Israël, une terre pour trois peuples

Il y a en réalité deux peuples juifs qui s’opposent.

Partager sur:
Sauvegarder cet article
Aimer cet article 0
israel-amira_a(CC BY 2.0)

Promouvoir la liberté n’est pas gratuit

Mais cela peut aider à réduire vos impôts de 66%

Faites un don dès maintenant

Faire un don

Israël, une terre pour trois peuples

Publié le 16 août 2015
- A +

Par Guy Sorman

israel-amira_a(CC BY 2.0)
israel-amira_a(CC BY 2.0)

Trop longtemps, l’État d’Israël a été interprété comme un champ de querelles inextinguibles entre Juifs et Palestiniens. Mais les arrestations en cours d’intégristes juifs, soupçonnés par le gouvernement d’actes terroristes, révèlent une autre fracture au moins aussi douloureuse entre Juifs laïcs et Juifs messianiques. Entre les Juifs laïcs et les Palestiniens de l’OLP, un accord de paix serait possible, fondé sur un partage du territoire, des accords économiques et stratégiques. On sait que les Juifs messianiques s’y opposent et qu’ils se dressent plus encore contre les Juifs laïcs qu’ils considèrent être des apostats. Entre ces deux peuples juifs, toute discussion rationnelle est impossible : ils vivent sur une même terre, mais ils n’habitent pas la même planète mentale. Les Juifs laïcs espèrent la paix et la prospérité, tandis que les messianiques se préparent à la Fin des temps qu’ils estiment imminente. L’ardeur et la violence des colons messianiques n’est pas seulement territoriale car le « zèle » qui les habite n’est pas de ce monde.

Une division du peuple juif qui n’est pas récente : lorsque les Romains, en 70, s’emparèrent de Jérusalem contrôlés par les Zélotes, nombreux étaient les Juifs – l’historien Flavius Josèphe parmi eux -, qui vivaient loin du Temple, estimant que le Judaïsme était un message au monde et pas un lambeau de terre. De même, les sionistes modernes qui n’étaient pas et ne sont pas des mystiques, hésitèrent avant de choisir la Palestine : l’Argentine, l’Ouganda et Madagascar furent au dix-neuvième siècle considérés aussi comme des refuges possibles contre les persécutions antisémites. Rappelons que Theodor Herzl, le fondateur du sionisme, n’était pas religieux, David Ben Gourion était un socialiste athée et Benyamin Netanyahu n’est pas confit en dévotions. Aujourd’hui, les Juifs en diaspora, en particulier aux États-Unis, en France et en Argentine, n’éprouvent pas le besoin de partir pour Israël et ils sont aussi nombreux que les Israéliens. Le Judaïsme ne coïncide donc pas avec la terre d’Israël et ce n’est plus le cas depuis 2 500 ans, même si Israël reste central dans le fait juif, que ce soit par la foi ou par solidarité.

Face aux sionistes, et de plus en plus en opposition avec les Juifs de la diaspora, ces Juifs messianiques ont de lointaines racines, ces Zélotes qui préférèrent mourir plutôt que de céder le Temple aux Romains et les « Sicaires », ultimes résistants qui se suicidèrent dans la forteresse de Massada en 75, plutôt que de se rendre. Mais le messianisme contemporain tel qu’il se manifeste au présent en Israël est de création récente, issu pour l’essentiel des sectes yiddish de Brooklyn : ces intégristes juifs, qui vont et viennent entre New York et Jérusalem, partagent une exaltation et une attente communes avec les sectes protestantes évangéliques américaines qui les soutiennent. Ces Messianiques, peu nombreux à la naissance de l’État d’Israël, parce qu’ils le percevaient à juste titre comme athée, sont, depuis la réunification de Jérusalem en 1967, partis à sa conquête : leurs effectifs augmentent sans cesse par l’immigration, la colonisation et la surabondance de leurs enfants. On sait qu’Israël étant une démocratie, il est devenu impossible de gouverner sans l’acquiescement des partis religieux qui les représentent.

tel aviv-ronsho(CC BY-NC-ND 2.0)
tel aviv-ronsho(CC BY-NC-ND 2.0)

Sur place, on peut constater que les Messianiques se regroupent pour constituer leurs enclaves fortifiées qui deviennent distinctes de la géographie laïque. Les Laïcs habitent surtout la côte méditerranéenne, tandis que les Messianiques occupent les montagnes orientales et pénètrent toujours plus en territoire palestinien. Jérusalem, progressivement, passe sous le contrôle des Messianiques : les habitants de Tel Aviv hésitent à s’y rendre, tandis que les Messianiques ne vont plus à Tel Aviv, terre païenne selon eux. Cette division du pays devient perceptible, même pour les non-initiés : il suffit de voyager de la côte aux collines de Judée pour constater que le costume change, les tenues légères de la Méditerranée cédant progressivement à l’uniforme noir des Messianiques, aux bas de laine en toute saison imposés aux femmes et aux enfants qui n’ont guère le choix : Israël, à l’Est, est en voie de Talibanisation, les Yeshivas équivalant aux Madrassas coraniques.

Jusqu’à ces toutes dernières semaines, la solidarité entre tous les Israéliens, sinon tous les Juifs, surpassait cette fracture interne et tous les gouvernements maintenaient une façade de neutralité. Mais il est envisageable que cet assemblage fragile entre Laïcs et Messianiques soit désormais rompu, parce que le Messianisme engendre un terrorisme qui s’en prend aux Juifs laïcs autant qu’aux Palestiniens. Le gouvernement de Netanyahu, parce qu’il est de droite, intransigeant face aux monde arabe et à l’Iran, est évidemment le mieux placé pour dénoncer le terrorisme messianique et tenter, si faire se peut, de le contenir. Sur le modèle historique du Président égyptien Anouar El-Sadate à Jérusalem en 1978 ou de Richard Nixon en Chine en 1974, on pourrait imaginer que Netanyahu tende la main aux Palestiniens modérés afin que coexistent, sur cette terre, un Israël laïc et une Palestine laïque : les deux, ensemble, feraient front contre leurs extrémistes, fous d’Allah et fous de Yahveh. Cela apparaîtra comme un accord trop rationnel plaqué sur une terre fertile en mysticisme : ce serait en tout cas une solution, non prophétique, pour notre temps. Pour l’Au-Delà, on ne sait pas.

Sur le web

Voir les commentaires (45)

Laisser un commentaire

Créer un compte Tous les commentaires (45)
  • Totalement faux, il y a bien plus de divisions: entre les juifs séférades (plus pauvres, souvent méprisés par les askhénazes, ils sont politiquement très à droite) et askhénazes (il y a une élite gauchiste askhénaze vivant à Tel Aviv qui controle les médias, les universités, la culture,….et qui méprise le reste du peuple), il y a aussi la division entre religieux et laics mais ce ne sont pas des camps unis. Il y a peu de points communs entre un ultra orthodoxe (ceux ci vivant à part dans la société israélienne) et un habitant des implantations. Les Russes sont très peu religieux, ce sont des laics mais ils sont très à droite et très nationaliste (ce sont sans doute chez eux qu’il y a le plus fort racisme anti arabe).
    De manière générale, la société israélienne est très peu religieuse (attention, les israéliens restent très attachés aux traditions juives mais ils sont peu religieux). Le principal problème d’Israel est son système électoral qui permet aux petits partis (notamment les petits partis ultra orthodoxes) de faire du chantage aux grands partis. Cela montre que la proportionnelle est loin d’être démocratique car elle donne plus de poids aux petits minorités.
    Regardez les dernières élections: le gagnant officiel s’est le Likoud mais dans les faits, il a perdu car le likoud est à la merci du chantage de n’importe lequel de ses partenaires de coalition

    • « Cela montre que la proportionnelle est loin d’être démocratique »

      Je ne pense pas. Regardez chez nous, une minorité gouverne (28% des votants : 1er tour 2012). En système représentatif, justement ils devront trouver des partenaires pour former une majorité, du coup on arriverait à 51% au lieu des 28%. C’est déjà mieux.

      Et en système représentatif, on aurait surement des députés libéraux à l’assemblée car il faudrait au moins 0,2% pour avoir 1 député.

      •  » justement ils devront trouver des partenaires pour former une majorité, du coup on arriverait à 51% au lieu des 28% » sauf que des petits partis ne pesant que quelques pourcents peuvent obtenir des concessions délirantes par rapport au poids qu’ils pèsent réellement.
        Les partis ultra orthodoxes sont souvent vu comme faiseur de rois ce qui explique en grande partie tous les avantages qu’ils ont (la majorité des israéliens (y compris de droite) trouvent cela injuste qu’ils soient si avantagés (à juste titre)).
        Les ultra orthodoxes ne travaillent pas, ils vivent des allocs et après veulent imposer leur loi. Ces gens font 7 enfants (ce qui veut dire que leur nombre est sans cesse en grandissant).
        Perso, je pense que ces gens son une menace pour Israel ( et son économie).

        • Bonjour arnaud
          Personnellement je préfère un système proportionnel car justement le pouvoir est faible.
          Dans le système majoritaire le premier minoritaire prend TOUT le pouvoir; Syriza, le NSDAP, ou autre.
          Dans un système proportionnel, il faut négocier, faire des concessions, la démocratie donc.

    • De l’extérieur on a du mal à comprendre la place de la religion juive.

    • « la proportionnelle est loin d’être démocratique…. »

      mais si, mais si !

      il suffit de faire, comme en Allemagne : mettre un seuil à 5%

    •  » Le principal problème d’Israel est son système électoral… »

      que penser du système français !?

      pour mémoire:
      « Les dernières élections législatives ont montré au monde entier de quoi la France est capable. La France, la patrie des droits de l’homme, au premier rang desquels se trouve la démocratie, s’est choisie une Assemblée Nationale représentative de la pluralité des opinions des Français.
      Ainsi, il fait bon penser que 828 451 Français qui ont voté pour les Verts à la présidentielle seront représentés par 20 députés,
      Que 3 985 298 Français qui ont voté Front de Gauche seront représentés par 13 députés,
      Mais surtout, que les 6 421 773 personnes qui ont voté pour le Front National auront leur 2 députés pour les représenter, et peser sur les lois à la mesure de leur nombre.
      Ainsi chaque Français est représenté équitablement à l’Assemblée Nationale…… »

    • proportionnelle, pas proportionnelle … on s’en fout.
      La façon dont on obtient le pouvoir, le prix qu’il faut payer pour l’avoir, c’est une question pour les puissants. Pour le peuple des gouvernés, ce qui compte c’est l’étendue de sa soumission et celle de sa liberté.
      Ainsi ce n’est pas la composition des assemblée ou celle du gouvernement qui comptent, c’est le pouvoir dont ils disposent.
      Et l’affreux paradoxe des démocraties, déjà perçu par Montesquieu et Tocqueville, c’est que le pouvoir y est bien plus FORT et lourd que dans les autres régimes, parce qu’une grande masse d’abrutis sont content de voter et croient que ça leur donne du pouvoir.

  • Les médias francais ont montré encore une fois leur ignorance sur ce qui se passe en Israel en liant l’attentat contre le bébé palestinein à l’agression de la gay pride. Oui, il y a un point commun: l’extrémisme juif mais l’agresseur de la gay pride est un juif ultra orthodoxe ANTISIONISTE (ce qu’aucun média francais n’a dit), il ne peut pas être considéré comme de droite (contrairement à ce que disent les médias). Son geste est isolé car les ultra orthodoxes préfèrent nier l’existence de l’homosexualité et n’avoir aucun contact avec ceux ci. Les juifs ultra orthodoxes vivent entre eux à l’écart de la société israélienne. Donc il est stupide d’accuser la société israélienne pour son acte
    Qaund aux groupe terroriste (les jeunes des collines), il est bon de rappeler pourquoi ils se sont radicalisés. c’est à cause du shin bet (qui pdt des années les a harcelé) et parce que le shin bet a fait fermer la yeshiva (école talmudique) « Od Yosef Chai » à Yitzhar (qui était certes extrémiste mais qui servait de catalyseur et de modérateur à ces jeunes). L’action du shin bet a eu pour résultat de faire baisser le nombre d’actions « prix à payer » mais de les radicaliser. On est passé de simples graffitis sur les mosqués à des actions de type paramilitaire (incendies, meurtres,..)
    Le Shin Bet aurai mieux fait d’infiltrer ces milieux extrémistes et d’agir sur le long terme (au lieu d’avoir une stratégie court termiste)

    • « l’agresseur de la gay pride est un juif ultra orthodoxe ANTISIONISTE (ce qu’aucun média francais n’a dit), il ne peut pas être considéré comme de droite (contrairement à ce que disent les médias) »

      @arnaud : Un ultra orthodoxe, même antisioniste, est un conservateur.
      C’est en ce sens qu’il est « de droite » et non de gauche.

      • je cois que vous ne comprenez pas bien la notion gauche/droite. Votre définition marche peut être pour la France mais ce n’est pas le cas de tous les cas. Des partis qui sont sur un plan moral progressiste peuvent parfaitement être considéré comme de droite. En Belgique, le parti francophone le plus à droite (MR) est progressiste sur le plan moral, le parti le plus conservateur est un parti centriste qui est une succursale de la gauche (PS). En Amérique latine, certains dirigeants de gauche sont conservateurs sur un plan morale.
        Dans le cas ici, il est absurde de considérer les membres de Neturei Karta comme de droite c’est être de la mauvaise foi la plus complète

        • @arnaud : De toute façon, l’antisionisme n’est pas exclusivement de gauche, il existe aussi à droite. Donc il est faux de dire : « untel est antisioniste donc il ne peut pas être considéré comme de droite. »

          •  » De toute façon, l’antisionisme n’est pas exclusivement de gauche, il existe aussi à droite. » oui en France ou dans d’autres pays mais en Israel c’est autre chose. Je vois mal comment on peut qualifier un antisioniste de droite (israélienne). Je ne connais pas de mouvement de droite israélienne antisioniste.
            Les Jeunes des collines ne sont pas antisionistes mais anarchistes (ils ne reconnaissent pas l’état d’israel cela ne les empêche pas d’être des sionistes).
            Il n’y a pas que la question du sionisme (l’ultra majorité de la gauche israélienne se définit comme sioniste). Il y a d’autres questions (par exemple économique). Or, on ne peut pas dire que Neturei Karta se rapproche de la droite israélienne (je ne parle pas seulement du sionisme mais des autres questions).
            En vérité, Neturei Karta est une secte religieuse. Je ne crois pas que l’on peut la classer sur le clivage gauche droite

          • Gauche et droite au sens premier, a forcément un sens différent d’une assemblée à l’autre, en tout cas, d’un pays à l’autre; « progressiste » et « conservateur », dépend du sujet: quand il est question de conserver les fondamentaux du parti, par exemple, ou de les faire évoluer. Les étiquettes ne sont pas forcément utiles!

            • « Gauche et droite au sens premier, a forcément un sens différent d’une assemblée à l’autre » gauche et droite sont des notions relatives. autrement dit, on est tjs de gauche (ou de droite) par rapport aux autres. cela varie non seulement selon les pays mais aussi selon les époques.
              Dans certains pays (dictatoriales), il est même absurde de parler de gauche ou de droite car cela n’existe pas (exemple: monarchies du Golfe)

              • La gauche et la droite sont une invention Française : elle date de 1789 et du vote sur le veto du roi, ce qui fait que la droite a à l’origine été associée au conservatisme et la gauche au progressisme.

                Mais ce clivage est complètement fallacieux et vient de la gauche qui a toujours instrumentalisé le sentiment de conservatisme.

                En gros la gauche pense que le collectif a un sens, la droite non.

                Ainsi la gauche s’attache a droit, à ce qui est juste, la droit à l’ordre, ce qui est bon.

  • Article trop simplifié. Il existe de nombreux courants dans le monde juif orthodoxe. Résumer tous ces courants par « messianique ne veut rien dire ». Les extrémistes juifs terroristes sont une extrême minorité qui est très très marginale. Êtes vous déjà allé en Israël ? Avez vous échangé avec la population ? Permettez moi d’en douter !

  • Il y a un quatrième peuple en Palestine, les palestiniens chrétiens.

  • Espérons que l’Israel laique reprendra la main sur cet Israel talibane..

    • Il serait mieux d’écrire Israël « laïc » et d’éviter d’associer « Israël » et « taliban ». Car les deux ensemble, ça fait « athée » militant, ce qui est un point de vue qu’il ne serait pas raisonnable d’espérer avant longtemps en Israël!

      • D’après un sondage WIN/Gallup, mené auprès de 63 898 habitants de 65 pays différents, 65 % des Israéliens se décrivent comme non-religieux ou formellement athées. Ce qui fait d’Israel un pays très peu religieux.
        (N’oublions pas que dans la population israélienne, on compte 20 % d’ arabes qui sont en général plus religieux que les juifs)

  • « on pourrait imaginer que Netanyahu tende la main aux Palestiniens modérés afin que coexistent, sur cette terre, un Israël laïc et une Palestine laïque : les deux, ensemble, feraient front contre leurs extrémistes, fous d’Allah et fous de Yahveh. »

    S’en remettre à Netanyahu pour régler ce conflit ? On est le 1er Avril ou quoi ? C’est un poisson d’avril n’est-ce pas ?
    Ce sont les dirigeants israéliens (et leurs alliés) et les dirigeants palestiniens (et leurs alliés) le problème. Donc la solution ne viendra jamais de tous ces dirigeants. La solution viendra des peuples, lorsqu’ils cesseront de se soumettre à leurs dirigeants.

    D’autre part, pour réduire le pouvoir de nuisance de ceux que l’article nomme « Juifs messianiques », un début de solution serait peut-être de s’attaquer à l’état-providence israélien, c’est-à-dire de s’attaquer aux aides sociales, quels que soient ceux qui en bénéficient, qu’ils soient « Juifs messianiques » ou « Juifs laïcs. »

    • Déja pour trouver une solution, il faut sortir du dogme des deux états. La meilleure solution c’est de donner la Cisjordanie à la Jordanie et Gaza à l’Egypte. Après tout, Gaza est peuplé en grande partie d’immigrés arabes venus d’Egypte et il n’y a aucune différence entre un palestinien et un jordanien. La Cisjordanie est un mot inventé par les jordaniens.
      Certes, il y a peu de chances que la Jordanie et l’Egypte acceptent cette proposition sauf si ils obtiennent qq chose en échange à savoir une compensation de la communauté internationale (vu le fric que le communauté internantionale verse aux « palestiniens, le peuple ayant le plus d’aide internationale, cela ne changera pas grand chose)

    • Créer un état palestinien dans le contexte actuel (celui de l’effondrement des états arabes) me parait pas très intelligent. Je doute qu’un état palestinien soit viable (financièrement parlant) sans oublier le fait qu’un état palestinien finirait très vite par être controlé par les islamistes.
      Regardez aujourd’hui: Gaza est controlé par le hamas qui a du mal à maintenir son autorité concurrencé par l’état islamique (déja qu’à la base, le hamas est composé par des extrémistes islamistes).
      Quand à la Cisjordanie, c’est grace à Israel, si cette région ne tombe pas dans les mains du Hamas

      • « un état palestinien finirait très vite par être controlé par les islamistes. »

        @arnaud : Mais ces islamistes ne pourront pas se maintenir au pouvoir s’ils cessent d’être soutenus par leurs alliés étrangers.

        • « Mais ces islamistes ne pourront pas se maintenir au pouvoir s’ils cessent d’être soutenus par leurs alliés étrangers. »

          L’islamisme au moyen orient c’est le populisme du coin, ça a un fort soutient dans la population (au moins partiellement et aussi car tout le monde y met ce qu’il veut dedans)… Ce ne sont pas des gentils arabes laïcs qui se font imposer un islamisme dont ils ne veulent absolument pas…

    • J’approuve votre thèse que la politique n’est peut-être pas la solution (les armes non plus, bien entendu): vous avez sans doute la photo qu pourrait symboliser cette idée et qui a fait le buzz:
      http://www.lalibre.be/light/insolite/la-photo-qui-fait-le-tour-du-web-une-policiere-israelienne-protegee-par-deux-palestiniens-55c85b803570b5465333774d

  • Qu’est-ce que vous racontez ? Que les juifs laïcs pourraient s’entendre avec le Hamas ? Faudrait d’abord que le Hamas le devienne, laïc ! C’est plutôt à Gaza qu’il y a deux peuples : le Hamas, et tous ceux qui voudraient que le Hamas leur foute la paix pour qu’ils puissent s’entendre avec Israël. « Vous êtes pires que les juifs » a-t-on pu entendre à Gaza… Renseignez-vous. Avec le Fatah, ce serait possible, à condition que ses dirigeants cessent d’être assassinés par le Hamas dès qu’ils mettent les pieds à Gaza.

  • Citation de l’article : « Le Judaïsme ne coïncide donc pas avec la terre d’Israël et ce n’est plus le cas depuis 2 500 ans, même si Israël reste central dans le fait juif, que ce soit par la foi ou par solidarité. »

    Cette situation ne pourrait-elle pas servir d’illustration de ce que signifierait « la France » dans un monde libéral où les frontières étatiques disparaitraient ?
    Les conservateurs veulent maintenir les frontières de la France parce qu’ils pensent que dans le cas contraire, comme dirait De Gaulle, « la France ne serait plus la France, » c’est-à-dire ne serait plus une France majoritairement « gauloise » (De Gaulle dit carrément « blanche. »)
    Les conservateurs pensent que le remplacement pacifique des « gaulois » les moins productifs par des immigrés plus productifs signifierait la fin de la France. Les conservateurs estiment que si lesdits « gaulois » improductifs se retrouvent éparpillés aux quatre coins du monde, et non plus rassemblés sur le même territoire, la France n’existera plus. Or, comme nous le prouve la nation juive, un peuple n’a pas besoin d’être rassemblée sur le même territoire pour exister et rester solidaire.

    • « Les conservateurs pensent que le remplacement pacifique des « gaulois » les moins productifs par des immigrés plus productifs signifierait la fin de la France » immigrés plus productifs ?? lol. Vous avez vu les immigrés en France, ils sont productifs peut être ?? le pire c’est leurs enfants.
      Les francais les moins productifs c’est les francais d’origine étrangère.
      De Gaulle a parfaitement raison de dire que les immigrés doivent rester une minorité.
      Si on faisait l’immigration en fonction de la productivité, on ne laisserait pas entrer des africains et des arabes mais des asiatiques du Sud Est.
      L’exemple des USA est assez frappant: les chinois réussissent mieux que les autres immigrés alors que culturellement, un latino est plus proche d’un américain qu’un chinois d’un américain

      • @arnaud : Ne parle-t-on pas souvent de la « fuite des cerveaux » d’afrique ? Ne se plaint-on pas souvent que ces cerveaux africains qui émigrent dans « l’eldorado européen » feraient mieux de rester courageusement en afrique pour participer au développement de leur continent ?

        Le seul fait de se positionner pour ou contre « la fuite des cerveaux africains » indique déjà qu’on admet qu’ils existent. Par conséquent, contrairement à ce que vous dîtes, certains africains et arabes qui débarquent en europe sont très productifs. Parfois même plus productifs que certains français de souche.

        Se pose donc la question de savoir si le remplacement pacifique des français de souche les moins productifs par des immigrés plus productifs signifierait la fin de la France. À cette question, la réponse des conservateurs, la réponse de De Gaulle, et votre réponse à vous, est que oui, la France a besoin de ces improductifs, sinon, « la France ne serait plus la France. »

        • Moi, j’ai jamais parlé de fuite de cerveaux. La majorité des immigrants africains arrivant en Europe ne sont pas des cerveaux africains

        • L’Afrique à part quelques pays n’a presque qu’aucune université digne de ce nom, elle ne forme pas grand monde à un haut niveau.

      • Pas les « Chinois » mais les Asiatiques de manière général : Indiens, Coréens, Japonais, Taiwanais..réussissent tout aussi bien aux USA.

  • Les orthodoxes ne sont pas tous sionistes:

    • là, ce sont des ultra orthodoxes. En effet, il y a des antisionistes parmi les ultra orthodoxes (ils sont très minoritaires). Ce sont les membres de la secte Neturei Karta. La majorité des ultra orthodoxes considèrent qu’ils n’ont pas à se préoccuper des questions politiques, cela ne les concerne pas vraiment. Ils préfèrent vivre entre eux coupé du reste du monde.
      Le courant dominant ultra orthodoxe a une réserve face au sionisme (la plupart des ultra orthodoxes ne rejettent pas le sionisme mais ne se considèrent pas comme sionistes).

      Il existe plusieurs sortes de juifs: laiques(peu intéressés par la religion, mais pas forcément anti-religieux) , traditionalistes (pratique religieuse partielle), les orthodoxes (pratique religieuse stricte, mais immersion dans le monde moderne) et les ultra-orthodoxes, ou Haredim, ou craignant-dieu (pratique religieuse stricte, large refus de la modernité, volonté de séparatisme social fort : vêtements spécifiques, quartiers spécifiques, institutions religieuses spécifiques).

  • Article complètement faux qui montre la méconnaissance profonde de l’auteur sur la situation en Israël.

    Les messianistes ne se définissent pas comme tels et ils ne sont pas du tout représentatif de la population de Judée-Samarie.

    Au passage je ne rend jamais dans la moitié nord de la France et çà ne fait pas de moi un peuple part..

  • Ca m’étonnerai que l’auteur ai jamais mis les pieds en Israel.

  • Itzak Rabin a été assassiné par un Juif et je n’ai pas le souvenir que ceux qui ont armé son bras ou appelé au meutre n’ai été inquiétés !

  • Un spécialiste de la chine qui parle d’Israel, c’est comme voir hollande le fonctionnaire parlé d’économie, tous simplement hilarant.

    La palestine n’existe pas, ils n’ont aucune preuve de leur existence avant 1974, donc ils n’ont aucun droit en israel, malgré les menaces (donnez nous sa sinon on fait exploser des bombes partout)

    Des palestiniens modéré comme qui ? arafat l’égyptien tueur responsable de centaines de morts et son organisation terroriste appelé l’OLP qui je le rappel à déclencher une guerre civile en Jordanie pour prendre le contrôle du pays?

  • Les commentaires sont fermés.

Promouvoir la liberté n’est pas gratuit

Mais cela peut aider à réduire vos impôts de 66%

Faites un don dès maintenant

Faire un don

Si le vote des Français en France concentre logiquement toute l’attention, celui des Français à l’étranger donne des éléments sur la mentalité des expatriés, émigrés voire des binationaux. Un vote qui peut toutefois avoir une certaine importance.

Le vote des Français à l’étranger a représenté 500 000 votes sur 1,4 million d’inscrits (un taux de participation de 35 %). 45 % ont voté pour Macron et 22 % pour Mélenchon, Zemmour faisant 8 % et Le Pen ne représentant que 5 %.

Ces chiffres méritent d’être étudiés de plus près, car ils... Poursuivre la lecture

Dans le numéro de juillet-août 2015 de La Revue de l’Énergie j’écrivais au sujet de l’accord nucléaire iranien signé le 14 juillet 2015 :

« Avec l’exportation du gaz iranien, le rôle du gaz russe va être redimensionné au point que l’on se demande quelle contrepartie la Russie a bien pu obtenir pour laisser ce futur grand concurrent venir sur le marché international du gaz. ».

Cette interrogation reste plus que jamais d’actualité et explique pourquoi le Premier ministre israélien, Naftali Bennett, est allé rencontrer le maitre de... Poursuivre la lecture

Par Lina Kennouche. Un article de The Conversation.

À l’heure où la prise de conscience du déclin relatif de la puissance des États-Unis s’impose peu à peu, les acteurs régionaux du Moyen-Orient s’apprêtent à remplir le vide stratégique laissé par le départ des forces américaines.

Deux facteurs majeurs ont contribué au recul des États-Unis dans la région.

D’un côté, la rivalité de puissance engagée entre Washington et Pékin s’est exacerbée ces dernières années. Depuis 2008 et l’annonce du pivot vers l’Asie par Barack Obam... Poursuivre la lecture

Voir plus d'articles