3 conseils pour muscler le capital-risque français

Partager sur:
Sauvegarder cet article
Aimer cet article 0
By: Oleg Klementiev - CC BY 2.0

Promouvoir la liberté n’est pas gratuit

Mais cela peut aider à réduire vos impôts de 66%

Faites un don dès maintenant

Faire un don

3 conseils pour muscler le capital-risque français

Publié le 9 septembre 2016
- A +

Par Jérôme Faul.
Un article de GenerationLibre

3 moyens de muscler le capital-risque français
By: Oleg KlementievCC BY 2.0

Il existe environ 1 000 sociétés financées par du capital-risque en France ayant une moyenne de 10 salariés. 500 d’entre elles reçoivent des fonds chaque année pour une levée moyenne autour de 1,5 million d’euros. Les chiffres sont modestes au regard de l’activité économique de notre pays mais il faut intégrer la création de valeur que ces sociétés apportent par les innovations qu’elles mettent en œuvre.

Une note du conseil d’analyse stratégique de juillet 2016 reprend les principaux constats que l’on fait sur le capital-risque français depuis sa création à la fin des années 1980, avec 30 ans de retard sur les États-Unis : peu de volume, peu alimenté en amont en projets issus de la recherche académique ou amorcés par des business angels, peu de débouchés, peu d’internationalisation, peu de performance financière.

La note recommande de clarifier les doctrines d’intervention de l’État, pointe du doigt le risque de s’installer dans une stratégie de substitution à long terme au secteur privé, demande à ce que la fiscalité encourage davantage au réinvestissement des plus-values dans l’écosystème qui les a générées.

Les deux premières recommandations ont déjà été plusieurs fois formulées par GenerationLibre. La création d’une nouvelle niche fiscale ou le remplacement d’une ancienne par une nouvelle ne réglera, en revanche, pas le problème sur le fond.

Définir le rôle de l’État

Le premier rôle de l’État devrait être de garantir une stabilité de l’écosystème ou du moins de réformer si besoin, mais sans à-coups ni effets de bord. Une plus grande stabilité et une plus grande justice fiscale pourraient être au moins aussi bénéfiques. Nous sommes sur des cycles longs : un fonds de capital-risque est prévu pour vivre 10 ans, deux quinquennats !

Son second rôle pourrait être de pallier, de façon ponctuelle et limitée dans le temps, des défaillances du secteur privé selon des mécanismes vertueux. La mise en place du programme national d’amorçage est dans cette logique. Les premiers fonds privés ont au départ été abondé à 60% par l’État, les fonds suivants le seront à moins de 50%.

Il est illusoire de penser que la France pourra un jour ressembler un tant soit peu aux États-Unis, à Israël, ou à la Chine. Il faut installer notre propre modèle de capital-risque sur la durée.

La France dispose d’un tissu de grandes entreprises qui ont une capacité à industrialiser et à vendre des produits dans le monde entier. Pourtant, à l’ère du numérique, elles sont incapables de faire émerger des innovations de rupture que ce soit d’un point de vue technologique, d’usage ou de modèle de revenus. Les sociétés financées par du capital-risque peuvent leur apporter ce savoir-faire à condition qu’on leur en donne la chance.

Cela signifie enchaîner trois conditions.

Donner aux grandes entreprises françaises envie d’acquérir les startups les plus innovantes. Entre 2013 et 2015, les 120 plus grandes sociétés françaises ont acquis au total 40 startups innovantes (source BPIFrance) contre 160 pour les 5 géants américains que l’on surnomme GAFAM. Nous saluons toutes les actions prises dans ce sens – en particulier le salon Viva Technology qui s’est tenu au début de l’été à Paris et qui a permis des centaines de rencontres entre grands groupes et startups.

Sortir les projets innovants de leurs laboratoires de recherche ou de leurs incubateurs, les matérialiser sous forme d’entreprises pleinement constituées avec des équipes pluridisciplinaires, accompagnées par des professionnels. Nous nous réjouissons de l’engouement actuel pour les startups auprès du grand public en général et des jeunes diplômés en particulier.

Permettre à ces startups d’atteindre rapidement un niveau de maturité suffisant pour terminer un cycle qui soit suffisamment convaincant pour un acquéreur : disposer d’une version solide de son premier produit, avoir conquis quelques marchés, avoir compris le modèle de revenus associé. Nous constatons que les rendements des fonds de capital-risque s’améliorent d’année en année (source AFIC-EY) : un bon signe pour les investisseurs.

Conclusion et recommandations

La multiplication des initiatives, des projets, des sources de financement, des rencontres ne peut qu’enclencher un cercle vertueux.

Pour renforcer le capital-risque français il faut :

  • 1. Permettre aux startups d’émerger – la création de startup doit être encouragée partout où il y a des idées et de la volonté ;
  • 2. Leur fournir suffisamment de ressources financières pour se développer – les fonds de capital-risque doivent obtenir plus de moyens qu’aujourd’hui ;
  • 3. Leur offrir des perspectives de sortie – les grands groupes doivent jouer un rôle.

Sur le web

Voir le commentaire (1)

Laisser un commentaire

Créer un compte Tous les commentaires (1)
  • Le premier rôle de l’Etat devrait être de laisser faire la start-up, et prospérer ou disparaître en fonction de sa seule compétitivité. Cela signifie :
    1. Laisser les start-ups se créer, croître et se frotter au marché dans un cadre stable, libre de toute intervention présente ou future.
    2. Laisser ceux qui ont réussi toucher, puis réinvestir leurs profits ou les refuser, en tout cas ne pas les taxer. Le développement exige discernement et ressources financières propres, surtout pas incitations, aides remboursables et subventions décidées par des fonctionnaires en fonction de critères qui n’ont rien à voir avec le succès commercial (quand ce dernier n’est pas un motif de refus au prétexte d’inutilité ; on n’aide pas les riches, on les punit…).
    3. Laisser chacun libre de son mode de croissance, et éviter de faire apparaître le rachat par un grand groupe comme une suite logique, voire un parachute.

  • Les commentaires sont fermés.

Promouvoir la liberté n’est pas gratuit

Mais cela peut aider à réduire vos impôts de 66%

Faites un don dès maintenant

Faire un don

Par Pascal Salin.

Parmi les quatre thèmes proposés par Emmanuel Macron pour le Grand débat national nous voudrions évoquer un certain nombre de problèmes qui nous paraissent particulièrement importants et qui se trouvent concerner les deux premiers thèmes (fiscalité et organisation de l'État).

Le débat sur la fiscalité est à l'ordre du jour et l'on peut d'ailleurs considérer comme positif qu'il y ait une prise de conscience des excès de la fiscalité française et de ses effets destructeurs. Comme on le sait bien, la France bat – ... Poursuivre la lecture

0
Sauvegarder cet article

Par Claude Goudron.

La flat tax s'invite à l'occasion des débats pour la présidentielle 2022 et plus particulièrement chez Éric Ciotti.

Cet impôt à taux fixe modéré qui s’applique à tous est le gage d’une incontestable efficacité.

Pour ceux qui l’ignoreraient, il s'agit d'un impôt à taux unique, voire à deux taux, qui remplacerait l’impôt sur l'ensemble des revenus (travail et autres sources) devenu lourd à gérer et trop souvent l’objet de contournements.

La flat tax éviterait également de nombreuses fraudes ou mon... Poursuivre la lecture

0
Sauvegarder cet article

Par Elie Blanc.

Ce vendredi 5 novembre à 19 heures, Radio libertarien a le plaisir d’accueillir Simone Wapler (que les lecteurs de Contrepoints connaissent déjà) ainsi que Thibault Laurentjoye, membre du collectif des Économistes atterrés. Nos deux intervenants présentent l’avantage d’être tous les deux particulièrement intéressés par les questions relatives à la fiscalité et à la politique monétaire. Ils devront répondre à une question simple : les impôts sont-ils un fardeau ?

La fiscalité étant un thème qui suscite la controve... Poursuivre la lecture

Voir plus d'articles