Dubaï, ville fragile

Dubaï n’est pas encore une métropole accomplie.

Partager sur:
Sauvegarder cet article
Aimer cet article 0
dubaï-back-to-action-UAE Dubai Marina(CC BY-NC-ND 2.0)

Promouvoir la liberté n’est pas gratuit

Mais cela peut aider à réduire vos impôts de 66%

Faites un don dès maintenant

Faire un don

Dubaï, ville fragile

Les points de vue exprimés dans les articles d’opinion sont strictement ceux de l'auteur et ne reflètent pas forcément ceux de la rédaction.
Publié le 26 juillet 2015
- A +

Un article de Trop Libre

dubaï-back-to-action-UAE Dubai Marina(CC BY-NC-ND 2.0)
dubaï-back-to-action-UAE Dubai Marina(CC BY-NC-ND 2.0)

Si l’Émirat est resté très affaibli jusque 2010, la crise financière qu’il a subie fut aussi l’occasion d’assainir son économie. Plafonnement des prêts, investisseurs locaux plutôt que banques étrangères, projets moins mirobolants, diversification de l’économie… toutes ces mesures ont pour but d’éviter un nouveau scénario catastrophe. Néanmoins, si l’économie s’améliore, Dubaï est encore loin d’être une métropole accomplie.

Des difficultés économiques persistantes

Le marché de l’immobilier, en apparence assaini par des mesures de contrôle, ne semble pas en avoir fini avec les difficultés : si les prix d’avant crise semblent être de nouveau atteints, les taux d’inoccupation de certains buildings atteignent de nouveau les sommets1.

Dans le secteur financier, la non notation de certains prêts lève de nombreuses craintes quant aux risques futurs d’une nouvelle crise de confiance, dans un pays où le poids des dettes est toujours inquiétant.

Une organisation politique qui évolue difficilement

La population autochtone de l’Émirat ne représente que 5%2 des résidents. La nationalité dubayiote étant extrêmement difficile à avoir, les travailleurs appelés à Dubaï ne peuvent prétendre qu’au statut de « résidents » temporaires. Les travailleurs sous contrat du bas de l’échelle se retrouvent ainsi avec peu de garanties salariales, de logement ou de transport.

Cette très grande difficulté à accéder à la nationalité dubayiote encourage un turn-over très important de la population locale dont la structure par genre s’avère très déséquilibrée : les hommes sont trois fois plus nombreux que les femmes, et les personnes âgées, enfants et adolescents sont en nombre extrêmement restreint3. Ni stable ni diverse, cette population ne peut s’investir véritablement dans la durée et s’approprier une ville qui se condamne à rester factice si elle n’est appropriée par aucun de ses résidents.

Un défaut d’identité

Il semble aujourd’hui difficile pour Dubaï de prétendre au statut de métropole en raison de sa taille restreinte (1,2million d’habitants4) et son absence de rôle historique majeur. Par ailleurs, si Dubaï était une métropole, de quoi le serait-elle ? Extrêmement dépendante de l’ouverture du monde, l’Émirat hésite encore dans ses domaines de spécialisation : se voulant à la fois haut lieu du génie technologique (informatique et biotechnologie5) et parc d’attraction pour classes moyennes, le résultat risque vite de tourner au mélange étonnant mais pas forcément efficace d’une Sillicon Valley et d’un Las Vegas.

Un désastre écologique

Si une vitrine écologique (comme la ville de Masdar à Abou Dhabi) est souvent mise en avant pour coller aux demandes marketing dans l’air du temps, le coût écologique est à la hauteur du flamboyant des projets de Dubaï. Le sable utilisé pour la construction des îles artificielles (Palm Island et The World6) est désormais une matière première introuvable. Par ailleurs, l’extension urbaine insulaire détruit toujours davantage l’écosystème du littoral : la barrière de corail ainsi que certaines espèces comme le lamantin ont aujourd’hui disparu des côtes. La consommation d’énergie dévorante couplée à une pollution atmosphérique en augmentation constante font de Dubaï une zone où l’écologie est bien trop souvent négligée.

Sur le web

  1. http://www.la-croix.com/Actualite/Economie-Entreprises/Economie/Dubai-un-carrefour-dans-le-desert-2015-04-17-1303366
  2.  http://www.cairn.info/revue-herodote-2009-2-page-32.htm
  3. http://www.cairn.info/revue-herodote-2009-2-page-32.htm
  4. http://geoconfluences.ens-lyon.fr/geoconfluences/informations-scientifiques/dossiers-thematiques/de-villes-en-metropoles/corpus-documentaire/dubai-territoire-dun-nouveau-type-dans-le-monde-arabe
  5. http://www.cairn.info/revue-herodote-2009-2-page-32.htm
  6. http://mappemonde.mgm.fr/num4/lieux/lieux04402.html
Voir les commentaires (8)

Laisser un commentaire

Créer un compte Tous les commentaires (8)

Promouvoir la liberté n’est pas gratuit

Mais cela peut aider à réduire vos impôts de 66%

Faites un don dès maintenant

Faire un don
Moyen-Orient
0
Sauvegarder cet article

Par Yves Montenay.

Le voyage qui suit se déroule à la fin des années 1970. Les pays producteurs de pétrole n’avaient pas encore construit les forêts de gratte-ciels d’aujourd’hui, ni financé à grande échelle l’islamisme et le terrorisme international.

En 1974, j’ai fait mon premier voyage sur la Lune, c’est-à-dire en terre d’Islam, dont elle est un des symboles comme en témoignent les croissants de lune des drapeaux.

C’est l’époque du premier choc pétrolier, les prix du pétrole s’envolent et Jean, grand cadre de l’entrepr... Poursuivre la lecture

Parce qu’un con qui marche va toujours plus loin qu’un intellectuel assis, deux frères sont partis sur les routes depuis de longs mois, traversent les frontières, les villes et les campagnes à l’occasion d’un tour du monde à durée indéterminée, sans casques ni golden-parachutes. Au fil de leur voyage, ils livrent leurs impressions sur des expériences qui les ont marqués.

Aujourd’hui, longue promenade à travers le désert dans le golfe arabique.

Par Grégory.

Salalah. Je n’en avais jamais entendu parler avant de reg... Poursuivre la lecture

0
Sauvegarder cet article

Un article de Trop Libre

[caption id="attachment_212187" align="aligncenter" width="640"] Dubaï de nuit (Crédits : Crazy Diamond, licence CC-BY-ND 2.0), via Flickr.[/caption]

 

Des Français partis pour réussir

Une centaine de nouveaux ressortissants français s’ajouterait chaque mois à la communauté des 15 000 Français aujourd’hui installés à Dubaï, deuxième communauté européenne après les Britanniques. Trois quarts des arrivants ont moins de 40 ans, ce qui fait d’eux une force vive de travail venue chercher d... Poursuivre la lecture

Voir plus d'articles