Le capitalisme sape les castes en Inde

Partager sur:
Sauvegarder cet article
Aimer cet article 0
Woman takes photo with cellphone at a community meeting credits World Bank photo collection via Flickr ((CC BY-NC-ND 2.0) )

Promouvoir la liberté n’est pas gratuit

Mais cela peut aider à réduire vos impôts de 66%

Faites un don dès maintenant

Faire un don

Le capitalisme sape les castes en Inde

Publié le 24 juillet 2015
- A +

Par Swaminathan S. Anklesaria Aiyar, depuis l’Inde.
Un article du Cato Institute

Woman takes photo with cellphone at a community meeting credits World Bank photo collection via Flickr ((CC BY-NC-ND 2.0) )
Woman takes photo with cellphone at a community meeting credits World Bank photo collection via Flickr ((CC BY-NC-ND 2.0) )

Les Dalits, nommés auparavant les Intouchables, constituent un sixième de la population de l’Inde. Ils occupaient traditionnellement le bas de la hiérarchie du système des castes, les logements les plus insalubres, s’occupaient du nettoyage des toilettes, de la crémation des morts et de la manipulation des cadavres d’animaux. Ces métiers généraient des maladies très répandues et une mortalité précoce. Toucher les Dalits était tabou pour les personnes des castes supérieures.

À l’indépendance de l’Inde, en 1947, sa constitution libérale a interdit les discriminations par castes, et a réservé des sièges aux Dalits dans les institutions politiques, les services de l’État, et certains organismes d’éducation. Ces quotas ont apporté en surface une faible visibilité des Dalits en politique et au sein de l’État. Mais la discrimination par caste est demeurée répandue et violente, particulièrement dans les campagnes.

Cependant, des changements majeurs ont été initiés par les réformes économiques de 1991, ouvrant ainsi une économie jusque-là fermée. Les Dalits sont parvenus progressivement à s’extraire de leurs métiers historiques pour en adopter de nouveaux. Une étude dans un district de l’État d’Uttar Pradesh montre qu’ils étaient plus nombreux à : posséder une maison en briques, de 38% à 94% ; être entrepreneurs, de 6% à 36,7% ; être équipés d’un téléphone portable, de 0 à un tiers. La Chambre indienne de Commerce et d’Industrie Dalit compte maintenant plus de 3000 membres millionnaires. Les serfs du passé sont aujourd’hui des patrons qui recrutent des salariés parmi les castes supérieures.

L’arrivée du marché concurrentiel, et de sa destruction créatrice, a rompu les vieux liens de caste, et facilité le transfert des Dalits vers de nouveaux métiers. Pendant des décennies, les politiques socialistes de l’Inde avaient permis d’atteindre seulement 3,5% de croissance annuelle ; des licences et permis étaient exigés pour toutes les activités marchandes. Leur attribution étant monopolisée par les élites, les Dalits en étaient exclus. Mais les réformes économiques de 1991 ont démantelé les contrôles, accélérant ainsi la croissance et la concurrence. Une compétition féroce a vite permis de convaincre que le prix proposé par un fournisseur importait davantage que son appartenance de caste. Cette compétition a permis des opportunités pour les entrepreneurs Dalits, capables de briser les monopoles traditionnels des hautes castes. La révolution Dalit en est toujours à ses balbutiements, mais elle est irréversible.


Sur le web. Traduction : Contrepoints.

Voir les commentaires (3)

Laisser un commentaire

Créer un compte Tous les commentaires (3)
  • un indien dit à un autre : » ta fille va épouser ce gars ? mais il ne sont pas de la même caste  »
    l’autre répond : » elle travaille pour Goldman Sachs et lui il travaille pour JP Morgan … même caste  » 🙂

  • Il ne leur reste plus qu’à apprendre à ne plus s’entretuer (on rappellera que l’Inde est un des pays les plus violents au monde) et à ne pas laisser les femmes se faire violer et assassiner en pleine rue….

    « La caste est le centre de la démocratie indienne : sa cohésion est assurée par la violence »(Arundhati Roy).

    Les castes ont encore de beaux jours devant elles, hein.

  • Bien avant les réformes de 1991, il y avait déjà des Dalits qui, n’attendant rien de leur statut social, avaient pu se prendre en main et parvenir à une situation matérielle quelquefois très confortable.

  • Les commentaires sont fermés.

Promouvoir la liberté n’est pas gratuit

Mais cela peut aider à réduire vos impôts de 66%

Faites un don dès maintenant

Faire un don

Tous ces médias entre les mains de groupes privés, tous ces capitalistes qui achètent des journaux, des radios, des chaînes de télé, et s’allient entre eux pour chercher des synergies et de la rentabilité, préoccupent quelques sénateurs de gauche.

Des sénateurs contre les patrons des médias

Une commission d’enquête du Sénat sur la concentration des médias a été créée fin 2021, et ce serait bien, pensent ses membres, de boucler ladite enquête avant le premier tour de l’élection présidentielle afin d'inciter les candidats à se saisir de ... Poursuivre la lecture

Par Thierry Godefridi.

[caption id="attachment_256135" align="aligncenter" width="640"] capitalism By: Jacob Bøtter - CC BY 2.0[/caption]

Corentin de Salle est probablement le principal expert contemporain ès libéralisme et capitalisme de langue française. Auteur d’un compendium en trois tomes de 500 pages chacun sur la Tradition de la liberté des origines de la pensée libérale à nos jours, il avait été invité à s’exprimer sur l’émergence du capitalisme en Europe dans le cadre des séminaires que le C... Poursuivre la lecture

J’ai toujours été impressionné par cette sentence de Georges Marchais :

« La démocratie politique englobe et soutient la démocratie économique ».

À sa manière il exprimait la supériorité du plan sur le marché, et expliquait pourquoi le système soviétique traduisait mieux les désirs du peuple que le système capitaliste. En URSS le peuple choisit démocratiquement ses dirigeants qui planifient l’économie en fonction des besoins du peuple.

De façon générale, les choix qu’exige l’organisation de l’activité économique se résume... Poursuivre la lecture

Voir plus d'articles