Relance économique : l’impuissance des banques centrales

Après sept années de politique monétaire d’urgence, il est possible que nous ayons dépassé le niveau où celle-ci fait plus de mal que de bien.

Partager sur:
Sauvegarder cet article
Aimer cet article 0
billets-FreddieBrown(Creative Common)

Promouvoir la liberté n’est pas gratuit

Mais cela peut aider à réduire vos impôts de 66%

Faites un don dès maintenant

Faire un don

Relance économique : l’impuissance des banques centrales

Publié le 26 octobre 2015
- A +

Par Ben Traynor

billets-FreddieBrown(Creative Common)
billets-FreddieBrown(Creative Common)

 

Aujourd’hui je vous emmène à Lima, au Pérou. Pourquoi ? Parce que c’est là qu’a lieu le grand raout annuel du FMI au moment où j’écris ces lignes, et l’ambiance y est plutôt sombre. On s’attend à ce que les discussions tournent autour du ralentissement économique en Chine. En fait, les marchés émergents sont LE sujet de préoccupation cette année.

Avant la réunion, il est de coutume que le FMI publie son Rapport sur la stabilité financière dans le monde (tout un programme…). Le rapport de cette année s’inquiète du surendettement des marchés émergents, qui atteint 3 000 milliards de dollars (je vous confirme que je ne me suis pas trompé dans le nombre de zéros).

Comment les économies avancées ont évité le pire la dernière fois

Selon le rapport, nombreux sont les pays émergents qui ont misé sur la création rapide de crédit pour échapper aux pires retombées de la crise mondiale. Et voici quels pourraient être les effets si les leaders mondiaux font les mauvais choix politiques après le sommet du FMI : « Des erreurs dans les politiques ou des chocs négatifs pourraient provoquer des remous persistants sur les marchés mondiaux qui, à terme, feraient caler la reprise économique. » Voilà ce qu’en dit le directeur du département des marchés au FMI, Jose Viñals.

Il a continué en affirmant que le risque lié à cette création de crédit pourrait « exploser d’une manière désordonnée, enclenchant ainsi un cercle vicieux de liquidations, de remboursements et de volatilité accrue ». Je me permets de traduire ses paroles : des années et des années de crédit bon marché ont rendu les marchés dépendants et le système financier à l’échelle mondiale instable.

Une politique monétaire aujourd’hui « impuissante »

Il y a quelques jours, le Financial Times a publié son propre rapport, écrit conjointement avec le Brookings Institute, un think tank basé à Washington. Tout aussi pessimiste, ce rapport montre que le ralentissement dans les pays émergents est beaucoup plus sérieux que semble le croire Christine Lagarde, la directrice du FMI.

Selon Eswaar Prasad de Brookings, la politique actuelle des banques centrales pour traiter les problèmes économiques à l’échelle mondiale est devenue « impuissante ».

« L’impuissance de la politique monétaire pour stimuler la croissance et conjurer les pressions déflationnistes est devenue douloureusement évidente, surtout quand on agit dans l’isolement et quand un grand nombre de pays ont recours à la même musique limitée. »

La « musique » à laquelle fait référence Prasad me semble un euphémisme poli pour désigner les guerres monétaires, en particulier lorsqu’on considère la récente dévaluation du yuan par les Chinois dans une tentative de booster leur économie vacillante.

La morale de l’histoire est simple… Après sept années de politique monétaire d’urgence, il est raisonnable de penser que nous avons dépassé le niveau où celle-ci fait plus de mal que de bien, du moins si l’on en juge par la fragilité actuelle des marchés émergents.


Pour plus d’analyses de ce genre, c’est ici et c’est gratuit

Promouvoir la liberté n’est pas gratuit

Mais cela peut aider à réduire vos impôts de 66%

Faites un don dès maintenant

Faire un don
7
Sauvegarder cet article

Le vendredi, c’est poisson et la morue en est un excellent qu’on peut par exemple déguster en brandade. Sans rapport aucun, signalons qu’Anne Hidalgo fait actuellement parler d’elle alors que la ville dont elle a la charge serait en très fâcheuse posture budgétaire.

Il est vrai que la situation économique du pays et l’inflation galopante finissent par toucher tout le monde, même la Ville des Lumières. Ajoutons-y une petite guerre à l’Est, un méchant covid qui a nettement pénalisé les activités touristiques et voilà la capitale français... Poursuivre la lecture

Madame Lagarde, s’exprimant au nom de la BCE, a indiqué, en évoquant l’hypothèse d’un ralentissement économique : « Nous ne croyons pas que cette récession sera suffisante pour dompter l'inflation ». Fabio Panetta ajoute « Lors du calibrage » des décisions, « nous devons faire très attention à ne pas amplifier le risque d'une récession prolongée ou de provoquer une dislocation du marché ».

La BCE considère donc, d’une part, qu’un durcissement monétaire est nécessaire pour réduire l’inflation au-delà de l’effet du ralentissement de l’in... Poursuivre la lecture

Les rapports de notre propre Cour des comptes comme ceux des grands organismes économiques internationaux se suivent et se ressemblent : la France doit impérativement mettre un terme à sa fuite en avant dans la dépense publique, les déficits et la dette.

Qu'on s'illusionne tous collectivement au point de voir dans cette folle cavalcade de notre modèle économique et social l'aboutissement sublime de la solidarité, de l'égalité et du « quoi qu'il en coûte » propre à une France supérieurement juste et généreuse ne change rien à l'affaire... Poursuivre la lecture

Voir plus d'articles