Quand la gendarmerie nationale finance le MEDEF

A force de promouvoir la libre entreprise avec de l’argent public ou quasi-public, l’indépendance et la sincérité du MEDEF vont finir par soulever d’importantes questions.

Par Éric Verhaeghe.

Quand la gendarmerie nationale finance le MEDEF
By: Ludovic SarrazinCC BY 2.0

Comme chaque année, la lecture des partenaires revendiqués par le MEDEF pour son université d’été mérite le détour. Nous y reviendrons plus longuement lundi prochain. D’ici là, on notera juste que la gendarmerie nationale fait partie des bienfaiteurs de l’événement.

Mais qu’est-ce que la gendarmerie nationale fait dans cette galère ?

On s’en étonnera, dans la mesure où le lien entre une institution publique chargée de la sécurité des citoyens et une confédération patronale regroupant de grandes fédérations d’entreprises est difficile à établir. Les entreprises contribuables ne manqueront pas de s’étonner du procédé, puisqu’on comprend mal que des fonds publics émanant d’une administration qui se plaint régulièrement de son manque de moyens servent à financer un événement que les fédérations patronales elles-mêmes ne sponsorisent pas…

La gendarmerie manque-t-elle vraiment de moyens ?

Faut-il rappeler ici que la gendarmerie nationale a versé de nombreuses larmes sur son manque de moyens. Son soutien financier au MEDEF paraît pour le moins baroque, puisqu’on voit mal ce qui justifie cette intervention dans une université qui a très peu d’unité de visée avec la sécurité nationale. Forcément, le parrainage de la gendarmerie soulève quelques questions.

Pourquoi le MEDEF devrait refuser ce parrainage ?

Sur le fond, la capacité du MEDEF à ratisser large pour financer ses événements laisse songeur. La confédération patronale ne cesse en effet de profiter de cadeaux multiples en sa faveur, notamment de la part des pouvoirs publics. Ceux-ci devraient accroître la part du MEDEF dans les conseils d’administration paritaires, compte non tenu de la répartition très favorable des moyens issus du fonds paritaire, financé par des cotisations obligatoires des entreprises, créé par la loi de mars 2014.

Bref, à force de promouvoir la libre entreprise avec de l’argent public ou quasi-public, l’indépendance et la sincérité du MEDEF vont finir par soulever d’importantes questions.