La fausse baisse du chômage

Partager sur:
Sauvegarder cet article
Aimer cet article 0
pole emploi-Champardennaisaxo...(CC BY-ND 2.0)

Promouvoir la liberté n’est pas gratuit

Mais cela peut aider à réduire vos impôts de 66%

Faites un don dès maintenant

Faire un don

La fausse baisse du chômage

Publié le 8 novembre 2015
- A +

Par Dominique, d’Emploi 2017

pole emploi-Champardennaisaxo...(CC BY-ND 2.0)
pole emploi-Champardennaisaxo…(CC BY-ND 2.0)

Les médias n’ont pas manqué de parler de la soi-disant baisse du nombre de chômeurs, ni la ministre du Travail de dire « Oui, ces chiffres sont satisfaisants ». En réalité, un examen attentif montre que toutes ces données sont extrêmement relatives et que sur le front du chômage il n’y a aucune raison de se réjouir. Tout le monde s’extasie devant une baisse du nombre de chômeurs de quelque 24 000 entre août et septembre 2015. Mais cette baisse est en réalité incroyablement non significative. Ainsi le nombre de demandeurs d’emploi en catégorie A (sans emploi, en recherche active d’emploi) baisse effectivement de 24 000 en septembre, mais si l’on regarde les chiffres de l’INSEE… il avait augmenté de 20 000 en août. Soit en fait une diminution de seulement 4 000 chômeurs depuis juillet.

Il faut noter par ailleurs que les données sur lesquelles communique le gouvernement sont toutes des données « CVS » c’est-à-dire corrigées des variations saisonnières, ce ne sont pas les données brutes, c’est-à-dire les données réelles de ceux qui sont inscrits dans telle ou telle catégorie de demandeurs d’emploi1. Si l’on regarde les données brutes, on remarque, en reprenant le cas précédent, que le nombre de demandeurs d’emploi réels de catégorie A a augmenté depuis juillet… de 130 000. Les données utilisées par le gouvernement sont donc bien des données retraitées, et tous les économistes savent à quel point tout retraitement peut être sujet à des biais, ce qui rend des variations aussi petites extrêmement relatives.

On peut noter également que parmi les motifs de fin d’inscription à Pôle emploi figurent les « cessations d’inscription pour défaut d’actualisation », qui représentent chaque mois environ 200 000 sorties, soit 44% du total des sorties. Or, il est impossible de savoir combien de ces personnes ont en réalité retrouvé un travail et manqué de le signaler à Pôle emploi2 et combien sont toujours sans emploi mais n’ont pas actualisé leur inscription. Une personne toujours au chômage ayant droit à des indemnités ne manquera pas de pointer à Pôle Emploi pour les recevoir. Mais quant à ceux qui n’ont pas ou plus droit à des indemnités, on peut présumer qu’une bonne partie considère tout simplement que c’est inutile de le faire, ce qui n’est pas étonnant au vu des performances déplorables de Pôle Emploi pour placer les chômeurs.

À cela s’ajoutent les radiations administratives (43 000 en septembre), prononcées à 90% pour des refus de répondre aux convocations ou relances de Pôle emploi. On s’en doute, ces radiations ne signifient pas davantage que les personnes aient trouvé du travail…

Ainsi on voit bien d’une part que seules les tendances de long terme peuvent donner une idée juste de l’évolution du marché du travail et d’autre part que si l’on veut évaluer le chômage réel, on ne peut se borner à prendre en compte le nombre de chômeurs officiels de la catégorie A.

Estimation du chômage réel

Les Américains savent depuis longtemps que la définition officielle du chômage (celle du BIT ou celle – presque identique – des chômeurs de catégorie A) est très insuffisante. C’est pourquoi ils calculent toujours the « real unemployment », qui inclut les personnes à temps partiel involontaire (celles qui auraient souhaité un temps plein) et les personnes inactives ne cherchant pas de travail mais qui voudraient travailler (les chômeurs découragés). Il y a deux ans, nous avions fait une estimation de ce chômage réel pour la France. Qu’en est-il aujourd’hui ?

Depuis le début du mandat de François Hollande, le nombre de chômeurs officiels a augmenté de 680 000, chiffre déjà astronomique. Mais c’est la partie émergée de l’iceberg. Comme on l’a dit, il faut y ajouter l’augmentation des inactifs désirant travailler mais ne cherchant pas de travail, qui s’élève, d’après Eurostat, à 460 000 personnes supplémentaires entre 2012 et 2014. On constate également que sur cette même période, le nombre de travailleurs à temps partiel involontaires a augmenté de 510 000 (chiffre Eurostat également). Ainsi, pour 680 000 chômeurs supplémentaires au sens officiel, il y a depuis le début du mandat de François Hollande environ 1,7 million de chômeurs supplémentaires au sens réel.

Au total, si l’on calcule le « real unemployment » français sur la base de la définition américaine, on s’aperçoit qu’aujourd’hui il n’est pas de 10% ni 11% mais de 21%, avec non pas 3,5 millions mais 6,5 millions de chômeurs réels.

Du fait de notre modèle social français qui pousse à l’inactivité (allocations variées, retraites précoces, salaires faibles à cause des charges sociales) on pourrait même aller plus loin dans l’analyse, constatant que notre nombre d’inactifs désirant travailler, est particulièrement faible par rapport à nos voisins allemands ou britanniques. Les observations empiriques montrent en effet que les personnes inactives désirant travailler représentent souvent un total relativement proche du nombre de chômeurs officiels. Ainsi, en réalité, dans un système plus « normal », le nombre d’inactifs désirant travailler ne serait pas de 1 million mais d’environ 2,5 millions, amenant notre « real unemployment » à 24%.

Enfin, on peut se demander si cela a du sens d’inclure les emplois publics dans notre calcul puisque les fonctionnaires ne peuvent être mis au chômage. Si on calcule le taux de chômage du privé, on obtient alors un taux de… 27% de chômage.

Sur le front de l’emploi, il y a donc effectivement peu de raisons de se réjouir.

Sur le web

  1. Ceci a pour intérêt de ne pas faire d’interprétations abusives de la série statistique alors que la saisonnalité explique certaines évolutions.
  2. qui a comptabilisé 95 000 reprises d’emploi en septembre
Voir les commentaires (11)

Laisser un commentaire

Créer un compte Tous les commentaires (11)
  • Avant des élections toutes les magouilles sont envisageables , c’est une question de survie pour François Hollande.
    Toutefois, comme pour lucette ses manipulations trompent de moins en moins.

  • et pourtant , il y a des emplois en france ; il suffit d’aller sur le bon coin , rubrique emploi , pour le voir ;

    • J’ai cru voir que sur 10 offres:
      – 5 sont des commerciaux/indépendants (turn over énorme)
      – 3 sont des gardes d’enfants/ménages (très précaire)
      – 2 sont d’autres métiers

      Après je peux me tromper…

      • Si ces offres d’emplois sont bien trop exigeantes sur les qualifications à obtenir, comme souvent, alors ces offres ne servent à rien.

        • C’est sûr. Ce qui me semble le plus intéressant par rapport à ces offres d’emploi (sur le bon coin notamment) c’est qu’ils ne demandent que rarement des compétences faramineuses ou Bac+5. Cependant, je pense que tout le monde ne peut pas être commercial et peu souhaite faire des ménages ou du babysitting pour gagner autant ou à peine plus qu’au chômage.

  • Une confirmation de plus de la malhonnêteté de notre classe politique. Si besoin était.

    Tous corrompus.

  • Non spécialiste, j’ai cru comprendre que le taux de chômage (chiffre avancé compris entre 10 % et 11 %) ne concernerait que la France métropolitaine, les chômeurs des DOM (Martinique, Guadeloupe,…) n’étant pas inclus dans le calcul de ce taux de chômage.

    Y a-t-il une explication à cette « discrimination » ?

  • Bonjour à toutes et à tous. Parlons chômage….

    Depuis le temps…..les statistiques ne sont-elles pas des « OUTILS » aux services de nos gouvernants???
    Mais des services positifs pour eux, mais négatifs pour le peuple……dans le sens ou les grands de nos gouvernements (tous les gouvernements de droite comme de gauche) eux ne sont jamais touchés par ce chômage de masse,l’argent coule à flot dans cette catégorie sociale, il faut bien que la part du gâteau soit copieuse!!!!!!
    Cordialement Yves
    Les MENSONGES AUX SERVICES DE LA MANIPULATION PSYCHOLOGIQUE DES PEUPLES .

  • Trois remarques

    1) Ce qui compte se sont les actifs qui bossent. Le taux d’emploi — et pas seulement salarié mais aussi toutes les formes indépendantes — donc, pas le taux de chômage.

    2) les chômeurs ne sont pas forcément des inactifs. ils bossent peut-être (« au noir » ou légalement : améliorer sa maison crée de la valeur par exemple), en attendant mieux.

    3) corolaire des 1 et 2 : le désir d’être salarié traduit le confort du statut, comparé non seulement à celui de chômeur, mais aussi à ceux de patron ou d’indépendant (artisan, commerçant, auto-entrepreneur …). Une partie du chômage est donc un « faux chômage »

  • C’est vrai qu’inclure les fonctionnaires dans le calcul du chômage est à peu près aussi logique que d’établir des statistiques de cancer de la prostate en y incluant les femmes.

  • Les commentaires sont fermés.

Promouvoir la liberté n’est pas gratuit

Mais cela peut aider à réduire vos impôts de 66%

Faites un don dès maintenant

Faire un don
0
Sauvegarder cet article

Par Claude Goudron.

L’économie est un domaine trop sérieux pour la confier à des hommes politiques qui, par manque de connaissance et surtout par électoralisme sont prêts à de nombreux manquements aux fondamentaux de l’économie.

Trois choix de financement

Le premier choix de nos dirigeants est tout d’abord et par facilité celui de la fiscalité. C’est tout à fait normal à la double condition qu’elle reste équitable et surtout que soit fixée une limite tolérable, c’est-à-dire qui ne défavorise pas la pays par rapport aux autres da... Poursuivre la lecture

Par Jacques Garello.

Certes, la vaccination et la sécurité font les Unes de la campagne électorale. Mais le pouvoir d’achat est également objet de débats, de programmes et de promesses des candidats déclarés ou putatifs. L’idée d’une hausse des salaires généralisée imposée à tous les employeurs est désormais banale, une hausse du SMIC ou un niveau de salaire garanti à toute personne active (2000 euros par exemple), l’accroissement substantiel des traitements des enseignants et soignants, la participation obligatoire des salariés aux pr... Poursuivre la lecture

Par Nathalie MP Meyer.

Dans sa note de conjoncture du 6 octobre dernier, l’INSEE prévoyait que le taux de chômage baisserait fortement au troisième trimestre 2021, pour atteindre 7,6 % de la population active en France entière hors Mayotte après les 8 % du second trimestre. Une perspective plaisante qui fleurait bon la possibilité du plein emploi bientôt retrouvé et qui poussa immédiatement le ministre de l’Économie Bruno Le Maire à mettre en avant l’action absolument novatrice de la majorité LREM dans la renaissance économique vécue a... Poursuivre la lecture

Voir plus d'articles