Pourquoi la guerre des monnaies détruit nos patrimoines

Partager sur:
Sauvegarder cet article
Aimer cet article 0
money everywhere credits OTA photos licence (CC BY-SA 2.0)), via Flickr.

Promouvoir la liberté n’est pas gratuit

Mais cela peut aider à réduire vos impôts de 66%

Faites un don dès maintenant

Faire un don

Pourquoi la guerre des monnaies détruit nos patrimoines

Publié le 10 novembre 2015
- A +

Par Michel Leter.

money everywhere credits OTA photos licence (CC BY-SA 2.0)), via Flickr.
money everywhere credits OTA photos licence (CC BY-SA 2.0)), via Flickr.

La guerre des monnaies ne ressemble à aucune autre. Dans une guerre classique, c’est le plus fort qui triomphe tandis que dans la guerre des monnaies la victoire revient paradoxalement à celui qui en sort avec la monnaie la plus faible. Deux événements récents sont venus illustrer cette singulière spirale du qui perd gagne :

  • « L’attaque en piqué » de la Banque populaire de Chine le 11 août contre le yuan ;
  • Les déclarations, les « actes de langages » (nom donné par les linguistes aux paroles qui ont autant d’efficacité que les actions) des responsables de la BCE afin d’empêcher l’euro de franchir la barre des 1,15 (1 euro achète 1,15 dollar) suite à la décision de la Fed de surseoir à la hausse de ses taux directeurs

Pour justifier leur acharnement contre la monnaie forte, les généraux de la guerre des monnaies nous chantent que la valeur de nos devises a besoin d’être détruite ! Cette croyance, qui défie le bon sens, est une vieille lune inspirée par le sophisme économique de la « balance du commerce » selon lequel :

1. Le déficit commercial est un signe de faiblesse économique,
2. les importations appauvrissent un pays et les exportations l’enrichissent,
3. la monnaie faible est bonne pour la compétitivité et les exportations et donc pour l’emploi.

Dès 1848 Frédéric Bastiat, grand pourfendeur d’erreurs économiques, a réfuté ce sophisme. Bastiat entend démasquer le Montebourg de l’époque, un certain Lestiboudois qui « proclame tout haut que, si la France donne dix pour recevoir quinze, elle perd cinq, et il est tout simple qu’elle fasse des lois en conséquence ».

Pour démontrer le ridicule cette pensée, Bastiat évoque un armateur havrais qui expédia un navire « chargé de 200000 francs de produits de notre travail national. Mais le malheureux bâtiment sombra en sortant du port » Sur son livre de compte l’armateur doit inscrire « Profits et pertes doivent à marchandises diverses 200000 francs pour perte définitive et totale de la cargaison. pendant ce temps-là, la douane inscrivait de son côté 200000 francs sur son tableau d’exportations ; et comme elle n’aura jamais rien à  faire figurer en regard sur le tableau des importations, il s’ensuit que M. Lestiboudois et la Chambre verront dans ce naufrage un profit clair et net de 200000 francs pour la France ».

« Selon la théorie de la balance du commerce », conclut plaisamment Bastiat, « la France a un moyen tout simple de doubler à chaque instant ses capitaux. Il suffit pur cela qu’après les avoir fait passer par la douane, elle les jette à la mer. En ce cas, les exportations seront égales au montant  de ses capitaux ; les importations seront nulles et même impossibles, et nous gagnerons tout ce que l’Océan aura englouti ».

Aujourd’hui, la dévaluation, dite « compétitive » de nos stratèges de la guerre des monnaies équivaut à jeter une cargaison à la mer. Si la monnaie faible est un avantage compétitif comment expliquer que l’Allemagne, première exportatrice par tête d’habitant, soit si attachée à la force de l’euro ? Voici un graphique qui vient étayer la sagesse populaire allemande.

leter

Ce graphique nous rappelle que l’Allemagne, avant le lancement de l’euro en 2002, était lanterne rouge en matière de balance de paiements et a décollé avec l’apparition de l’euro tandis que la France décrochait. Pourquoi ?

Selon les généraux de la guerre des monnaies, la politique d’euro fort aurait dû porter préjudice aux exportations allemandes. Or, au contraire, en protégeant le capital, l’euro fort a favorisé l’investissement et l’emploi, ce qui a permis à l’Allemagne de moderniser son appareil de production, qui dans le domaine de la production de machines industrielles écrase désormais la concurrence.

En revanche, la France qui, à l’époque du franc, avait pris la mauvaise habitude de dévaluer pour maquiller ses insuffisances à l’exportation n’a pas supporté le choc de l’euro fort tout en faisant le choix de la désindustrialisation, mettant le tout sur le dos de la mondialisation, dont nos voisins germaniques démontraient dans le même temps qu’elle était une chance pour la zone euro.

Les banquiers centraux, héritiers de M. Lestiboudois, oublient que la monnaie a été inventée pour faciliter les échanges. Or, dans un échange entre deux partenaires consentants, acheter n’est pas une source de déficit et vendre n’est pas une source d’excédent. Le principe de l’échange est qu’il n’y a pas de vente sans achat et vice-versa. Jean-Baptiste Say le résume simplement par la loi des débouchés : « les produits s’échangent contre les produits ». Autrement dit, on ne peut toucher aux importations sans nuire également aux exportations. La monnaie faible, prétendument protectrice du travail national, dissuade les investissements en capital qui permettent d’augmenter la production, donc le travail national et les exportations.

Pourquoi si la théorie de la balance du commerce détruit la croissance, l’emploi et le capital, les banques centrales s’obstinent-elles à la promouvoir ? Eh bien, et même si la BCE s’en défend, l’obsession des banquiers centraux est de « monétiser la dette », c’est-à-dire de réduire le montant des dettes souveraines en manipulant la valeur de la monnaie, fût-ce au prix d’une destruction du capital et de la valeur de nos patrimoines.


Pour plus d’analyses de ce genre, c’est ici et c’est gratuit

Du même auteur, lire sur Contrepoints « Guerre des monnaies : la BCE campe sur sa ligne »

Voir les commentaires (3)

Laisser un commentaire

Créer un compte Tous les commentaires (3)
  • Bien évidemment la monnaie n’est qu’un médiateur d’échange qui se fait en dernière analyse bien réel contre bien réel. Une bonne gestion de la monnaie et du crédit peut mettre de l’huile dans les rouages et accélérer un peu les échanges mais cet effet est limité. En revanche des états comme la France ont toujours adoré imposer à leur banque centrale la création de monnaie sans contrepartie (type assignats ou plus anciennement réduction du poids des pièces), cette monnaie créée leur étant bien entendu attribuée pour qu’ils puissent financer leurs fantaisies ! Il semble que ces états aient fini par gagner et ont imposé à la BCE d’adopter leurs anciennes pratiques pernicieuses qui se nomment aujourd’hui QE. Si la création monétaire était vraiment si utile, elle devrait être faite par distribution immédiate à la population et non au gouvernement. La clef de répartition devrait être le potentiel de production de chaque individu et non son potentiel de consommation pour favoriser ceux qui feront monter le PIB plutôt que ceux qui se contentent de le consommer sans apporter leur contribution à la collectivité.
    La meilleure solution me semble cependant de ne faire de création monétaire qu’avec une solide contrepartie qui doit garantir qu’elle soit remboursable. La monnaie créée par les prêts doit être affectée à des projets qui dégageront des bénéfices. C’est à peu près la logique des prêts bancaires aux entrepreneurs (aucune chance d’avoir un prêt sans présenter un bon projet), ce n’est malheureusement pas la logique pour les prêts aux états, les obligations émises par les états ne sont en effet que de simples promesses et ils s’arrogent le droit de s’endetter encore plus sans même avoir de perspective d’augmentation de leurs revenus futurs. Pour fixer les idées si un PIB croit de x% par an et si l’état prélève la moitié du PIB par l’impôt, sa capacité d’endettement supplémentaire ne devrait être chaque année que de x%/2 du PIB. On est loin de cette sagesse !

  • Le fond de la affaire est que les gouvernements préfèrent un peuple pauvre et occupé, plutôt qu’un peuple riche et avec du temps libre.
    Donc produire pour jeter des cargaison à la mer — ou les « exporter » en échange de petits bouts de papier imprimés, miam miam que c’est bon le papier, et utile …. — est parfaitement sensé du point de vue gouvernemental.
    Et ça marche ! La chine de Mao était infiniment plus pénible à gouverner que la chine exportatrice actuelle. La France en déficit commercial est plus dure que l’Allemagne exportatrice. etc.

  • J’aime bien l’histoire de l’armateur.
    Aujourd’hui, l’océan c’est nos poubelles et nos salaires sont fictifs de tout ce que nous jetons, par force ou par bêtise.

  • Les commentaires sont fermés.

Promouvoir la liberté n’est pas gratuit

Mais cela peut aider à réduire vos impôts de 66%

Faites un don dès maintenant

Faire un don
2
Sauvegarder cet article

L'année commence avec un gros bruit de casseroles pour Bitcoin et ses descendants : les cours des principales cryptomonnaies ont largement dévissé alors que l'année 2021 avait été remplie de plus hauts historiques et de mouvements violents, parfois propulsés par les déclarations plus ou moins intelligentes de l'un ou l'autre gourou industriel, et la médiatisation rapide des Non Fungible Tokens (NFT ou jetons non fongibles) a largement ajouté à la fébrilité du marché très spécial des cryptomonnaies.

Cependant et comme j'en faisa... Poursuivre la lecture

Les compagnies d’aviation remettent à plus tard le retour à la normale.

Le graphe d'Eurocontrol ci-dessous montre l’évolution du nombre de vols

Vous constaterez que le nombre de vols hebdomadaires est toujours inférieur de 25 % par rapport aux niveaux de 2019.

 

Même type de schéma dans l’automobile. Le nombre de véhicules neufs vendus aux particuliers dans l’Union européenne n’arrive pas à récupérer son niveau d’avant crise sanitaire. En novembre, ils ont sous-performé les niveaux de 2020 de 20 %, rap... Poursuivre la lecture

Par Marius-Joseph Marchetti.

L’argent, ou la monnaie, n’est pas une sorte de péché originel de l’Homme, un outil de la corruption, comme le laissent entendre Rousseau et d’autres penseurs. L’argent est à la base même de la division sociale du travail. Comme l’a soulevé brillamment Ludwig von Mises, c’est la liberté économique et donc de facto la monnaie, qui permet à chaque homme de chercher et de trouver une place au sein de la coopération sociale et de prendre part à la société.

De nombreux théoriciens se sont intéressés à la ... Poursuivre la lecture

Voir plus d'articles