Corée du nord, Corée du sud : je t’aime, moi non plus

Quand cessera la tension entre les deux frères ennemis ?

Partager sur:
Sauvegarder cet article
Aimer cet article 0
Statues de Kim Il Sung & Kim Jong Il à Pyongyang, Corée du Nord (Crédits J.A. de Roo, licence Creative Commons)

La liberté d’expression n’est pas gratuite!

Mais déductible à 66% des impôts

N’oubliez pas de faire un don !

Faire un don

Corée du nord, Corée du sud : je t’aime, moi non plus

Publié le 12 septembre 2015
- A +

Par Joséphine Staron.

Statues de Kim Il Sung & Kim Jong Il à Pyongyang, Corée du Nord (Crédits J.A. de Roo, licence Creative Commons)
Statues de Kim Il Sung & Kim Jong Il à Pyongyang, Corée du Nord (Crédits J.A. de Roo, licence Creative Commons)

Le jeudi 20 août dernier, la communauté internationale retenait son souffle. La Corée du Nord menaçait à nouveau d’entrer en guerre avec son voisin du Sud, après un temps d’accalmie relativement long entre les deux pays. La cause en est la reprise de la guerre psychologique par la Corée du Sud, dite « guerre des hauts parleurs », suite à l’installation, par son voisin du Nord, de mines antipersonnel dans la DMZ, la zone démilitarisée à la frontière des deux Corées.

Rappel des faits

En 1962, à la frontière entre les deux Corées, Séoul installe une série de haut-parleurs à très longue portée, diffusant des messages de propagande anti nord-coréens. Un accord entre les deux parties en 2004 met fin à leur utilisation. Pourtant, onze ans après, l’armée sud-coréenne décide de les réactiver, au grand dam de Pyongyang qui réplique alors par des tirs d’obus en direction de la Corée du Sud, déclenchant ainsi une escalade de la violence.

In extremis, les deux parties ont finalement réussi à trouver un accord pour mettre fin aux hostilités. Cette entente n’était pas gagnée d’avance compte-tenu des tensions historiques entre les deux pays et des propos guerriers qu’aurait tenus Kim Jong-Un, le dirigeant de la Corée du Nord, après les échanges de tirs.

Un air de déjà vu

Depuis la guerre de 1950 qui opposa le Nord de la péninsule, la République populaire démocratique de Corée sous influence soviétique, au Sud, la République de Corée sous influence américaine,  les deux pays ont entretenu des relations diplomatiques allant des tensions les plus fortes (menaces de guerre), à des accalmies et des accords de paix (traité de non-agression).

Techniquement, les deux Corées sont toujours en guerre. En 1953, à la fin de la guerre qui a fait plusieurs millions de victimes, seule un armistice a été signée, non un traité de paix. Cela permet d’éclairer les tensions qui opposent encore aujourd’hui, plus d’un demi-siècle après l’armistice, le Nord et le Sud de la péninsule.

Les relations diplomatiques sont donc complexes. Des pourparlers et des accords de paix succèdent aux affrontements, qui ressurgissent inopinément entre les deux parties. Les affrontements militaires se concentrent surtout sur les zones frontalières maritimes, dans la mer Jaune. Ces dix dernières années les marines des deux pays se sont affrontées de nombreuses fois, laissant à chaque fois aux deux voisins l’opportunité de déclencher une nouvelle guerre.

La guerre : une menace fantôme ?

Comme nous le montrent les évènements récents ainsi que la chronologie des relations entre la Corée du Nord et la Corée du Sud depuis la fin de la guerre en 1953, les deux parties ont toujours réussi à se mettre d’accord sur des résolutions pour mettre fin aux violences, notamment grâce à la médiation de la communauté internationale, et plus particulièrement des États-Unis et de la Chine. L’affrontement total est, néanmoins, toujours évité de peu, et les accords trouvés in extremis. La guerre apparait alors comme la menace ultime, souvent brandie par la Corée du Nord, pour aboutir à des accords qui, finalement, accommodent les deux pays.

Mais combien de temps encore les relations entre les deux Corées devront-elles être cycliques ?

Bien que la Corée du Nord reste un pays extrêmement fermé sur lui-même et une dictature des plus terribles, des signes montrent que des changements plus ou moins significatifs s’opèrent actuellement. Bien que timide, on peut observer une ouverture de l’économie nord-coréenne, ainsi que l’enrichissement d’une toute petite frange de la population.

Ces indicateurs, bien que toujours très faibles, permettent quand même d’espérer, à terme, que le conflit entre les deux Corées se résolve pacifiquement.

Sur le web

Voir les commentaires (4)

Laisser un commentaire

Créer un compte Tous les commentaires (4)

La liberté d’expression n’est pas gratuite!

Mais déductible à 66% des impôts

N’oubliez pas de faire un don !

Faire un don

Comme en 1917 ou en 1944, les populations européennes communient à nouveau autour de l’envoi de chars lourds sur le front, en leur prêtant des vertus de vecteur de paix, prélude à une victoire finale rêvée dans cette guerre d’Ukraine que nous menons par procuration.

Foin de l’escalade du conflit ou de la provocation de l’ours russe aux dents atomiques : tout se passe en effet comme si la formation de nouveaux Schwehre Panzer Abteilungen (bataillons de chars lourds, notamment autour des Leopard allemands) sur le front de l’Est allait re... Poursuivre la lecture

Il y a trois ans et demi, le New York Times Magazine publiait "The 1619 Project".

Il y était affirmé que 1619, l'année où le premier navire négrier serait arrivé dans ce qui est aujourd'hui les États-Unis, était aussi fondamentale pour l'Amérique que l'année 1776, et que l'héritage de l'esclavage façonne toujours notre société. La créatrice du projet 1619, Nikole Hannah-Jones, a donné une interview au New York Times le 16 janvier, dans laquelle elle déclarait que "le capitalisme aux États-Unis a été largement façonné par l'esclavage".<... Poursuivre la lecture

Pratiquement aucune affirmation n'a été répétée aussi souvent dans les médias que celle selon laquelle l'inégalité entre les pauvres et les riches a augmenté massivement d'année en année - partout dans le monde et surtout aux États-Unis.

Pour mon livre In defence of Capitalism, j'ai commandé une enquête sur les perceptions du capitalisme dans 33 pays : nous avons présenté aux personnes interrogées dans les 33 pays une liste de 18 affirmations sur le capitalisme - positives et négatives. L'idée que le capitalisme conduit à une inégalité... Poursuivre la lecture

Voir plus d'articles