Mais qui achète donc de l’or ?

L'achat d'or est-il une pratique archaïque condamnée à disparaître ou a-t-il encore une justification aujourd'hui ? L'avis d'expert de Simone Wapler.
Partager sur:
Sauvegarder cet article
Aimer cet article 0
Gold Bar By: Mark Herpel - CC BY 2.0

Promouvoir la liberté n’est pas gratuit

Mais cela peut aider à réduire vos impôts de 66%

Faites un don dès maintenant

Faire un don

Mais qui achète donc de l’or ?

Publié le 18 avril 2016
- A +

Par Simone Wapler.

Gold Bar By: Mark HerpelCC BY 2.0

L’achat d’or, qui est concerné ?

Subitement, Panama est devenu plus qu’un pays canal ou une étape sur la route de la drogue. Panama domicilie des trusts, des banques, des cabinets de conseils, des comptes à numéro ; des gens s’en servent et de grandes banques européennes commercialisent des montages clé en main avec trust panaméen !

C’est Soros qui aurait organisé la fuite. À moins que ce ne soit les Américains pour embêter Poutine. Ou bien les Illuminati… Les grands médias agitent le chiffon rouge fourni par les illusionnistes.

Payer moins d’impôts est une ambition humaine aussi vieille que la taxation. Plus l’impôt se raffine et se complique, plus les montages deviennent sophistiqués. Quant à la différence entre l’optimisation et la fraude, laissons cela aux juristes et aux gens qui ont les moyens de payer cher des conseils avisés et spécialisés. M. et Mme Michu se contentent de payer et de courber l’échine, faute de pouvoir amortir des honoraires élevés.

La cleptocratie a toujours eu suffisamment de revenus pour se construire des abris et échapper aux lois et aux impôts qu’elle décide d’appliquer aux autres. Cette caste, qui vit de l’argent des autres (le nôtre), adopte des lois qui ne s’appliquent qu’aux autres. En France, la cleptocratie a assassiné la démocratie le jour où l’Assemblée unanime a voté son auto-amnistie concernant le financement des partis. C’était en 1989.

M et Mme Michu sont bien loin de Panama. Ils sont enquiquinés par les taux négatifs, et les rendements nuls, nouvelles formes de taxation arbitraire décidées en lieu par la noblesse étatique dispensée d’impôts.

Retour gagnant pour l’achat d’or

Tandis que la gangrène des taux négatifs se répand, l’or, la relique barbare, remonte à la surface. Le premier trimestre 2016 fut le meilleur enregistré depuis plus de trente ans.

Il faut dire que le gros reproche fait à l’or par les suppôts de la finance créative ne tient plus ; l’or ne rapporte rien et il coûte, aimaient-ils rappeler. Désormais, l’or est au coude à coude avec un Bund allemand qui ne rapporte rien et qui coûte 0,3% par an à son détenteur, où qu’il soit, de Jersey à Panama.

Toutefois si beaucoup d’obligations européennes et japonaises coûtent, il n’en est pas encore de même du bon du Trésor américain. D’où la question : qui préfère l’or au Treasuries ?

Logiquement, ce devrait être M. et Mme Smith ou Michu ou Müller. Pourtant ce n’est pas le cas. L’achat d’or physique sous forme de pièces, de lingotins ou de lingots, pourtant bien supérieurs à ce qu’ils étaient en 2008, n’expliquent pas la hausse récente des prix.

Ce sont les investisseurs institutionnels (de grandes banques, des fonds spéculatifs, des assureurs) qui sont revenus sur l’or. Nikolaus von Bomhard, de l’assureur Munich Re, le 18 mars dernier parlant d’ajouter de l’or à ses réserves, osait dire : « vous pouvez constater que la situation est grave ».

HSBC, JP Morgan Chase : « Achat d’or, pas d’actions ». ABN Amro, PIMCO : « Nous apprécions les obligations indexées sur l’inflation et l’or ». Black Rock… Tous ces établissements viennent d’émettre au milieu du mois de mars des avis favorables sur l’or. Ils ont aussi joint le geste à la parole et le stock d’or des ETF est en forte augmentation sur le trimestre.

Les kleptocrates auraient-ils scié la branche sur laquelle ils sont assis ? La taxation, l’impôt sournois de l’inflation, ils arrivaient à y échapper. Mais si les taux nuls ou négatifs déclenchent une ruée vers l’or et les actifs tangibles, aucun paradis fiscal ne pourra protéger leur argent de la débâcle qu’ils auront suscitée en allant trop loin.

Pour plus d’informations et de conseils de ce genre, c’est ici et c’est gratuit.

Voir les commentaires (8)

Laisser un commentaire

Créer un compte Tous les commentaires (8)

Promouvoir la liberté n’est pas gratuit

Mais cela peut aider à réduire vos impôts de 66%

Faites un don dès maintenant

Faire un don

Par Lawrence W. Reed.

La plupart des amoureux de la liberté et des marchés libres défendent la séparation de l'État (politique et politiciens) de beaucoup de choses - l'église, la famille, les affaires, l'éducation, etc. Peut-être que si la Constitution des États-Unis avait expressément interdit la création par le gouvernement fédéral d'une banque nationale, les Américains auraient été épargnés des méfaits sans fin de ses diverses itérations dans notre histoire.

Peut-être que si la création monétaire de la Réserve fédérale conti... Poursuivre la lecture

Par Jerry Barnett. Un article de Quillette

La récente décision d’OnlyFans, l’une des plus grandes marques de l’industrie adulte, d’arrêter de vendre des contenus sexuellement explicites a pris tout le monde par surprise. Les médias sociaux ont réagi avec amusement, de nombreuses personnes suggérant (à juste titre) que cela revenait à ce que KFC abandonne le poulet. OnlyFans a invoqué la pression exercée par Visa et Mastercard, le duopole effectif qui contrôle l’essentiel des paiements en ligne (American Express avait déjà interdit les ... Poursuivre la lecture

Par Joëlle Randriamiarana, Pascal Barneto, et Stéphane Ouvrard.

N26, Revolut, Monzo, MonaBanq, B for Bank, Compte-Nickel (devenu Nickel)… les fintech jouent un rôle de plus en plus important au sein du paysage bancaire français. Ces start-up de la finance disposent en effet d’un certain nombre d’atouts (culture d’internet, recentrage sur l’utilisateur, dynamisme commercial, absence de frais d’ouverture et de conditions de revenus, etc.).

Mais cet essor menace-t-il les banques traditionnelles ? Dans un article de recherche récent... Poursuivre la lecture

Voir plus d'articles