Ministre des Finances de la zone Euro : une bien mauvaise idée

Partager sur:
Sauvegarder cet article
Aimer cet article 0
Ministère des Finances à Bercy (Crédits : Pline, licence CC-BY-SA 3.0), via Wikimedia.

Promouvoir la liberté n’est pas gratuit

Mais cela peut aider à réduire vos impôts de 66%

Faites un don dès maintenant

Faire un don

Ministre des Finances de la zone Euro : une bien mauvaise idée

Publié le 11 avril 2016
- A +

Par Éric Verhaeghe.

Ministère des Finances français à Bercy
Ministère des Finances à Bercy (Crédits : Pline, licence CC-BY-SA 3.0), via Wikimedia.

 

Le gouverneur de la Banque de France François Villeroy de Galhau vient de plaider pour un ministre des Finances de l’euro. Quelques heures après le référendum néerlandais qui a infligé un nouveau camouflet à l’intégration communautaire, cette cécité et cette surdité ne manquent pas de poser question. Plus que jamais, le divorce est consommé entre une opinion publique qui demande une pause dans l’intégration europénne et le gouvernement profond qui n’en a jamais assez.

Pourquoi Villeroy de Galhau veut un ministres des Finances de la zone euro

Les raisons qui poussent le gouverneur de la Banque de France à vouloir un ministre des Finances de la zone euro sont bien connues, et contenues d’ailleurs dans les manuels d’économie politique qu’il ingérait à Sciences-Po puis à l’ENA.

Les politiques économiques sont en effet composées d’un « mix » entre politique monétaire (c’est-à-dire gestion des taux bancaires et de la monnaie) et politique budgétaire. Dans la construction maastrichtienne imposée par la Prusse, la politique monétaire est intégrée au niveau communautaire, de façon d’ailleurs indépendante, par la Banque Centrale Européenne. En revanche, les politiques budgétaires demeurent décentralisées.

Cette asymétrie politique pose un problème majeur au regard de l’optimisation de la zone monétaire unique, selon les théories économiques bien connues sur le sujet. En effet, une zone monétaire unique a besoin d’une politique budgétaire concertée à défaut d’être unique, notamment pour faire face aux chocs asymétriques. Concrètement, en cas de récession en Grèce et en Espagne mais de prospérité en Allemagne, les politiques budgétaires doivent se coordonner pour éviter une déstabilisation de la monnaie unique.

C’est précisément le sens du plaidoyer de François Villeroy de Galhau, comme d’autres avant lui. Même François Hollande le dit. Cette dernière phrase éclairera tout le monde sur la pertinence et la vision à long terme de l’idée.

Les risques d’un ministre des Finances unique

Si l’on comprend bien la rationalité du gouvernement profond dans cette affaire, tout occupé à appliquer les théories économiques, on ne dit pas assez, en revanche, les risques afférents à cette obsession de vouloir créer un ministre des Finances de la zone euro.

Le premier des risques consiste à supprimer toute véritable latitude économique dans les États membres. Cette latitude est déjà fortement entravée par le contrôle que la Commission exerce sur les budgets nationaux. La création d’un ministre des Finances irait plus loin : elle priverait les États membres et leur Parlement de toute liberté d’action.

Si l’on admet l’hypothèse que le vote du budget est la base de la démocratie, alors on déduit logiquement que la création d’un ministre des Finances de la zone euro revient à confisquer la démocratie au profit d’un gouvernement profond niché à Bruxelles.

Le second des risques est contenu dans le premier. Dès lors que le ministre des Finances de la zone euro aura les leviers budgétaires entre les mains, il ne lui restera plus qu’une seule personne avec qui dialoguer pour coordonner les politiques économiques : le gouverneur de la banque centrale européenne. Et comme celui-ci a un mandat fixé par les traités : maintenir l’inflation autour de 2% (et rien d’autre…), les politiques budgétaires deviendront les supplétives d’une politique économique sans imagination définie par le traité.

Autrement dit, l’idée du gouverneur de la Banque de France équivaut à supprimer toute démocratie, et à forcer les Européens à payer des impôts pour maintenir l’inflation à 2%.

Pourquoi le gouvernement profond fore droit

Alors que les peuples européens multiplient les signaux de refus, le gouvernement profond s’obstine sur une ligne contraire. L’Europe est aujourd’hui le théâtre d’un divorce très agressif entre les citoyens et leurs décideurs. Les citoyens ont beau protester, les élites continuent à forer droit.

Cette obstination qui, tôt ou tard, se finira mal et obligera à jeter le bébé européen avec l’eau du bain communautaire, s’explique largement par la surfinanciarisation du continent. À aucun moment, en effet, les élites européennes ne proposent un compromis qui pourrait être vertueux : plus d’intégration budgétaire contre un élargissement du mandat de la BCE à des objectifs « sociaux ». Ce compromis de bon sens permettrait pourtant d’arrondir beaucoup d’angles.

Le problème est que la BCE s’est « cornérisée » en faisant tourner la planche à billets à mille à l’heure sans aucun résultat sur l’inflation.

Face au gouffre, le gouvernement profond joue aux trois petits singes.

Sur le web

Voir les commentaires (2)

Laisser un commentaire

Créer un compte Tous les commentaires (2)
  • les élites continuent à forer droit……et quand ça va leur péter à la figure , ce ne sera ni du gaz ni du pétrôle…..

  • Vision franco-française!
    Il suffit de proposer de soumettre la BCE à l’autorité d’un ministre et vous aurez le veto d’A.Merkel, sans concession possible: la BCE est copiée sur la Bundesbank indépendante, condition d’adhésion de l’Allemagne à l’ €. Problème résolu!

  • Les commentaires sont fermés.

Promouvoir la liberté n’est pas gratuit

Mais cela peut aider à réduire vos impôts de 66%

Faites un don dès maintenant

Faire un don

Par Simone Wapler. 

Cet article s’adresse uniquement à ceux qui pensent que l’argent gratuit n’existe pas et qu’il est immoral de vouloir vivre de l’argent des autres. Bref, lecture adaptée aux fourmis mais âmes sensibles de cigales s’abstenir.

Puisque nous sommes entre fourmis, je vous fais un rapide résumé sans délayages superflus de la situation en ce milieu de printemps :

 

La France active, celle qui permet de remplir les caisses de l’État, a été mise à l’arrêt par le parti En Marche. Beaucoup de pr... Poursuivre la lecture
0
Sauvegarder cet article

Par Karl Eychenne.

Sans crises, Draghi serait peut-être passé inaperçu : quand nécessité fait vertu. Oui mais quand même, il a sauvé l’euro diront certains. À quel prix, diront les autres. L’après Draghi s’annonce aussi intéressant qu’incertain, au moment où l’on s’interroge sur les effets secondaires d’une politique ayant cassé tous les codes.

 

Comment paraître aussi austère et faire preuve d’autant d’audace ? C’est le mystère Draghi. Des mots ne résument pas un homme, mais deux phrases en disent beaucoup :

&nbs... Poursuivre la lecture

Par Karl Eychenne.

« Exilé sur le sol au milieu des huées, Ses ailes de géant l’empêchent de marcher. » Charles Baudelaire, L’albatros

« La Deutsche Bank, en difficulté, a annoncé dimanche qu’elle procéderait au licenciement de 20 000 personnes sur ses 91 500 employés, et au transfert de 50 milliards de prêts douteux à une « structure de défaisance » (bad bank). » (Bloomberg)

On se doutait un peu que les choses n’allaient pas fort du côté de la belle Allemande :

baisse de près de 90 % du cours boursier depuis la cris... Poursuivre la lecture
Voir plus d'articles