Pourquoi la livre sterling monte

Les réformes entreprises au Royaume-Uni portent leurs fruits.

Partager sur:
Sauvegarder cet article
Aimer cet article 0
des livres qui valent de l'or credits Martine via Flickr ( (CC BY-NC 2.0) )

Promouvoir la liberté n’est pas gratuit

Mais cela peut aider à réduire vos impôts de 66%

Faites un don dès maintenant

Faire un don

Pourquoi la livre sterling monte

Publié le 23 juin 2015
- A +

Par Sébastien Maurice et Dominic Frisby.

des livres qui valent de l'or credits Martine via Flickr ( (CC BY-NC 2.0) )
des livres qui valent de l’or credits Martine via Flickr ( (CC BY-NC 2.0) )

La livre a atteint une forte hausse de cinq ans contre l’euro, le yen, le dollar canadien, australien et néo-zélandais. Elle se renforce même face au sacro-saint dollar américain. Mon collègue britannique Dominic Frisby pense que cette tendance va continuer. À de nombreux égards, le débat central qui a déterminé le choix des électeurs Anglais lors des élections du mois de mai était lié à une question simple.
Quel pourcentage du PIB devrait être dépensé par le gouvernement ?
Les débats se sont successivement enchaînés sur les services de santé, les aides sociales et l’éducation. Il y a eu des discussions à propos de la taxe sur les résidences de luxe et les aides à l’accession à la propriété. Nous avons eu droit à des débats enflammés à propos de l’impôt sur le revenu, des droits de succession, ainsi que de la taxe sur les logements sociaux inoccupés, des subventions, des retraites, des aides aux pays étrangers et de la défense nationale.
Mais au final ils se réduisaient tous au même problème : combien le gouvernement devrait-il dépenser et dans quels domaines ?
Nous pourrions dire que même le débat sur l’immigration (étant donné ses effets sur le marché du travail, le système d’aides sociales, les infrastructures et les revenus fiscaux), ainsi que le problème toujours en suspens du maintien du Royaume-Uni au sein de l’Union Européenne, concernent au final la question des dépenses publiques.
Et, excepté l’Écosse, l’électorat a voté en faveur d’une diminution des dépenses étatiques. Il se pourrait bien que, une fois l’autonomie budgétaire obtenue, l’Écosse change elle aussi de position.
Il semble que jusqu’à présent le marché des devises soit du même avis.

Pourquoi la livre était en baisse

Durant l’année qui a précédé les élections, la livre a connu une grande nervosité. Peut-être induits en erreur par les sondages, les cambistes doutaient du résultat des élections et ont vendu la livre. En juillet 2014, la livre s’échangeait à 1,7$. Au milieu du mois d’avril 2015, elle ne valait plus que 1,46$. Réagissant très favorablement aux résultats électoraux, la livre atteint 1,58$ dans les jours suivant l’élection. Nous avons ensuite assisté à quelques prises de bénéfices (ce que les techniciens appellent un retracement).
Mais à présent, après avoir touché un plancher à 1,52$, la livre semble être de nouveau engagée dans un mouvement de hausse et nous atteignons les 1,56$, sans épuisement de la tendance.
Au moment des élections, j’affirmais que Cameron gagnerait et que nous allions atteindre 1,60$ d’ici à la fin de l’année. Étant donné la façon dont est arrivée cette victoire, à présent je révise ma cible à 1,70$.
Du point de vue de l’analyse technique, la situation de la livre est bonne. Sur le graphique ci-dessous vous pouvez voir le retournement qui a eu lieu mi-avril. Comme souvent, il semble que le marché ait réussi à voir ce que les sondages avaient manqués.

Agora illustration

Ceux qui prêtent attention à ce genre de choses remarqueront un plus bas en « W », une figure chartiste souvent annonciatrice d’un retournement du marché.

La renaissance de l’industrie booste l’économie anglaise

Bien sûr, tout va dépendre du prochain budget présenté par le chancelier de l’échiquier. Il sera intéressant de voir où seront réalisés les 12 milliards de livres de coupes budgétaires promises.
Mais la semaine dernière, sa proposition d’interdire le déficit budgétaire, indique clairement quelles sont ses intentions : moins de dépenses étatiques.
Et le message que donne le marché des devises est tout aussi clair : si vous voulez une monnaie forte, dépensez moins.
Malgré tous ses problèmes financiers et économiques, le Royaume-Uni ne s’en sort pas si mal. Le résultat des élections pourrait favoriser le maintien de cette amélioration. Lorsque le gouvernement dépense moins, il prélève également moins, donnant ainsi aux entreprises la possibilité de prospérer, investir et se développer.

La livre atteint de nouveaux sommets contre la plupart des autres devises

La livre ne monte pas que face au dollar. Je dois préciser que je ne suis pas particulièrement baissier sur le dollar, je suis surtout haussier sur la livre.

Le dollar australien et le dollar canadien, autrement dit les devises dont la valeur est fortement corrélée aux matières premières, ont été touchées par l’effondrement des cours du pétrole et des métaux, tout comme les devises de beaucoup de pays émergents. Les marchés émergents ont en effet de sérieux problèmes, en particulier le Brésil. Bien sûr, nous nous rapprochons à présent de niveaux de résistance, mais la livre n’est pas très éloignée de ses plus hauts de cinq ans face à ces devises.
Et il y a bien sûr le désastre monétaire qu’est l’euro, contre lequel la livre s’approche également de son plus haut depuis cinq ans.
Que ça soit par dessein ou par accident, le Royaume-Uni semble avoir réussi à éviter la plupart des problèmes qui frappent les autres pays. Au cas où vous ne l’auriez pas encore compris, je suis haussier sur la livre sterling. Et je le resterai jusqu’à ce que le graphique m’indique un renversement de tendance.
Bien sûr, je pourrais trouver beaucoup de choses négatives à dire sur l’économie du Royaume-Uni (le prix élevé de l’immobilier par exemple représente un frein important à l’activité économique), mais cela fait partie des inquiétudes que les marchés haussiers réussissent à surmonter.

Pour plus d’analyses de ce genre, c’est ici et c’est gratuit

Voir les commentaires (3)

Laisser un commentaire

Créer un compte Tous les commentaires (3)
  • God bless Cameron !!!!

    • Certes, juste que Cameron n’est absolument pour rien dans la petite santé toute relative du RU. Les réformes ont été entreprises avant lui et surtout, la baisse de la livre, savamment orchestrée, avait donné un formidable bol d’air et boosté le marché du travail.
      Ce à quoi on assiste est en fait la perte de contrôle de la livre, sa hausse dans le contexte est une mauvaise nouvelle, notamment pour l’emploi et tout cela se constatera d’ici quelques mois…

  • L’article manque un peu de fond.
    Résumé : je suis haussier sur la livre et je vous l’avais bien dit, je le sentais.
    Arbitrage des dépenses ?

  • Les commentaires sont fermés.

Promouvoir la liberté n’est pas gratuit

Mais cela peut aider à réduire vos impôts de 66%

Faites un don dès maintenant

Faire un don
Sapin de Noël
3
Sauvegarder cet article

Youpi, un Noël austère !

On l’a vu dans un précédent billet : en France, l’inflation n’est pas vraiment un sujet et avec Bruno Le Maire aux commandes, on sait que tout se passera au mieux dans les prochains mois. Néanmoins, lorsqu’on prend la peine de demander leur avis aux politiciens dont l’intelligence n’est pas un obstacle et notamment aux maires, la belle assurance fait place à une prudence teintée d’inquiétude.

En effet, selon une récente enquête, la plupart (77 % des 3700 maires interrogés) se disent au moins préoccupés par cette hausse des coûts qui co... Poursuivre la lecture

Par François-Joseph Schichan. Un article de Conflits

Qu’il s’agisse des sanctions, des livraisons d’armes ou de la rhétorique, le pays a joué un rôle central dans la mise en œuvre de l’unité occidentale face à Vladimir Poutine.

Ceci malgré un contexte interne difficile. Au début de l’année 2022, Boris Johnson est attaqué de toute part, affaibli au sein du Parti conservateur et dans le pays après des révélations sur son comportement au cours des confinements successifs. Mais par contraste avec ses atermoiements face à la pandémie... Poursuivre la lecture

Par Éric Mengus et Guillaume Plantin.

 

Le 23 septembre au Royaume-Uni, l’annonce du mini-budget et les événements qui ont suivi jusqu’à l’annonce de la démission de la Première ministre Liz Truss, le 20 octobre, ont suscité un regain d’intérêt pour le risque de « dominance budgétaire », c’est-à-dire une situation dans laquelle la banque centrale abandonne son objectif de stabilité des prix pour aider le gouvernement à financer ses déficits.

Mais dans quelle mesure cette séquence d’événements doit-elle nous pousser à... Poursuivre la lecture

Voir plus d'articles