Tocqueville et la villa Montfleury

Partager sur:
Sauvegarder cet article
Aimer cet article 0
Tocqueville, domaine public

Promouvoir la liberté n’est pas gratuit

Mais cela peut aider à réduire vos impôts de 66%

Faites un don dès maintenant

Faire un don

Tocqueville et la villa Montfleury

Les points de vue exprimés dans les articles d’opinion sont strictement ceux de l'auteur et ne reflètent pas forcément ceux de la rédaction.
Publié le 16 août 2015
- A +

Par Jean-Baptiste Noé

Tocqueville, domaine public
Tocqueville, domaine public

Curieux comme un lieu peut concentrer des événements d’histoire aussi inattendus. C’est le cas de la villa Montfleury à Cannes. C’est là qu’Alexis de Tocqueville est décédé, le 16 avril 1859, et c’est là aussi que la Gestapo avait installé son siège, et qu’elle y enferma douze résistants, dont huit furent exécutés le 15 août 1944.

Tocqueville, malade de la tuberculose, se rend à Cannes pour se soigner et profiter d’un climat plus clément qu’à Paris ou qu’à Tocqueville. Cela ne le sauva pas. C’est à la villa Montfleury qu’il se logea, et qu’il décéda. Son corps fut ramené en Normandie, et enterré dans le village de Tocqueville.

90 ans plus tard, la région de Cannes est sous administration italienne, suite à l’armistice conclu entre Pétain et l’Allemagne. La villa Montfleury devient le siège de la Gestapo. Elle se trouve sur les hauteurs de Cannes, pas très loin du bord de mer, mais dans un lieu résidentiel et reculé de la ville. Des résistants sont emprisonnés dans le sous-sol de la villa. Le jour du débarquement de Provence, la Gestapo les fusille.

La page Wikipédia présente très bien cette fusillade.

Ainsi huit personnes sont mortes pour la liberté, sur les lieux mêmes où un des plus grands penseurs de la liberté du XIXe siècle est décédé. Curieuses concentrations de faits historiques sans lien, dans un lieu qui n’a rien de particulier pour les provoquer.

Sur le web

Promouvoir la liberté n’est pas gratuit

Mais cela peut aider à réduire vos impôts de 66%

Faites un don dès maintenant

Faire un don
0
Sauvegarder cet article

Par Daniel Tourre.

Pour ceux qui auraient envie d’un dernier bol d’air frais avant l’open space, je recommande la lecture de quelques récits de voyage d’Alexis de Tocqueville.

Alexis de Tocqueville (1805-1859) occupe une place à part parmi les auteurs libéraux classiques. Cet honnête homme, pétri par les valeurs de l’Ancien Régime, observe avec une curiosité souvent bienveillante et parfois inquiète le monde démocratique libéral éclore – en Amérique et en Europe – et remplacer le monde d’où il vient. Contrairement aux réactionna... Poursuivre la lecture

Par Damien Theillier.

L’Institut Coppet vient de publier un abrégé de La Démocratie en Amérique d’Alexis de Tocqueville. Le texte original de plus de 1000 pages a été condensé en 200 pages, pour ne retenir que les meilleurs morceaux, les développements les plus dignes d’être lus.

Cette sélection de Benoît Malbranque est judicieusement accompagnée de notes ajoutant des éléments supplémentaires, puisés dans les deux recueils documentaires de première importance que sont les Carnets tenus par Tocqueville lors de son voyage en Améri... Poursuivre la lecture

Par Ryan McMaken. Un article de Mises Institute

Ces dernières décennies, beaucoup ont affirmé que les progrès des moyens de communication et de transport allaient éliminer les différentes spécificités politiques, économiques et culturelles propres aux habitants des différentes régions des États-Unis.

Il est vrai que la différence culturelle entre un mécanicien rural et un barman urbain est moins importante aujourd'hui qu'au début du XXe siècle. Pourtant, les récentes élections américaines indiquent que la géographie reste un fac... Poursuivre la lecture

Voir plus d'articles