Les nouvelles formes de la dictature du prolétariat

La dictature du prolétariat n’a plus besoin de s’exercer par l’archipel du goulag, il lui suffit d’occuper le pouvoir exécutif.

Partager sur:
Sauvegarder cet article
Aimer cet article 0
Simon-La nature-(CC BY-NC-ND 2.0)

Promouvoir la liberté n’est pas gratuit

Mais cela peut aider à réduire vos impôts de 66%

Faites un don dès maintenant

Faire un don

Les nouvelles formes de la dictature du prolétariat

Les points de vue exprimés dans les articles d’opinion sont strictement ceux de l'auteur et ne reflètent pas forcément ceux de la rédaction.
Publié le 15 novembre 2015
- A +

Par Bernard Zimmern

Simon-La nature-(CC BY-NC-ND 2.0)
Simon-La nature-(CC BY-NC-ND 2.0)

 

L’une des évolutions les plus pernicieuses des régimes socialistes des dernières années est l’apparition de transformations législatives et réglementaires opérées par le pouvoir en place, sans débat public, parce que le pouvoir est trop faible pour s’autoriser un débat, mais qui transforment en profondeur notre société.

La France en est témoin chaque jour.

Nous savons que les syndicats ont perdu tout poids pour ne pas dire toute existence dans le secteur privé et ne subsistent que dans le secteur public pour la défense de leurs privilèges.

Ce qui nous avait échappé, c’est que semble-t-il en douce, les cotisations URSSAF ont été majorées pour pouvoir reverser aux syndicats un pourcentage des salaires, certes encore faible, mais dont le principe signe l’acceptation de syndicats payés par l’État à l’image de ce qui était la structure de l’ex-URSS.

Nous invitons nos lecteurs à bien vouloir nous adresser la liste de toutes les mesures prises ainsi en douce par l’administration française sans qu’il y ait eu même un débat au sein du Parlement.

Aux États-Unis, la présidence Obama a utilisé le pouvoir de l’exécutif pour décider de nouvelles règles malgré l’opposition affichée du Congrès, et transformer ainsi en profondeur l’économie américaine.

Parmi les mesures les plus connues figurent :

• l’autorisation donnée à l’EPA (environmental protection agency) pour qualifier la production du gaz carbonique comme celle d’un polluant et obliger ainsi les centrales à charbon, qui constituent encore l’une des sources principales de production d’électricité aux États-Unis, de fermer ou d’investir considérablement. D’où une augmentation du coût du kilowatt ;

• la mise sous contrôle des grands distributeurs d’Internet en les assimilant à des opérateurs de télécommunication comme AT&T ;

• l’introduction d’un salaire minimum beaucoup plus élevé que celui légalement en vigueur dans les services publics dépendant de l’État ;

• Le « National Labor Relations Board », un des organismes publics sous contrôle des syndicats, vient d’émettre une décision qui rend des entreprises non directement impliquées dans la gestion de salariés, responsables de cette gestion, comme par exemple les franchiseurs pour le personnel de franchisés ;

Ces quelques rappels ne sont qu’un tout petit échantillon de la masse de réglementations et d’obligations nouvelles dont le coût est probablement une des causes principales du manque de reprise de l’industrie américaine.

Une des façons de créer une dictature est en effet d’étouffer la création d’une multiplicité de règles qui finissent par écarter toutes les personnes de bonne volonté et dissuader tous les entrepreneurs, d’entreprendre et de prendre des risques.

Le logement en France en est l’un des exemples les plus achevés ; avec une telle complexité de rêve pour protéger le consommateur, que le nombre de logements mis en construction n’a cessé de chuter.

La dictature du prolétariat n’a plus besoin de s’exercer par l’archipel du goulag, il lui suffit d’occuper le pouvoir exécutif.

Sur le web

Voir les commentaires (6)

Laisser un commentaire

Créer un compte Tous les commentaires (6)
  • avec un taux de participation moyen de 63,8% dans les entreprises de plus de 50 salariés, je ne suis pas certain qu’on puisse dire que les syndicats ont perdu tout poids dans le privé…. C’est sans doute un fantasme onaniste de votre part, mais ce n’est pas la réalité.

  • Je partave votre avis.En 2015, il est impossible de se déclarer communiste,ce serait ringard,mais rien n’empêche de mettre en route des solutions communistes en douce ou d’etouffer toute action qui serait contraire au dogme.

  • Sans compter la purge des dissidents dans le secteur publique commandé par la clique de Obama.

  • Les commentaires sont fermés.

Promouvoir la liberté n’est pas gratuit

Mais cela peut aider à réduire vos impôts de 66%

Faites un don dès maintenant

Faire un don

L’âge de la retraite semble avoir beaucoup d’intérêt pour les candidats, il n’en a pratiquement pas pour les retraités actuels et futurs.

Certes l’âge de la retraite est désormais au cœur de la campagne électorale. Dans son allocution de lundi soir le Premier ministre a annoncé non seulement son soutien inconditionnel au candidat Macron (ce qui était surprenant et courageux) mais aussi sa certitude que les tout premiers jours du nouveau président (« reconduit » a-t-il dit avant de corriger pour « réélu ») seraient consacrés à la réform... Poursuivre la lecture

uerss
14
Sauvegarder cet article

La chute de l’UERSS

Article disponible en podcast ici.

 

De l'UE à l'UERSS

Il faut se remémorer l'UE libérale. Son histoire commence avec la communauté européenne du charbon et de l’acier en 1951. Son but figure dans le titre : créer une solidarité autour du charbon et de l’acier pour accroître les économies de chacun.

Cette vision libérale centrée sur l’économie est arrivée à son maximum avec Shengen en 1985 et l’ECU (ancêtre de l’euro) en 1979. L’UE voulait que l’argent, les citoyens, les entreprises et les idées circulent le plus li... Poursuivre la lecture

Lors de son discours de politique générale à l'Assemblée nationale, la Première ministre a confirmé que la France devait « prendre des décisions fortes, radicales » pour « gagner la bataille de l'énergie et de la production ». Le gouvernement souhaite donc « détenir 100 % du capital d’EDF », a annoncé Élisabeth Borne.

Pour prendre le contrôle total d’EDF la somme à débourser est importante.

En effet, dans un communiqué publié mardi 19 juillet le ministère de l'Économie a annoncé que l'État compte débourser 9,7 milliards d'euros ... Poursuivre la lecture

Voir plus d'articles