Snowden est-il un terroriste ?

Les lanceurs d’alerte ne sont pas responsables des déboires rencontrés par le renseignement.

Partager sur:
Sauvegarder cet article
Aimer cet article 0
Edward_Snowden - cc by sa

Promouvoir la liberté n’est pas gratuit

Mais cela peut aider à réduire vos impôts de 66%

Faites un don dès maintenant

Faire un don

Snowden est-il un terroriste ?

Les points de vue exprimés dans les articles d’opinion sont strictement ceux de l'auteur et ne reflètent pas forcément ceux de la rédaction.
Publié le 18 novembre 2015
- A +

Par Cédric Salvador.

Edward_Snowden - cc by sa
Edward_Snowden – cc by sa

Avec les attentats du 13 novembre sont revenues les voix s’écriant que les défenseurs du droit à la vie privée, comme Edward Snowden ou La Quadrature du Net, seraient responsables car « ils aident les terroristes à échapper aux services de renseignement ». Mais qu’en est-il vraiment ?

« Les révélations d’Edward Snowden compromettent l’efficacité des services de renseignement », nous dit le directeur de la CIA, John Brennan. Son prédécesseur, James Woolsey, va plus loin : « Snowden a du sang sur les mains. » Les attaques ne viennent pas que des officiels de l’espionnage. Le maire de Londres, Boris Johnson, les rejoint : « Snowden a appris aux terroristes comment éviter de se faire prendre. »

En France, on saute sur l’occasion de s’en prendre à ceux qui se sont élevés contre le projet de loi sur le renseignement. Pierre Servent, tout en classe et en retenue, nous dit : « J’espère que les gens [contre la loi renseignement ] n’ont pas d’enfants morts, pour les faire percuter. » Quant à Franz-Olivier Giesbert, il « attend maintenant le mea culpa du journal Le Monde et de tous ceux qui ont contesté la loi sur le renseignement ». Jean-Paul Ney, expert en tout et en rien, nous explique que « les terroristes ont lu Snowden et savent qu’ils ne doivent pas utiliser leurs téléphones ».

Inutile d’allonger davantage la liste. Le récit qui se met en place dans les médias peut être résumé ainsi : avant les révélations d’Edward Snowden à partir de juin 2013, les terroristes communiquaient par téléphone et via emails non chiffrés. Cette affirmation est non seulement non prouvée, mais elle est également absurde.

Les terroristes n’ont pas attendu l’ancien analyste de la NSA pour utiliser le chiffrement. La preuve, et messieurs James Woolsey et John Brennan doivent le savoir, c’est que leurs prédécesseurs le déplorent depuis très longtemps. On peut lire dans cet article datant de 2001 que les renseignements américains se plaignent de l’usage sophistiqué des techniques de chiffrement par Al Qaida. On peut lire dans celui-ci un directeur du FBI expliquer comment des organisations comme Al Qaida, le Hamas ou le Hezbollah se protègent des oreilles indiscrètes. Oussama Ben Laden lui-même communiquait uniquement par lettres, évitant le mail et le téléphone. On peut lire dans cet article de The Intercept que le fameux « manuel du djihadiste » propose des protocoles de protection contre les écoutes téléphoniques dignes d’un espion du GCHQ, y compris le supposé secret de retirer la batterie du téléphone. Il est fantaisiste et mensonger d’affirmer que les terroristes n’avaient pas connaissance de la surveillance des communications et de techniques permettant de s’en protéger. Richard Clarke, pointure du contre-espionnage sous Clinton puis Bush, dit la même chose.

La surveillance numérique telle que pratiquée par des agences comme la NSA n’a pas empêché les attentats de Bali en 2002, Madrid en 2004, Londres en 2005, Bombay en 2008, et de Boston en avril 2013 ; et il n’y avait pas d’Edward Snowden à montrer du doigt comme un collégien accuse son chien d’avoir mangé son devoir. Ni lui, ni les activistes type Quadrature du Net ne sont responsables des déboires rencontrés par les services de renseignement et de la très faible efficacité de la collecte de données de masse, qui sont admises par la NSA et le FBI. Ceux qui vous disent le contraire participent, volontairement ou par ignorance, à une manipulation.

Sur le web

Voir les commentaires (11)

Laisser un commentaire

Créer un compte Tous les commentaires (11)
  • Il faut accepter sa responsabilité. Snowden avait peut-être de bonnes intentions, mais la réalité est toute autre, on dit que l’enfer est pavé de bonnes intentions 😉

    • Attendez…vous avez vraiment lu l’article?
      C’est la faute d’Edward Snowden si ça fait 15 ans que les terroristes chiffrent leurs communications?
      Abu Bakr Al-Baghdadi voyagerait dans le temps?

    • Oui, et le code Enigma c’est la faute de Snowden !
      Et hop, balayage pour sweeping wave… Bye bye !

    • La réalité n’est pas toute autre, et elle n’est pas en noir et blanc.
      La formulation correct est « les terroristes peuvent utiliser les informations de Snowden pour échapper aux services de renseignement », ce qui est TRÈS différent.
      A ce compte on peut accuser la terre entière d’aider les terroristes, y compris les dénonciateurs de Snowden qui diffusent au terroriste un message très clair : « intéressez vous aux informations de Snowden, ça vous permettra de vous échapper »

  • Franz-Olivier Giesbert est la pire merde du monde médiatique. (avec BHL)

  • Vieux débat. Les journalistes et tous ceux qui diffuse des VERITES sont fréquemment accusés de mettre la sécurité en danger. Les forces de sécurité détestent la lumière.
    Et alors ?

  • Snowden n’est sûrement pas un terroriste et en tout cas devrait pouvoir se promener sans être inquiété en France.

    Par contre, il est normal qu’il soit inquiété dans son pays: il a accepté, je suppose, l’accréditation « secret défense » ou un truc du genre, et en trahissant ce contrat , il en paye le prix.

    • Il n’a pas passé un contrat avec un honnête homme hein, mais avec l’ État US !
      C’est un peu comme blâmer un producteur d’alcool qui ne respecte plus son contrat avec Al Capone quand il s’aperçoit qu’il fait affaire avec un criminel…
      Et de toute façon Snowden, comme tout agent fédéral, a prêté serment pour défendre la Constitution US. Donc « contractuellement », il était dans l’obligation de dénoncer les pratiques de la NSA.

  • Bonjour,

    J’ai eu recours aux prud’hommes à plusieurs reprises, ce fait me pénalise dans ma recherche d’emploi
    mais, je ne me laisserai jamais abaisser par des voyous.
    Les lanceurs d’alertes ont le même courage, dans un autre contexte, à un niveau où il y a peut-être plus de risque de violence physique.

    Le problème, c’est tous les autres gens qui ferment les yeux devant des comportements inacceptables, des activités illégales.

    Les médias en viennent à inverser les rôles de la culpabilité.
    C’en est devenu pathétique.

  • J’adore : on fait une loi inefficace et liberticide. Et effectivement elle ne fonctionne pas. Résultat : c’est forcement la faute des autres ! trop fort : basculer l’incompétence sur ceux là mêmes qui pointent l’insuffisance et le danger de leurs actions.

  • Les commentaires sont fermés.

Promouvoir la liberté n’est pas gratuit

Mais cela peut aider à réduire vos impôts de 66%

Faites un don dès maintenant

Faire un don

D’abord, rappelons-nous. Onze ans après les révélations WikiLeaks, Julian Assange finit par être interpellé à l’ambassade d’Équateur à Londres. Il est immédiatement livré à la justice britannique et placé en détention provisoire. Les États-Unis réclament alors son extradition.

Le lanceur d’alerte avait de sérieux espoirs d’y échapper pour trois raisons :

Un état de santé préoccupant, La liberté d’expression et le droit à l’information dont son alerte est le symbole, Et la jurisprudence Snowden.

 

Ce n’est en effet ... Poursuivre la lecture

Par J. D. Tucille. Un article de Reason.com

La Haute Cour de Justice de Londres ayant décidé que Julian Assange pouvait être extradé vers les États-Unis, son procès très médiatique paraît sur le point de connaître une conclusion tragique. Le sort d'Assange sera bientôt entre les mains des tribunaux fédéraux américains, et il semble peu probable que lui-même ou la liberté de la presse sortent indemnes de cette épreuve.

Dans une décision qui s'appuie fortement sur le fait que le gouvernement britannique a toujours cru aux assuranc... Poursuivre la lecture

Par Yves Montenay.

On assiste à une poussée d’orgueil à Pékin, qui cherche à imposer son modèle autoritaire à la planète pour remplacer le modèle démocratique de l’Occident présenté comme décadent. Pour cela la Chine utilise les infrastructures qu’elle a financées et construites à l’étranger ainsi que des percées technologiques et les médias, dont les réseaux sociaux.

Commençons par les infrastructures, en évoquant notamment l’Afrique qui est un point de moindre résistance et qui concerne directement la France. Dans un deuxième ... Poursuivre la lecture

Voir plus d'articles