3 façons pour Bitcoin d’aider la liberté en Amérique latine

bitcoin (Crédits Duncan Rawlinson, licence Creative Commons)

Crypto-monnaie contre droit de douane, contrôle des changes et paperasserie.

Par Jim Epstein et Joshua Swain.
Un article de Reason.com

3 façons pour Bitcoin d'aider la liberté en Amérique latine
bitcoin (Crédits Duncan Rawlinson, licence Creative Commons)

Dans la capitale vénézuélienne de Caracas, une foule affamée a récemment fait irruption dans un zoo pour manger un cheval. Une des causes de la crise alimentaire réside dans le contrôle des changes par le gouvernement qui rend très coûteux l’achat de marchandises en provenance d’autres pays. Mais les Vénézuéliens contournent ces restrictions en utilisant Bitcoin, une monnaie passant par internet.

Et il existe des phénomènes similaires dans les pays voisins. L’usage du Bitcoin se développe particulièrement vite en Amérique latine car il donne aux individus un moyen de contourner le protectionnisme et d’autres politiques gouvernementales destructrices qui sont communes dans la région. Voici trois façons dont Bitcoin promeut la liberté économique en Amérique latine.

Contournement du contrôle des changes

Odrigo Souza est un entrepreneur basé aux États-Unis et le fondateur de BlinkTrade qui gère le site SurBitcoin, un marché en ligne où les Vénézuéliens achètent et vendent des bolivars émis par le gouvernement pour des bitcoins. Le volume d’échange mensuel sur le site a triplé au cours des dernières années, car de plus en plus de Vénézuéliens utilisent Bitcoin.

Un des avantages de Bitcoin est que, tandis que le gouvernement réglemente et restreint le flux d’argent à l’intérieur et à l’extérieur du pays, à travers le système bancaire, Bitcoin contourne les banques car c’est une monnaie passant par Internet.

Et maintenant une communauté grandissante de Vénézuéliens utilise ses bitcoins pour acheter de la nourriture sur des sites de commerce en ligne comme Amazon ou Walmart. Les paquets sont acheminés vers l’un des nombreux services de courrier basés à Miami, puis expédiés au Venezuela, où ils sont livrés aux foyers de ces personnes prisonnières d’un pays affamé.

Contournement des droits de douane

Lorsque l’IPhone 6 a été mis en vente au Brésil l’année dernière, son prix était tellement élevé qu’il est devenu une source de punchline dans les talk-shows nocturnes.

Ce prix est élevé car le gouvernement impose un droit d’importation de 60% sur les produits étrangers. Mais là encore, le gouvernement applique cette politique à travers le système bancaire. Aujourd’hui, un nombre croissant de Brésiliens évite ces taxes d’importation en contournant le système bancaire pour l’acquisition de produits tels les IPhones. De cette façon, le gouvernement n’a tout simplement aucun moyen de vérifier combien les Brésiliens dépensent en achat de biens à l’étranger. Le bitcoin est aussi un outil efficace pour éviter de la taxation quand on déménage un investissement vers le Brésil

Thiago Cesar est le fondateur et PDG de BitOne. En leur permettant d’utiliser le bitcoin, cette société aide ses clients à contourner une taxe sur les changes de 27,5% à l’entrée d’argent dans le pays.

Contourner le protectionnisme n’est pas seulement destiné aux investisseurs. Les Brésiliens voyageant à l’étranger sont taxés de 6.38% à chaque utilisation de leur carte de crédit. Beaucoup ont réalisé qu’ils peuvent échapper à cette taxe en utilisant une carte de crédit Bitcoin de Xapo ou Advcash.

Réduire la paperasserie

Créer une nouvelle entreprise au Brésil prend environ 14 fois plus de temps qu’aux États-Unis. Et le pays est classé 122ème dans l’indice 2016 de liberté économique.

L’entrepreneur brésilien Edilson Osório estime que Bitcoin peut aider à résoudre ce problème, pas la monnaie en elle-même, mais plutôt son principe de base de données de transactions enregistrées dans le réseau Bitcoin. Cette base de données, connue sous le nom de blockchain, est un fichier informatique avec une architecture unique, signifiant qu’il ne peut jamais être modifié ou altéré. Écrire des informations dans la blockchain équivaut à rédiger un message dans le ciment humide.

Les enthousiastes pensent que ce fichier incorruptible a le potentiel de combler le vide laissé par la faiblesse des institutions étatiques. Par exemple, au Honduras, une entreprise a transformé en blockchain les titres de propriétés foncières sous format papier, permettant aux citoyens du pays de vérifier qu’ils n’ont pas été altérés secrètement (le projet a ensuite stagné).

Osório a une vision similaire de la façon dont la blockchain peut suppléer la confiance faisant parfois défaut aux institutions étatiques brésiliennes. Plus précisément, son idée est d’utiliser la blockchain pour modifier le notariat, source majeure de paperasserie. L’État exige que les Brésiliens passent par une étude de notaire pour vérifier l’authenticité de documents comme les certificats de naissance, les contrats et les titres de propriété de véhicule, à chaque transaction commerciale.

L’entreprise d’Osório, OriginalMy, propose une méthode différente d’authentification de document éliminant les tracas. Son site web permet aux clients de télécharger des représentations chiffrées de leurs documents importants présents sur la blockchain. Ensuite, à tout moment, il est possible de prouver l’authenticité d’un document en le comparant à l’original.

L’espoir est que ce nouveau système d’établissement de confiance améliorera le climat des affaires du pays.

Traduction Contrepoints

Sur le web