Quel pays donne le plus de prime pour une médaille d’or aux Jeux Olympiques ?

La prime pour une médaille d’or aux Jeux Olympiques va de 0 à 450 000€ selon les pays. Qui sont les plus généreux, et surtout pourquoi certains pays donnent-ils plus que d’autres ?

Partager sur:
Sauvegarder cet article
Aimer cet article 0
Combien valent les médailles ? Médaille olympique Jeux d'hiver de Vancouver By: Eyesplash - Summer was a blast, for 6 million view - CC BY 2.0

Promouvoir la liberté n’est pas gratuit

Mais cela peut aider à réduire vos impôts de 66%

Faites un don dès maintenant

Faire un don

Quel pays donne le plus de prime pour une médaille d’or aux Jeux Olympiques ?

Publié le 19 février 2018
- A +

Par Alexis Vintray.

Article paru initialement en août 2016

Quels sont ces pays qui récompensent le plus généreusement leurs athlètes pour une médaille d’or décrochée aux Jeux Olympiques ? La société Statista a fait une infographie instructive pour présenter les principaux pays :

Quel pays donne le plus de prime pour une médaille d'or aux Jeux Olympiques ?

Ainsi, pour tirer le gros lot si vous êtes en mesure de remporter une médaille d’or, faites-vous naturaliser Azéri ! 450 000 € à la clef pour votre médaille d’or, contre « seulement » 345 000 si vous êtes Indonésien.

À l’inverse, évitez soigneusement le Royaume-Uni, qui ne vous accordera pas un Kopec, là où les Russes vous donneront, eux, 135 000€… Les Allemands sont quasiment aussi radins que les Américains, avec respectivement 20 000€ et 22 500€.

Une prime pour une médaille d’or très variable, pour des raisons variables

Deux tendances semblent se distinguer dans cette répartition très variable : d’une part les pays autoritaires, en manque d’une affirmation internationale, sont prêts à aligner les chèques pour encourager leurs athlètes à se dépasser. L’Azerbaïdjan, la Russie ou la Chine, sont très loin de briller par leur démocratie mais plus par l’autoritarisme de leur régime, toujours à la recherche d’une justification internationale que leur ôte leurs actions.

Enfin, deuxième tendance, plus un pays est susceptible de gagner des médailles (les États-Unis, le Royaume-Uni ou la France sont respectivement 1er, 3e et 9e au classement des médailles), moins il paie ses sportifs car la valeur d’une médaille supplémentaire est faible. À l’inverse, l’Azerbaïdjan n’avait remporté que deux médailles d’or en 2012 et une médaille de plus a un aspect symbolique important. De quoi justifier un chèque à rendre jaloux des Français, qui, de plus doivent acquitter les impôts nationaux… Ce que l’État donne d’une main, il le reprend de l’autre…

Voir les commentaires (8)

Laisser un commentaire

Créer un compte Tous les commentaires (8)
  • on aurait pu ajouter, combien rapporte une médaille et quels est l’investissement personnel et collectif pour obtenir une médaille….

  • Dans l’Antiquité, le vainqueur aux Jeux Olympiques n’était-il pas simplement exonéré d’impôts à vie ? La France devrait essayer ça.

  • Pourquoi les états unis gagnent tout le temps ? Ils proposent plus de candidats ? Pourquoi les autres pays n’en proposent pas plus dans ce cas ? Merci

    • Il ne suffit pas de proposer plus de candidats, il faut aussi que ceux-ci se qualifient.

    • Plein de raisons:
      – C’est un pays très peuplé, donc mécaniquement le vivier d’athlètes est important.
      – Ils sont riches. Les gens ont les moyens de pratiquer des sports coûteux et surtout de les pratiquer au niveau requis pour la compétition.
      – Ils sont puissants. Le patriotisme est un grand encouragement.
      – Ils ont une population génétiquement très variée, ce qui est un avantage pour présenter des candidats dans toutes les disciplines.
      – Leur système médiatique est très important, ce qui est un avantage pour créer de nombreuses fédérations sportives au niveau national.
      – Ils sont bien nourris.

  • Je trouve que le prime de 0 euros donne une valeur supplémentaire à la médaille d’or , encore une fois bravo les anglais .

  • Dans les pays autoritaires, la motivation des autorités n’est pas tant de chercher une « justification internationale », mais surtout d’exalter le nationalisme au sein de leur populations.

  • je serais Teddy Rinner je me nationaliserais azéri direct, prime x 9 !

  • Les commentaires sont fermés.

Promouvoir la liberté n’est pas gratuit

Mais cela peut aider à réduire vos impôts de 66%

Faites un don dès maintenant

Faire un don
0
Sauvegarder cet article

Par Imad Châtelain.

[caption id="attachment_265018" align="aligncenter" width="640"] By: David Jones - CC BY 2.0[/caption]

Atlanta 1996 : les athlètes britanniques viennent de conclure les Jeux sur leur pire bilan de l’histoire moderne. Seulement 15 médailles, une toute petite en or et une 36e place au classement olympique derrière la Belgique et le Kazakhstan entre autres. Suite à ce fiasco, le gouvernement britannique entreprend de réformer en profondeur le sport de haut niveau et crée pour cela, en 1997, un organisme indépend... Poursuivre la lecture

Par Clémence Patel.

[caption id="attachment_262351" align="aligncenter" width="640"] By: Alistair Ross - CC BY 2.0[/caption]

Lorsque le Comité international olympique (CIO) a désigné Rio en 2009 pour accueillir les J.O. sept ans plus tard, l'essor phénoménal du Brésil ne laissait pas présager les difficultés que le pays allait rencontrer pour tenir son fabuleux pari : organiser à deux années d'intervalle la Coupe du monde de football en 2014 et les Jeux olympiques d'été en 2016.

Alors huitième puissance économique mondial... Poursuivre la lecture

Par Pierre Rondeau.

Un article de The Conversation.

[caption id="attachment_263446" align="aligncenter" width="640"] By: Brian Godfrey - CC BY 2.0[/caption]

Qu’est-ce qui détermine la force sportive d’une nation aux Jeux olympiques ? Pourquoi tel ou tel pays semble bien plus fort que d’autres et domine allégrement la compétition ? Qu’est-ce qui explique que la Russie, la Chine ou les États-Unis apparaissent comme des monstres de réussite au moment des Olympiades ?

La science économique a, depuis longtemps, essayé d... Poursuivre la lecture

Voir plus d'articles