Les Français aiment-ils leur équipe de foot ?

Un sondage BVA-Orange-iTélé révèle le rapport que les Français entretiennent avec le foot et avec leur équipe nationale en particulier.

Partager sur:
Sauvegarder cet article
Aimer cet article 0
Didier Deschamps-Aout 2014- by william Morice(CC BY-ND 2.0)

Promouvoir la liberté n’est pas gratuit

Mais cela peut aider à réduire vos impôts de 66%

Faites un don dès maintenant

Faire un don

Les Français aiment-ils leur équipe de foot ?

Publié le 9 mai 2016
- A +

Par la rédaction de Contrepoints.

Didier Deschamps-Aout 2014- by william Morice(CC BY-ND 2.0)
Didier Deschamps-Aout 2014- by william Morice(CC BY-ND 2.0)

 

Un sondage BVA-Orange-iTélé révèle le rapport que les Français entretiennent avec le foot et avec leur équipe nationale en particulier. À l’approche de l’Euro, avec 39% de bonnes opinions auprès des Français, l’équipe de France gagne 10 points de popularité en 6 mois et retrouve sa popularité d’avant la Coupe du Monde 2014.

Popularité de Didier Deschamps

Alors que 78% des Français et 87% des amateurs de football avaient une bonne opinion de Didier Deschamps en mai 2014, le sélectionneur national abordera l’Euro 2016 dans une position très favorable mais semble avoir perdu son statut d’intouchable. Sa popularité reste très élevée mais perd 12 points auprès des Français (66% de bonnes opinions) et 11 points auprès des amateurs de football (86%).

Mauvaise opinion à propos du niveau de l’équipe de France

foot rené le honzecSeul 1 Français sur 10 considère que l’équipe de France peut remporter l’Euro 2016 ! Seuls 11% des Français (et 21% des amateurs de football) pensent qu’elle le remportera. Si une élimination en phase de poules apparaît peu envisageable (Français : 12%, amateurs de football : 3%) tout comme une sortie en huitièmes de finale (Français : 12%, amateurs de football : 7%), 36% des Français considèrent que la France atteindra au moins les demi-finales (vainqueur : 11%, défaite en finale : 5%, élimination en demi-finales : 20%) tout comme 61% des amateurs de football (resp. 21%, 7%, 33%).

foot1

 

La sélection faite par les Français

• Une nette avance du trio Llloris – Mandanda – Ruffier pour les gardiens.
• Pour les défenseurs, consensus sur Varane, Mathieu, Koscielny, Evra, Sagna, Debuchy, Clichy et Jallet
• Les milieux de terrain : Matuidi, Pogba, Diarra et Cabaye comme certitudes, une préférence des Français pour Gourcuff et Sissoko, des amateurs de football pour Kanté et Schneiderlin
• Les attaquants : Griezmann, Giroud, Gignac, Payet, Martial et Ben Arfa seraient retenus, Lacazette, Coman et Valbuena resteraient à quai.

eq

Voir les commentaires (4)

Laisser un commentaire

Créer un compte Tous les commentaires (4)

Promouvoir la liberté n’est pas gratuit

Mais cela peut aider à réduire vos impôts de 66%

Faites un don dès maintenant

Faire un don

Après le capitaine des Bleus, c’est au tour du chef de l’État d’aller de son avis sur la polémique entourant la Coupe du monde de football au Qatar. En marge d’un déplacement au Forum de coopération Asie-Pacifique en Thaïlande, Emmanuel Macron a estimé qu’il ne fallait pas « politiser le sport ».

Lui-même frappé par une polémique sur sa potentielle venue à Doha en cas d’accession de l’équipe de France en demi-finale de la compétition, Emmanuel Macron a purement et simplement refusé de participer aux discussions sur les conditions de tr... Poursuivre la lecture

extrême droite
1
Sauvegarder cet article

Un sondage IFOP pour le Journal du Dimanche a interrogé des Français six mois après la réélection d'Emmanuel Macron, sur leur choix s'ils votaient aujourd'hui.

 

"On refait le match" : l'extrême droite illibérale progresse

Même si Emmanuel Macron améliore modérément son score comparé aux résultats officiels de la présidentielle d'avril (29 % d’intentions de vote contre 27,8 %), et garde toujours la préférence des seniors, il ressort que Marine Le Pen enregistre d’une forte percée (30 % des voix contre 21,3 % des suffrages e... Poursuivre la lecture

Par Olivier Sibony.

De la débâcle du PSG au Camp Nou, on peut tirer toutes les leçons de leadership et de management des hommes. Et la presse ne s’en prive pas (pour en obtenir un résumé rapide, lisez à haute voix la première partie du titre de ce post, sans les virgules).

Mais il peut être amusant d’y voir aussi un bel exemple de prévision probabiliste. On se souvient que Luis Enrique, l’entraîneur de Barcelone, a eu, la veille du match, des propos prémonitoires : « S’ils en ont marqué quatre, on peut en mettre six ». Ce qui pa... Poursuivre la lecture

Voir plus d'articles