Alexandre Jardin, candidat de la société civile [Replay]

Alexandre Jardin candidat à l’élection présidentielle : quel objectif ?

Par Sébastien Laye.

Alexandre Jardin
Alexandre Jardin By: Le CampingCC BY 2.0

Il est des révolutions que personne n’a su anticiper. Péguy parlait de « force de l’Histoire ». Il n’y a pas de plus illustre parrain pour une révolution citoyenne pacifique et ambitieuse. Le premier rassemblement politique de France est celui des oubliés, des sans-voix, des sans-partis : 25 millions d’abstentionnistes réguliers, beaucoup d’électeurs qui votent « contre » plutôt que « pour » un projet. De par le monde, des mouvements citoyens se lèvent, en Espagne, en Italie, avec des personnalités issues de la société civile : entrepreneurs, responsables associatifs, fonctionnaires, tous si animés par le goût de faire qu’Alexandre Jardin les a baptisés du nom de « Faizeux » chez nous.

Aider la France

Le mouvement citoyen n’a pas d’autre mission que d’aider la France à retrouver une inspiration authentique, un souffle qui s’épanchera naturellement en une dépense d’effort pour libérer le pays de ses entraves et le rendre prospère dans ce monde qui vient. Le changement ne peut être hors-sol et bureaucratique en France, il ne peut être que l’expression du mouvement citoyen ; en état de mort clinique, la politique attend d’être régénérée par la mystique citoyenne. La présidentielle qui s’annonce promet d’être une course d’egos et de Narcisse, à la poursuite d’un hochet doré pour bambins infantiles.

Une autre issue est possible : inspirées par Alexandre Jardin, « de nouvelles têtes émergent de la société civile, non contaminées par la bêtise et la mégalomanie ambiante » (Maxime Tandonnet). Une trentaine d’hommes et de femmes, soutenus par des millions de citoyens, sans chef autoproclamé se prenant pour Jeanne d’Arc, sans aucune intention de faire une carrière politique et de s’y éterniser, motivés par l’intérêt général, accèdent au pouvoir pour le redonner aux citoyens et insuffler confiance au pays, à la présidentielle et aux législatives.

Ils se donnent deux ans pour rétablir la liberté d’entreprise, l’autorité de la loi, sauver l’Éducation Nationale, mettre à bas des siècles de verticalité, associer les citoyens à l’exercice du pouvoir. La Maison citoyenne  lancée par Alexandre Jardin peut être le cœur de cette alliance citoyenne, avec une myriade d’associations, de mouvements et d’initiatives (et même de personnalités politiques) constellant autour de ce rassemblement. Le vainqueur de la présidentielle, ce sera Nous.