Tous les jours un peu plus près de la faillite

Tiens donc ! Il semblerait que le mot « faillite » soit subitement devenu plus tendance. Oh, on est encore loin d’une acceptation raisonnée et d’une analyse froide de ce qu’il implique, mais on commence à l’entendre plus souvent, et de plus en plus en forme de demi-aveu.

Et dans cette optique, j’établissais à la fin du mois de mars que cette faillite pourrait provenir essentiellement de deux raisons bien définies : soit l’enfoncement progressif des collectivités territoriales diverses et variées dans les dettes par des choix de gestion calamiteux, à commencer par la souscription d’emprunts dits toxiques, soit par la perte totale de contrôle de la distribution des aides sociales dont le montant et l’assiette semblent augmenter inexorablement à mesure que la conjoncture économique se fait plus dégradée.

Pour les dispendieuses distribution tous azimuts, les choses prendront évidemment du temps à se déclarer, tant les sommes et le nombre d’individus concernés sont grands, ce qui impose une grande inertie au système. Il faudra en conséquence beaucoup de temps pour que chacun prenne conscience de l’ampleur des dégâts, depuis l’étudiant jusqu’au retraité en passant par le chômeur ou le bénéficiaire de RSA, à mesure que, les finances rétrécissant, les prestations se feront tous les jours plus minces. En tout cas, il semble que 2017 sera une année pénible.

Pour les erreurs manifestes de gestion, il en va tout autrement puisqu’en général elles s’accumulent un moment avant d’exploser violemment dans les journaux.

Mais tant pour les erreurs de gestion que pour les aides sociales trop coûteuses, c’est à un véritable festival qu’on assiste actuellement.

Bien sûr, c’est la nouvelle grosse région Aquitaine-Limousin-Poitou-Charentes qui caracole en tête des « révélations » sulfureuses actuellement. Il faut dire que l’ardoise est salée. Comme je l’évoquais déjà il y a deux semaines, on a déjà allègrement dépassé les 132 millions initiaux, on évoque maintenant 450 millions et on s’acheminera, le temps aidant, vers le milliard qu’évoquait une autre source.

Dans la panade, la responsable directe de cet incroyable dérapage financier se débat comme elle peut, avec le talent discutable dont elle fait preuve dans ce genre de situations dont elle est pourtant habituée. On pourra citer, pour rire, cette fabuleuse saillie de Ségolène, qui, dans le contexte encore tout frémissant des « Panama Papers », prend une dimension particulièrement savoureuse :

« Il n’y a que dans les États totalitaires qu’on jette en pâture des chiffres, des mots et des gens. »

Ségolene Royal et les Poitou Charentes papers

Pour la ministre de l’Énergie, de l’Air Pur et des Éoliennes à Charbon, oser ainsi se référer à un audit de Ernst & Young (qu’on pourra lire ici, au passage) qui met directement en cause la qualité de sa gestion revient à sombrer dans le totalitarisme ; en parallèle, on devrait alors pouvoir en dire autant de l’usage de documents volés par des journalistes peu scrupuleux mettant au jour quelques étranges montages financiers de ces politiciens qui ont toujours su faire preuve d’autant plus d’entregent pour leur propre fortune qu’ils n’en ont jamais trouvé pour celle des contribuables.

gifa picard flute pipeauLes explications de la ministre, parfaitement grotesques et faisant appel à des bugs informatiques, véritables slips des joueurs de pipeau, donnent la mesure exacte de la panique qui s’est emparée de l’ancienne présidente de région qui ne s’attendait probablement pas à être ainsi directement mise en cause.

C’est normal : on assiste avec cette magnifique histoire de faillite picto-charentaise à une nouvelle passe d’armes dans les règlements de comptes entre barons du Parti Socialiste, vivier naturel de crabes jamais en retard d’une guerre interne.

Alors que l’audit avait été lancé par un successeur socialiste probablement assez malin pour sentir les cadavres que Royal et son équipe avaient laissés dans de multiples placards, le résultat (catastrophique) de cet audit a été plus que probablement récupéré par l’équipe de Valls qui renvoie ici l’ascenseur à la bouillonnante ministre suite à ses déclarations sur l’aéroport de Notre-Dame-Des-Landes.

Si on ne doit pas bouder son plaisir de voir se déchirer ces politiciens qui montrent ainsi leur vrai visage, la conclusion financière reste, indubitablement, la même : c’est bien de faillite qu’il est question ici.

Et comme je l’évoquais plus haut, ce mot de faillite n’est pas trop fort.

Il a même été employé par un autre politicien, dans un autre contexte, encore plus inquiétant, car c’est bien encore de faillite que parle Jean-Jacques Urvoas lorsqu’il évoque la Justice française. Et même si une probable pudeur et un évident calcul politique l’incitent à ne pas dire ce mot directement, il ne s’empêche pourtant pas de parler d’un véritable « sinistre » : l’accumulation d’impayés, d’énormes difficultés de trésorerie, de tentatives désespérées de faire des économies de bouts de chandelle en tapant dans les fournitures de papeterie et autres contingences matérielles marginales seraient, pour une entreprise ou même un service d’État un peu lucide, synonyme évident de faillite.

Rassurez-vous cependant : tout comme Fillon qui, lucide, déclarait la France en faillite en 2007 peu après son arrivée à Matignon et qui fut très vite ramené à l’ordre, Urvoas sera oublié aussi vite que possible, même si le constat qu’il a dressé ne souffre d’aucune interprétation favorable et même si on tente de lui imputer (probablement à raison) la volonté de nuire à son prédécesseur, Christiane Taubira. Mais tout comme les guerres picrocholines socialistes qui animent Valls et Royal et qui ne parviendront pas à évaporer le trou d’un milliard en Poitou-Charentes, les éventuelles manœuvres politico-politiciennes d’Urvoas ne pourront effacer des décennies de gestion calamiteuse de la Justice française.

Enfin, à cette faillite financière de tout l’appareil d’État français, il va falloir en ajouter une bien plus coûteuse et durable : celle, intellectuelle, de tout un peuple. Cette faillite, visible dans ses prémices avec les pathétiques manifestations « étudiantes » contre une Loi Travail pourtant ridiculement timide, prend une tournure grandiloquente et comique avec le mouvement Nuit Debout.

nuit debout dure journéeComposée d’une foule de « dormeurs debout », il s’agit d’un mouvement si évidemment téléguidé par une extrême-gauche trop heureuse de récupérer les rouspétances réactionnaires d’une jeunesse inapte politiquement, que seuls les médias s’ébaubissent de sa spontanéité et de son aspect innovant, alors que, pourtant, tous les marqueurs collectivistes habituels sont cochés, deux fois, avec beaucoup de rouge.

Autrement dit, cette magnifique resucée de Podemos ou de Syriza (qu’on aura bien du mal à classer ailleurs qu’à l’extrême-gauche) recueille les suffrages humides et abondants de la classe jacassante qui tente, par tous les moyens médiatiques, d’en faire une énième tentative de « révolution citoyenne & festive », pendant que le reste du pays continue de patiner devant la dure réalité physique et très palpable de l’effondrement économique, directement issu d’un socialisme qui détourne directement plus de 55% du PIB vers l’État.

L’État français est en faillite et tout indique que la relève, somnambule et fantasque, n’a aucune idée de ce qu’il faudrait faire pour l’en sortir. Pire, tout indique qu’elle n’a qu’une envie : y plonger encore plus profond.

—-
Sur le web