Obama, un bilan tragique

L’Amérique peut-elle encore être le gendarme du monde ?

Partager sur:
Sauvegarder cet article
Aimer cet article 0
Obama Hope - Crédits Steve Rhodes via Flickr (CC BY-ND 2.0)

Promouvoir la liberté n’est pas gratuit

Mais cela peut aider à réduire vos impôts de 66%

Faites un don dès maintenant

Faire un don

Obama, un bilan tragique

Les points de vue exprimés dans les articles d’opinion sont strictement ceux de l'auteur et ne reflètent pas forcément ceux de la rédaction.
Publié le 24 janvier 2016
- A +

Par Guy Sorman

Obama Hope - Crédits Steve Rhodes via Flickr (CC BY-ND 2.0)
Obama Hope – Crédits Steve Rhodes via Flickr (CC BY-ND 2.0)

 

Fidèle au Prix Nobel de la Paix qui lui fut décerné avant qu’il ne prenne ses fonctions, le Président Obama aura commis une erreur fatale tout au long de son mandat : croire que si l’on est pacifiste, les autres le deviendront et que, si l’on est mondialiste, les autres vous rallieront. À aucun moment, comme si ses convictions devaient nécessairement l’emporter sur la réalité, Obama n’a changé de stratégie ; jusqu’au bout, il a feint de croire que toutes les nations plaçaient le respect du droit international, la paix et l’humanité au-dessus de l’intérêt national. Lourde erreur : la moitié des nations sont dirigées par des voyous et des kleptocrates, beaucoup par des nationalistes archaïques. Le monde est une jungle où les forts dévorent les faibles.

Depuis 1945, cette jungle était gendarmée par l’armée américaine qui, avec succès et revers, a emporté la plus grande victoire qui fut la défaite du communisme. La Chine peut se dire communiste, mais son régime est une forme classique de despotisme oriental qui cherche à étendre son territoire, mais n’exporte plus ni idéologie ni modèle de société. Quand a surgi un nouveau défi à l’ordre mondial, dans les années 90, l’islamisme radical, Bill Clinton n’en comprit pas la nature, mais George W. Bush, flairant le danger, frappa si fort que cette menace fut réduite en miettes par l’armée américaine : la guerre en Irak et en Afghanistan fut cruelle mais gagnée, au moment où Obama devint Président.

Sept ans plus tard, sept ans de retraits et d’abandons, quel est l’état du monde ? La démission du gendarme américain a fait surgir et ressurgir d’anciennes et de nouvelles menaces qui, à terme, mettront en danger la sécurité des Occidentaux et la mondialisation économique, base de notre prospérité.

La Russie, tout d’abord, a réintégré le club des nations dirigeantes – le G7 redevient un G8-, récompensée pour avoir annexé la Crimée, mis en tutelle l’Ukraine orientale, et bombardé les milices syriennes pro-occidentales. Poutine avance quand l’Occident recule, ce qu’en leur temps faisaient les Czars et qui leur permit de conquérir l’Asie centrale : rien de neuf. Mais Obama semble ignorer l’histoire russe.

La Chine ? Là encore, l’histoire longue nous renseigne : ses dirigeants ont renoué avec la pratique impériale de la vassalisation de l’Asie. La passivité d’Obama face à la conquête territoriale de la Mer de Chine laisse craindre une expulsion de la région de la Septième Flotte américaine, seule garantie, depuis soixante ans, de la libre circulation entre l’Orient et l’Occident. On n’exclura pas que la Corée du Sud tombe dans l’escarcelle chinoise, acceptant sa “neutralisation” en échange de la réunification des deux Corée. L’Occident n’aurait plus pour allié, en Asie, que le Japon, où l’opinion publique est pacifiste, tandis que nombre d’intellectuels plaident pour un repli sur les valeurs de la civilisation d’Edo, avant l’ouverture du pays au monde. L’Inde ? George W. Bush était parvenu, succès majeur, à la détacher de la Russie mais, ce pays, qui est un Empire, ne se battra pas pour les autres, plaçant, depuis le Mahatma Gandhi, son auto-suffisance au-dessus de ses engagements internationaux.

C’est au Proche-Orient qu’Obama a le plus reculé : la fin des sanctions contre l’Iran permettra à la cléricature chiite de reconstituer un empire qui coïncide avec la Perse antique, l’Irak et la Syrie vassalisés, le Liban et le Yémen en partie annexés, les États du Golfe et l’Arabie Saoudite assiégés. Au terme de toutes les concessions d’Obama au monde islamique, des marques de respect légitimes mais perçues comme des signes de faiblesse, les Occidentaux se retrouvent seuls, confrontés au terrorisme islamique, des groupuscules sunnites pour qui la violence et la rapine constituent une vie en soi, et le retour au califat, un prétexte. Ces islamistes sont nés du despotisme arabe – en Égypte, en Algérie, au Maroc, en Arabie Saoudite – et de la désespérance des banlieues occidentales, le réservoir des djihadistes : Obama n’est pas seul responsable, mais il n’a pas contribué non plus à la réflexion sur les deux causes du djihadisme, le soutien occidental aux despotes arabes d’un côté, et le désordre migratoire en Europe.

Au successeur probable de Barack Obama, Hillary Clinton, lorsqu’on lui demande de citer un succès international, n’apporte pour réponse que la démocratisation de la Birmanie, loin d’être achevée. Elle se garde de mentionner le retrait des troupes américaines d’Irak et d’Afghanistan parce que, plus réaliste et expérimentée, elle sait que, probablement, si elle est élue, elle devra y retourner. Comme l’avait dit Madeleine Albright, Secrétaire d’État de Bill Clinton, qui hésitait à engager ses troupes : « À quoi sert-il d’avoir la plus puissante armée du monde, si ce n’est pas pour s’en servir ? » 

On ne saurait conclure sans mentionner ce qu’Obama considère son plus grand succès : l’Accord sur le climat, conclu à Paris, en 2015. Mais il faudra attendre 2100 pour vérifier l’efficacité de cette convention, en admettant que le dioxyde de carbone soit la seule cause du réchauffement. Dans l’attente, son successeur devra tenter de restaurer l’ordre du monde, qui ne peut se passer de gendarme : quitte à en recruter un, mieux vaut qu’il soit Américain.


Sur le web

Voir les commentaires (58)

Laisser un commentaire

Créer un compte Tous les commentaires (58)
  • Au vu de ce qui se passe au moyen orient et du flot de migrants qui déferlent sur l’Europe on s’en serait bien passé du gendarme américain…..

    • C’est Poutine avec son soutient à Assad et ses frappes aériennes qui est responsable de flot de migrants en Europe (dont il se sert pour augmenter la popularité des partis extrémistes qu’il finance). Si on avait mit en place une zone d’exclusion aérienne au dessus de la Syrie, la grande majorité de ces gens seraient restés dans leur pays.

      • Poutine est également responsable de l’elevation de la temperature dans le monde

      • Les migrants sont venus en avion ?

      • @un_lecteur : C’est donc Poutine qui a financé Daech pour faire passer le pipeline du Qatar ?
        La stratégie internationale est claire comme de l’eau de roche pour vous !

        • Toujours cette histoire de centaines de milliers de syriens qui se sont soulevés pour les beaux yeux du Qatar ? C’est pas un peu ridicule ?

          Vous savez les syriens n’en ont surement rien à faire de nous, du Qatar, de la Russie et de l’Iran… Pourquoi croire que tout tourne autour de nous ?

          Vous semblez oublier que IS n’est apparu que très tardivement dans le conflit, et que c’est le régime qui a tout fait pour radicaliser sa population.

  • Merci pour cet article réaliste sur la politique étrangère d’Obama. Tout est toujours une histoire de communication avec ce président, il n’est jamais question de stratégie.

  • c’est justement parce qu’on s’est passé du gendarme américain qu’il y a eu cette déferlante migratoire

  • Il faudrait pour que le monde aille mieux, abolir les Nations Unies, comme le suggere le professeur Guy Milliere et des intellectuels americains, afin de creer une coalition occidentale fondee sur les memes valeurs que sont les droits de l’Homme, la democratie, l’Etat de droit etc. etc.

    Cette coalition devrait comprendre l’Amerique du nord, l’Europe occidentale, Israel, Japon, l’Australie et la Nouvelle Zelande, c’est a dire le Monde Libre.

    On pourrait ainsi se lancer dans la democratisation du monde en eradiquant les regimes obscurantistes en commancant par le Venezuela, Cuba, l’Algerie, pas mal de pays africains qui sont faibles et propices a une intervention de Monde Libre pour liberer leurs peuples.

    • Bof, on est pas tellement en position de faire tout ça et de toutes façons ça aboutirait à l’effet inverse de celui recherché. Il faut surtout aider les peuples qui sont prêts à vouloir se débarrasser de leur dictateurs et qui ont déjà commencé sans nous comme l’Ukraine et la Syrie. Le tour des autres viendra petit à petit, quand leur propre population sera excédé. On ne peut pas forcer une population à évoluer politiquement dans un sens, c’est à cause de ça que la Russie essuie échecs sur échecs.

      • « Il faut aider les peuples qui sont prêts à vouloir se débarrasser de leurs dictateurs »

        C’est bon, on a commencé avec la Lybie, la Côte d’Ivoire, on continue avec le milliard à la Tunisie, les Rafales à l’Egypte, etc. Mais grâce à ça, on peut espérer chez nous un retour des libertés, dès que l’état d’urgence aura été intégré dans notre constitution et qu’on aura élu un candidat présidentiel rejeté par une grande majorité de la population…

        • Je vois pas le rapport, la majorité des problèmes viennent de la Syrie, un pays ou on est pas intervenu et ou on a laissé la Russie et l’Iran gérer la crise.

          • La majorité des problèmes vient de l’interventionnisme à courte vue. Dire qu’on n’est pas intervenu en Syrie, à part pour annoncer partout qu’on voulait destituer le dictateur, qu’on ne collaborerait pas avec ses services secrets, qu’on bombarderait les terroristes, qu’on fournirait des armes sans trop savoir à qui, etc., c’est du degré zéro. Les dictateurs lointains ont un gros inconvénient : ce sont des dictateurs. Mais ils ont un gros avantage, ils sont lointains et évitent de nous exporter leurs problèmes. En conséquence, je suis tout à fait d’accord pour aider à remplacer ces dictatures par des régimes plus libéraux. La première étape pour ce faire est de définir comment on construit dans un de ces pays un régime libéral, certainement pas de se battre contre le dictateur au mépris de ce qui pourrait arriver une fois qu’il sera parti.
            L’interventionnisme, même en affichant les meilleures intentions du monde, n’a rien de souhaitable ni de libéral. Obama, mais aussi Sarko ou Hollande, ont voulu jouer les policiers du monde sans en avoir les moyens au prétexte que sinon ce serait la Russie ou l’Iran qui le feraient. Le résultat est un monde partout en conflits locaux, pas du tout plus policé, et là où ils sont intervenus, pas du tout plus libéral et agréable à vivre pour les habitants. Rien ne prouve que s’ils n’avaient rien fait, ce ne serait pas mieux. Le mur de Berlin n’est pas tombé sous les bombes, mais sous l’attaque des Reaganomics…

            • « La majorité des problèmes vient de l’interventionnisme à courte vue. »

              Personne ne défend « l’interventionnisme à courte vue »… Je maintient tout de même qu’au jour d’aujourd’hui, la majorité des problèmes viennent de la Syrie, ou notre présence est épiphénoménale.

              « Dire qu’on n’est pas intervenu en Syrie, à part pour annoncer partout qu’on voulait destituer le dictateur, qu’on ne collaborerait pas avec ses services secrets, qu’on bombarderait les terroristes, qu’on fournirait des armes sans trop savoir à qui, etc., c’est du degré zéro. »

              Non je suis désolé, 95% de l’interventionnisme en Syrie vient de l’Iran et de la Russie. Qu’est ce qu’il faut pour que ces pays soient enfin responsables de quelque-chose ? Pourquoi vous voulez absolument que ce soit de notre faute alors que visiblement on a passé la main sur ce dossier ?

              « Les dictateurs lointains ont un gros inconvénient : ce sont des dictateurs. Mais ils ont un gros avantage, ils sont lointains et évitent de nous exporter leurs problèmes. »

              Mais la vague de migrants et de terroristes qui nous tombent dessus n’existerait pas si les syriens n’étaient pas bombardés quotidiennement. Les actions de Bachar al-Assad nous retombent bel et bien dessus.

              « En conséquence, je suis tout à fait d’accord pour aider à remplacer ces dictatures par des régimes plus libéraux. La première étape pour ce faire est de définir comment on construit dans un de ces pays un régime libéral, certainement pas de se battre contre le dictateur au mépris de ce qui pourrait arriver une fois qu’il sera parti. »

              Mais c’est à ces gens de décider de quel régime politique ils veulent, ce n’est pas à nous ou à la Russie de décider. Tout ce que l’on peut espérer c’est que le nouveau régime ne nous soit pas hostile puisque l’on aura rien à voir dans l’oppression qu’on connu ces gens. Tout les peuples ont le droit de faire leurs propres expérimentations politiques. Ce n’est qu’a l’issue de ces expériences que les gens pourront conclure de la supériorité de la liberté. Il faut leur laisser le temps.

              « L’interventionnisme, même en affichant les meilleures intentions du monde, n’a rien de souhaitable ni de libéral. Obama, mais aussi Sarko ou Hollande, ont voulu jouer les policiers du monde sans en avoir les moyens au prétexte que sinon ce serait la Russie ou l’Iran qui le feraient. Le résultat est un monde partout en conflits locaux, pas du tout plus policé, et là où ils sont intervenus, pas du tout plus libéral et agréable à vivre pour les habitants. Rien »

              Et les endroits ou nous sommes intervenu ou ou personne n’est intervenu sont dans un bien meilleur état que ceux ou la Russie et l’Iran sont intervenus. Vous savez moi une solution ou tout le monde se retire de Syrie, l’occident comme l’Iran et la Russie, me convient très bien. Je n’ai pas peur à l’idée que le peuple syrien décide par lui même de si il veut du régime baath ou pas.

              « Rien ne prouve que s’ils n’avaient rien fait, ce ne serait pas mieux. »

              Rien ne prouve non plus que si la Russie et l’Iran s’étaient abstenu la Syrie ne serait pas un paradis libertarien… Vous savez en temps que personne raisonnable on peut raisonner par probabilité:

              – Il est peu probable qu’un Saddam Hussein de plus de 75 ans soit sortit du printemps arabe sans une guerre civile atroce.

              – Il est peu probable que sans l’intervention en Libye ce pays ne soit pas dans le même état que la Syrie, avec une régime replié à Tripoli qui envoie des mercenaires africains massacrer son peuple, avec un pays en grande partie détruit par des barrels bombs et de puissants mouvements islamistes.

              – Il est probable qu’avec une intervention similaire à celle de la Libye en Syrie ont aurait évité la destruction du pays et une énorme vague de migration, ainsi que la création de l’état islamique.

              « Le mur de Berlin n’est pas tombé sous les bombes, mais sous l’attaque des Reaganomics… »

              L’URSS ne serait pas tombé sans la détermination de Reagan de la faire reculer sur tout les fronts, elle aurait simplement put conquérir des nouveaux pays pour les piller.

              • Non je suis désolé, 95% de l’interventionnisme en Syrie vient de l’Iran et de la Russie.

                Vous frisez la mauvaise foi. Et la Turquie avec son adorateur du régime nazi ❓ Et les pays du golf, ils n’y mettent pas leur groin humide et cochonnesque à pas loin de 50% ❓

                • Vous mettez ça à coté des milliards d’armes, dizaines de milliers de miliciens et milliers de frappes de la Russie et de l’Iran ? On est très loin du 50% de la part des autres pays. Le fait que même avec toutes ses barrels bombs et ses armes le régime allait tomber sans les frappes russes nous indique clairement vers quel coté la balance penchait sans intervention.

                  Que faut il pour que la Russie et l’Iran soient enfin responsables de quelque-chose ? Pourquoi tout le monde ne se retirerait pas de la Syrie, comme ça le peuple syrien pourrait choisir si il veut du régime ou pas tout seul ?

                  • Pour l’AS : https://twitter.com/Terror_Monitor/status/691580736147591168 … et bien d’autres…
                    Pour la Turquie : pas de kurdes lors des « discussions », camps AN juste sur sa frontière : https://twitter.com/Ald_Aba/status/690585272774455296
                    Pour la Jordanie, pays encore le plus sensé ou mesuré dans la région : livraison d’armes aux rebelles, TOW à volonté, tanks.

                    Et pour la petite histoire, les russes interviennent massivement depuis cet automne. Pas depuis 2011.

                    Y a pas que les russes sur cette affaire, les autres sont LOIN d’être quantité négligeable.

                    • « Pour l’AS : https://twitter.com/Terror_Monitor/status/691580736147591168 … et bien d’autres… »

                      On en sait rien, trouvez au moins une enquête sérieuse pas juste une photo, n’importe qui peut raconter n’importe quoi avec une photo… Comment on sait ou a été fabriqué le MGL ? Comment on sait qu’il a été acheté par l’AS ? Comment on sait que c’est AQ qui le possède ? Comment on sait que c’est l’AS qui l’a remit à AQ ?

                      C’est pas comme si on avait jamais vu des photos utilisées pour raconter n’importe quoi dans les conflits au ME (par exemple des photos d’enfants syriens tués par le régime que l’on faisait passer pour des palestiniens). Bref pourquoi pas, quelques lances grenades… C’est ça votre intervention massive ?

                      « Pour la Turquie : pas de kurdes lors des « discussions » »

                      J’ai vu ça aussi, mais je vois pas trop le rapport avec l’intervention massive que vous dénoncez.

                      « camps AN juste sur sa frontière : »

                      Preuves que c’est un camp AN ? C’est marqué nulle part dans votre tweet… Qu’est ce qui me dit que ce ne sont pas des convois d’aide alimentaire ? C’est un peu léger pour quelqu’un qui a sans cesse rejeté les enquêtes sérieuses à base d’images satellites prouvant que l’armée russe a bel et bien envahie l’Ukraine.

                      « Pour la Jordanie, pays encore le plus sensé ou mesuré dans la région : livraison d’armes aux rebelles, TOW à volonté, tanks. »

                      Des TOW je veux bien, c’est d’ailleurs tout à fait censé, les TOW ne tuent pas de civils, c’est un bon moyen de faire baisser l’intensité du conflit. Pour les tanks j’aimerais voir vos preuves.

                      « Et pour la petite histoire, les russes interviennent massivement depuis cet automne. Pas depuis 2011. »

                      Vous savez on peut cibler une recherche sur une période avec Google:

                      https://www.google.fr/search?q=Russia+deliver+weapon+to+syria&hs=MYS&channel=fs&source=lnt&tbs=cdr%3A1%2Ccd_min%3A01%2F01%2F2012%2Ccd_max%3A01%2F01%2F2015&tbm=

                      « Y a pas que les russes sur cette affaire, les autres sont LOIN d’être quantité négligeable. »

                      Rien qui ne peut égaler les dizaines de milliers de miliciens, les armes lourdes et les frappes aériennes russes, 5% me semble donc être un chiffre correct.

                      Je vous repose la question, que vous faut il pour que la Russie soit enfin responsable de quelque-chose ?

          • On n’avait pas envoyé des conseillers militaires auprès des rebelles?

          • un pays ou on est pas intervenu

            Mouaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaahhhhhhhhhhhhhhhhhhhhhhhhaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaahhhhhhhhhhhhhhhhh ❗

    • Israël dans le monde libre, en plus allié des occidentaux? Vous n’y pensez pas.

      Ce pays constitue une menace pour la paix dans le monde, 80 % des français le pensent selon un sondage récent.

      Israel viole le droit international en occupant des colonies et en maintenant le peuple palestinien dans la misère. Tant qu’Israël ne sera pas rentré dans ses frontières légales d’avant 1967, la résistance palestinienne se battra pour sa terre et ses droits. Vous avez beaucoup d’humour.

      • @ Alexis

        Le droit international est une fumisterie qui ne fait que légitimer la raison du plus fort.

        Ce sont aux habitants d’un territoire de décider à quel état se rattacher et non à une organisation étatique.

        Sinon d’un point de vue libéral, seul l’isolationisme est moral. Les USA feraient mieux de l’appliquer au lieu de jouer aux gendarmes.

        • « Sinon d’un point de vue libéral, seul l’isolationisme est moral. »

          Non, d’ailleurs quand l’occident était le plus libéral il était pas du tout isolationniste.

        •  » Sinon d’un point de vue libéral, seul l’isolationisme est moral. Les USA feraient mieux de l’appliquer au lieu de jouer aux gendarmes.  »

          Dommage qu’ils n’ aient pas été isolationniste en 44 et pendant la Guerre froide. C’est tellement libéral de laisser des dictatures totalitaires façonner le monde à leur convenance.

          D.J

      • Ce que les Français pensent n’a pas grand chose à voir avec la réalité: il suffit de lire ici les commentaires et le nombres d’âneries contradictoires de gens qui osent dire que si ça, ça et ça, tout irait mieux alors que rien n’est là pour le prouver: c’est n’importe quoi mais qui a accès aux intentions des différents pays, en géopolitique, dans ses objectifs et ses stratégies?

        Ça n’a l’air de gêner personne, ici, toutes ces hypothèses et ces « oublis »: entre autres les responsabilités françaises dans le maintien en place de certains dictateurs ou de condamnations horrifiées de la présence d’autres!

        Et si on arrêtait l’hypocrisie?

      •  » Israël dans le monde libre, en plus allié des occidentaux? Vous n’y pensez pas.  »

        C’est un pays qui défend les mêmes valeurs que les autres pays du monde libre. Les droits des israéliens sont les même pour tous que vous soyez juifs, arabes, chrétiens ou athées.

         » Tant qu’Israël ne sera pas rentré dans ses frontières légales d’avant 1967, la résistance palestinienne se battra pour sa terre et ses droits. Vous avez beaucoup d’humour.  »

        Vous voulez un petit rappel de ce qu’à fait le Hamas dés qu’Israël s’est totalement retiré de Gaza?

         » Ce pays constitue une menace pour la paix dans le monde, 80 % des français le pensent selon un sondage récent.  »

        On assez l’habitude de voir une majorité de français mettre les démocraties comme Israël ou les USA plus dangereuses que les dictatures comme la Chine ou la Corée du nord ou plus dangereux que les démocraties autoritaires comme la Russie.

         » Israel viole le droit international  »

        Ceux qui se foutent du droit international et des palestiniens ce sont avant tout ceux qui les dirige. Je ne crois pas que le Hamas est un exemple de vertu pour les droits de l’homme.

        D.J

  • M Sorman parle comme un républicain US (ou peut-être un partisan de M. Netanyahou)! Les critiques émises envers le président Obama sont totalement exagérées et en plus non-fondées. Comment peut-on prétendre que, je cite: « George W. Bush, flairant le danger, frappa si fort que cette menace fut réduite en miettes par l’armée américaine : la guerre en Irak et en Afghanistan fut cruelle mais gagnée, au moment où Obama devint Président ». Les suites de la guerre, soi-disant gagnée par Bush (mais dont Obama devait supporter les conséquences), ont clairement montré que Bush n’a pas seulement réussi a déstabiliser ces deux pays, mais aussi toute la région! De toute façon il semble que ce n’est pas tellement Bush qui a pris les décisions de guerre, mais plutôt son V-Président Dick Cheney, dont l’ancienne entreprise Blackwater a réussi à glaner plusieurs Milliards $US dans ces pays! Le monde n’est pas noir et blanc, mais il y a aussi pas mal de gris, que certains sont incapables de voir! On n’introduit pas la démocratie par des bombes et des destructions!!!

    • Quand Obama a prit le pouvoir l’Irak et l’Afghanistan étaient stables. La région a été déstabilisé quand Obama a retiré les troupes prématurément car cela a permit à Nouri al-Maliki de mener une politique sectaire dictée par l’Iran. Si ce dernier n’avait pas détricoté les milices antiterroristes sunnites de al-Anbar, Nineveh ou Salah al-Din et ne s’était pas aliéné les population l’Irak serait resté stable.

      • Stable? n’importe quoi il y avait un attentat tous les 2 jours soit à Bagdad soit à Mossoul faut arrêter de fantasmer la…
        Les chiites et les autres minorités étaient autant mises à l’écart sous Saddam Hussein. Faut arrêter de croire qu’ en envahissant un pays et en mettant quelqu’un sur la chaise les affaires vont se régler.

        Et Israel mon amour bah oui pas de souci par contre vous ferez ça sans nous… encore une bonne vision de colon gars c’est le fait que vous êtes un peuple « élu » tout ce charabia néocolonialiste?

        Le conflit en Syrie et Irak viennent de signer l’arrêt de mort du terme coalition au sens traditionnel?

        Ahah c’est bien de vouloir débarasser les peuples de leur dictateur et pour faire quoi après?
        La Tunisie replonge dans des mouvements de violences malgré les espoirs qu’on avait pu mettre sur la nouvelle coalition, un peu d’humilité ne ferait pas de mal à certains.

        On a aucune stratégie d’envergure pour tous ces pays: la démocratisation ca ne veut strictement rien dire, ça justifie tout et n’importe quoi et les USA n’ont plus les moyens politiques de faire « les gendarmes du monde », les enjeux de politiques étrangères sont tellement insérés à des éléments de politiques interne que la marge de manoeuvre est très étroite.

        • « Stable? n’importe quoi il y avait un attentat tous les 2 jours soit à Bagdad soit à Mossoul faut arrêter de fantasmer la… »

          Oui stable, il n’y avait pas de groupes conquérants dans le pays. Les gens étaient satisfaits des institutions en place.

          « Les chiites et les autres minorités étaient autant mises à l’écart sous Saddam Hussein. »

          On est d’accord, c’est pour ça que Saddam aurait surement pas passé le printemps arabe.

          « Ahah c’est bien de vouloir débarasser les peuples de leur dictateur et pour faire quoi après? »

          Après c’est aux peuples de ces pays de décider de leur avenir ?

          « La Tunisie replonge dans des mouvements de violences malgré les espoirs qu’on avait pu mettre sur la nouvelle coalition, un peu d’humilité ne ferait pas de mal à certains. »

          Le peuple tunisien est entrain de vivre ses propres expériences politiques, c’est normal qu’il y ait quelques remous les premières années.

          • Les gens étaient satisfaits des institutions en place.

            Aujourd’hui, il reste néanmoins de gros problèmes d’équité, dangereux pour la stabilité du pays.

            • En effet le régime « irakien » (si on peut encore appeler ça comme ça tellement l’Iran contrôle l’Irak) ne cesse de vouloir piller le pétrole des kurdes et oppresser les sunnites.

              L’IS n’est pas apparu par magie, les sunnites avaient défilé pendant des mois pour que la situation avant le départ des USA soient rétablie. Tout ce qu’ils voulaient c’était retrouver le statut que leur accordait la constitution. Encore une foi plutôt que de prévenir en haussant le ton au bon moment on a préféré attendre qu’un désastre arrive et que ça éclabousse.

        •  » Stable? n’importe quoi il y avait un attentat tous les 2 jours soit à Bagdad soit à Mossoul faut arrêter de fantasmer la…  »

          Vous ne faites que de rapporter ce qu’était l’Irak les 5 années qui suivirent la destitution de Saddam. Il y avait bien un chaos et des attentats quotidiens. On parle d’un Irak stable à la fin 2008 où le nombre d’attentats à fortement diminué. Et cela grâce à la stratégie anti-surge du Général Pétraeus. Pétraeus avait compris que l’on ne gagne pas la paix en se comportant comme un envahisseur et en force d’occupation sans comprendre et connaitre les attentes et les US et coutumes des populations locales. Pétraeus a pu ainsi rallier à sa cause des milices sunnites pour combattre Al Qaeda. Fin 2008 Al Qaeda a été chassé d’Irak. Pour revenir quand Obama à retiré les troupes d’Irak.

          D.J

    • « M Sorman parle comme un républicain US »

      Mais c’est le maaaal incarnééééé!

    • Tiens! Un commentaire de bon sens! Ça fait plaisir dans ce concert cacophonique d’hypothèses! Merci!

    •  » On n’introduit pas la démocratie par des bombes et des destructions!!!  »

      C’est pourtant ce qui a été fait contre l’Allemagne nazie et le Japon en 1945.

      D.J

  • Mouais… c’est surtout la paille qui cache la poutre de l’insuffisance européenne en la matière. A sa décharge Obama a dû faire avec les conséquences budgétaires de la crise des subprimes.

    • Ça manquait: la France critique 1° les USA 2° l’U.E. 3° l’OT.AN, les 3 boucs émissaires chargés de la dédouaner (avec évidemment les « migrants », bouc émissaire intemporel!

      Et si la poutre était française de temps en temps? Ou, allez! Juste un petit examen de conscience! non?

      Lamentable! comme disaient les 2 p’tits vieux dans le « muppet show »!

  • La Corée du sud désireuse de réunification avec celle du nord ? Hum! Cela supposerait de la part de la première un effort économique fabuleux pour remettre à flots la seconde.

    • La question ca serait plutot si les USA doivent etre les gendarmes du monde et si ils en ont les moyens.
      L’hégémonie post 89 semble désormais un interlude devant les mutations du système international.
      Les USA reconsidèrent certains de leurs intérêts et d’une manière plus globale le rôle qu’ il entendent se donner.
      Obama a une stratégie comme ses prédécesseurs et elle ne contente pas nombre de personne.
      Les plus mécontent sont encore dans la nostalgie d’un leadership US du monde libre, la réalité actuelle est beaucoup plus complexe q’une vision paternaliste aujourd’ hui révolue.

  • On sait qui ne sera plus président, mais le plus inquiétant reste qu’on ne sait pas qui va le remplacer !

  • Je suis loin d’avoir partagé chacune des interventions antérieures de Mr Sorman sur ce site. Mais je souscris pleinement à celle-ci : [[ Lourde erreur : la moitié des nations sont dirigées par des voyous et des kleptocrates, beaucoup par des nationalistes archaïques. Le monde est une jungle où les forts dévorent les faibles. ]]

    Notre monde multipolaire est engagé dans une véritable guerre des hégémonies : celle à protéger, contre celles (diverses) exerçant de nouvelles volontés conquérantes… pour la basculer dans l’oubli.
    Or, jouer de naïveté dans ce contexte ne conduira qu’à de sanglantes défaites. Là s’y entremêlent les actions de kleptocrates en des formes « caméléons ». Chacune d’elles foncièrement inconséquente quant au devenir du monde que leurs instigateurs proposent en alternative. Les uns et les autres de ces tristes sires semblent mus par des idéologies ravageuses, sinon par une ambition sans bornes, souvent masquée sous une couche de juridisme … qu’ils ne respectent pas eux-mêmes (sinon dans une forme dévoyée).
    Ce n’est pas l’incessant harcèlement médiatique que nous subissons en Occident sous le contrôle de ces kleptocrates qui devra rendre les générations futures assez alertes face à l’escalade des dangers qui les guettent. « Croire en l’homme » nous disent certains. Est-ce réellement vérifié ?

    Depuis un siècle, la mode d’une « saine gouvernance mondiale » est inscrite au registre des utopies. Finira t’elle par nous déresponsabiliser complètement ? Mode de pensée démarrée en post-circonstances dramatiques, avec sa défunte version SDN, elle trouva vite un relais en sa resucée ONU (quelle vraie signification pour ce ‘U’ ?). Courant mainstream, cette mode est toujours prêchée par des dévots tels Attali & Co, ces formes d’apparatchiks adaptatifs, assistés par des organes d’activistes d’étiquette pacifiste) …
    Finie donc la notion de Nation (diront certains psycho-sociologues et manoeuvriers) ? Haro sur le concept de « subsidiarité » clameront les prosélytes du leitmotiv « tout au supra » ? Gloire à ceux-là (politiciens d’opérette mondialisée) qui oeuvrent à la réussite d’un vue du monde atone, version des océans moins soumis aux vents de l’atmosphère terrestre ?
    Il nous suffit de mesurer l’inefficacité patentée des bureaucrates onusiens et leur smala de filiales, à celles d’ONG bruyantes mais largement incontrôlées, tous et toutes tenus pour peu responsables des effets de leurs décisions/actions !
    Idem – en des variantes culturelles et/ou fonctionnelles – quant aux multiples organes « supra » qu’elles représentent : ainsi l’U.E. en ses égarements répétitifs, l’OCDE à finalité dite économique, etc. , puis ces repères d’intellos qualifiés « experts » (académiques ou politicologues). Chacun de ces milieux cheminant de manière désintéressée (?) vers des promotions menant aux étages supra. Niveaux où beaucoup des mêmes se voient tels des surhommes providentiels, dotés d’une hauteur visionnaire et morale à nulle autre pareille ! Des exemples nominatifs y pullulent. Sont-ils probants ?

    Ah ces litanies médiatisée « d’un respect des valeurs (avec petit ‘v’) »! Quels milieux nous les prononcent réellement ? Sont-ce des milieux d’ascèses, soucieux d’un devenir pourtant plein d’incertitudes ? L’hypocrisie est là régnant en maîtresse des acteurs. Parmi une foultitude d’idéologies à succès (et de pseudo science) relevons ce contre-exemple d’une soudaine météo capricieuse déferlant sur l’Est américain ? Elle – météo, petite sœur du climat mondial – devrait rappeler à nous tous que la nature n’obéit guère aux injonctions des kleptocrates.

    Donc B.H.O ou tel autre Messie voulant régner et contrôler notre monde multipolaire ne peut-être qu’opérer tel l’esprit ravageur … à caractère temporel. Une fois le mal causé, il reste néanmoins que des décennies seront nécessaire pour en atténuer des effets pervers. Telle nous enseigne l’histoire des (sur)hommes !

  • L’animosité de Guy Sorman (l’auteur de l’article) contre Obama est vraiment fatigante. Il en fait une affaire beaucoup trop personnel. Contrepoints mérite tellement mieux que d’être constamment pollué par la crise existentielle du septuagénaire Guy Sorman.

    De la même façon qu’accuser Taubira de laxisme est totalement contre-productif étant donné que lorsque les socialistes sont au pouvoir ils mettent encore plus de gens en prison que l’UMP (tel que l’expliquait l’article du Parisien Libéral « Christiane Taubira est-elle laxiste ? ») il est crucial de comprendre que c’est tout aussi contre-productif d’accuser Obama, tel que le fait constamment Guy Sorman, d’être trop gentil ou trop lâche avec les terroristes, d’être trop pacifiste, trop bisounours avec les « méchants. »

    Par exemple, rien que durant son premier mandat, Obama a ordonné des assassinats par des drones-tueurs avec un rythme plus de DIX FOIS plus élevé que George W. Bush.

    Ce qui pose problème avec Obama, ce sont ses politiques qui détruisent les libertés des américains et des non-américains, et non pas sa prétendue gentillesse avec les « méchants ». Il faut absolument éviter de tomber dans le piège de croire qu’Obama est un bisounours, tout ceux qui tombent dans ce piège font le jeu de la gauche.

    Guy Sorman (l’auteur de l’article) surfe sur la méfiance que les libéraux ont envers Obama et transforme cette méfiance parfaitement légitime en une bouc-émissarisation complètement irrationnelle. La haine de Guy Sorman contre Obama lui permet de ne pas avoir à affronter ses propres erreurs d’analyse en matière de politique étrangère.

    Cracher sur Obama permet à Guy Sorman de dissimuler le fait qu’il tient sur Contrepoints exactement le même discours que tiendrait un Bernard-Henri Lévy. Guy Sorman est le clone de Bernard-Henri Lévy.

    Sur de nombreux sujets Guy Sorman est un brillant libéral mais en matière de politique étrangère il s’est malheureusement complètement fourvoyé. Or plutôt que de faire son mea culpa il s’entête, comme un viellard grincheux, à refuser de reconnaitre ses erreurs passées. Il refuse d’admettre qu’il a tort d’être un interventionniste.

    Libéraux ! Ne vous laissez pas manipuler par Guy Sorman, le clone de Bernard-Henri Lévy !

    • @commando
       » Mr Sorman est un brillant libéral  »
      Alors, il devrait dénoncer plus fortement la stratégie d’Obama d’espionner tout le monde, de profiter des monopoles qu’ils ont acquis ( en échange de leurs promesses de respecter la souveraineté des états), de punir lourdement des sociétés européennes selon le droit US au prétexte qu’elles ont utilisé le $ , de s’ingérer dans la politique des autres pays sans leur accord ( Syrie…) etc… Tout cela montre à quel point Obama n’est pas l’ami des libertés .

    • « Par exemple, rien que durant son premier mandat, Obama a ordonné des assassinats par des drones-tueurs avec un rythme plus de DIX FOIS plus élevé que George W. Bush. »

      Ce qui est reproché à Obama c’est de faire du traitement symptomatique et de la communication plutôt que d’avoir une réelle stratégie.

      « sa prétendue gentillesse avec les « méchants ». Il faut absolument éviter de tomber dans le piège de croire qu’Obama est un bisounours, tout ceux qui tombent dans ce piège font le jeu de la gauche. »

      Obama est complètement naïf et n’a aucune volonté de défendre les intérêts de l’occident. Poutine a dit lui même que « négocier avec Obama c’est comme jouer aux échecs avec un pigeon ». On pourrait croire que Poutine raconte encore n’importe quoi, mais il suffit de voir que Poutine continue d’avancer et que l’on voit mal la stratégie d’Obama pour le faire reculer, ce dernier ayant sans cesse déclaré forfait avant d’essayer quoique ce soit. Tout ça pour faire de l’anti-Bush…

      C’est encore plus honteux quand l’on voit qu’avec leur détermination les petits peuples ukrainiens et syriens ont réussit à maintenir la Russie en échec jusque ici. Le jour ou les USA décident de recommencer à défendre les intérêts de l’occident, Poutine commencera à reculer quelques mois plus tard.

    • Tout à fait. Les USA semblent réagir sans traîner à propos de la Libye.

    •  » L’animosité de Guy Sorman (l’auteur de l’article) contre Obama est vraiment fatigante. Il en fait une affaire beaucoup trop personnel.  »

      Sorman avec tout les articles qu’il écrit sur son blog sur Obama est beaucoup moins partisan en critiquant Obama que ne l’est Guy Millière dont ce dernier irait jusqu’à prétendre qu’Obama aurait tort si celui-ci affirmerait que le ciel est bleu.

      D.J

    •  » De la même façon qu’accuser Taubira de laxisme est totalement contre-productif étant donné que lorsque les socialistes sont au pouvoir ils mettent encore plus de gens en prison que l’UMP (tel que l’expliquait l’article du Parisien Libéral « Christiane Taubira est-elle laxiste ? »)  »

      Sous Taubira il y a peut-être plus d’incarcérations et un plus grand nombre de condamnations mais il y a aussi sous Taubira des records de criminalité. Une criminalité qui est reparti à la hausse à la fin de l’ère Sarkozy. Bref si ce sont des condamnations laxistes et des incarcérations plus souple ça peut expliquer beaucoup de choses que le graphique ne dit pas. Et quand aux plus nombreuses évasions liée aux permissions sous Sarkozy c’est peut-être aussi que les libérations anticipées sont plus souvent le cas sous Taubira et que s’évader devient un risque inutile.

      http://www.lefigaro.fr/actualite-france/2015/01/29/01016-20150129ARTFIG00400-delinquance-le-nombre-d-agressions-et-d-escroqueries-n-a-jamais-ete-aussi-eleve.php

      http://www.lefigaro.fr/actualite-france/2012/11/12/01016-20121112ARTFIG00613-delinquance-les-chiffres-repartent-a-la-hausse.php

      D.J

  • Chaque dirigeant (sauf le nôtre peut-être…) défend les intérêts de son pays. Obama aussi. Dans cette oersoective, la vertu (défendre la liberté, la planète…) n’est souvent qu’un prétexte

  • Sans attendre 2100 on peut mentionner néanmoins, parmi les succès immédiats d’Obama, Fabius et de la COP 21, les vagues de froid exceptionnelles à New-York, Washington, Pékin et Hong-Kong.

  • Elle se garde de mentionner le retrait des troupes américaines d’Irak et d’Afghanistan

    Ils reviennent sur terre en ce qui concerne l’Afghanistan. Pas de retrait total des forces US, pour le moment.
    Quant à être le gendarme du monde, peut-être, mais pas être le maître du monde : quid des interventions catastrophiques envers le shah d’Iran, le découpage artificiel des frontières dont on ne finit pas d’en payer le prix… ❓

    • « quid des interventions catastrophiques envers le shah d’Iran »

      +1

      C’est exactement la stratégie utilisé aujourd’hui par d’autres puissances que je dénonce sans cesse.

  • Il y a tant à dire sur la gestion Obama que je m’étonne qu’on lui reproche ce qu’il n’est pas.

    Fidèle au Prix Nobel de la Paix qui lui fut décerné avant qu’il ne prenne ses fonctions, le Président Obama aura commis une erreur fatale tout au long de son mandat : croire que si l’on est pacifiste…

    Le 9 octobre, Obama reçoit le Prix Noble de la Paix.
    Le 2 décembre, il ordonne l’envoi supplémentaire de 30 000 soldats en Afghanistan.

    Pacifiste ? Vraiment ? Et à aucun moment il n’a changé de stratégie ?
    Le reste de l’article est du même acabit. Dommage de rater sa cible de la sorte.

  • Les commentaires sont fermés.

Promouvoir la liberté n’est pas gratuit

Mais cela peut aider à réduire vos impôts de 66%

Faites un don dès maintenant

Faire un don

Il y a 150 ans naissait John Calvin Coolidge qui devait être le plus libéral de tous les présidents américains. Il n'est guère connu en France. Bien sûr, certains parlent du « Président Coolidge » comme d'un « géant englouti » mais ils font référence à une épave de la Seconde Guerre mondiale, un luxueux paquebot baptisé en son honneur et réquisitionné par l'armée qui devait couler, victime d'un champ de mines, au large d'Espirtu Santo (Nouvelles Hébrides), le 26 octobre 1942.

 

Un président méconnu qui mérite le détour

Ils ... Poursuivre la lecture

Par Dan Sanchez.

Il semble que l'économie américaine en difficulté va mettre un frein aux célébrations du 4 juillet cette année.

Le Wall Street Journal a rapporté jeudi dernier :

"Dans toute l'Amérique, les feux d'artifice du 4 juillet ne seront pas tirés le 4 juillet. »

Certaines villes et communes reprogramment leurs spectacles pyrotechniques de la fête de l'Indépendance en raison d'une pénurie de feux d'artifice ou de travailleurs.

Et comme le révèlent de nombreux médias, les repas seront beaucoup plus ch... Poursuivre la lecture

Par Eric Boehm.

L'annulation, la semaine dernière, de l'arrêt Roe v. Wade (1973) par la Cour suprême des États-Unis a été rendue possible, du moins en partie, par ce que le chef de la majorité au Sénat de l'époque, Harry Reid (démocrate du Nevada), a fait en novembre 2013.

À la recherche d'une victoire politique à court terme, Reid a mis en œuvre ce que les démocrates et les républicains avaient tour à tour menacé de faire pendant la majeure partie de la dernière décennie : abolir le filibuster (obstruction parlementaire corresp... Poursuivre la lecture

Voir plus d'articles