BCE : la cavalerie de la planche à billets

Magicien sorcier (Crédits Pedro Vezini, licence CC BY NC SA 2.0), via Flickr.

Le petit tour de passe-passe monétaire de la BCE.

Par Jean-Pierre Chevallier.

cavalerie planche à billets

Comme je l’ai expliqué maintes fois, les dirigeants de la BCE ont recours à une bonne grosse cavalerie grâce à laquelle ils espèrent faire repartir la croissance. En effet, ils prêtent aux banques les centaines de milliards d’euros qu’elles y déposent en retour, ce qui aboutit à faire circuler en vain de l’argent entre ces banques et la BCE, ce qui est très clair quand on prend la peine d’examiner les bilans de la BCE.

Ainsi, avant le début du QE en mars 2015, les dirigeants de la BCE prêtaient 600 milliards d’euros aux banques de la zone (rubriques 5 et 6 de l’actif)…

Document 1 :

ch1

… et en retour ces banques déposaient 200 milliards d’euros (rubrique 2 du passif)…

Document 2 :

ch2

… le trou étant comblé par 1 000 milliards d’euros de billets émis (rubrique 1 du passif) qui permettaient de financer pour 600 milliards de titres (rubriques 7 du passif), ces grandes masses s’équilibrant autour de 1 200 milliards,

Document 3 :

ch3

Depuis le démarrage du QE, au dernier bilan publié, le total des titres acquis se monte à 932 milliards d’euros et les dépôts à 593 milliards. L’équilibre de ces grandes masses s’établit maintenant autour de 1 600 milliards.

Tout est simple, à condition d’examiner soigneusement les rubriques des bilans de la BCE et leur évolution au lieu de répéter comme tous les idiots inutiles que la BCE fait marcher la planche à billets pour faire repartir la croissance comme l’a fait la Fed.


Sur le web