Santé : l’histoire de ce régime qui a changé ma vie

Entretien avec Ludovic, qui a opté pour un régime pauvre en glucides et riche en lipides.

Partager sur:
Sauvegarder cet article
Aimer cet article 0

Promouvoir la liberté n’est pas gratuit

Mais cela peut aider à réduire vos impôts de 66%

Faites un don dès maintenant

Faire un don

Santé : l’histoire de ce régime qui a changé ma vie

Publié le 3 décembre 2015
- A +

Un entretien mené par Ulrich Génisson

Ludovic

Ludovic Delory est journaliste. Il réside en Belgique et à la veille de ses 40 ans il s’est dit qu’il était temps de prendre sa santé en main ! Avec un mode de vie sédentaire, des kilos en trop et une routine alimentaire néfaste, Ludovic a radicalement adopté une alimentation LCHF (pauvre en glucides et riche en lipides). Il partage avec nous son expérience.

Ulrich Génisson — Nous tenons à vous remercier pour cet entretien. Tout d’abord pouvez-vous vous présenter, et nous expliquer votre façon de vous alimenter avant d’avoir pris la décision du changement ?

Ludovic Delory — Je suis journaliste, un métier qui nécessite souvent de rester de longues heures sur le terrain. Conséquence : des repas pris sur le pouce, dans des restaurants servant frites, pâtes, pizzas, etc. Ajoutez-y une vie de famille bien remplie, un travail d’écriture sédentaire par nature, et vous avez tous les ingrédients pour générer de la prise de poids et de l’hypertension. J’avoue, je ne faisais pas grand-chose pour surveiller mon poids jusqu’à ma prise de conscience, en janvier dernier.

Comment avez-vous connu l’alimentation LCHF et pourquoi l’avoir choisie ?

C’est venu petit à petit. D’abord via mes connaissances qui pratiquent ce mode de vie depuis plusieurs années. Ensuite via des lectures, évidemment. Celle du livre de Gary Taubes  FAT : pourquoi on grossit a agi comme une révélation. J’ai compris comment fonctionnait notre système endocrinien, le rôle de l’insuline, celui du cholestérol, et j’ai fini par saisir le caractère néfaste des sucres. J’ai aussi lu des témoignages édifiants sur Internet, en anglais, de personnes ayant perdu jusqu’à 50 kilos en supprimant les glucides.J’ai été stupéfait : comme beaucoup de monde je pensais que le gras faisait grossir. J’ai revu tout le paradigme et je me suis lancé début janvier.

Qu’est ce qui a concrètement motivé votre passage à une alimentation réduite en glucides et élevée en lipides ?

Le passage à l’an neuf et ses habituelles résolutions ! J’étais extrêmement motivé, j’ai acheté un carnet pour y consigner tous mes repas, au jour le jour. La balance affichait 105 kilos ; je mesure 1m82. C’en était trop ! Mes proches étaient sceptiques. Pour les rassurer, j’ai dit que j’allais mener l’expérience durant quelques mois. J’ai trouvé les recettes de base dans Le nouveau régime Atkins. Et le 6 janvier 2015, je me suis lancé.

Comment se sont passés vos débuts ? Avez-vous démarré de manière stricte sans écarts, ou y êtes-vous allé progressivement ?

J’ai démarré de façon draconienne : moins de 20 grammes de glucides assimilables par jour. Aucun écart. Cinq, parfois six repas par jour. Les deux premières semaines, je pesais tous mes ingrédients, car je voulais vraiment mettre ce régime à l’épreuve. Avec l’habitude, je suis devenu moins précis dans mes annotations. J’ai tenu mon carnet de bord jusqu’au 20 avril. Ce jour-là, j’étais descendu à 93,2 kilos. Puis j’ai lâché prise pour une raison : ça me paraissait trop facile. Je me suis relâché. J’ai perdu le moral, retrouvé mes mauvaises habitudes : un plat de pâtes, un verre de bière,… L’expérience, en tout cas, s’est avérée concluante puisque j’avais perdu 12 kilos en quatre mois.

Avez-vous été fatigué, avez-vous éprouvé d’autres effets indésirables ?

Au début, des fringales bien compréhensibles. Et le 10 janvier, une semaine après l’entame du régime, une petite hypoglycémie que j’ai réglée avec un Coca… light !

Surveillez-vous votre cétose avec des bandelettes ou un outil électronique ?

Je l’ai fait très rarement durant ma première expérience. Aujourd’hui, le contrôle est quasi-quotidien car j’ai repris le régime il y a trois semaines. J’ai été heureux de constater la semaine passée que le taux de glucide était à zéro et que les corps cétoniques étaient de retour. J’utilise des bandelettes Keto-Diabur Test, très faciles d’utilisation.

Avez-vous été accompagné par des professionnels de santé dans cette démarche ou avez-vous abordé l’alimentation LCHF seul ?

Je l’ai fait seul. J’estimais être assez renseigné sur le régime LCHF et, de toute façon, je ne voulais pas perdre de temps à chercher un médecin qui m’aurait accompagné. Mes seules visites chez le toubib, je les réserve pour mes prises de sang annuelles.

Prenez-vous des compléments alimentaires ? Si non, comptez-vous le faire ?

Depuis le début, je prends des compléments Supradyn ou Omnivit.

Qui cuisine à la maison ?

Je ne laisse à personne d’autre que moi le soin de préparer mes plats LCHF.

Comment se passe concrètement une journée alimentaire pour vous ?

Petit déjeuner : deux œufs, 5 tranches de bacon et une importante quantité de gras (beurre, huile de noix de coco, huile d’olive, saindoux). Thé ou café. De l’eau fraîche. Variante : le saumon fumé au fromage frais.

Collation (si j’ai faim) : du blanc de poulet maison, du fromage ou des amandes.

Vers 11h-midi : 400-500 ml de bouillon de poule. J’en fais quatre litres chaque vendredi, je portionne et je congèle. Chaque matin, j’emporte mon bouillon surgelé au bureau.

Déjeuner : environ 250 gr de viande ou de poisson. Du gras, bien sûr, et beaucoup de légumes. Parmi mes favoris : tous les choux, champignons, oignons, poivrons, salade fraîche avec vinaigrette.

Le soir, je n’ai généralement pas faim. En cas de fringale, un œuf dur ou un morceau de fromage. J’ai toujours deux-trois sortes de fromages au frigidaire.

Avez-vous introduit de nouveaux aliments ? Lesquels ?

Je mangeais de tout avant, je suis juste plus restrictif aujourd’hui. Comme je bannis la plupart des fruits, j’aime me faire plaisir, en été, avec des mûres et des groseilles. Par contre, je ne me suis pas encore réconcilié avec l’avocat.

Quels sont les aliments que vous aimiez et que vous ne mangez plus ? Quel degré de difficulté pour vous cela a représenté de les bannir ?

Les pâtes ! J’en mangeais deux-trois fois par semaine. J’ai beau les avoir bannies durant ma phase-test, j’y suis revenu durant les vacances. Maintenant que j’ai repris la diète, j’ai peur (je l’avoue) de craquer devant un bon carbonara.

Aimez-vous manger en général ? Considérez-vous cette diète comme savoureuse ou incompatible avec le plaisir de manger ?

Je suis devenu plus exigeant avec le choix des ingrédients. De temps en temps, je m’offre du bœuf ou du poisson de qualité supérieure. Je découvre chaque semaine de nouveaux fromages. Mais je n’ai pas de problème à dévorer une courgette entière et une boîte de thon sur le temps de midi. Les choses les plus simples peuvent être délicieuses si elles sont bien préparées.

Comment gérez-vous les repas à l’extérieur, au restaurant ou en famille ?

Je mets de côté les féculents. Je demande un petit plat de légumes chauds ou une salade à la place des frites. J’ajoute du beurre sur ma viande. Il n’y a plus que mon père qui insiste à chaque fois pour que je « prenne des patates du jardin » (rires).

Considérez-vous la diète cétogène comme handicapante d’un point de vue social ? Comment survivez-vous en ne consommant presque plus de glucides dans un environnement où ils sont partout ?

Parfois, je laisse filer mes collègues au restaurant pour manger ma propre tambouille seul à la cantine. Ils comprennent. Je ne trouve pas ça trop handicapant : je les revois une heure plus tard (rires). Dans mon kit de survie quotidien, j’ai toujours mon bouillon maison, mon fromage, mon saucisson ou mon poulet froid qui attendent dans le frigo. Je les emporte en reportage, histoire de combler les fringales. Pour le reste, je privilégie les achats chez le petit commerçant du coin. Je sais d’où vient ma viande, qui l’élève et ce qu’elle mange. Au supermarché, je fais toujours le même trajet : légumes, fromages, crème, salaisons, poissons, en évitant de passer par la moitié des rayons.

Faisiez-vous du sport avant et en faites-vous maintenant ?

J’ai arrêté l’athlétisme il y a environ quinze ans, suite à des problèmes de genou. Je n’ai jamais vraiment repris depuis. Mais, avec le regain de forme qui est le mien actuellement, je suis heureux de vous annoncer que j’ai repris le running. Je me suis même fixé un objectif : courir un 10 kilomètres avant la fin de l’année. Faut d’abord que je m’offre une nouvelle paire de baskets.

Êtes-vous sensible à l’aspect santé de cette diète en termes de prévention des maladies métaboliques ?

C’est un critère déterminant dans le choix de ce mode de vie ; je n’aime pas les termes « diète » ou « régime ». J’ai une connaissance qui s’est mise au LCHF après avoir appris qu’elle avait un cancer. Son état de santé évolue favorablement. J’ai lu de nombreux récits à peine croyables sur les bienfaits de l’alimentation pauvre en carbs sur les maladies métaboliques. Donc oui, ça me parle énormément. J’arrive à la seconde moitié de ma vie et je tiens à la traverser en pleine forme.

Est-ce désormais votre alimentation – une sorte de philosophie alimentaire – ou bien pensez-vous cesser de manger cétogène un jour ?

C’est devenu, je le redis, un mode de vie à part entière. Bien sûr, je reste un hédoniste et il me sera toujours difficile de résister à un verre de bière lors d’une soirée entre amis. Mais, maintenant que j’ai compris les principes de l’alimentation cétogène, je ne compte pas changer d’habitudes.

Quel bilan global faites-vous de l’alimentation LCHF, quels sont les bienfaits que vous a apportés la diète cétogène ?

Premier bienfait : le sommeil. Il ne faut que quelques jours pour retrouver un sommeil court, réparateur et empli de jolis rêves. Terminé, le coup de pompe de quinze heures ! Je me lève vers 5 heures et je tiens sans problème jusqu’à 22-23 heures.

Deuxième bienfait : le dynamisme général. Mon corps me souffle de bouger. C’est pour cette raison que je me suis décidé à recourir. Gary Taubes avait raison de dire que ce n’est pas le sport qui fait maigrir : c’est en maigrissant qu’on retrouve les forces pour faire du sport. Ma récupération est plus rapide, quant aux crampes nocturnes, elles font partie du passé.

J’espère, enfin, parvenir à faire baisser durablement ma tension artérielle.

Quels conseils donneriez-vous à ceux qui hésitent à franchir le pas ? À ceux qui démarrent ?

Faites comme moi, tentez l’expérience. Consignez dans un carnet de bord le contenu de vos repas, sans tricher, ajoutez-y vos écarts, vos listes de courses et vos états d’âme. Rendez-vous dans n’importe quel rayon de supermarché, lisez l’étiquette et relevez le nombre d’ingrédients dont le nom se termine par « ose » : glucose, dextrose, saccharose… Dites-vous qu’ils sont vos ennemis. Méfiez-vous des « recommandations officielles ». Lisez, abondamment, pour comprendre en quoi la sécrétion d’insuline vous fera prendre du poids. Et, surtout, n’abandonnez pas ! On peut attendre deux-trois semaines avant d’entrer en cétose. Une période décourageante pour tous ceux qui ne voient pas bouger l’aiguille de la balance.

Un dernier mot pour nos lecteurs ?

J’ai repris l’expérience LCHF. Définitivement, cette fois. En trois semaines, j’ai perdu un kilo et demi, je me suis remis à faire de la gym et de la course à pied. J’espère vous annoncer d’excellentes nouvelles dans quelques mois.


Entretien publié initialement par Eatfat2befit.

Lire sur Contrepoints notre dossier Santé

Voir les commentaires (17)

Laisser un commentaire

Créer un compte Tous les commentaires (17)
  • C’est un peu n’importe quoi ce régime. Réduire plus que fortement les glucides et prendre des lipides comme il le dit (beurre etc.), c’est franchement à ne pas suivre !
    Pour un véritable régime, c’est prendre des glucides à faible index glycémique (patte au blé complet, riz complet etc.), bien évidemment en quantité contrôlée. Et pour le gras c’est **surtout** pas de beurre ou de fromage, mais du **bon** gras comme de l’huile d’olive/de lin, des avocats, des noix/amandes, du saumon etc.
    Je pense que ce monsieur à du sauter quelques paragraphes en étudiant les lipides de son « régime ».

    • Autant son régime est une grosse anerie, puisque supprimer des glucides n’est pas viables sur le long terme, donc régime poubelle yoyo… mais dire qu’il faut supprimer le mauvais gras est aussi une petite anerie.
      Bien sur qu’il est préférable de prendre de l’huile d’olive que de prendre du beaufort… mais comme il est préférable de prendre une tomate plutot qu’un bon steack… ca n’a rien a voir.

      Sur la base, oui le seul élément vraiment négatif c’est en effet les glucides et plus particulièrement les sucres lents. Les sucres rapides peuvent etre rapidement éliminés si on en abuse pas et si on est actif.

      Le vrai régime c’est juste prendre une quantité limité le midi de sucres lent, et essayer de les supprimer le soir. Et après ne pas abuser des bonnes choses, mais en prendre a tout prix… personnelement j’adore le fromage, j’en prend tous les jours (j’ai perdu 10 kilo en 2 mois juste en tenant ce principe facile a tenir) et je pratique le rebond glucidique, c’est a dire que pendant une journée complète, voir 2, je mange ce que je veux quand je veux et surtout le soir. Pour que l’organisme ne s’habitue pas a ne pas manger de glucides le soir, afin qu’il ne stock pas trop.

      Tout régime qui viendrait a creer un manque n’est pas viable sur le long terme… donc yoyo assuré.

  • Contrepoints est il obligé pour survivre de faire de la pub pour des regimes absurdes ???
    On se croirait sur le tv achat ou sur un mauvais site, le niveau baisse..

  • Il applique le régime keto (cétogène en français). Mine d’info sur reddit (en anglais): http://www.reddit.com/r/keto

    Les progrès constatés par tous ceux qui le pratiquent sont juste étonnants (comme dans cet article).
    Considéré que c’est du grand n’importe quoi, c’est oublié que le sucre est un aliment récent dans notre alimentation.
    Les 20g de sucre c’est la dose inscrite sur tous les emballages avec les apports journaliers. Dose que l’on dépasse allègrement en prenant le moindre sucre.

    Le vrai problème avec le régime c’est la discipline qu’il faut pour le tenir face à l’alimentation des autres personnes.

    • « Considéré que c’est du grand n’importe quoi, c’est oublié que le sucre est un aliment récent dans notre alimentation. »

      Il est vrai que les céréales et les fruits sont des aliments plutôt récents, seulement quelques centaines de milliers d’années. On manque encore un peu de recul.

      • 10.000 ans pour les céréales. On a effectivement le recul nécessaire pour affirmer que bon nombre de problèmes de santés sont associés à une consommation importante de sucres.

        Les fruits, on en mange depuis un poil plus longtemps, certes, mais en terme de quantité, leur apport de sucre reste faible par rapport aux féculents.

        La phrase corrigée: manger « beaucoup » de sucre est une modification récente de notre alimentation. »

        note : personnellement, je mange pas mal de sucre pour des raisons économiques, tout en ayant conscience des conséquences négatives pour ma santé. C’est un choix que je fais comme d’autre font le choix de fumer.

        • Les céréales sauvages existent depuis bien plus longtemps que cela et vu la facilité avec laquelle il est possible de les récolter et de les consommer, je doute que nos ancêtres s’en soient privés…

  • Reparlons-en dans un an ou deux, quand il aura repris le double des kilos perdus…

  • J’ai de mal à comprendre cette focalisation sur un régime ou une diète. Les animaux dont nous sommes sont équipés pour fonctionner en herbivore, carnivore, et même « cannibale » (en cas de jeûne prolongé), avec n’importe quoi, sucre, graisse, ou protéine, et en alternant selon le disponible. Prétendre qu’on est fait pour fonctionner d’une façon et d’une seule qui serait la meilleure est juste complétement faux.
    Je limite mon sucre depuis toujours, mais de là à le chasser de l’alimentation par principe… Et je pourrais en dire autant de tout.
    Je n’ai pas de mal à croire qu’un changement de régime peut être excellent pour la santé, voire guérir du cancer ou y contribuer, mais AMHA c’est plus du au changement lui-même qu’au nouveau régime quel qu’il soit.

    • Le problème de l’agro-alimentaire c’est que dans quasi toute préparation, ils ajoutent du sucre, ce qu’on ne fait pas chez soi! Ce sucre caché peut faire augmenter la ration quotidienne de façon déraisonnable.

      • Tout à fait. Ils nous mettent vraiment n’importe quoi dans les préparations. Le simple fait de les bannir de son alimentation doit à suffire à perdre des kilos et retrouver une meilleure santé. Les probiotiques dans les yaourts censés nous donner une meilleure santé (bifidus/activia etc.) sont utilisés pour faire engraisser les porcs plus vite ! Quand on sait cela, on les évite ! Plus généralement il faut manger simple, naturel, ou cuisiner les plats soit même.

      • on ne répétera pas jamais assez le mot de Coluche (ou répété par lui, peu importe) :
        « ils nous vendent de la merde, mais c’est de votre faute aussi : il suffirait que vous n’en achetiez pas pour que ça [ne] se vende plus ! »

  • Du bacon au saindoux au petit déjeuner, ça fait rêver… 🙂
    J’aime à penser qu’aucun « régime » n’est bénéfique. Nous sommes omnivores et nous sommes des omnivores sociables qui mangeons ensemble.
    S’il faut se trimballer son bouillon de poulet congelé pour aller chez des amis, il y a un souci.
    De tout en quantité raisonnable, de préférence fait maison en évitant les pièges à calories/sucres/graisses/sel comme les viennoiseries, les confiseries, les sodas et autres chips and Co…

    • On a le droit a ces petits plaisirs (viennoiseries, confiserie etc.), mais ils doivent devenir des moments exceptionnels et pas coutumiers.

      • mais qu’est-ce que tu racontes? l’idee c’est que les carbs de tes ‘petits plaisirs’ sont les plus toxiques et les plus generateurs de gras corporel et risques de diabete.Bien sur qu’on peut se permettre des ecarts mais encore faut-il savoir quoi faire exactement, pour quel resultat.C’est de ca qu’on parle ici.
        Le fromage gras et proteine est un petit plaisir, et pourtant si on se passe de carbs on peut y aller, on peut en baffrer, ca part direct en muscles pour peu qu’on se bouge un peu.

  • interessantes reactions.En particulier Kagou qui raconte des aneries immondes.Les regime low carb/high fat est devenu un indispensable pratique par tous les grands sportifs, en particuliers ceux qui veulent developper de la masse musculaire sans gras.
    Couper le gras animal est une betise et le beurre et l’huile d’olive sont les meilleurs juste apres le gras de viande.L’attidude des francais est risible quand on voit les resultat obtenus.Elle est aussi toxique et pathetique quand on doit la supporter au quotidien, et je plains tous les gens qui veulent maigrir avec ce regime efficace mais doivent supporter les remarques pseudo-savantes de guignols dans le genre de Kagou.
    Le plus pathetique etant bien sur que tous ces gens ferment leur tronche quand on est soi meme maigre et fucking musclé en se baffrant du gras animal.
    Ce pays, cette culture me font pitié.

  • Merci de cet article.C’est tout de meme bien de tenter.

  • Les commentaires sont fermés.

Promouvoir la liberté n’est pas gratuit

Mais cela peut aider à réduire vos impôts de 66%

Faites un don dès maintenant

Faire un don
programme Marine Le Pen
0
Sauvegarder cet article

J’ai analysé les programmes santé d'Emmanuel Macron et Marine Le Pen.

Lequel propose les solutions les plus crédibles pour restaurer le système de soins qui a reculé à la 24e place ?

Dans sa Lettre aux Français du 3 mars, le candidat Macron écrivait vouloir "préserver et même améliorer ce modèle social auquel nous tenons tant et qui a fait ses preuves. Davantage de solidarité entre les générations, de préventions, de démocratie sanitaire, telles sont ses orientations.

Comment ferait-il après sa réélection ? L’histoire res... Poursuivre la lecture

médecin libéral
0
Sauvegarder cet article

Deux ans après le début de la crise sanitaire, les Français ont une perception encore positive du système de santé : 68 % considèrent en effet que sa situation est assez bonne. C’est un trompe-l’œil. Le même pourcentage considère que celle de l’hôpital est mauvaise. Ils ont raison car il s’écroule et de plus en plus de Français sont excédés par les files d'attentes aux urgences.

L’extension des déserts et la crise hospitalière les préoccupent mais ils n’en ont pas saisi l’ampleur. La guerre en Ukraine va entraîner une crise économique ... Poursuivre la lecture

Voici maintenant plus de 20 années que j’analyse l’évolution dramatique de notre système de soins à travers une cinquantaine d’articles, une quarantaine d’émissions radiophoniques ou télévisées.

Je suis arrivé à un diagnostic effrayant : à chaque réforme c'est pire, une destruction organisée et orchestrée par les administrations de l'État et les Lois santé successives, au point de se demander si ce n’est pas volontairement et par cynisme afin de résoudre le déficit des caisses de sécurité sociale et des retraites…

Tout au long... Poursuivre la lecture

Voir plus d'articles