Hommage à Michel Leter (1959 – 2016)

C’est avec tristesse que nous apprenons le décès du philosophe libéral Michel Leter.

Partager sur:
Sauvegarder cet article
Aimer cet article 0

Promouvoir la liberté n’est pas gratuit

Mais cela peut aider à réduire vos impôts de 66%

Faites un don dès maintenant

Faire un don

Hommage à Michel Leter (1959 – 2016)

Publié le 1 avril 2016
- A +

Par la rédaction de Contrepoints.

Aujourd’hui mourait Michel Leter après un long combat contre la maladie. Esprit agile, inventif et cultivé, il était pour tous un exemple de vie consacrée à la culture et à la renaissance du libéralisme en France. Docteur ès lettres, il avait enseigné au Collège international de Philosophie, à l’université Paris 8, à l’Institut d’études politiques de Paris ainsi que dans un collège à La Courneuve situé au pied de la cité des 4000.

Le défenseur de l’éducation et de la culture

Chroniqueur culturel ironique et acéré, Michel Leter était aussi un défenseur de l’éducation. Il reprochait au socialisme culturel d’ouvrir la voie à la muséification du pays, comme en témoignent ses chroniques parues dans le recueil Tout est culture, et au socialisme universitaire (qu’il soit défendu par la droite ou par la gauche) de pétrifier le savoir jusqu’à l’ignorance. C’est en ce sens qu’il militait pour l’abolition du monopole universitaire institué par les lois Ferry de 1880.

L’historien des idées

Michel Leter avait consacré ses recherches à la réhabilitation des auteurs libéraux du XIXème siècle, auteurs qu’il finit par regrouper sous le nom d’« école de Paris » : « héritière indirecte, par les Idéologues, de l’école des économistes (dite physiocratique) du XVIIIème siècle, l’école de Paris a rassemblé les publicistes qui, sous la Monarchie de Juillet, sont restés fidèles à la philosophie libérale alors que triomphait la lecture doctrinaire de la Charte de 1830 et que les ministères orléanistes, portés au pouvoir par une révolution libérale, s’étaient figés peu à peu dans les camps conservateurs en politique et protectionnistes en économie » (Éléments pour une étude de l’école de Paris  (1803-1852) » in Nemo, Petitot, (dir.) Histoire du libéralisme en Europe.). Alors que Frédéric Bastiat était négligé dans son propre pays, la France, il participa activement à sa redécouverte en tant qu’éditeur et préfacier.

La renaissance de l’école de Paris

Michel Leter n’était pas seulement un historien des idées et un chroniqueur culturel talentueux. Il était également un authentique philosophe particulièrement au fait des débats sur la nature du libéralisme et de l’économie politique. Le Capital I. L’invention du capitalisme n’avait pas simplement l’ambition de montrer à quel point toute la réflexion historique et économique sur le capital s’était inspirée de l’héritage libéral français1 : il cherchait à le rendre vivant à nouveau : alors que le marxisme invente la fiction d’un homme sans capital, l’école libérale s’appuie sur une anthropologie forte pour démontrer le contraire : « Tout homme, pourvu qu’il ne soit pas dépossédé de lui-même, est (…) capitalien. Il ne lui manque que la liberté d’exercer ses facultés pour devenir capitaliste… » (Le Capital I. L’invention du capitalisme). En revenant au libéralisme originel, Michel Leter a doté les nouvelles générations d’un outil critique dont les implications radicales en termes de philosophie politique sont encore trop peu connues.

La rédaction de Contrepoints s’associe à la douleur des amis et de la famille de Michel Leter, et leur présente ses sincères condoléances.

  1. Tout en la trahissant par le marxisme !
Voir les commentaires (6)

Laisser un commentaire

Créer un compte Tous les commentaires (6)
  • Mes plus sincères condoléances à la famille
    S. Perrin

  • Au revoir, Michel.

  • Qui va écrire la suite du Capital?
    Un grand projet qui tombe à l’eau, triste.

    • J’attendais moi aussi avec impatience la suite de cet excellent ouvrage dans lequel je percevais une grande humanité.
      Il va nous manquer deux fois, en tant q’auteur et en tant que personne.
      Mes condoléances à ses proches .

  • Il s’en est allé mais ses idées continueront à nourrir des analyses et recherches de nos contemporains humanistes. Son passage ici sur terre aura été très utile. Paix à son âme et nos sincères condoléances à sa famille et à ses proches. Cikuru Batumike

  • Je prends connaissance de la nouvelle que ce soir, très grande perte, mes pensées à ses proches.

    Il préparait une série sur le capital, vues sous des aspects dépassant l’économie, j’espère que quelqu’un reprendra le flambeau.

    Merci Michel.

  • Les commentaires sont fermés.

Promouvoir la liberté n’est pas gratuit

Mais cela peut aider à réduire vos impôts de 66%

Faites un don dès maintenant

Faire un don

Dans son dernier essai, l’économiste et philosophe Anthony de Jasay revient sur une critique centrale du livre qui l’a fait connaître des libéraux, L’État (1985).

Certains observateurs lui ont reproché son anthropomorphisme : en effet, dans l’essai précité, l’État est présenté comme un sujet unitaire prenant des décisions comme une personne, calculant en fonction d’intérêts ou de préférences eux-mêmes fondés sur des gains espérés. De Jasay reconnaît sans mal que l’État est traversé d’intérêts concurrents, que son fonctionnement est opa... Poursuivre la lecture

Un article de l'Institut Coppet

[caption id="attachment_224997" align="aligncenter" width="318"] Frédéric Bastiat (image libre de droits)[/caption]

COMMERCE INTERNATIONAL — La différence des coûts de production dans l’échange international : « — Si l’on vous dit : Les terres de Crimée n’ont pas de valeur et ne paient pas de taxes. Répondez : Le profit est pour nous qui achetons du blé exempt de ces charges. — Si l’on vous dit : Les serfs de Pologne travaillent sans salaire. Répondez : Le malheur est pour eux et le profit pour no... Poursuivre la lecture

Par Jonathan Frickert. 

Ce matin, comme chaque jour, j’ai pris le train pour aller travailler. En marchant jusqu’à la gare, j’ai pu voir un graffiti sur un mur : « Travaille, emprunte, consomme, crève », était-il écrit.

Un tag anodin, d’autant que je ne saurais dire depuis combien de temps il était sur ce mur. Loin de toutes les questions de respect du droit de propriété d’autrui, la première réflexion qui m’est venue portait sur l’incroyable contrainte que l’auteur a voulu révéler quant au système capitaliste. « Consomme ».

... Poursuivre la lecture
Voir plus d'articles