En direct des USA, le TAFTA

Partager sur:
Sauvegarder cet article
Aimer cet article 0

Promouvoir la liberté n’est pas gratuit

Mais cela peut aider à réduire vos impôts de 66%

Faites un don dès maintenant

Faire un don

En direct des USA, le TAFTA

Publié le 20 octobre 2015
- A +

Par Camille Chevalier.

Stop Tafta 10 octobre 2014 Paris credits Elias Sh (CC BY-NC-SA 2.0)
Stop Tafta 10 octobre 2014 Paris credits Elias Sh (CC BY-NC-SA 2.0)

En France, le Trans-Atlantic Free Trade Agreement (TAFTA) est un tabou indéfini, un accord commercial en négociation auquel de nombreux partis se sont fermement opposés.

Parmi les critiques les plus communes, on oppose au libre-échange et à la croissance économique résultant de l’ouverture des frontières des multinationales cupides poursuivant les États devant des tribunaux internationaux et des millions d’emplois perdus dans les pays de l’Union européenne. Les détracteurs les plus farouches n’hésitent pas à mettre en avant l’impérialisme américain, la fin de la souveraineté et l’abaissement des normes sanitaires pour agrémenter leur faible argumentation.

Croire que le TAFTA fait unanimité aux États-Unis est un fantasme.

Des divisions dans la politique américaine

Le Congrès des États-Unis, composé du Sénat et de la Chambre des Représentants n’est pas favorable à l’administration d’Obama. Les Républicains sont majoritaires dans les deux institutions. Selon la Constitution américaine, le Congrès mène la politique commerciale et douanière. Le Président est pourtant le plus fervent supporter des traités commerciaux, sources de croissance et d’emplois. Deux accords sont actuellement discutés outre-Atlantique, le TAFTA et le TPP, un traité commercial transpacifique.

Les principales oppositions à ces traités viennent des démocrates, notamment Nancy Pelosi, la chef de file des démocrates à la Chambre des Représentants, et Hillary Clinton, candidate aux primaires, pourtant ancienne Secrétaire d’État d’Obama. Elles craignent des conséquences néfastes sur le droit du travail, sur les normes de sécurité dans l’alimentation ou l’environnement et critiquent une procédure peu transparente. Selon eux, il ne faut pas s’attendre à une hausse du commerce car les droits de douane, à 3%, sont déjà faibles.

Comment Obama compte faire passer le Traité ?

Les Républicains sont majoritairement favorables au libre-échange. Néanmoins, la promesse du Président de faire voter une loi sur l’immigration, favorable aux sans-papiers déplaît fortement aux Républicains qui pourraient ne pas soutenir Obama dans sa politique internationale.

Depuis 1974, il existe une procédure appelée Trade Promotion Authority ou plus communément fast track negotiating authority qui permet de transférer la capacité de négocier les traités internationaux au Président. Si ce transfert de pouvoir était voté par le Congrès, les deux Chambres ne pourraient ni débattre, ni amender les accords. Elles devront seulement les accepter ou les rejeter.

La plupart des Républicains et une minorité de démocrates ont voté en faveur de cette procédure. Les leaders démocrates à l’image de Pelosi ou Clinton l’ont critiquée. Les lobbys des travailleurs, des consommateurs et des écologistes avaient organisé des manifestations dans tout le pays pour pousser leurs élus à voter contre.

Obama dispose donc du fast track, qui lui permettra de poursuivre les négociations et de voter le traité plus rapidement.

Que pensent les Américains de ce traité ?

La plupart des Américains ne sont pas informés sur ce sujet. Ils redoutent surtout le traité transpacifique qu’ils conçoivent comme une invasion de produits asiatiques et une menace pour leurs emplois. Mis à part les clichés risibles comme les risques de manger du fromage pour les femmes enceintes, les Américains craignent surtout des agents pathogènes contenus dans les aliments européens, et la perte d’emplois.

Où en sommes-nous en Europe ?

On craint principalement l’abaissement des normes, notamment sanitaires. En réalité, les normes alimentaires sont nombreuses aux États-Unis et l’harmonisation des normes européennes et américaines pourraient permettre à de nombreux produits de l’Union de s’exporter. Par exemple, seule la marque Hénaff peut exporter son pâté aux États-Unis. Certaines normes sont de simples lourdeurs administratives et leur suppression pourrait permettre de dynamiser la production et le commerce. Par ailleurs, la Commission Européenne a tenu à rassurer sur son site en refusant tout « nivellement par le bas ».

Les États peuvent déjà être condamnés face à des entreprises. La France a déjà signé une centaine d’accords de ce type. Selon le ministère de l’économie, il s’agit surtout de rassurer des investisseurs et créer un climat de stabilité, des deux côtés car les investisseurs européens pourraient aussi bien être discriminés aux États-Unis.

En ce qui concerne la crainte de la concurrence, certes les Américains produisent des biens alimentaires plus compétitifs, notamment la viande, même sans hormones, et le maïs. Certes, la fin des droits de douanes rendrait nos industries agricoles moins compétitives, mais les pays de l’Union sont dynamiques dans les services, les produits laitiers, le vin. Il s’agit d’arriver à un équilibre pour que l’accord puisse profiter à tous les signataires. De plus, l’inquiétude d’une concurrence culturelle inégale face à Hollywood est écartée car l’audiovisuel a été retiré de l’agenda des négociations.

L’argument du manque de transparence du traité ne tient plus car la Commission Européenne publie sur son site les étapes d’avancement de la négociation, consultables par tous les citoyens.

Plus globalement, c’est une formidable opportunité de croissance économique, de créations d’emplois, plus de 400.000 d’ici 2027 selon les prévisions ; de hausse de revenu global, 545 euros par ménage en moyenne. Il s’agit de cumuler 50% du PIB mondial face à la Chine qui tente de rassembler ses partenaires économiques au sein du FTAAP, une autre zone de libre-échange. On aurait tort de s’en priver…

Sur le web

Voir les commentaires (12)

Laisser un commentaire

Créer un compte Tous les commentaires (12)
  • « Plus globalement, c’est une formidable opportunité de croissance économique, de créations d’emplois, plus de 400.000 d’ici 2027 selon les prévisions ; de hausse de revenu global  » …

    c’est ce qu’on nous avait promis avec l’UE , alors forcément maintenant ce genre de promesse , ça marche moins bien 🙂

    • Le libre échange a eu des effets plutôt positifs sur tous les pays. C’est pas de la que vient le marasme économique en France en tout cas.

  • Ce qui me chifone avec cet accord c’est que c’est pas un vrai accord de libre échange. En général les USA sont très forts pour faire des accords de libre échange qui LEUR ouvre des marchés étrangers tout en restant eux mêmes très protectionnistes avec des normes non tarifaires. L’administration américaine est peu crédible.

    • Autre chose ne passe pas: les conflits ne seront pas résolu en justice mais par une instance administrative!
      Ce n’est pas le libre échange qui est dangereux, c’est ce qu’il y a autour, évidemment.

    • Ce n’est pas le libre échange, mais si sa améliore le pouvoir d’achat des gens moyens, pourquoi s’en priver ?

  • Les Etats-Unis sont hyper-protectionnistes, leurs marchés publics nous sont fermés et ils contrôlent sévèrement leurs frontières. On est bien naïf si on pense qu’ils vont jouer au libre-échange avec nous. Comme d’habitude, l’UE sera le dindon de la farce. Et puis ce que dit la Commission européenne, franchement, vu ceux qui la composent et dont les compétences sont plus que douteuses…
    De plus, les Américains ont une agriculture sur-intensive, liée à l’industrie des OGM… Alors question santé publique, on a mieux comme exemple. Leurs normes alimentaires sont moins stricts que les nôtres, et le « pas de nivellement par le bas », c’est aussi ce que nous rabâchent les socialistes lorsqu’il s’agit de niveler effectivement par le bas, non?

    • @ Général,

      Les USA ne sont pas hyper protectionniste. Leur volume des importations est supérieur à celles des exportations. Même les importations agricoles ne sont pas fermées malgré leur politique protectionniste elles sont légèrement plus bas que les exportations. Ce n’est pas parce que les marchés publiques aux USA sont fermés que c’est une généralité sur le reste de l’économie. Encore dernièrement Airbus la grande rivale de Boeing va assembler ses avions sur sol américain.

      http://perspective.usherbrooke.ca/bilan/servlet/BMImportExportPays?codePays=USA

      D.J

      • Hm… justifier de l’ouverture du commerce par le fait que les concurrents des champions nationaux viennent s’installer sur place me semble par contre un argument faible, voir un contre exemple. En d’autres termes, et malgré l’argument sur les taux de change, cela révèle avant tout la pression qui est mise par le pouvoir économique local pour que ce qui est acheté soit produit sur place. Non?

      • Ils importent… Via des entreprises américaines qui ont des filiales à l’étranger pour que les profits restent aux USA.

        •  » Ils importent… Via des entreprises américaines qui ont des filiales à l’étranger pour que les profits restent aux USA.  »

          Bien évidemment les Airbus exportés aux USA sont fabriqués par Boeing. De même pour les marques française de luxe comme Dior ou Yves St-laurent ce sont des entreprises US qui les fabriquent et les exportent. On sait que les vignobles français qui exportent les vins aux USA sont en main de multinationales US comme les exportateurs de roquefort. Pareil pour les Swatch ou les Rolex c’est des entreprises US en Suisse qui les fabriquent et les exportent aux USA. De même que tout ce que Novartis exportent aux USA se sont en fait des firmes américaines etc…etc…

          D.J

      • petite remarque: le lien de votre nom ne marche pas.

  • Les commentaires sont fermés.

Promouvoir la liberté n’est pas gratuit

Mais cela peut aider à réduire vos impôts de 66%

Faites un don dès maintenant

Faire un don

Après un barrage non-stop de couverture négative des médias envers le croquemitaine orange – c’était justifié à l’occasion – le « sauveur » Joe Biden est arrivé. Un an après son inauguration, est-ce que l’enthousiasme débordant des médias à l’époque se justifie encore ?

Continuité des politiques de Trump avec Joe Biden

Non, en fait, il n’a jamais été justifiable considérant la trop grande proximité idéologique (antilibérale) des deux principaux concurrents pour la Maison Blanche en 2020.

C’est tellement évident que l’on peut dif... Poursuivre la lecture

Le monstre de l’inflation est sorti de son placard dans les pays occidentaux. Et pas sûr qu’il y retourne gentiment.

La dérive des prix a atteint 7 % l’an dernier aux États-Unis, du jamais vu depuis… 39 ans. En zone euro, elle est passé en douze mois de presque zéro à 5 %, un niveau atteint pour la dernière fois il y a trente ans sur le continent. La France est en retrait, à 2,8 %, mais sans doute plus pour longtemps.

Cette flambée est essentiellement la conséquence des restrictions imposées suites au covid. Les confinements, fe... Poursuivre la lecture

Par Jean-Éric Branaa.

Depuis le 6 janvier 2021, se pose la question de la place de Donald Trump dans le débat public, notamment en vue des prochaines échéances électorales. Cette interrogation relance en même temps la question de la survivance de ce que l’on a appelé le « trumpisme ». Après quelques mois de sidération face à une victoire qui n’avait pas été anticipée, en 2016, on a vu se multiplier l’utilisation de ce terme, régulièrement invoqué dans les articles ou les reportages les plus dramatiques sur l’état du pays de Lincoln.Poursuivre la lecture

Voir plus d'articles