Enseignement : lancement de l’école professorale de Paris

Partager sur:
Sauvegarder cet article
Aimer cet article 0
Ecole professorale de Paris (tous droits réservés)

Promouvoir la liberté n’est pas gratuit

Mais cela peut aider à réduire vos impôts de 66%

Faites un don dès maintenant

Faire un don

Enseignement : lancement de l’école professorale de Paris

Publié le 20 mars 2016
- A +

Par Anne Coffinier.

Ecole professorale de Paris (tous droits réservés)
Ecole professorale de Paris (tous droits réservés)

J’ai le plaisir de vous annoncer la naissance de l’École professorale de Paris (EPP), établissement privé créé par un groupe d’universitaires de haut niveau afin de former des professeurs de collège et lycée de grande qualité.

Des universitaires aussi prestigieux que Laurent Lafforgue, Chantal Delsol, Yann Rivière, Marie-Odile Thirouin, Jean-Noël Dumont, Jan Villem Noldus, Alain Lanavère, Bernard Valade et de nombreux professeurs normaliens de la jeune garde enseigneront dans cet établissement dirigé par le philosophe Philippe Nemo. Cette nouvelle grande école est adossée à l’une de nos fondations abritées, la Fondation Lettres et Sciences.

Dès à présent, réservez votre jeudi 7 avril de 18 heures à 20 heures pour venir à la soirée Portes ouvertes, où l’équipe fondatrice présentera l’École dans les locaux mêmes où se dérouleront ses enseignements, à Saint-Jean de Passy (72, rue Raynouard, PARIS 16ème).

Toutes les informations sur l’École professorale de Paris sont sur le site :

www.epparis.org

  • L’École professorale de Paris a pour but de former des professeurs de l’enseignement secondaire et des classes préparatoires. Son originalité est de mettre essentiellement l’accent sur la dimension académique de leur formation, c’est-à-dire sur la qualité des connaissances intellectuelles dans le respect des exigences propres à chaque discipline.
  • L’admission se fait par un concours d’entrée à Bac + 2 ou Bac + 3.
  • Les diplômés ont vocation à devenir professeurs dans les établissements privés et publics. Ainsi l’École délivrera son propre diplôme et préparera aux concours d’État de recrutement de professeurs (CAPES, CAFEP-CAPES, agrégation).
  • L’École propose également une offre de formation continue pour les professeurs déjà en exercice.
  • Elle comporte une Section littéraire (Philosophie, Lettres classiques et modernes, Histoire-Géographie, plus tard des Langues vivantes) et une Section scientifique (Mathématiques, Physique-Chimie, Sciences de la Vie et de la Terre). Pour les étudiants en formation initiale, seule la Section littéraire est ouverte en 2016-2017. Pour la formation continue, deux cycles de formation sont proposés, l’un en Lettres, l’autre en Mathématiques. Ce dernier est parrainé par Laurent Lafforgue, Médaille Fields, qui y enseignera personnellement.
  • L’École professorale de Paris ouvre ses portes dès septembre 2016 et recrute sa première promotion littéraire par un concours qui se déroulera en mai-juin prochain. Les inscriptions sont d’ores et déjà ouvertes.
  • L’École a noué un partenariat avec Saint-Jean de Passy, grand établissement catholique parisien où se dérouleront les enseignements.
Voir les commentaires (8)

Laisser un commentaire

Créer un compte Tous les commentaires (8)
  • n’est ce pas une initiative d’un autre age

    je pense que l’avenir de l’enseignement privé est dans un enseignement différent, utilisant a fond les possibilité de l’informatique.

    le role de l’enseignant ne sera plus d’enseigner, ce qui sera fait par les machines en cours particulier adapté au niveau; il sera de former a la vie sociale, de développer la personnalité, et, accessoirement a expliquer un point particulier

    qu’en pensez vous?

    • Je pense que vous confondez formation et information. Au contraire de la seconde, la première fait intervenir un facteur humain essentiel.
      L’initiative décrite dans cet article me semble excellente.

    • Bouhonc ,

      « le role de l’enseignant ne sera plus d’enseigner, ce qui sera fait par les machines en cours particulier adapté au niveau; il sera de former a la vie sociale, de développer la personnalité, et, accessoirement a expliquer un point particulier » »

      Cette contre proposition que vous exposez revient tout simplement à appliquer le programme actuel de l’EN , avec ses csq en perte de niveau , baisse au niveau classement PISA , difficultés de lecture , écriture , compréhension d’un texte par un élève de CM2 etc…

      Bref , vous proposez aux écoles hors contrat de les mettre dans le moule de l’EN et ainsi de reproduire les zerrements ( horosco ortografico référens!!!)passés ainsi que la corde pour les pendre…

    • qui paie ?

  • Jean-Marie BRUTY
    20 mars 2016 at 11 h 54 min

    Concurrence à Xavier Niel !?

  • Merci! Voilà enfin une excellente nouvelle ! Tous mes encouragements à ces hommes et femmes de bonne volonté!

  • Très bonne idée mais:
    – C’est encore sur Paris
    – Pas de possibilité de se raccrocher par correspondance
    – Pas de possibilité pour celles et ceux voulant se reconvertir mais n’ayant pas le temps ni l’argent de courir là-haut à cause d’une vie de famille particulièrement remplie.

    • Le lancement se fait à Paris, pour la simple raison que c’est là qu’il y a le plus de monde, et que c’est la ville la plus facile d’accès à partir de la plupart des zones de France. Bien évidemment, des fondations se feront ultérieurement dans d’autres régions si une réelle demande existe.
      Une telle formation exige qu’on dégage le temps suffisant pour la mener à bien. Il ne peut en être autrement. Mais il serait bon aussi de penser que la plupart des gens qui vont y enseigner ont certainement, eux aussi, une vie de famille prenante et un travail à côté… Alors oui, tout le monde doit dégager du temps…

  • Les commentaires sont fermés.

Promouvoir la liberté n’est pas gratuit

Mais cela peut aider à réduire vos impôts de 66%

Faites un don dès maintenant

Faire un don

Par Claude Goudron.

Elle sera certainement la réforme qui prendra le plus de temps. L'éducation française est en effet totalement inadaptée aux besoins d’une économie moderne et présente  deux problématiques : l’Éducation nationale et la formation professionnelle.

L'Éducation nationale

Faible niveau

Le dernier classement Pisa publié fin 2019 n’est pas bon. Il place la France entre le vingtième et le vingt-sixième rang des 79 pays présents aux enquêtes et ce malgré des sommes colossales englouties. Le pays est par ailleu... Poursuivre la lecture

Par Yves Reuter[1. Professeur émérite en didactique, Université de Lille.] Un article de The Conversation

Les pédagogies « différentes » regroupent un vaste ensemble de démarches, certes hétérogènes (pédagogies Freinet, Montessori, Steiner…), mais qui ont en commun de se démarquer de la pédagogie « traditionnelle » caractérisée, pour le dire vite, par un enseignement magistral, identique pour tous, instaurant des évaluations sommatives (c’est-à-dire visant à évaluer un niveau) et ne s’appuyant pas sur les questions et les connaissances... Poursuivre la lecture

Par Nathalie MP Meyer.

Je vous recommande la lecture d’une enquête des plus intéressantes publiée la semaine dernière par Mediapart sous le titre « Des élèves se réfugient chez les cathos pour échapper au ghetto ». Quel ghetto ? Celui des cités, celui des quartiers dits sensibles qui font plus souvent la Une de la presse régionale pour trafics en tout genre, violence de moins en moins sporadique et délinquance au quotidien que pour les prix de grammaire de leurs élèves.

Article surprenant, venant de l’écurie Plenel. Mais qui s’e... Poursuivre la lecture

Voir plus d'articles