Maltraitance, signalement et impunité

La maltraitance sera-t-elle la grande cause nationale en 2016 ?

Partager sur:
Sauvegarder cet article
Aimer cet article 0

Promouvoir la liberté n’est pas gratuit

Mais cela peut aider à réduire vos impôts de 66%

Faites un don dès maintenant

Faire un don

Maltraitance, signalement et impunité

Les points de vue exprimés dans les articles d’opinion sont strictement ceux de l'auteur et ne reflètent pas forcément ceux de la rédaction.
Publié le 26 octobre 2015
- A +

Par Nafy-Nathalie

CBGB_Hoser& Thomas Pavlic 2008 All alone am I Creative Commons
CBGB_Hoser& Thomas Pavlic 2008 All alone am I Creative Commons

 

L’Organisation Mondiale de la Santé (OMS) définit la maltraitance de l’enfant comme « toutes les formes de mauvais traitements physiques et/ou psychologiques affectifs, de sévices sexuels, de négligences ou d’exploitation commerciale ou autre, entraînant un préjudice réel ou potentiel pour la santé de l’enfant, sa survie, son développement ou sa dignité dans un contexte d’une relation de responsabilité, de confiance ou de pouvoir. ». Un article du Parisien du 2 mars 2015 avance des chiffres effrayants. 14% des Français auraient été victimes de maltraitance durant leur enfance et 60% n’en auraient jamais parlé. Enfance et partage qui est une association de lutte contre la maltraitance indique qu’environ 100.000 enfants en sont victimes actuellement et environ 700 enfants en meurent chaque année, soit 2 par jour. Cela montre l’ampleur de ce problème en France.

Mai 2012, François Hollande est élu Président et sa compagne, Valérie Trierweiler se retrouve au devant de la scène. Après avoir tergiversé, elle décide d’assumer un rôle de Première dame et choisit de défendre la cause des enfants. Un colloque, qu’elle va présider, est donc organisé par le sénateur socialiste André Vallini en juin 2013. Étaient également présentes Christiane Taubira et Najat Vallaud-Belkacem. Un article du Figaro nous en fait le compte-rendu. Un article du JDD de l’époque reprend les propos de monsieur Vallini et notamment le fait qu’il convient d’ « […] en appeler au gouvernement car seule une volonté politique forte peut faire reculer ce qui est un véritable fléau » ou encore que « les violences faites aux enfants sont un angle mort de la politique. » Bon.

Certains élus d’autres pays se seraient penchés sur les causes ou effets de la maltraitance. Nos élus, eux, se sont focalisés sur la question du signalement avec une logique curieuse qui voudrait que le problème de la maltraitance résulte principalement d’un défaut de signalement. L’idée semble être que si elle était davantage signalée, la maltraitance serait prise en charge par les services de protection de l’enfance et éradiquée. Dont acte. Il est curieux alors que parfois cela ne soit pas le cas. L’affaire Bastien démontre par exemple que 3 signalements et 9 informations préoccupantes n’ont pas empêché le père de passer le petit garçon au lave-linge.

Toujours est-il qu’effectivement, il y a peut-être un souci de signalement. Le rapport de la cour des comptes La protection de l’enfance de 2009 indique par exemple qu’en 2006 aucune maltraitance n’a été signalée par les médecins. La secrétaire générale d’Enfance et partage indique en effet que « […] 90% des cas de maltraitance ont lieu dans le cadre familial, l’enfant a du mal à dénoncer ses bourreaux, qu’il aime malgré tout ». Le responsable de l’Enfant bleu précise même que « les enseignants […] ont peur des représailles des parents s’ils constatent une maltraitance et la dénonce » et rajoute qu’« à l’heure actuelle, ces procédures de signalement sont très lourdes et prennent du temps. L’enseignant doit en parler au chef d’établissement, qui lui-même devra prendre la décision de prévenir les autorités compétentes. » André Vallini annonce alors son souhait d’« améliorer le repérage et faire en sorte que tout le monde soit vigilant et réactif ».

Il est intéressant de se rappeler qu’André Vallini était le président de la commission d’enquête parlementaire dans l’affaire Outreau. Il est curieux qu’il n’ait pas tiré quelques leçons du potentiel de déraillement de la justice et des conséquences de mauvais signalements des médecins. Toujours est-il que finalement ce n’est pas lui qui a porté la loi. Un méli-mélo a eu lieu. La crainte des représailles soulevée par les enseignants est devenue problèmes rencontrés par les médecins et personnels soignants dans le projet de loi défendue deux ans plus tard par madame Giudicelli. Le projet présenté en mars 2015 vise ainsi à encourager les médecins et personnels soignants à davantage de signalements en contrepartie d’une immunité en cas de calomnie :

« L’article 226-14 du Code pénal est ainsi modifié : […] Au médecin tenu, sans avoir à recueillir l’accord de quiconque, de porter sans délai à la connaissance du procureur de la République les constatations personnellement effectuées dans l’exercice de sa profession, quand elles lui ont permis de présumer, sans même avoir à caractériser une infraction, que des violences physiques, sexuelles ou psychologiques, auraient été imposées à un mineur ou une personne qui n’est pas en mesure de se protéger en raison de son âge ou de son incapacité physique ou psychique. Le signalement effectué dans ces conditions ne peut engager la responsabilité civile, pénale ou disciplinaire, du praticien, à moins que sa mauvaise foi n’ait été judiciairement établie. »

Cette proposition est surprenante puisque les médecins sont déjà tenus par l’article 44 de leur code de déontologie qui dispose que :

« Lorsqu’un médecin discerne qu’une personne auprès de laquelle il est appelé est victime de sévices ou de privations, il doit mettre en œuvre les moyens les plus adéquats pour la protéger en faisant preuve de prudence et de circonspection. Lorsqu’il s’agit d’un mineur ou d’une personne qui n’est pas en mesure de se protéger en raison de son âge ou de son état physique ou psychique, il alerte les autorités judiciaires ou administratives, sauf circonstances particulières qu’il apprécie en conscience. »

Obligation leur est déjà faite de protéger le mineur et de signaler tout cas avéré de maltraitance. Le Code pénal (art. 226-14) les délivre même du secret professionnel pour ce faire.

Il est vrai cependant que, chaque année, 900 médecins, comme le relaye un article du Monde, sont victimes de violence. Admettons qu’ils aient peur. Quelle logique amène à proposer une immunité civile, disciplinaire et pénale pour protéger de violences physiques ou verbales ? Quant au risque éventuel de procès, il est quasi inexistant avec un parquet qui repousse déjà quasiment toutes les plaintes pour absence d’intention délictuelle (rapport de la FNASEPH).

Ces immunités consisteraient, par contre, à déresponsabiliser les médecins des conséquences d’une dénonciation calomnieuse ; pas de sanction, pas d’indemnisation. Les personnes qui en seraient l’objet se trouveraient alors victimes deux fois : conséquences de la dénonciation non fondée et impossibilité d’obtenir réparation. Les signalements abusifs amènent en effet souvent de graves conséquences pour les familles et enfants (rapport de la FNASEPH) pouvant même aller jusqu’à des placements. Le rapport de 127 associations dénonce le cas de familles dont les enfants autistes ont été placés pour des pseudo-carences éducatives et dont les parents ont fait l’objet de poursuites pénales. Un article du Figaro du 11 août 2015 titre également sur « Les placements abusifs d’enfants autistes, le scandale qui monte ». Qu’un médecin fasse preuve de prudence dans ces affaires-là ne me semble pas une hérésie.

Plutôt que la peur, la difficulté de détecter des signes de maltraitance aurait pu être une explication. La maltraitance psychologique, affective ou sexuelle est quasiment indétectable au cours d’une visite médicale sans lien avec elle. Quant à la maltraitance physique, la plupart du temps, l’origine des fractures peut être difficile à détecter. Rien n’interdit non plus aux responsables des violences d’amener l’enfant chez un médecin qui ne soit pas le médecin traitant, ou aux urgences.

Il existe également un problème de formation. L’INSERM dans son rapport de suivi du colloque de 2013 précise que :

« La formation des médecins généralistes, initiale comme continue, est notoirement insuffisante, voire inexistante dans certaines facultés. Le temps consacré à l’enseignement théorique de la maltraitance proposé aux futurs pédiatres (2 heures au maximum) contraste fortement avec les exigences identifiées à partir d’une recherche américaine qui montre que les médecins ayant reçu moins de 10 heures de formation sur la reconnaissance de la maltraitance signalent significativement beaucoup moins que ceux qui ont bénéficié de plus de 10 heures d’enseignement. »

Cette formation aurait aussi pu s’étendre d’ailleurs aux membres de l’Éducation nationale. En effet, si les médecins ne signalent pas assez, le nombre de signalements transmis par l’Éducation nationale laisse pensif. L’ONED (Observatoire National de l’Enfance en Danger) s’en étonne d’ailleurs et se demande ce qu’elle considère comme de la maltraitance. « L’absentéisme est-il majoritairement considéré comme une Information Préoccupante ? » Se focaliser sur la quantité au détriment de la qualité pourrait également avoir pour effet pervers d’engorger de signalements infondés les services d’aide à l’enfance au détriment de la prise en charge des enfants réellement maltraités ainsi que l’indique le rapport de la « Mission d’évaluation de la gouvernance de la protection de l’enfance » de juillet 2014.

La situation est grave. Au lieu de miser de manière absurde sur la quantité des dénonciations et l’impunité des médecins au risque de créer de nouveaux problèmes, nos élus auraient pu, pour une fois, se saisir sérieusement du dossier. Le comité de suivi du Colloque de 2013 avait fait 44 propositions plutôt judicieuses qui ont été pour la plupart ignorées. Dans ces propositions, il recommandait notamment de modifier la politique de réforme territoriale actuelle qui amène à la destruction du système préventif (PMI, santé scolaire). Il recommandait aussi que les textes déjà votés soient simplement appliqués notamment la loi du 5 mars 2007 jugée par la Commission des affaires sociales du sénat comme « une bonne loi, mais mal connue et mal appliquée ». C’est d’ailleurs à propos de cette même loi qu’en juin 2009, le Comité des Droits de l’Enfant des Nations Unies avait demandé à la France « d’allouer les ressources budgétaires nécessaires à sa mise en œuvre », de mettre en place des mécanismes de décompte des cas de violence dans les familles et les institutions et « d’utiliser les médias pour lancer des campagnes de sensibilisation sur la nouvelle loi sur la protection de l’enfance ». Il est notable enfin que la France ne se soit toujours pas mise en conformité, malgré une sanction du Conseil de l’Europe (article du Parisien), avec l’article 17 de la charte européenne des droits sociaux qui précise qu’elle doit « protéger les enfants et les adolescents contre la négligence, la violence ou l’exploitation ».

La loi vient d’être adoptée en deuxième lecture, sans amendement, à l’unanimité par le Sénat le 22 octobre 2015. Il parait que la lutte contre la maltraitance des enfants selon madame Giudicelli pourrait devenir la grande cause nationale de 2016. Lors des débats au Sénat, elle s’est même permis la déclamation, sous les applaudissements, d’un petit poème de Khalil Gibran :

« Vos enfants ne sont pas vos enfants
Ils sont les fils et les filles de l’appel de la Vie à elle-même,
Ils viennent à travers vous mais non de vous
Et bien qu’ils soient avec vous, ils ne vous appartiennent pas.
 »

Sans commentaires.

Voir les commentaires (15)

Laisser un commentaire

Créer un compte Tous les commentaires (15)
  • La maltraitance c’est comme quand tu vois une agression dans la rue. Le mieux c’est de passer son chemin malheureusement….

    Révoltant.

  • « Vos enfants ne sont pas vos enfants
    Ils sont les fils et les filles de l’appel de l’État à lui-même,
    Ils viennent à travers vous mais non de vous
    Et bien qu’ils soient avec vous, ils appartiennent à l’État. »

  •  » voisins solidaires « …..les gens sont solidaires pour protéger leur biens , que ne le sont ils pour dénoncer les parents tortionnaires ? et puis les dit parents , quand on les attrappe , il faut les mettre à l’ombre avec interdiction de procréer ;

  • Il faut se méfier. Je connais une fille dont les fractures des clavicules ont poussé à croire qu’elle était battue. C’était faux. Il y a aussi le cas des Khmers qui, nourissons, portent des traces bleues ressemblant à s’y méprendre à des hématomes sur les fesses, et qui laissent de nombreux personnels de médecine croire qu’ils sont battus. Une amie a failli etre soustraite à ses parents jusqu’à ce qu’un médecin connaissant le phénoméne ne les soutienne. Il faut bien savoir que les forces de l’ordre ont REFUSÉ de faire les recherches nécéssaires et de vérifier les infos. Ce phénomène de tâches dites mongoloides placent des milliers de parents dans des situations délicates chaque année. Dans de nombreux cas, les enquêteurs refusent d’effectuer la moindre recherche google pour vérifier la crédibilité des parents.

    • Tous les enfants n’ont pas la maladie des os de verre. Ne sont pas tous asiatiques (oui ils avec les fesses rouges).
      De toutes manières les services qui s’occupent des enfants maltraités ou orphelins sont nuls. Les orphelins sont placés mais l’assistante sociale prend rendez vous pour voir si tout ce passe bien ce qui veut dire que le jour du rendez vous, les enfants sont propres avec des habits propres en train de manger un bon goûter. Ben non, il faudrait des contrôles intempestifs pour vérifier si l’enfant est bien traité.
      Sans compter la pédophilie qui explose avec l’aval des politiques (tu m’étonnes, si certains politiques pouvaient rendre la majorité sexuelle à 4 ans, ils le feraient. conf cohn bendit et lang et d’autres…..)

  • Dans la pratique, c’est plus complexe. Un enfant arrive aux urgences, manifestement victime de maltraitance. On le soigne, bien entendu. Mais ensuite ?

    Si les médecins dénoncent les faits, ce ne sont pas de représailles qui sont à redouter, mais la protection de l’enfant à considérer en priorité.

    Les parents tortionnaires qui amènent leur enfant à la garde ne sont pas totalement mauvais, même si on sait qu’ils récidiveront. Mais si venir à la garde leur vaut « des ennuis », ils ne feront même plus soigner leur gosse.

    Les services sociaux, c’est assez décoratif dans ce contexte.

  • L’article 227-17 du Code pénal « Le fait, par le père ou la mère, de se soustraire, sans motif légitime, à ses obligations légales au point de compromettre la santé, la sécurité, la moralité ou l’éducation de son enfant mineur est puni de deux ans d’emprisonnement et de 30 000 euros d’amende. » est invoqué contre des parents qui ne font pas vacciner leurs enfants (et il doublonne alors avec l’article L3116-4). Exemples récents: époux LARÈRE (décision attendue le 29 octobre à Auxerre); Mikaël LECOMTE (audience le 9 novembre 8h 30 à Strasbourg). Ne pas vacciner s’avère en fait une précaution bien plus importante que ce qu’est présumée être la vaccination: loin de compromettre la santé d’un enfant, elle lui épargne les risques de la vaccination, eux-mêmes plus importants que ceux des maladies qui en sont l’objet. C’est le cas en France où les obligations (Diphtérie, Tétanos, Polio) concerne des maladies disparues (Diphtérie, Polio) ou rares, non contagieuse et non immunisante (tétanos). Qui plus est, il n’y a plus sur le marché de vaccin strictement DTP pour les enfants, ce qui conduit à administrer des vaccins plus dangereux contre l’hépatite B par exemple. Pis, la Miviludes voit dans le refus de vaccinations obligatoires, un indice de dérive sectaire… La France risque ainsi de poursuivre des ressortissants européens (anglais, allemands..) qui n’ont pas d’obligations vaccinales… ni un moindre niveau de santé!

    • Tout à fait, je m’étais penché sur la question, elle est plus compliqué qu’une simple guerre entre pro et anti. Alors que le principe du vaccin fonctionne (c’est démontré scientifiquement), certains problèmes subsistent : pourquoi injecter à un nourrisson de quelques jours, parfois dans la foulée de la naissance, un coquetaile de vaccins alors que son système immunitaire est extrêmement réduit ? Pourquoi continuer à vacciner pour des maladies, comme vous le dites, disparues ou maintenant bénignes ? Et enfin, quelle est a composition exacte des vaccins ? Les entreprises qui créent les vaccins y ajoutent par exemple des métaux pour « stimuler » les défenses immunitaires alors qu’on ne sais pas leur impact, ni comment ils sont éliminés.
      Les parents qui demandent la transparence quand à ces pratiques, et qui luttent contre le lobbying de la corporation pharmaceutique, sont systématiquement pointé du doigt comme sectaires (?) alors même que de nombreux exemples (l’affaire Gardasil par exemple) montrent qu’il peut ne pas être anodin de se faire vacciner. Il est intéressant de rappeler que pour beaucoup de ces parents, la lutte n’est pas contre la vaccination, mais contre la vaccination systématique quelle que soit le type de vaccin (contre telle ou telle maladie) et la fabrication du vaccin (avec tel ou tel produit) alors qu’on aimerait avoir le choix. Comme vous le rappelez, cet parents sont considérés comme étant maltraitants vis-à-vis de leurs enfants…

  • Enfance et partage est l’association qui est co-responsable de la catastrophe d’outreau laquelle sous le fallacieux pretexte d’une hypothétique maltraitance d’enfant a conduit a une sérieuse et réelle maltraitance d’adultes. Cette association a oeillères voit de la maltraitance partout et élargit très largement le champ de ce qu’on apelle maltraitance ce qui lui permet d’élargir dans la même proportion le champ de son activité, par ailleurs les procès qu’elle intente lui fournissent une partie importante de ses revenus alors pourquoi s’en priver?

  • Le signalement des parents qui maltraitent leurs enfants, c’est bien, mais cela revient un peu à traiter le symptôme et non pas les causes de la maltraitance. Celles-ci sont sans doute complexes, mais mon petit doigt me dit que la politique d’allocations familiales qui incite à la procréation au motifs pécuniaires y serait pour quelque chose.

    • Il y a aussi des cas de maltraitances, hélas, dans des familles aisées. Mais je suis bien d’accord que « l’allocation braguette », comme le disent si justement les antillais, « l’enfant revenu » qui naît sans qu’on y pense et qui s’élèvera comme il peut, n’a pas de valeur affective bien définie pour ses géniteurs.

  • Comme écrit dans l’ article le risque est de se tromper ce qui revient ici à la  » dénonciation calomnieuse » c’ est pourquoi dans l’ unique cas vécu mes observations et rien d’ autre ont été écrites ,( une copie en archive perso ) les 2 ou 3 questions d’ ailleurs pertinentes posées par le policier j’ y ai répondu selon mes observations ce que je regrette c’ est qu’ il n’ y ait aucun retour càd si mon témoignage fut utile ou non

  • Toujours la même chose ces trucs, ancienne enfant de ce qu’on nommait la ddaas je pense fortement quand c’est juste l’un des parents qui est complètement cinglé (ce qui était mon cas avec une belle mère complètement sadique et un père certes impuissant mais non violent) c’est l’adulte qu’il faut placé et soigner et peut être même envoyer en prison (ils sont souvent des psychopathes et des pervers narcissiques, ils font de graves dégâts dans les familles sur leur conjoint et enfants)! Mais non aucune inquiétude aucune plainte, le gosse retiré et c’est réglé puis ensuite tout doucement chaque frère et soeur sera placé et l’adulte jamais inquiété, et il recommence et recommence! Les enfants sont dissociés ils ont souvent développer un syndrome de Stockholm, ont oublié leurs traumatismes pour survivre et vont à l’école comme si de rien était alors qu’ils ont vécu des choses ignobles (viols, incestes, tortures, humiliation, coups, insultes souvent toutes les tortures avec la même personne de la famille) pas de thérapie EMDR pour eux, non c’est direction l’école et relève la tête et tiens toi correctement, tu n’as le droit que de te tenir correctement! et un beau jour à l’age adulte tout s’écroule la mémoire traumatique explose et il est trop tard pour porter plainte car prescription et là la maladie mentale rode et aucune réparation possible, sans compter les dissocié qui vont reproduire le schéma sur leurs propres enfants sans même s’en apercevoir (et oui la dissociation traumatique crée des absences de mémoire pour l’agresseur)…. C’est pas à l’enfant en plus d’être maltraité à se retrouver placé avec des éducs et leur super « distance professionnelle » qui nous ont encore plus flingué!!!! Un enfant à besoin d’amour pour grandir pas d’éducs à la con qui ne comprennent rien au trauma en passant leur temps à lorgner nos résultats scolaires!!! Les enfants traumatisés sont très abîmés!!! Des thérapies lourdes doivent être employées pour les guérir, tout ce qui a été proposé c’est du pipi de chat…. Moi tous les éducs disaient que j’étais « résiliente »… vla la tête de la résiliente, en fait j’étais complètement dissociée et il y en a pas un qui est formé à la dissociation traumatique même pas les psy qui sont encore dans du Freud pur …. Bilan 40 ans : cauchemars, flash-back, peur panique, impossible de travailler, phobie sociale…. en un mois toute ma vie a basculée, ma dissociation venait de lâcher…. alors leur concept de résilience je m’en méfie…… La question est: que deviennent ces enfants? simple: prison, toxicomanie, sdf, hopital psychiatrique, prostituées (une grande partie d’enfant victime d’inceste), les jeunes filles qu’on nomme vulgairement des « salopes » violeur d’enfant à leur tour, maltraitant, re-victimisation avec un mari pervers pour les femmes battues (de nombreuses femme battues ont été des enfants battus et ont développé un syndrome de stockholm qu’elle reproduise de leur parent à leur mari) et par ci par là quelques canards boiteux qui s’en sort bonnant-malant…… Bref tout est catastrophique dans ce milieu et la formation des professionnels n’est pas à la hauteur des enjeux et les dégâts sur notre société se compte en milliards d’euros….. Bref franchement sur ce sujet je ne crois à plus rien politiquement parlant…. Les enfants de la ddaas ou ase maintenant, ils sont mis à la poubelle……

  • Les commentaires sont fermés.

Promouvoir la liberté n’est pas gratuit

Mais cela peut aider à réduire vos impôts de 66%

Faites un don dès maintenant

Faire un don

Par Kerry McDonald.

Voici les vacances d'été, mais vous ne le savez peut-être pas, car les enfants sont absents des rues et des trottoirs, des parcs et des espaces publics ; il en va de l'été comme des après-midis et week-ends de l'année scolaire.

Où sont tous ces jeunes ? Ils sont de plus en plus soumis à des activités organisées, gérées par des adultes, souvent à l'intérieur, où on leur dit que faire, que penser et comment agir.

Ces après-midis de notre enfance, remplis de jeux avec les copains du quartier ? Partis. Ces... Poursuivre la lecture

Nul n’a le droit de se faire justice soi-même. Cet adage de sagesse est la base même de la vie en société, pour éviter les abominations de la loi du Talion ou de la vendetta, ou des vengeances individuelles occultes.

Le Président Macron en déplacement à Fouras a précisé sa position sur la légitime défense suite à la mort d’un des quatre cambrioleurs qui entraient par effraction chez un agriculteur :

"Chacun doit avoir la sécurité et c'est le devoir de la puissance publique de l'assurer. Mais, je suis opposé à la légitime défense... Poursuivre la lecture

Dans un précédent article a été abordée la vision du juge selon Hayek, notamment qu'il conçoit le juge comme étant au service de l’ordre spontané, se devant de corriger les erreurs et de résoudre les conflits qui apparaîtraient en son sein.

Pour autant, bien que le juge ait pour Hayek une place importante, le législateur ne voit pas son rôle réduit à peau de chagrin. Au contraire, il se voit confier d’importantes missions pour garantir le bon fonctionnement de l’ordre spontané. Pour traiter cette partie, on se référera à deux livres de... Poursuivre la lecture

Voir plus d'articles