[Replay] Journée des femmes libres !

La place des femmes dans la pensée libérale.

Partager sur:
Sauvegarder cet article
Aimer cet article 0
Lane Paterson Rand

La liberté d’expression n’est pas gratuite!

Mais déductible à 66% des impôts

N’oubliez pas de faire un don !

Faire un don

[Replay] Journée des femmes libres !

Publié le 8 mars 2016
- A +


Par Alain Laurent

Lane Paterson Rand
Rose Wilder Lane, Isabel Paterson et Ayn Rand (Credit photo montage : Cato Institute)

 

La sociologie électorale comme les sondages d’opinion tendent en tout pays à montrer que l’adhésion au libéralisme « en tout » est davantage masculine que féminine. Une explication parfois avancée serait que de par leurs tropismes « maternels » et une moindre appétence pour la rudesse compétitive qui en découlerait, les femmes sont majoritairement moins réceptives aux critiques libérales de la régulation étatique et de l’assistance généralisée que dispense l’État-providence. Il y aurait une certaine incompatibilité entre les « valeurs féminines » pour autant qu’elles existent réellement (harmonie, solidarité, pacifisme…) et principes du libéralisme.

Mais bien que le libéralisme ait été avant tout pensé par des hommes comme l’ont également été le socialisme, le nationalisme ou le conservatisme, quelques femmes lui ont cependant apporté des contributions théoriques ou politiques non négligeables. Si les apports de l’Anglaise Harriett Martineau (1826-1896) ou des Américaines Isabel Paterson (1886-1961) et Rose Wilder Lane (1886-1968) sont relativement marginaux, il en va tout autrement de Germaine de Staël (1766-1817), initiatrice d’un original « libéralisme du sujet » fondant son hostilité de principe à tout pouvoir autoritaire, et d’Ayn Rand (1905-1982), la passionaria américaine de la justification philosophique et morale du capitalisme de laissez-faire. Et bien qu’elle n’ait rien apporté à la pensée libérale, ses ennemis comme ses admirateurs ne sont pas près d’oublier les prises de position et l’action déterminée de Margaret Thatcher – la « Dame de fer » – en faveur du « libéralisme économique ».

Pourquoi ne pas rappeler, en outre, que plusieurs penseurs libéraux de sexe masculin ont été à la pointe du combat pour les droits des femmes à l’égalité avec les hommes et à une pleine liberté individuelle ? Ces « féministes » parfois précoces ont pour nom John Locke, Condorcet, John Suart Mill (De l’asservissement des femmes, 1869), mais aussi Herbert Spencer et Yves Guyot à la fin du XIXe siècle.


Article extrait de Alain Laurent et Vincent Valentin, Les penseurs libéraux, Les Belles Lettres, 2012, 928 pages.

Voir les commentaires (7)

Laisser un commentaire

Créer un compte Tous les commentaires (7)
  • Et Mesdames, quand la radio vous dit à longueur de journée que vous devez faire un frotti tous les 3 ans, envoyez-les paître. Non mais.

    • Monsieur,
      Je ne comprends pas le sens de votre message.
      J’ai moi-même échappé à un cancer de l’utérus grâce à un frottis de dépistage pratiqué à l’époque tous les ans. J’étais à un stade précancéreux de grade 3 et ai subi une conisation du col de l’utérus.
      La liberté, ce n’ est pas refuser les conseils. Ca n’a rien avoir avec l’imprudence.
      Messieurs, quand on vous conseille de faire surveiller votre PSA tous les ans à partir de 50 ans, faites-le.
      J’ai un ami qui ne l’a pas fait pendant plusieurs années et il s’en mord les doigts…

  • Marcher, aller dans les grands magasins,
    parcourir 10 km sur les chemins, tondre le gazon, jardiner, planter des fleurs, décorer le devant de porte. C’est aujourd’hui Dimanche 8 mars. C’est la liberté.

  • j’ai cru que c’était les beatles …

  • Ce qu’il y a de bien avec le retour des beaux jours, c’est qu’il accompagne celui des robes d’été. Aussi sens-je renaître en moi un féminisme latent.

    « Rétines et pupilles,
    Les garçons ont les yeux qui brillent
    Pour un jeu de dupes :
    Voir sous les jupes des filles,
    Et la vie toute entière,
    Absorbés par cette affaire,
    Par ce jeu de dupes :
    Voir sous les jupes des filles,
    La, la, la, la, la… « 

  • Je vais peut être faire hurler, mais moi j’aimais bien Sabine Herold, puisqu’on parle des femmes. Je la trouve plus charismatique que Véron.

    Je tiens aussi à citer Serge Schweitzer: « Les femmes libérales sont belles et propres, les femmes socialistes sont laides, et crasseuses. »

    • Seulement les femmes ne semblent pas s’intéresser au libéralisme, il n’y qu’à faire des statistiques sur les commentaires de femmes sur ce site.

  • Les commentaires sont fermés.

La liberté d’expression n’est pas gratuite!

Mais déductible à 66% des impôts

N’oubliez pas de faire un don !

Faire un don
0
Sauvegarder cet article

Être libéral est un style de vie, fait de symboles et d’éléments culturels. Notre chroniqueur Olivier Palettu vous en fournit les clefs pour vivre votre libéralisme au quotidien.

Remis au goût du jour par Édouard Balladur, un maître en matière de style français, le mocassin à pampilles (ou à glands), fit florès dans les années 1980 quand, au milieu du mitterrandisme triomphant, les libéraux espéraient renverser la vapeur et se montraient volontiers plus Thatcher que Bérégovoy. Si certaines illusions furent dissipées, le mocassin à pam... Poursuivre la lecture

Être libéral est un style de vie, fait de symboles et d’éléments culturels. Notre chroniqueur Olivier Palettu vous en fournit les clefs pour vivre votre libéralisme au quotidien.

Rendue célèbre par la chanson de Metallica, Dont’t tread on me (« ne me marche pas dessus », « ne me foule pas aux pieds »), l’expression est devenue la devise du mouvement libertarien.

Il s’agit du fameux Gadsgen Flag, avec le serpent à sonnette, qui trouve ses origines dans la Révolution américaine.

Ce serpent est dessiné par Benjamin ... Poursuivre la lecture

Dans les années 1970, les États-Unis étaient en proie à un nombre croissant de problèmes, dont la plupart résultaient d'une intervention excessive de l'État dans l'économie et de la prolifération des programmes d'aide sociale, ce qui contredisait l'image populaire européenne des États-Unis comme exemple type d'une économie de marché libre de tout programme ou institution d'aide sociale. Corrigées de l'inflation et de la croissance démographique, les dépenses fédérales par habitant pour les programmes sociaux ont presque doublé, passant de 129... Poursuivre la lecture

Voir plus d'articles