L’implant de lentille électronique est-il pour demain ?

Alphabet (maison mère de Google) a déposé un brevet sur l’idée de remplacer le cristallin de l’œil humain par un implant de lentille électronique

Partager sur:
Sauvegarder cet article
Aimer cet article 0

Promouvoir la liberté n’est pas gratuit

Mais cela peut aider à réduire vos impôts de 66%

Faites un don dès maintenant

Faire un don

L’implant de lentille électronique est-il pour demain ?

Publié le 6 mai 2016
- A +

Par Isabelle Papin.

Lentille oeil
By: John Patrick RobichaudCC BY 2.0

L’entreprise Alphabet (maison mère de Google) a déposé un brevet sur l’idée de remplacer le cristallin de l’œil humain par un implant de lentille électronique. Un tel implant oculaire cyborg pourrait remplacer les fonctions de la vision normale et corriger les problèmes de vue. Mais l’existence du concept laisse également entrevoir les possibilités futures pour mettre les capacités d’une lentille de contact intelligente directement à l’intérieur de l’œil.

La demande de brevet Google envisage un laser perçant un trou dans la capsule du cristallin qui protège la lentille naturelle de l’œil humain, selon une étude fournie par le cabinet juridique de technologie ClientSide. Des vibrations ultrasoniques (ultrasonores) aideraient à briser la lentille naturelle de l’œil afin que les fragments puissent être aspirés par le trou qui ouvrirait la voie pour l’injection du dispositif de lentille électronique et un fluide capable de solidification en hydrogel de silicone. Le résultat final ? Une nouvelle lentille électronique pouvant ajuster sa forme pour fournir la mise au point appropriée à une vision normale, ou de corriger des problèmes tels que la myopie, sans nécessité des lentilles de contact ou des lunettes supplémentaires.

Un tel implant oculaire cyborg pourrait changer de forme et ajuster la vision du porteur à l’aide de technologies telles que les cristaux liquides micro miroirs et de minuscules pompes micro-fluidiques. Il peut également inclure des lentilles supplémentaires pour aider à résoudre les problèmes de vue tels que la myopie ou l’astigmatisme.

L’implant peut envoyer sans fil des données au smartphone, tablette ou ordinateur portable qui dispose d’une connexion Internet. Ces dispositifs pourraient ensuite transmettre les données au bureau de l’optométriste ou à une clinique. En réponse, un optométriste ou un autre expert médical pourrait potentiellement envoyer des signaux à l’aide de commandes pour modifier la programmation contrôlant la vision électronique de la lentille. Cela pourrait représenter l’équivalent d’une mise à jour sans fil pour les prescriptions de lentilles correctrices.

Sur le web

Voir les commentaires (7)

Laisser un commentaire

Créer un compte Tous les commentaires (7)
  • Qu’ils sont c.. chez Google ! Il y a beaucoup plus d’argent à se faire en développant le marché de b… électronique.

    • Ceci n’empêche pas celà. Xavier Niel en est la preuve vivante.
      Quand vous avez le contrôle, le reste n’est qu’affaire de périphérique…

  • Yey trop hype, et avec des portes dérobées.

  • Tout cela, c’est dépassé. J’imagine une humanité dont tous les membres « vivraient » couchés et casqués dans de gigantesques termitières où ils auraient le contrôle d’un cyborg dont ils recevraient toutes les sensations et auquel ils pourraient commander tout ce qui leur passerait par la tête. Et bien entendu, des magasins de « tuning » pour personnaliser son cyborg. Plus besoin de ces accessoires tels que vue, ouïe, toucher, goût ou odorat. On pourrait réduire l’être humain à un cerveau alimenté par un réseau de sang fourni par une installation ad hoc. Le film « Avatars » serait relégué au moyen âge.
    Ah, je délire? Bon alors j’arrête.

    • Dans votre cadre de référence, « Matrix », métaphore de la théorie bouddhiste de l’esprit, rien ne vous permet d’affirmer que ce n’est pas déjà le cas…

  • Plus intéressant encore: des capteurs dédiés pourront mesurer en temps réel les paramètres vitaux par le « fond d’oeil » et activer des systèmes correcteurs implantés…
    Méditer le film « Transcendance »…
    Ou « Fight Club », pour une prophétie alternative… Ou pas?

  • C’est assez ironique : à force de vouloir conserver l’humain dans un état idéal, sans défauts, sans maladie, sans trouble de la vision, etc. on est en train de dissoudre l’humanité dans son concept même. C’est une source d’angoisse d’un niveau encore supérieur à celui de la dissolution du cadre social symbolique (castes, statut…). Et je ne pense pas que ça puisse être stoppé
    Je pensais que les temps de l’humanité étaient comptés, mais je ne pensais pas y assister en live.

  • Les commentaires sont fermés.

Promouvoir la liberté n’est pas gratuit

Mais cela peut aider à réduire vos impôts de 66%

Faites un don dès maintenant

Faire un don
Des personnes debout utilisant leur smartphone
1
Sauvegarder cet article

Dans le roman Control, de PW. Singer et August Cole, l’un des protagonistes commercialise des données très chères obtenues gratuitement, comme il le dit :

« Nous en savons plus sur les Américains que leur propre gouvernement. Des capteurs dans leurs Viz Glass (des lunettes connectées). Des capteurs dans leurs médicaments contre les brûlures d’estomac. Des implants dans leurs maisons. Des implants dans leurs reins. Des puces dans leurs chats. Des puces dans leurs puces. Le tout analysant ces données au sein d’un réseau en expansion cons... Poursuivre la lecture

Qui est le roi des États-Unis ? Jusqu’à il y a peu on pouvait lire Obama dans les premiers résultats de recherche en anglais. Alors que certains internautes s’amusent à détourner les résultats de recherche mis en avant par Google, le moteur de recherche a décidé de retirer les réponses farfelues. Que se cache-t-il derrière ce phénomène ?

 

Manipulation des résultats de recherche : késako

Le développement du web 2.0, qu’on appelle aussi web participatif, a profondément remanié notre usage d’internet, mais aussi notre rapport... Poursuivre la lecture

Par Scott Shackford. Un article de Reason

Un document de travail récemment publié prétend montrer que les vastes lois sur la confidentialité des technologies mises en œuvre par l'Union européenne en 2018 ont considérablement étouffé l'innovation des apps et potentiellement privé les consommateurs de produits utiles.

Le rapport a été publié par le National Bureau of Economic Research, et il tente de calculer les effets sur les consommateurs du Règlement général sur la protection des données (RGPD), une loi de l'Union européenn... Poursuivre la lecture

Voir plus d'articles