3000 tonnes d’or dans le bas de laine des Français !

Les Français détiennent de l’or dans leurs petites économies personnelles. Cet or ne circule pas parce que l’État est trop gourmand lors des transactions.

Partager sur:
Sauvegarder cet article
Aimer cet article 0
Treasure by Kevin Doncaster (CC BY 2.0)

La liberté d’expression n’est pas gratuite!

Mais déductible à 66% des impôts

N’oubliez pas de faire un don !

Faire un don

3000 tonnes d’or dans le bas de laine des Français !

Publié le 12 septembre 2016
- A +

Par Anthony Alberti.

3000 tonnes d'or dans le bas de laine des Français
Treasure by Kevin Doncaster (CC BY 2.0)

Entre les Français et l’or, c’est une histoire d’amour qui dure depuis au moins 2000 ans (les Gaulois étaient déjà très friands du métal doré) et une récente étude Ipsos montre que cela n’a jamais été autant le cas qu’actuellement. En effet, sans doute conscients de la fragilité croissante d’une économie totalement déconnectée des richesses réelles, de plus en plus de personnes choisissent de placer une partie non négligeable de leur patrimoine dans des pièces et des lingots d’or.

Aujourd’hui, on estime que plus d’un quart des Français détiendraient de l’or, sous une forme ou sous une autre, pour un total avoisinant les 3000 tonnes ! Un véritable trésor caché qui représente plus de 100 milliards d’euros au cours actuel de l’once, soit davantage que ce que l’État lui-même possède dans ses réserves (pour rappel, au 31 août 2016, les coffres de la Banque de France contenaient l’équivalent de 94,144 milliards d’euros en or). Et encore, on ne compte pas les bijoux ou les objets anciens forgés dans le noble métal…

Un investissement de tradition et de bon sens

Tout aussi intéressant, on découvre que l’or privé ne concerne pas uniquement les classes les plus aisées de la population, mais que toutes les catégories sociales sont concernées, y compris les plus modestes pour lesquelles l’or s’inscrit dans une longue tradition de cadeaux ou d’héritages (on estime que 80% des personnes qui possèdent de l’or l’ont obtenu à l’occasion d’une succession ou d’une donation). Souvent, l’essentiel de la fortune des familles d’ouvriers ou d’agriculteurs se concentre ainsi sur quelques pièces, voire un ou deux petits lingots, qui se transmettent de génération en génération, davantage comme un souvenir ou un symbole de l’histoire familiale que comme une véritable alternative d’investissement.

Toujours mû par ce bon sens populaire, et aussi peut-être parce que ces « objets » sont souvent chargés émotionnellement, le comportement des détenteurs d’or est également très raisonnable : on ne vend pas au premier coup de vent ni lorsque les cours ont l’air de frétiller à la hausse. Au contraire, l’essentiel de ce bas de laine doré est détenu depuis plus de 10 ans, en dépit de la situation parfois désastreuse dans laquelle certaines familles se sont retrouvées au gré des crises majeures de ces dernières décennies.

Une fiscalité (presque) toujours dissuasive

D’un autre côté, il faut dire aussi que l’État n’a pas fait preuve de souplesse pour encourager la revente des métaux précieux, s’acharnant plutôt à en freiner la circulation à grands coups de fiscalité dissuasive alors que tout cet or aurait sans doute pu aider à relancer une machine économique en panne sèche depuis trop longtemps.

Rien qu’en abaissant le taux de prélèvement sur les métaux précieux comme l’or, pour le ramener à un niveau équivalent à ce qui se pratique pour la vente de bijoux et d’objets d’art (soit 6,5% au lieu de 10,5%), certains spécialistes estiment qu’on verrait immédiatement plusieurs milliards d’euros irriguer l’économie française, avec en prime quelques centaines de millions d’euros de recettes fiscales supplémentaires pour l’État. Idem pour la taxation des plus-values qui, avec son niveau record de 34,5% et son système d’abattements de plus en plus ridicule (sur 22 ans), pénalise lourdement la revente des pièces et lingots d’investissement.

Heureusement il y a des astuces pour limiter la casse sur la fiscalité, notamment avec les jetons d’investissement (par exemple les Vera Valor) et les pièces d’or ayant cours légal (comme les Krugerrands). Dans ces deux cas vous êtes exonérés de taxe lors de la revente si votre transaction est inférieure à 5000 euros. Et là c’est génial ! Pas de fiscalité, légalement, comme dans de nombreux pays voisins.

Ainsi, l’étude Ipsos évoquée plus haut indiquait que 83% des personnes interrogées avaient le sentiment que le niveau de taxation dissuadait les possesseurs d’or à le revendre, mais qu’ils étaient en revanche 50% à se dire prêts à liquider leur butin si l’État se montrait moins gourmand. L’État doit faire les bons calculs. Une fiscalité élevée est clairement contre-productive et ne fera qu’enrichir les Belges ou les Suisses.

Sur le web

Voir les commentaires (8)

Laisser un commentaire

Créer un compte Tous les commentaires (8)
  • l’état n’à toujours pas compris une chose : il faut savoir perdre un peu pour gagner beaucoup ;

  • Oui

    D’autant plus que la vente de bijoux est maintenant exonérée de taxe jusqu’à 5000 €. Mais l’état interdit toujours le paiement en cash même pour les petites sommes alors que souvent des personnes sont obligées de vendre une bague ou un bracelet pour finir le mois. Il est évident que les paiements des transactions conséquentes doivent être payée par chèque ou virement (à partir de 100 € par exemple) mais il arrive d’avoir des besoins urgents.
    Attention aux ventes de bijoux de famille ou de lingots retrouvés dans le grenier non déclares lors d’une succession ! les sociétés spécialisées dans l’achat de métaux précieux sont obligées d’établir annuellement une déclaration comportant l’identité et toute les coordonnées des personnes ayant vendu des métaux précieux au cours de l’année, en précisant le montant annuel des vente par individu !

    Et oui faut bien être solidaire !!

    Fuyez.

  • Contentez vous de vendre ça à l’étranger. Et puis de toute façon c’est pas encore le moment de vendre.

  • Je viens de jeter un coup d’oeil sur le site web de Vera Valor. Y’a écrit « Pas de TVA à l’achat et pas de taxe à la revente pour des ventes inférieures à 5000€. » Comment est-ce possible?

  • chuuutttt !! ne l’ébruitez pas !!
    ça va donner des idées au gouvernement tout cet or qui dort alors que lui a tellement besoin d’argent.
    un jour ou l’autre il va venir nous le confisquer pour retarder sa faillite.

    quelque soit la fiscalité nous ne vendrons pas notre or , c’est notre assurance vie mais mieux qu’en papier qui ne vaudra plus rien.

    • Cela peut être tout simplement une arnaque d’Etat: on vend de l’or 20% au dessus de son prix avec incitation fiscale, et aucune garantie de possibilité de revente.

  • Les commentaires sont fermés.

La liberté d’expression n’est pas gratuite!

Mais déductible à 66% des impôts

N’oubliez pas de faire un don !

Faire un don
2
Sauvegarder cet article

Certaines banques centrales multiplient leurs devises. D’autres remplissent leurs coffres d’or. Ceci justifie probablement la hausse actuelle des cours de l’or. Seule incertitude : les particuliers qui ont de l’or pourront-ils le négocier librement lorsque la crise monétaire qui couve éclatera ?

Article original paru dans Investir Service.

 

Que mettent les banquiers centraux dans leurs coffres ? Pas de liasses de billets, d’argent, de cuivre, de platine, de diamants, de pétrole, de céréales, etc. De l’or. Uniquement... Poursuivre la lecture

La masse monétaire augmente à nouveau et la persistance de l'inflation des prix n'est pas une surprise. L'inflation des prix se produit lorsque la quantité de monnaie augmente de manière significative au-delà de la demande du secteur privé. Pour les investisseurs, la pire des décisions dans ce contexte de destruction monétaire est d'investir dans des obligations souveraines et de conserver des liquidités. La destruction du pouvoir d'achat de la monnaie par le gouvernement est une politique, pas une coïncidence.

Article original paru su... Poursuivre la lecture

Si en 20 ans le Processus de Kimberley a permis d’assurer la traçabilité de 99 % des diamants et de mettre fin aux « Blood diamond », le secteur aurifère a été beaucoup plus lent à se réformer. Mais la blockchain a donné un coup d’accélérateur à la lutte contre les trafics illégaux, et désormais les centres mondiaux de négoce comptent sur les nouvelles technologies pour moraliser le marché de l’or.

En 2013, le scandale de la viande de cheval dans des lasagnes avait défrayé la chronique. Environ 750  tonnes de viande frauduleuse avaient... Poursuivre la lecture

Voir plus d'articles