La Fed ne monte pas les taux : le spectre de la déflation en Europe

La Fed a finalement annoncé qu’elle ne relevait pas ses taux qui sont au plus bas depuis plusieurs années.

Partager sur:
Sauvegarder cet article
Aimer cet article 0
https://fr.wikipedia.org/wiki/R%C3%A9serve_f%C3%A9d%C3%A9rale_des_%C3%89tats-Unis#/media/File:US-FederalReserveSystem-Seal.svg

Promouvoir la liberté n’est pas gratuit

Mais cela peut aider à réduire vos impôts de 66%

Faites un don dès maintenant

Faire un don

La Fed ne monte pas les taux : le spectre de la déflation en Europe

Les points de vue exprimés dans les articles d’opinion sont strictement ceux de l'auteur et ne reflètent pas forcément ceux de la rédaction.
Publié le 20 septembre 2015
- A +
Par Charles Sannat

 

https://fr.wikipedia.org/wiki/R%C3%A9serve_f%C3%A9d%C3%A9rale_des_%C3%89tats-Unis#/media/File:US-FederalReserveSystem-Seal.svg
https://fr.wikipedia.org/wiki/R%C3%A9serve_f%C3%A9d%C3%A9rale_des_%C3%89tats-Unis#/media/File:US-FederalReserveSystem-Seal.svg

Je le répète depuis plusieurs mois inlassablement, la Fed ne peut pas monter les taux. Enfin si. Elle peut et en le faisant elle va créer une crise économique d’anthologie.

Vendredi soir, la logique économique prévaut, quoi qu’en disent les tenants de la forte croissance mondiale et du plein emploi aux États-Unis, il est évident que ce n’est pas le cas.

À tel point que la banque centrale américaine, qui prépare les marchés depuis des mois à une hausse de taux, ne « haussera » rien du tout… en tout cas pas ce mois-ci car sachez-le bien d’après la Fed « tout est encore possible pour octobre », petite phrase destinée uniquement à calmer les ardeurs des investisseurs qui sinon pourraient se jeter sur les actions et les obligations.

La Fed, comme toutes les banques centrales, est tombée dans le piège des taux à zéro. En sortir est impossible sans une croissance économique forte, saine et autonome c’est-à-dire ne nécessitant pas chaque fois plus de nouvelles dettes. Les États sont tellement endettés qu’une hausse sensible des taux étoufferait le peu de croissance économique et conduirait certains pays vers l’insolvabilité.

Alors la Fed ne pouvait logiquement, économiquement pas augmenter les taux. La question maintenant est de savoir si l’histoire racontée aux médias, aux masses, va changer un peu et comment la Fed va faire pour expliquer qu’elle est impuissante.

Soit la Fed poursuit sa course en avant dans la création monétaire et la monnaie perdra de la valeur mais on gagne du temps, soit la Fed sauve la monnaie mais tue l’économie et c’est l’effondrement généralisé et mondialisé !

N’oublions pas que l’une des principales raisons pour augmenter les taux réside dans le fait qu’avec des rendements à zéro il est difficile pour les fonds de pension de servir des retraites… mais sous prétexte de servir des retraites ou d’améliorer les marges des banques, on ne peut pas mettre toute l’économie mondiale à genou car cela de toutes les façons s’avèrerait contre-productif.

Alors que faire ? Rien !

Exactement ce qu’a décidé la Fed. Cela ne règle aucun problème mais au moins cela n’en crée pas de nouveau. « Primum non nocere », d’abord ne pas nuire comme disait le médecin de Molière !

Pendant ce temps-là en Europe…

Zone euro : le spectre de la déflation se matérialise

C’est le titre de cet article de La Tribune qui revient sur le fait que malgré les injections monétaires de la BCE et ses 1100 milliards injectés pour le moment, l’inflation reste désespérément basse.

« L’inflation s’est établie à 0,1% en Allemagne comme en France en août. Eurostat a révisé à la baisse ses estimations pour le mois d’août. L’inflation n’a pas été de 0,2%, stable par rapport au mois précédent, comme initialement prévu, mais de 0,1%. »

Dans cet article, le passage le plus drôle est quand un « expert » interrogé explique qu’une « douce déflation est même possible »

Conclusion ?

Je maintiens mon analyse. Soit la mort « douce » par l’hyperinflation, création monétaire et plans de rachats d’actifs successifs… soit la mort nette, rapide, par l’insolvabilité généralisée si les taux montaient.

Dans tous les cas, le système actuel est condamné. C’est pour cette raison-là que vous devez poursuivre sans relâche votre réflexion sur votre résilience patrimoniale, personnelle ou professionnelle.

Sur le web

Voir les commentaires (5)

Laisser un commentaire

Créer un compte Tous les commentaires (5)
  • « N’oublions pas que l’une des principales raisons pour augmenter les taux réside dans le fait qu’avec des rendements à zéro il est difficile pour les fonds de pension de servir des retraites… »

    Remarque a peu près aussi irresponsable que « c’est gratuit, c’est l’Etat qui paie »

    La Féd maintient un taux fixe depuis plusieurs année, et plutôt que de féliciter que pour la première fois depuis une bonne centaine d’années, la monnaie principale de la planète ne fasse pas n’importe quoi, c’est manipulation en tous sens pour tenter d’influencer les électeurs et ainsi repartir dans une logique interventionniste.

    Le principal problème est la montagne de dettes souveraines. On peut le regretter, mais tant que ce problème ne sera pas réglé par des changements de politique (et par la disparition d’une façon ou d’une autre de tout ce passif) on en restera a espérer au mieux un gel de la vélocité financière.

    Maintenant les dépressifs chroniques préfèrent toujours un scénario romantique à la Mad Max …

    • Vous voulez balancer une accusation grave, il faut donc argumenter un peu mieux.

      Comment sert-on les pensions de retraite quand les taux sont à zero ?

      • « Comment sert-on les pensions de retraite quand les taux sont à zéro ? »

        Cette question a tellement hanté la Fed et les banques que pendant des années, ils ont artificiellement poussé des taux qui n’avaient aucune raison économique et créé des édifices de Ponzi histoire de provoquer une croissance monétaire …

        N’oubliez pas que ce n’est pas la Fed qui agit sur la création monétaire, mais les banques : la prise d’intérêts par la Fed est destructrice de monnaie alors que celle des banques est productrice de monnaie.

  • Plus la Fed retarde la hausse des taux, plus elle montre qu’elle ne maitrise plus rien.
    De temps en temps, il faut montrer sa main…

  • Messieurs Dames de la FED , instaurer un nouveau dollar US adossé à l’or ….Ou demander instament au congers de voter le « sound dollar act » du repr Ted Poe…

  • Les commentaires sont fermés.

Promouvoir la liberté n’est pas gratuit

Mais cela peut aider à réduire vos impôts de 66%

Faites un don dès maintenant

Faire un don

Le marché français est en baisse de 6 % depuis jeudi.

Les actifs tangibles comme l’or et le pétrole résistent plus. L’or a baissé de 10 % depuis son record du mois de mars. Mais il affiche toujours un léger gain sur 6 mois. Et le baril de pétrole reste au-dessus des 100 dollars... bien au-dessus des niveaux de l’an dernier.

Au contraire, le marché-actions est en baisse de 12 % sur les 6 derniers mois.

La plupart des investisseurs croient sans doute à l’abandon des tentatives de normalisation de la part de le Fed. Les auto... Poursuivre la lecture

Par Jon Miltimore.

 

Le gouvernement a publié mardi de nouvelles données sur l'inflation. Malheureusement, les résultats ne sont que de mauvaises nouvelles.

Selon le Wall Street Journal, l'inflation américaine a atteint en mars le niveau le plus élevé depuis quatre décennies, soit 8,5 %, par rapport à l'année précédente, en raison principalement de la flambée des prix des denrées alimentaires et de l'énergie, des problèmes de chaîne d'approvisionnement et de l'augmentation de la demande de biens par les consommateurs... Poursuivre la lecture

Dans la façon d’appréhender les marchés de nombreux observateurs, journalistes ou analystes quelque chose ne tourne pas rond. Sans qu’ils le sachent eux-mêmes, il coule dans leur veine la théorie des marchés efficients. En synthèse, elle nous dit que chaque information publique est instantanément intégrée par les marchés.

Cela permet à chacun d’expliquer les mouvements boursiers quotidiens avec les informations quotidiennes. Les effets sont multiples et pervers. Par exemple, cela signifie implicitement que l’information du jour est pl... Poursuivre la lecture

Voir plus d'articles