JO de Rio, jour 5 : le vrai classement d’aujourd’hui

En France, après l’euphorie vite tempérée de la première médaille, la morosité s’est à nouveau emparée de la délégation.

Partager sur:
Sauvegarder cet article
Aimer cet article 0

Promouvoir la liberté n’est pas gratuit

Mais cela peut aider à réduire vos impôts de 66%

Faites un don dès maintenant

Faire un don

JO de Rio, jour 5 : le vrai classement d’aujourd’hui

Publié le 11 août 2016
- A +

Par Yanarthus.
Un article de Mythes, mancies et mathématiques

JO de Rio, le vrai classement, jour 5
By: The Department for Culture, Media and SportCC BY 2.0

Commençons par un peu d’autosatisfaction : il est désormais prouvé que ce site est très lu dans le monde entier. Les meilleurs joueurs du monde ont décidé de suivre mon conseil de ne pas se fatiguer sur ces Jeux Olympiques et ont consciencieusement perdu leurs matches. On peut même se demander s’il restera assez de concurrents pour ramasser ces médailles à 0 point.

En France, après l’euphorie vite tempérée de la première médaille, la morosité s’est à nouveau emparée de la délégation.

Psychodrame en natation et en tennis

Il y eut le psychodrame de la natation : Yannick était-il sincèrement cloué au lit par une sinusite ? Yannick avait-il délibérément abandonné ses potes pour attendre la relève tel le centurion Absolumentexclus ? L’interview desdits potes donna ceci. L’amusant de cette conversation est évidemment la réaction de Nelson devant un témoignage contraire à ses certitudes. Tel un fidèle carbocentriste face à des faits en contradiction avec le dogme, il nie : c’est impossible, Yannick n’a pas pu effectuer un heel turn. Pourtant, Nelson, les heel turns, il connaît.

Il y eut aussi le psychodrame du tennis : Benoît s’était-il suffisamment mal comporté avec ses potes pour être exclu ? Sur le plateau de France Télévisions, son grand ami Michaël était très objectivement de cet avis.

À part quelques réussites, aux premiers jours, c’étaient des déceptions, des frustrations de médailles perdues sur le fil. Des défaites injustes se succédaient au judo ; les touches de match en escrime tournaient toujours mal ; les volleyeurs étaient meilleurs que les italiens mais jouaient en dessous de leur niveau ; les basketteurs étaient dépassés ; les footballeuses perdaient contre le cours du jeu ; – et l’eau du bassin de plongeon verdissait. Astier, pour rejoindre le paddock, passa par dessus des barrières, dérangea un néo-zélandais et un australien avec leurs chevaux.

Ce fut comme une apparition :

jo rio

Ils étaient debout, au milieu du podium, encadrés par les deux glorieux vaincus ; dans l’éblouissement que lui envoyèrent ces quatre breloques dorées, Laurent Luyat plissa involontairement les yeux ; quand il eut réalisé, il sut que c’était le moment. Mardi 9 août, 20h11, il pouvait pour la première fois afficher le tableau des médailles.

Le vrai classement à l’issue du jour 5 :

  1. États-Unis 226
  2. Chine 153
  3. Japon 145
  4. Russie 118
  5. Australie 86
  6. Corée du Sud 85
  7. Italie 74
  8. Royaume-Uni 69
  9. Hongrie 68
  10. France 63

Sur le web

Promouvoir la liberté n’est pas gratuit

Mais cela peut aider à réduire vos impôts de 66%

Faites un don dès maintenant

Faire un don

Par Alexis Vintray.

Article paru initialement en août 2016

Quels sont ces pays qui récompensent le plus généreusement leurs athlètes pour une médaille d'or décrochée aux Jeux Olympiques ? La société Statista a fait une infographie instructive pour présenter les principaux pays :

Ainsi, pour tirer le gros lot si vous êtes en mesure de remporter une médaille d'or, faites-vous naturaliser Azéri ! 450 000 € à la clef pour votre médaille d'or, contre "seulement" 345 000 si vous êtes Indonésien.

À l'inverse, évit... Poursuivre la lecture

0
Sauvegarder cet article

Par Imad Châtelain.

[caption id="attachment_265018" align="aligncenter" width="640"] By: David Jones - CC BY 2.0[/caption]

Atlanta 1996 : les athlètes britanniques viennent de conclure les Jeux sur leur pire bilan de l’histoire moderne. Seulement 15 médailles, une toute petite en or et une 36e place au classement olympique derrière la Belgique et le Kazakhstan entre autres. Suite à ce fiasco, le gouvernement britannique entreprend de réformer en profondeur le sport de haut niveau et crée pour cela, en 1997, un organisme indépend... Poursuivre la lecture

Par Clémence Patel.

[caption id="attachment_262351" align="aligncenter" width="640"] By: Alistair Ross - CC BY 2.0[/caption]

Lorsque le Comité international olympique (CIO) a désigné Rio en 2009 pour accueillir les J.O. sept ans plus tard, l'essor phénoménal du Brésil ne laissait pas présager les difficultés que le pays allait rencontrer pour tenir son fabuleux pari : organiser à deux années d'intervalle la Coupe du monde de football en 2014 et les Jeux olympiques d'été en 2016.

Alors huitième puissance économique mondial... Poursuivre la lecture

Voir plus d'articles