Attentats à Paris : et si on posait les vraies questions ?

Les questions que l’on n’a pas envie d’entendre.

Partager sur:
Sauvegarder cet article
Aimer cet article 0
Question-Bilal Kamoon(CC BY 2.0)

Promouvoir la liberté n’est pas gratuit

Mais cela peut aider à réduire vos impôts de 66%

Faites un don dès maintenant

Faire un don

Attentats à Paris : et si on posait les vraies questions ?

Les points de vue exprimés dans les articles d’opinion sont strictement ceux de l'auteur et ne reflètent pas forcément ceux de la rédaction.
Publié le 22 novembre 2015
- A +

Par Charles Bwele

Question-Bilal Kamoon(CC BY 2.0)
Question-Bilal Kamoon(CC BY 2.0)

L’état d’urgence ? Jusqu’à quand et jusqu’où ? Y-a-t-il un risque de dérive néo-conservatrice à la française ? Que peut-on apprendre des impacts politiques, sécuritaires et stratégiques des attentats du 11 septembre aux États-Unis ?

Quels enseignements peut-on tirer de l’Espagne, du Royaume-Uni et d’Israël dans la résilience anti-terroriste ?

La perception des attentats parisiens du 13 novembre 2015 et de « l’état de guerre » est-elle la même entre Paris, les grandes/moyennes villes de « province » et l’arrière-pays ?

Comment freiner l’appauvrissement graduel et amoindrir le dysfonctionnement avéré des fonctions régaliennes notamment face à une menace terroriste « de proximité » ?

L’autorité politique aurait-elle fermé les yeux sur les avertissements du renseignement intérieur/extérieur et ceux de services étrangers ?

Les services de renseignement et de police, mêmes pourvus de ressources colossales tous azimuts (techniques, humaines, financières, etc), peuvent-ils pour autant anticiper et déjouer le moindre attentat terroriste ? Ont-ils obligation de moyens et/ou de résultat ?

Quel est le degré de contrôle d’un État européen sur sa gestion budgétaire à l’ère de la souveraineté partagée et des critères de convergence ?

Pourquoi les amis, camarades de promo ou collègues Arabes / Beurs sont-ils devenus « Musulmans » dans le langage courant et dans le jargon médiatique ? Auront-ils enfin droit à l’indifférence ?

Comment assécher « les marais du djihadisme » en France/Belgique ? Au-delà des solutions sécuritaires, quelles solutions créatives en profondeur (enseignement, laïcité, civisme, immigration, mode de vie, culture, économie, etc) peut-on envisager sur le terrain social ?

Comment démanteler cette French Connection imbriquant étroitement trafic de drogue, trafic d’armes et recrutement pour le djihad, notamment dans les « quartiers » ?

Schengen 1.0 est mort. Vive Schengen 2.0 ?

Quel sort sera réservé à la vague de migrants syriens aux portes de l’Union Européenne ? Seraient-ils peu ou prou facteurs de risques/crises aggravés au regard de la conjoncture économique, sociale et sécuritaire ?

Comment gérer cette explosive contradiction stratégique consistant à combattre Daesh à l’intérieur et à l’extérieur d’une main, et à caresser ses logisticiens turcs et ses trésoriers saoudiens/qataris de l’autre ? Cette ligne diplomatique sera-t-elle maintenue ?

Arte  (28 Minutes) : « Qui achète le pétrole de Daesh ? » Dominique Moïsi (IFRI) : « Beaucoup de monde. »

Question à 100 barils de brut : « beaucoup de monde » a-t-il un visage, un nom… ou des logos ?
Le tyran Bachar El-Assad est-il une menace pour la France/l’Europe ? Que deviendra la Syrie après son éventuel départ forcé ?

Quel est le statut de la France sur « le théâtre des perceptions » opposant chiites et sunnites ou Iran et pays arabes ? Doit-elle s’impliquer davantage dans le conflit syrien ?

La Russie est-elle une menace pour la France/l’Europe ? Serait-elle l’incontournable et première puissance militaire « européenne » ? Vladimir Poutine est-il plus ou moins fréquentable que d’autres dirigeants de régimes durs ? Sa figure controversée et sa politique syrienne auraient-elles suscité quelque aveuglante obsession au sein des chancelleries occidentales ?

Pourquoi la Russie est-elle passée, en 48 heures, du statut d’ennemi à celui d’allié de la France (et des États-Unis ?) sur le dossier syrien, dans la lutte anti-terroriste et dans la conduite des opérations militaires en Syrie ?

La nouvelle coalition militaire ad hoc (Russie, États-Unis, France, Royaume-Uni) peut-elle « contenir, endiguer ou dégrader » significativement et durablement l’État islamique en Syrie et/ou en Irak ?

Quelle est la responsabilité directe ou indirecte des États-Unis et/ou de ses alliés européens dans les désastres (États faillis, vagues migratoires, terrorisme) de l’Irak, de la Libye et de la Syrie ? Peut-on espérer des révisions stratégiques ?

Sur le web

Voir les commentaires (11)

Laisser un commentaire

Créer un compte Tous les commentaires (11)
  • Poser une série de questions…en effet…ben on verra.

  • poser les bonnes questions …oui mais à qui ?certainement pas aux politiques occidentaux ; y répondre avec franchise signerait le peu de crédibilité qu’il leur reste et vérrait les populations se retourner contre eux …car ils savent , tout ces politiques qu’ils sont plus ou moins responsables et coupables du merdier actuel ; seulement eux sont à l’abris , pas nous ;

    • S.V.P. Remplacez « politiciens occidentaux » par « politiciens français »: c’est plus vraisemblable puisqu’aucun autre chef d’état ne décide, seul, de partir en guerre dans les autres pays!

    • Ces questions doivent être posées aux citoyens. Les politiques ne sont en effet pas dignes de confiance. C’est auprès des masses aveugles ou lobotomisées qu’il faut (re)faire germer le raisonnement cérébral.

      Notre société n’a que les dirigeants qu’elle mérite.

  • Une question subsidiaire, puisque de contexte, mais qui pourrait tout à fait participer à votre liste car totalement ignorée des médias, alors qu’elle parait naturellement centrale: pour quelle raison a-t-on connu un tel déplacement de population d’un coup depuis les zones de guerre du moyen orient? Où étaient ces personnes auparavant? Si la responsabilité de Merkel est effectivement en cause, pourquoi a-t-elle pris cette position à ce moment là et de cette manière? Assiste-ton à une simple conjonction dont l’Histoire a le secret ou l’Europe est-elle le théâtre d’une guerre asymétrique dont nos politiques taisent la réalité ainsi que la nature des belligérants et des enjeux et dans ce dernier cas pourquoi?

    • Savez-vous que l’espace occupé par Daesh, actuellement, équivaut à celui de Grande-Bretagne?
      Que le Liban n’en peut plus avec 1 réfugié pour 4 Libanais?
      Qu’il y en a 2,2 millions en Turquie?
      Que l’Allemagne accepte d’en accueillir 500 000
      Et que la France, terre d’accueil et des droits de l’homme « fait des manières » pour en accueillir 30 000 alors que les autres se pressent à Cambrai pour tenter de quitter votre pays pour la Grande-Bretagne puisqu’un permis de séjour prend des mois?

  • Voilà quelques très bonnes questions qui éclairent aussi les responsabilités diverses que les Occidentaux (Y compris USA et Cie) peuvent avoir dans tout ce gâchis actuel. Semez le vent, vous récolterez la tempête !
    Ceci n’exonère en rien les « terroristes » des actes barbares qu’ils commettent et préparent sûrement encore.

  • Les gouvernants occidentaux mentent au monde entier, observez l’Irak du temps où Saddam Hussein était vivant et comparez le nombre de terroristes que se pays comporte depuis sa mort. Il en est de même pour la Libye, qui est devenu un pays moins sûr depuis l’invasion française, que sous le règne de Kadhafi. Aujourd’hui c’est Bachar El Assad qui est en ligne de mire; si la coalition internationale parvient à l’avoir, vous comprendrez assez vite que la Syrie deviendra le prochain pays bourré de terrorisme.
    Il s’agit là de politiques volontaires menées par l’occident pour la déstabilisation du proche orient.
    Pour finir, les soit disant terroristes oeuvrent pour les occidentaux, car si ces territoires étaient vraiment contre les occidentaux, alors en toute logique Ils n’ hésiteraient pas à intervenir en Palestine occupée pour défendre les arabes, vous constaterez que ce n’est absolument pas le cas.

    Soyons clairs, objectifs, lucides et honnêtes, renseignons nous auprès d’acteurs indépendants (presse indépendante, historien..), analysons le développement de l’Histoire jusqu’à nous jours, abordons tout les sujets, enseignons à tous l’histoire des religions monothéistes ainsi que leur principes et mode de fonctionnement, la Bible et l’évangile, le Coran et la Sunna, la Thora et le Talmud, vous avez là un ensemble de textes qui donnent une explication et un sens à notre petite contemporaine.

    Cultivons nous.

  • Judicieuses question dont personne n’avouera la réponse!

  • Si l’on fait un point sur tout ca concernant la poilitique exterieure menée par la france et d’autres aliés, la guerre a été déclarée à certains pays afin d’éliminer des dictateurs tels que Saddam Hussein, et ceci depuis des années. Effectivement ce genre de personne est méprisable, et ne respecte pas les droits de l’homme. Le chef d’état actuel de Russie ne respecte pas forcément les droits de l’homme non plus, et pourtant nous ne lui faisons pas la guerre.
    Ces guerres sont donc pour d’autre raisons, des questions à se poser aussi :
    Ces pays, qu’ont ils à nous apporter? Du pétrole? De l’argent?
    Ces pays ne menaient pas la politique que nous menons, était ce si dérangeant?
    Ces guerres que nous déclarons font des milliers de morts, des civils innocents, des enfants, des femmes, qui sont les terroristes dans ce cas là?

    Concernant la politique intérieure de notre pays, rien a été fait pour que le terrorisme n’apparaisse pas. Les cités sont de véritables nids à criminels, et font la loi dans beaucoup de villes. Beaucoup de femmes sortent en s’enfermant à clé dans leur voitures, tiennent leurs sacs, se méfient…
    Ceci repose certaines questions:
    Pourquoi une montée en puissance de l’extrème droite?
    Si l’extrème droite passait au pouvoir, cela changerait il vraiment la donne?
    Pourquoi le gouvernement n’a jamais rien fait pour changer tout ca à part dire « qu’il ne faut pas faire d’amalgame »

    Finalement, ne devrait on pas changer de système économique?
    Pourquoi n’y a t il pas un renversement de la population qui n’en peux plus de travailler pour survivre alors que les dirigeants vivent avec plus qu’il n’en faut pour vivre?
    Ce choc des attentats ne profite t il pas au gouvernement, la population ne pense plus qu’a ca, et sera contente quand le gouvernement aura réussi à maitriser ces terorristes?

    Tout ceci est elle de la manipulation mentale?

    A QUAND UNE VRAI REVOLUTION?
    QUAND POURRA T ON TRAVAILLER ET VIVRE NORMALEMENT?

    • Quand nous cesserons d’être les esclaves de la réalité virtuelle des politiques.
      Quand nous cesserons de nous cacher dans leurs jupes en nous voilant la face car nous ne savons pas faire face à nos peurs par nous mêmes.
      Quand nous serons capables d’effort sans compter sur autrui et d’en être fier.
      Quand les gens deviendront enfin adultes et se débrouilleront par eux-mêmes.

      Pourquoi pas de révolution? Les gens attendent un sauveur, un meneur.
      Pourquoi les divers rassemblements apolitiques ne percent pas? Les gens ne sont pas capables de mettre de côté toutes leurs convictions souvent incompatibles d’un individu à l’autre. Un seul désaccord, et ça tourne en eau de boudin. Et nos politiques savent si bien utiliser nos passions pour détourner les idées à leur profit.

      Et puis à quoi servirait-il de passer par la violence pour retrouver le bon sens?
      Pourquoi ne pas simplement s’arrêter massivement de cautionner nos institutions malsaines? Dire « ça suffit, nous ne ferons plus rien tant que vous n’aurez pas dégagé du paysage! »

  • Les commentaires sont fermés.

Promouvoir la liberté n’est pas gratuit

Mais cela peut aider à réduire vos impôts de 66%

Faites un don dès maintenant

Faire un don

Par Dora Triki, Alfredo Valentino, and Anna Dimitrova.

Bien que le nombre de décès dus au terrorisme ait diminué de 14 % en 2021, le nombre d’attentats terroristes dans les pays de la région Afrique du Nord et Moyen-Orient (MENA) reste élevé, et en conséquence, le terrorisme demeure une menace importante dans ces pays. Encore récemment, un attentat revendiqué des forces rebelles Houthis du Yémen a eu lieu à quelques kilomètres du site du Grand Prix de Formule 1 d’Arabie saoudite, qui réunissait fin mars l’élite du sport automobile inte... Poursuivre la lecture

liberté d'expression internet
5
Sauvegarder cet article

Il va devenir difficile de distinguer ce qui fait le charme un peu rude des dictatures orientales de la soyeuse bonté des démocraties occidentales : chaque jour qui passe accroît l'évaporation rapide des principes fondamentaux de nos démocraties et tout indique qu'on se dirige vers un monde où penser de travers vaudra sinon mise à mort physique, au moins mise à mort sociale...

Pour étayer ce constat, on pourrait par exemple jeter un œil au dernier bulletin produit par le Homeland Security, l'administration américaine en charge de la sé... Poursuivre la lecture

Par Lina Kennouche. Un article de The Conversation.

À l’heure où la prise de conscience du déclin relatif de la puissance des États-Unis s’impose peu à peu, les acteurs régionaux du Moyen-Orient s’apprêtent à remplir le vide stratégique laissé par le départ des forces américaines.

Deux facteurs majeurs ont contribué au recul des États-Unis dans la région.

D’un côté, la rivalité de puissance engagée entre Washington et Pékin s’est exacerbée ces dernières années. Depuis 2008 et l’annonce du pivot vers l’Asie par Barack Obam... Poursuivre la lecture

Voir plus d'articles