Quant à Sapin, il aime bien la délation

Partager sur:
Sauvegarder cet article
Aimer cet article 0
Ministère des Finances à Bercy (Crédits : Pline, licence CC-BY-SA 3.0), via Wikimedia.

Promouvoir la liberté n’est pas gratuit

Mais cela peut aider à réduire vos impôts de 66%

Faites un don dès maintenant

Faire un don

Quant à Sapin, il aime bien la délation

Les points de vue exprimés dans les articles d’opinion sont strictement ceux de l'auteur et ne reflètent pas forcément ceux de la rédaction.
Publié le 9 décembre 2015
- A +

Deux semaines à peine se sont écoulées depuis la découverte par Bercy qu’on pouvait faire passer, avec un cynisme assez décontracté, le tabassage fiscal pour de la lutte contre le terrorisme. Cependant, la lutte contre le terrorisme ne peut pas tout excuser et il faut parfois en revenir aux bonnes vieilles méthodes éprouvées pour faire rentrer l’argent dans les caisses. Parmi celles-ci, la délation occupe une bonne place.

Ah, la délation ! Cela faisait longtemps que Bercy n’y avait plus eu recours.

Oh, la dénonciation fonctionnait toujours et a sans aucun doute permis à l’un ou l’autre des inspecteurs du fisc de faire quelques belles prises, mais elle n’était pas directement récompensée par l’administration qui, faussement pudique, indiquait il y a quelques temps que « les dénonciations anonymes, reçues par l’administration fiscale, ne sont jamais exploitées » (ben voyons) et que seuls « les signalements effectués de façon non anonyme peuvent donner lieu à une enquête s’ils font état de faits graves décrits avec précision ».

Mais actuellement, la bonne grosse délation, celle motivée par l’appât du gain en plus de la satisfaction très particulière de voir un ennemi se faire étriller fiscalement, a été suspendue il y a une dizaine d’années. Heureusement, les petits soucis financiers de l’État se faisant plus aigus, et le pouvoir socialiste n’écartant aucune bassesse pour parvenir à rester en place, Sapin et ses fines équipes de Bercy étudient très sérieusement le retour de la dénonciation rémunérée.

valls contre les terroristes de l'impôt

Pour Sapin, la délation est en effet une solution pratique qui permettrait de remettre dans le rang les moutontribuables un peu trop épris de liberté et encore bercés de l’illusion que le gain de leur travail leur appartient vraiment (les cons). Il a même poussé l’explication jusqu’à préciser comment devraient être rétribués les délateurs, tant que les informations fournies permettent d’effectuer des redressements fiscaux : pour Michel, ce serait assez chouette d’avoir plutôt un montant forfaitaire, en rappelant tout de même que « Tout ça doit être calé en termes de procédures ». Ce serait dommage de faire un peu n’importe quoi n’importe comment. C’est important, la loi, la morale, l’éthique, la justice, l’équité, la probité, tout ça. N’est-ce pas.

Le détail n’est bien sûr pas encore connu, mais on se laisse ici à imaginer les différents forfaits que Bercy mettra en place pour attirer les meilleurs (délateurs) à lui : intérêts cachés ? 250 €, mon bon monsieur. Fortune dissimulée pour échapper à l’ISF ? Un forfait de 1 000 €, et n’en parlons plus. Fraude à la TVA ? Si c’est un petit artisan, 250 € ; un patron de PME ? 500 €. Plus gros ? On va voir ce qu’on peut faire, mais tenez, prenez 1000€. Si vous pouvez aider à coincer un élu de l’opposition ? Alors là, c’est une mallette de petites coupures non marquées, et un déjeuner en tête-à-tête avec le patron (Michel, pas François – vous ne verrez ce dernier que si vous faites tomber Sarkozy). Bref : on attend avec impatience la grille tarifaire officielle.

Notez en revanche que s’il vous venait la fantaisie d’utiliser cette nouvelle facilité de délation pour un organe de presse, fût-il en ligne, fût-il ouvertement en délicatesse avec le fisc et ce pour plusieurs millions d’euros, votre démarche n’aboutirait pas. Pour les cas de complications fiscales sur des médias qui ont, de surcroît, largement démontré leur utilité pour le pouvoir en place, la gestion du dossier se fera directement à l’Assemblée qui pourra voter, en catimini et en ordre resserré (à 11 voix contre 10), une jolie amnistie effaçant prestement l’ardoise. C’est aussi ça, la démocratie et l’égalité fiscale à la française.

Edwy Plenel : heureusement que tu n'as pas tout misé sur le journalisme !

Pour ceux qui attendent de pouvoir se faire un petit revenu d’appoint en ces périodes délicates, ne vous inquiétez pas : le projet pourrait être présenté au parlement au printemps prochain dans le cadre de la loi Sapin 2.

Ce sera, on s’en doute, un chef-d’œuvre de législation ciselée dans le bon goût, le respect du droit et de la morale, tenant bien évidemment compte de tous les petits couinements stridents des habituels moralisateurs de Prisunic, à l’instar d’un Yann Galut, toujours député, toujours socialiste, qui voit deux problèmes : celui du trop-plein de délations (« encourager les personnes à déclarer contre rémunération, c’est prendre le risque de créer de fausses alertes ») qui ne surprendra personne dans un pays où la rigueur fiscale est chevillée au corps de chaque contribuable, et celui du lucre trop facile car « les indics ne doivent pas se transformer en chasseurs de primes ». En outre, avec tous les petits problèmes actuels de trésorerie distendue, il semble logique de ne pas ralentir le pas de l’administration dans sa chasse aux petits porte-monnaies délaissés.

Mieux encore : avec la prochaine fiscalisation des revenus tirés des sites collaboratifs (plate-formes où des particuliers peuvent mettre à disposition matériel, proposer des services ou partager un véhicule moyennant paiement), on sait déjà qu’une horde de frétillants délateurs va pouvoir s’abattre sur le Français lambda qui croyait naïvement faire preuve de vivrensemble en louant son taille-haie au voisinage. Alors qu’en réalité, tout le monde sait maintenant que tous ces revenus de toutes ces plateformes forment un gros bloc de Manque-À-Gagner qui agit comme une épine dans le fondement du budget de l’État.

Bref, on l’a compris, la délation revient, et ses champs d’application s’étendent à nouveau. Quelle bonne nouvelle, cette France qui s’espionne elle-même ! Quelle superbe mentalité, cette instauration officielle de la guerre de tous contre tous ! Car si elle n’est vraiment pas efficace pour souder un peuple, elle permet en tout cas aux élites de rester en place par application du « Diviser Pour Mieux Régner » digne des plus belles pages de Machiavel ou Sun-Tzu.

Le danger, bien sûr, est qu’à mesure que cette ambiance délétère s’étend, à mesure qu’on sabote doucement les opportunités des uns et des autres d’arrondir leurs fins de mois par des procédés relevant du commerce direct entre adultes consentants, à mesure qu’on insère l’État partout et, pire, qu’on incite chacun à l’y fourrer partout où il ne se trouverait pas déjà, à mesure qu’on pervertit le cœur de tous en remplaçant la confiance par la suspicion systématique, on construit un avenir fort sombre pour ce pays.

Qui à mon avis est foutu.

snitching

—-
Sur le web

Voir les commentaires (30)

Laisser un commentaire

Créer un compte Tous les commentaires (30)
  • Comme aux heures les plus sombres de notre histoire.

    C’est Alexandre de Marenches qui raconte le dégoût du chef de la Kommandantur devant le zèle français de la dénonciation.

  • Grâce à la création de cette Stasi, le problème du chômage va peut-être réglé … Va y avoir de l’embauche !

  • Et les socialistes se proclament de fervents défenseurs de la République, de la démocratie, des libertés fondamentales. Utiliser des nervis est une triste réalité dans les régimes fascistes et dictatoriaux. Rien que le mot délation nous ramène à une époque où tous les salauds de la terre puisent dans cette action ignoble une satisfaction jalouse et vengeresse. En plus ces fripouilles seront payées.
    Si je mettais un sapin de Noël dans mon parc, j’y mettrais Michel Sapin en petite tenue pour lui faire payer ce désir fascisant.

  • Mais quel sera le régime fiscal des primes perçues par les délateurs? :o)

  • Je me demande ce qu’il se passerait si c’était les fonctionnaires du fisc eux-mêmes ainsi que les politicards qui poussent à la roue, qui se retrouvaient dénoncés en masse.

    • Ce qui se passerait ? la même chose que quand un inspecteur des impôts a flairé l’embrouille fiscale de Cahuzac, bien avant « l’affaire ». punition de l’innocent et rétribution du coupable.

  • L’histoire se renouvelle : nous sommes revenus à Vichy, ces belles heures de la délation…

    Après l’état d’urgence, la panoplie se complète, demain le couvre- feu peut-être ? La démocratie à la HOLLANDE : la France apaisée est aujourd’hui, bâillonnée, sommée de s’exécuter à balancer les oreilles dans le sens de la marche. Notre chef de guerre nous conduit vers des violences terroristes et autres à venir vu l’ambiance.

    Vive le socialisme qui cherche sa voie entre dictature à la Hitler et le communisme soviétique. Notre grand leader et son donneur de coup de menton naviguent à la godille entre ces extrêmes.

  • au fait sapin n’a pas une plainte de détournement de fond qui court après lui ?
    Et puis GTM n’a pas triché dans sa déclaration de patrimoine en rentrant à l’Elysée , j’ai entendu dire que la presse Suisse avait révélé qu’il possédait une propriété à London. De même que la même presse annonce que des migrants sont hébergés dans des châteaux en France .
    Combien dois je toucher pour ces petites infos?
    Ha j’oubliais sarko quand il a doté les forces de l’ordre d’un nouveau flingue en 2001, l’arme était équipée d’une innovation brevetée et volée à des sans dents .

  • Normal cette réaction pour un fidèle supporter d’un décoré de la francisque !

  • Et les mairies qui encouragent la délation sur les appartements loués en location saisonnière au black ?

  • Exploiter la délation, c’est pragmatique. Encourager officiellement la délation, c’est moche. La rémunérer c’est du fascisme.

    Patience, dans 2 ans on pourra vivre en dénonçant des immigrés. Le PS prépare le terrain …

  • c’est du socialisme: prêcher la morale et n’en avoir aucune

  • Ils vont y parvenir, à force, par dégouter les actifs et faire disparaître toute motivation de plus-value. Lentement mais sûrement, nous nous enfonçons dans la médiocrité et la bassesse.

  • Une fois de plus, la valeur de ces hommes, Sapin, Gallut et les autres se mesure a leurs actions et leurs commentaires: ils ne voient dans la delation aucun prolbleme moral ou philosophique, uniquement des problemes d’execution.

    Pour l’obsevateur, ca cree des difficultes en ce qu’ils ont epuise depuis longtemps le vocabulaire disponible pour decrire a quel point ils sont meprisables.

  • National-socialisme
    Union des républiques socialistes soviétiques
    Parti socialiste
    .
    .
    .

    Point commun?

    • Le troisième est le plus petit commun multiple des deux premiers.

    • La discipline? La passion du travail d’artisan bien fait? La fureur altruiste? La morale irréprochable? Ah non, je sais: le respect de la liberté individuelle?

      Je plaisante, tout le monde sait que le point commun c’est leur aspect festif….

      • Pour faire la fête, rien de tel qu’un « tient maintenant plutôt que deux sûrement pas demain ».
        Les problèmes seront … pour les autres ❗

  • voter socialiste est immoral

  • Sapin, il faudrait l’enguirlander… pour noël… ;-P

  • Les socialistes veulent notre bien. C’est un fait acquis car il y a consensus sur la question au pays des bisous: Marine Le Pen installerait sans aucun doute possible un régime autoritaire fascisant destructeur de libertés individuelles, et ne parlons pas des chatons molestés chers à H16, si elle était élue. Pour que nous puissions nous y habituer, ils prennent les devants. La transition du Bien au Mal sera moins brutale.

    • « Marine Le Pen installerait sans aucun doute possible un régime autoritaire fascisant destructeur de libertés individuelles »
      Donc pas de changement avec ce qu’on vit déjà !
      Un vrai parti libéral pourra-t il naître un jour dans ce pays ? J’en doute depuis quelques temps.

  • Cette délation a aussi un but très terre à terre: Il s’agit de savoir rapidement quelles sont les magouilles du pouvoir connues du public et à camoufler d’urgence. Pas si bête.

  • La nuit dernière je prenais le frais … à 1h du matin ….. le calme …. j’ entends crier NOUS SOMMES TOUS DES FEMMES DE MENAGE !
    Une personne non identifiée ……et l’ echo , l’écho répond !
    KSS toi pov socialo …..kss toi pov so …kss toi pov …kss…
    début de sketch pour l’ humoriste Raymond D

  • et c est le fn qui est fasciste? non mais on se marre là!!!

  • C’est une constante socialiste que Sapin remet au gout du jour? Oui, rappelez-vous quand Mitterrand faisait partie du gouvernement de Vichy…
    Au fait, dénoncer les incapables et les profiteurs comme certains ministres actuels, c’est accepté aussi?

  • Les commentaires sont fermés.

Promouvoir la liberté n’est pas gratuit

Mais cela peut aider à réduire vos impôts de 66%

Faites un don dès maintenant

Faire un don
immobilier droit de succession
7
Sauvegarder cet article

Les droits de succession ont fait récemment l’objet d’une attention particulière de la part des politiciens.

Certains d’entre eux sont favorables à une augmentation des taux de droits de succession. C'est particulièrement désirable pour ceux qui sont de manière générale en faveur des politiques d’égalisation (qui justifient par exemple les taux d’impôts progressifs). Ils estiment par exemple qu’il n’est pas juste que certains reçoivent un capital de succession, contrairement à d’autres personnes.

 

Des droits de success... Poursuivre la lecture

L'inflation s'est accélérée en juillet pour atteindre 6,1 % sur un an, selon l'Insee.

 

L’inflation est de retour

C’est une erreur de penser que ce que l’on appelle communément « inflation » se résume simplement à l’augmentation des prix à la consommation.

L’inflation ne doit pas se définir comme une augmentation des prix à la consommation, mais comme une augmentation de la masse monétaire. L’augmentation des prix à la consommation n’est que l’un des symptômes de l’inflation, tout comme l’est l’augme... Poursuivre la lecture

Parmi les quatre thèmes proposés par Emmanuel Macron pour le Grand débat national nous voudrions évoquer un certain nombre de problèmes qui nous paraissent particulièrement importants et qui se trouvent concerner les deux premiers thèmes (fiscalité et organisation de l'État).

Le débat sur la fiscalité est à l'ordre du jour et l'on peut d'ailleurs considérer comme positif qu'il y ait une prise de conscience des excès de la fiscalité française et de ses effets destructeurs. Comme on le sait bien, la France bat – malheureusement – un reco... Poursuivre la lecture

Voir plus d'articles