoi on postulerait que telle catégorie ( ici les HAVL ) ne seront jamais utilisables et transformables en déchets moins encombrants. Qu’est-ce qui nous permet d’être aussi péremptoire dans l’affirmation que la physique nucléaire ne pourra jamais trouver une solution pour en faire quelque chose d’utile ou moins dangereux aussi, même s’ils sont sans doute les plus problématiques à ce jour ?

    Si quelqu’un peut répondre à cette question de façon compétente, quitte à être technique, je serais volontiers preneur, car autrement, il me semble qu’aucun déchet ne devrait jamais être enterré de façon définitive, au pire seulement provisoire.

    Si vous vous dévouez pour me renseigner, je vous remercie d’avance.

    • Je pense que le problème de la réversibilité est un faux problème sans cesse repoussé dans les discussions parlementaires et aussi au sein même des diverses techno-structures de recherches et d’exploitation.

      Sachez toutefois que le CIGEO est censé être réversible au moins 100 ans d’après ce que j’avais lu a son propos. SI chaque fois, les lois sont modifiés, cela signifiera que le ciompteur des 100 ans seront remis a zéro… => Faux prb de réversibilité.

      pas besoin du thorium pour réutiliser les actinides mineurs. Rappel : le principal actinide très radioactif est …le plutonium, et c’est aussi celui qui a la plus longue demie-vie. Sachant que nous transmuterons (fissionnerons) une partie de ce plutonium dans les réacteurs EPR et dans le MOX comme actuellement, le problème reste donc pour les trois autres (Américium, Neptunium et Curium) Et là, il faudra des réacteurs ADS types MYRRHA (Belgique) pour les transmuter en quelque chose de moins nocif et moins long. pas sur du tout de retirer de l’énergie de ce processus.
      NB, la demie-vie ne définit pas forcément la puissance radioactive ou le type de radioactivité de l’isotope concerné.
      Ainsi le Tellure 128 a une demie-vie de plusieurs millions de fois la drurée d’existance actuellement estimé de l’univers !

  • Les commentaires pour ce dossier sont-ils fermés?

  • @AtomicBoy44
    Les catastrophes nucléaires de Tchernobyl et Fukushima ne seraient » pas si graves »?
    Pourriez-vous développer et donner quelques précisions supplémentaires pour étayer cette information?
    Merci

    • @XERAVIAN

      Il faut considérer que le principal prédateur de l’environnement est l’homme car c’est l’animal qui transforme le plus son environnement a l’aide d’énergie sous toutes les formes. Je pense que vous serez d’accord la dessus.
      Il a d’abord commencé par utiliser l’énergie musculaire animale (élevage et agriculture) et humaine (esclavage des peuples dominés et/ou conquis militairement par la force brute (musculaire seulement ?).
      Puis a découvert le feu et a appris a le maitriser. Très longtemps, il a déforesté pour obtenir la matière première nécessaire a la maitrise du feu et de tout ce que ce feu permettait de faire. Du même coup, il a dégagé des sols pour développer l’agriculture (néolithique).
      Puis quelques millénaires plus tard, il a découvert le charbon et peu après le pétrole. Cela lui a apporté toujours plus de densité thermique par unité de volume supplémentaire. Ce qui au passage a permis d’éviter de raser totalement les forêts la ou il en trouvait. Il a eu l’idée de mettre ces combustibles très riches dans une machine pour faire bouillir de l’eau et transformer cette énergie calorifique en énergie mécanique, puis par la suite, au fur et a mesure de sa compréhension de l’électromagnétisme et de la thermodynamique, cette énergie mécanique a été transformé en énergie électrique…Le tout en parallèle d’une meilleur compréhension de l’énergie chimique, de l’écoulement de la chaleur, de la thermodynamique, qui a permis de développer le moteur a combustion interne.
      Ce qui a permis l’automobile et l’aviation et toute la machinerie de guerre mécanique et chimique. Et par la suite par les moteurs linéaire que sont les turbines a gaz. J’ai aussi oublié de parler de la métallurgie qui fut sans doute développée très tôt après la maitrise du feu, mais comme je ne connais pas bien les dates des différents ages préhistorique de la pierre et du fer …

      Par cette introduction, je voulais juste vous faire remarquer le contraste entre ce que vous pensez être mauvais pour la nature (faune et flore), ou l’environnement (mais ce mot a plusieurs sens bien qu’actuellement il semble uniquement signifier « nature » dans la pensée unique de ceux qui l’utilisent) et comment l’homme s’est débrouillé pour se sortir de sa condition naturelle hostile, ou parfois très très hostile.

      Revenons a notre sujet :
      – Si vous vous renseignez sur l’état actuel de la nature dans ce qu’il reste de Tchernobyl, vous verrez et comprendrez vite que l’absence de l’homme dans ces lieux de Pripyat et autour de Tchernobyl, ont une faune et une flore très développé, sans qu’il n’ait été constaté de modification génétique massive due a la radioactivité artificielle répandue par l’accident qui soit distinguable des variations naturelles des génomes de ces espèces vivantes.
      Vous trouverez plus d’infos ici : http://www.unscear.org/unscear/fr/chernobyl.html

      – A Fukushima les radioéléments, et la radioactivité artificielle associée, répandue fut bien moindre, et c’est normal car le type de réacteur est complètement différent. A Tchernobyl, le principal facteur de dissémination fut la cuve en graphite qui, une fois la température élevée atteinte par le corium, a fait bruler ce graphite. En brulant, le graphite a répandu bien plus de radioéléments autour du réacteur et aussi dans toute l’Europe que Fukushima ne l’a fait au japon et dans tout le pacifique. de plus l’évacuation au japaon a été bien différente car le tsunami a balayé directement 20 000 personnes de la surface de la terre avant qu’elle ne puissent se sauver.
      Les doses ssont insignifiante sauf dans l’enceinte de la centrale, mais la encore, avec une surveillance attentive des travailleurs, les doses ne sont pas forcément celles des liquidateurs de Tchernobyl (dont certains de ceux qui sont allés sur les toits du réacteur N°4 sont encore vivants aujourd’hui …)

      Sur les doses et les risques de radioactivité, je vous propose justement de lire le livre de Michel Gay :
      http://metamag.fr/2017/01/06/irradiez-moi-et-si-on-se-faisait-rembourser-une-petite-cure-nucleaire/

      Enfin, pour ébranler (ou le contraire) un peu vos certitudes sur la radioactivité et les effets qu’elles peut avoir et dans
      la même veine que l’effet hormèse que Michel Gay décrit dans son livre :

      – Le nuage du volcan Eyjafjöll plus radioactif que Tchernobyl
      http://energie.lexpansion.com/climat/-le-nuage-du-volcan-eyjafjoll-plus-radioactif-que-tchernobyl_a-35-4448.html

      Devrons nous boucher tous les volcans de la planète et vider le manteau terrestre pour le débarrasser de toute sa radioactivité ? Vous trouvez cette question absurde ? C’est pourtant ce que les seuils déterminé par la RLSS préconiseraient actuellement …

      – Euronews science – L’effet paradoxal de Tchernobyl sur la nature
      http://www.youtube.com/watch?feature=player_embedded&v=fazwr84lMsk
      Ils disent la même chose que ce que je vous dit : l’absence de l’homme la bas produit une régéresence de la faune et de la flore comment jamais. Si vous voulez y aller faire le constat vous même, je vous suit la bas quand vous voulez. La radioactivité ne me fait pas peur. Même si bien sur, je ne m’amuserait pas a boire des éléments radioactifs purs pour vous le prouver. D’un extrême a l’autre…

      – De Tchernobyl a Fukushima les effets de la radioactivité
      http://www.youtube.com/watch?feature=player_detailpage&v=zuWnP8EdTJ8#t=3379s
      Une conférence d’un académicien de médecine de l’académie française.

      – In 2005 the International Dose-Response Society was created in response to the growing number of scientists, including toxicologists, pharmacologists, biostatisticians, epidemiologists, occupational and environmental medical researchers, and others who have shown interest in better understanding the nature of the dose response in the low dose zone.
      http://dose-response.org/
      Consultez donc ce site a propos de l’effet hormèse.

      – Toujours a propos des seuils, des doses et des constats faits sur des immeubles ou vivaient plus de 10 000 personne pendant 20 ans !
      Effects of Cobalt-60 Exposure on Health of Taiwan Residents Suggest New Approach Needed in Radiation Protection
      https://www.ncbi.nlm.nih.gov/pmc/articles/PMC2477708/

      – The Linear No-Threshold Relationship Is Inconsistent with Radiation Biologic and Experimental Data
      https://www.ncbi.nlm.nih.gov/pmc/articles/PMC2663584/

      – Science has falsified the “no safe dose” hypothesis about radiation. Now what?
      http://atomicinsights.com/science-falsified-no-safe-dose-hypothesis-radiation-now/

      Comme l’écrit Michel gay dans son livre, les fondements de l’opposition au nucléaire sont d’abord ceux de la RLSS et de la dose collective. Deux principes soi-disant scientifique qui sont contraire a ce que les scientifiques observent sur les populations exposées aux faibles doses…

      Enfin, si vous voulez me parler des éventuels mort de ces accidents, je vous propose de réfléchir acette question :
      – Accidents nucléaires : faut-il toujours évacuer ? – Dossier « Radioactivité : quels risques aux faibles doses ? » – Afis – Association française pour l’information scientifique
      http://www.pseudo-sciences.org/spip.php?article2630

      Ce qui est sur c’est que le nucléaire civil tue moins que n’importe quelle autre énergie, y compris l’éolien …
      – Morts et Santé par GWhe
      http://www.sfen.org/sites/default/files/public/atoms/files/bilan_sante_des_sources_d27energie.pdf
      http://nextbigfuture.com/2011/03/deaths-per-twh-by-energy-source.html

  • Les commentaires sont fermés.

Promouvoir la liberté n’est pas gratuit

Mais cela peut aider à réduire vos impôts de 66%

Faites un don dès maintenant

Faire un don

Un mensonge d’État et une collusion d’intérêts financiers et politiques ont réussi à persuader une grande partie de l’opinion publique que le développement des sources intermittentes d’électricité éolienne et solaire photovoltaïque était indispensable pour faire face efficacement au réchauffement climatique.

Or, c’est faux mais chacun le répète à qui mieux mieux, faute de compréhension du sujet.

Mensonges ?

Il s’agit là d’une imposture entretenue soigneusement depuis des années par les promoteurs de l’éolien et du voltaïque, ain... Poursuivre la lecture

Par Michel Gay et Dominique Finon.

Duplicité et effets d’annonces sont à la manœuvre dans l’Union européenne pour saborder discrètement le nucléaire dans les faits.

Paradoxe et duplicité

La Commission européenne a publié le 31 décembre 2021 un document appelé « taxonomie » sur les critères de classement des technologies pouvant donner lieu à financement privilégié par les fonds verts. Le nucléaire y figure ainsi que les centrales électriques à gaz très émettrices de CO2 (plus de 400 gCO2eq/kWh), sous le prétexte de faciliter la ... Poursuivre la lecture

L’Accès Régulé à l’Electricité Nucléaire Historique, c’est-à-dire une ponction faite sur la production d’EDF en faveur de ses concurrents (Un non-sens dans l’économie de marché prônée par ailleurs), a des effets délétères sur la capacité de la Nation à entrevoir le futur proche.

Le problème de l'ARENH

L’ARENH pompe littéralement plus d’un quart des bénéfices d’EDF au profit de ses concurrents… lesquels devaient mettre en place des structures de production, ce qu’ils n’ont pas fait et n’ont pas l’intention de faire. Dit autrement, ces b... Poursuivre la lecture

Voir plus d'articles