Ententes commerciales au Québec : fais ce que dit, pas ce que je fais

L’État au Québec ne condamne que certaines ententes commerciales, et pas nécessairement pour des raisons morales.

Partager sur:
Sauvegarder cet article
Aimer cet article 0
fumée de cigarette-_P_ nos belmont(CC BY-NC-ND 2.0)

Promouvoir la liberté n’est pas gratuit

Mais cela peut aider à réduire vos impôts de 66%

Faites un don dès maintenant

Faire un don

Ententes commerciales au Québec : fais ce que dit, pas ce que je fais

Publié le 11 décembre 2015
- A +

Par Jasmin Guénette.

fumée de cigarette-_P_ nos belmont(CC BY-NC-ND 2.0)
fumée de cigarette-_P_ nos belmont(CC BY-NC-ND 2.0)

En avril 2006, six «gros joueurs» du Casino de Montréal mènent une vie de château pendant trois jours à Augusta, dans l’État de Géorgie. Ils font l’aller-retour à partir de Montréal en avion. Leur hébergement, leurs dépenses et une ronde de golf au magnifique Jones Creek golf club – au coût de 300 $ la ronde – sont payés par le casino. Une valeur d’environ 10 000 $ par personne.

Pourquoi une telle générosité de la part de Loto-Québec ? Pour offrir un traitement royal à leurs «gros joueurs» et fidéliser cette clientèle payante. Une compagnie qui offre à des détaillants ou à des gros clients des rabais, des voyages ou des cadeaux. Une «entente commerciale», quoi, de gré à gré, comme il s’en fait à peu près partout. Ça existe entre des fabricants de produits de toutes sortes et des détaillants ou des clients dans tous les domaines, que ce soit votre garagiste du coin, votre épicier ou votre boutique de vêtements préférée.

Ça existe aussi entre les dépanneurs et certains fournisseurs de produits. Par exemple, des grossistes alimentaires ont des ententes avec les dépanneurs tout comme plusieurs micro-brasseurs. C’est d’ailleurs une pratique qui aide les micro-brasseries à se faire connaître et à développer leur marché. C’est le genre d’entente qui profite au commerçant, mais plus important encore qui profite à vous et à moi, le consommateur. En raison de ces ententes commerciales entre entreprises consentantes, on finit tous par payer moins cher ou par recevoir une information plus adéquate en faisant nos achats.

Fais ce que je dis, pas ce que je fais

L’État le fait, par l’entremise de Loto-Québec et ses casinos. La SAQ, également, signe des ententes avec des fournisseurs pour offrir un espace privilégié à leurs produits. Bref, à peu près tout le monde a le droit de conclure ce genre d’entente entre parties consentantes… Tous, sauf les cigarettiers, eux qui n’ont déjà même pas le droit de faire quelque publicité que ce soit, d’afficher d’une manière ou d’une autre leurs produits ou d’informer leurs consommateurs des nouveaux produits.

La commission parlementaire qui a étudié le projet de loi 44 sur le tabagisme a adopté la semaine dernière un amendement pour interdire les programmes de fidélisation des compagnies de tabac dans les dépanneurs. Il sera dorénavant interdit d’offrir aux dépanneurs «des ristournes, des gratifications ou toute autre forme d’avantages liés à la vente d’un produit de tabac ou à son prix de vente au détail».

Pourtant, comme le souligne l’Association québécoise des dépanneurs en alimentation du Québec (AQDA), «le gouvernement n’a aucune donnée démontrant que cette mesure fera baisser le tabagisme». Qui plus est, le tabac est un produit légal. Si les fabricants veulent signer librement des ententes avec des dépanneurs pour le bien des deux parties, le gouvernement ne devrait pas les interdire. C’est une question de principe. Mais dans ce dossier, le gouvernement n’a que faire des principes.

Donc, d’un côté, nous avons nos sociétés d’État du vice, comme Loto-Québec et la SAQ, qui n’ont aucun problème avec le fait d’encourager des joueurs ou de fidéliser des consommateurs d’alcool avec toutes sortes d’ententes commerciales. De l’autre côté, permettre des ententes entre un dépanneur et une compagnie de tabac, sans même avoir de preuve que cette entente entraîne plus de tabagisme, ça, c’est non ! Deux poids, deux mesures, vous dites ? Clairement, c’est l’exemple parfait de «fais ce que je dis, pas ce que je fais».

Sur le web

Retrouvez sur Contrepoints tous nos articles sur le tabac

Voir les commentaires (2)

Laisser un commentaire

Créer un compte Tous les commentaires (2)
  • C`est la province la plus corrompue en Amérique du nord ici…

  • Le Québec est au contient américain ce que la Suisse est au contient européen.

    Le Québec a beau être géographiquement en Amérique du Nord, il est mentalement en Europe. La Suisse c’est le contraire.

  • Les commentaires sont fermés.

Promouvoir la liberté n’est pas gratuit

Mais cela peut aider à réduire vos impôts de 66%

Faites un don dès maintenant

Faire un don

Récemment, la Commission européenne a annoncé des propositions de révision de la réglementation sur le tabac. Il semblerait que les taxes en vigueur n’aient pas été révisées depuis… 2010, et qu’elles ne prennent donc aucunement en compte ni l’évolution du marché, ni les niveaux d’inflation ces dernières années.

Ce projet de réforme n’est que la pointe de l’iceberg en ce qui concerne les restrictions de consommation à échelle nationale et européenne. Que ce soit en termes d’alimentation, d’alcool ou encore de tabac, ce paternalisme pose... Poursuivre la lecture

Le Canada traverse une importante crise de la représentation qui a culminé en février dernier durant la révolte des camionneurs. Si la confiance d’une partie de la population envers la classe politique est chancelante, sa confiance envers les médias traditionnels est en chute libre, la montée dudit « complotisme » étant la plus forte manifestation de cette récente rupture. Au Québec, 50 % des gens croient aujourd’hui que les journalistes cherchent délibérément à les tromper, selon un sondage de la firme Edelman, publié fin mars dernier.

<... Poursuivre la lecture

Si le vote des Français en France concentre logiquement toute l’attention, celui des Français à l’étranger donne des éléments sur la mentalité des expatriés, émigrés voire des binationaux. Un vote qui peut toutefois avoir une certaine importance.

Le vote des Français à l’étranger a représenté 500 000 votes sur 1,4 million d’inscrits (un taux de participation de 35 %). 45 % ont voté pour Macron et 22 % pour Mélenchon, Zemmour faisant 8 % et Le Pen ne représentant que 5 %.

Ces chiffres méritent d’être étudiés de plus près, car ils... Poursuivre la lecture

Voir plus d'articles