La philosophie et la politique Nutella

Partager sur:
Sauvegarder cet article
Aimer cet article 0
nutella credits awlgray (licence creative commons)

Promouvoir la liberté n’est pas gratuit

Mais cela peut aider à réduire vos impôts de 66%

Faites un don dès maintenant

Faire un don

La philosophie et la politique Nutella

Publié le 18 juin 2015
- A +

Voilà, c’est fait, le Baccalauréat 2015 vient de commencer avec la traditionnelle épreuve de philosophie. Comme les années passées, on trouve bien évidemment le lot habituel de sujets « bateaux » (« Suis-je ce que mon passé a fait de moi ? ») ou qui caressent gentiment le chaton mignon qui sommeille en chacun de nous (« Respecter tout être vivant, est-ce un devoir moral ? »). Plus intéressant cette année, on découvre une question piquante dans l’actuel contexte gouvernemental : « La politique échappe-t-elle à l’exigence de vérité ? »

Facétie d’un corps professoral particulièrement agacé par l’actuelle réforme du Collège, passée avec la délicatesse d’un gouvernement en mode Panzer ? Désir de vouloir réveiller des centaines d’élèves en les faisant réfléchir sur l’incroyable écart entre ce que le politicien promet et ce qu’il délivre, mandat en poche ? On ne saura pas trop ce qui a abouti à poser une telle question dans les sujets du bac 2015, mais reconnaissons un certain courage aux enseignants pour avoir osé un tel sujet.

Courage d’abord parce qu’il faut bien le reconnaître, poser la question, c’est un peu y déceler la réponse d’un corps enseignant réputé pour avoir voté massivement pour l’actuel président et qui doit trouver sa pilule bien amère à avaler, si tant est que ce ne soit pas carrément la socratique ciguë : entre la pluie drue d’impôts tous azimuts, la douche froide de la non-création de postes réclamés pourtant à cor et à cri par certains syndicats enseignants, l’introduction pour le moins chaotique de nouveaux rythmes scolaires ou la fameuse réforme des collèges, difficile pour le gouvernement de trouver grâce auprès d’un groupe qui a longtemps compté dans son électorat.

Dans ce contexte, les dénégations répétées de la ministre en charge du dossier n’ont absolument pas aidé à apaiser les tensions et peut-être la question du sujet répond-elle, en creux, aux allégations de « mensonges éhontés » qu’elle a proférées ces dernières semaines.

najat et la réforme

Par extension, ce courage se retrouve dans le traitement d’une question qui rappelle de façon lancinante l’état réel de la politique en France actuellement, où, précisément, tout lien avec la vérité semble avoir été perdu.

Et il n’est même pas besoin de rappeler la longue suite d’affaires scabreuses, financières ou phobico-administratives que la République aura endurées ces dernières années pour étayer le point en question, tant l’actualité nous envoie, telle une tarte à la crème béhachélesque, une réponse toute faite à la figure. D’ailleurs, nulle autre que l’autre nulle Ségolène Royal ne pouvait espérer présenter ainsi une si magnifique exemplification de l’échappatoire politique à toute exigence de vérité.

Apparemment déjà bien remontée dans les tours suite à sa décision d’interdire le Roundup au premier janvier prochain (en réalité, une interdiction de sa vente libre en rayon pour une vente encadrée), Mamie Ségolène ne voulait pas s’arrêter là et s’est donc lancée dans une énième diatribe à l’encontre de Nutella, abominable création qui provoquerait, outre d’énormes bénéfices absolument pas compatibles avec la morale socialiste, des déforestations, de l’obésité mondialisée et une sensation pleine de noisette sur les tartines des petits et des grands, ce qui n’est pas le moindre des scandales (on en conviendra aisément).

Invitée au Petit journal de Canal+, la ministre socialiste évoquait benoîtement l’attrape-nigauds climatique de fin d’année, le COP 21, quand elle a décidé de flanquer quelques claques à la pâte à tartiner :

«Il faut replanter massivement des arbres parce qu’il y a eu une déforestation massive qui entraîne aussi du réchauffement climatique. Il faut arrêter de manger du Nutella par exemple parce que c’est l’huile de palme qui a remplacé les arbres. Et donc il y a eu des dégâts considérables. »

bearded facepalm

On passera très vite sur l’huile de palme qui remplace des arbres en supposant charitablement que notre ministre voulait dire en réalité qu’on a remplacé une forêt tropicale par des plantations de palmiers huiliers, de même qu’on ne s’attardera pas trop sur les exagérations concernant la déforestation, monnaie courante de nos jours.

En revanche, on pourra se demander ce qui a poussé la ministre à sortir une telle charge sur un produit qui, s’il a peut-être des défauts, demeure une production industrielle assez bien maîtrisée et plutôt respectueuse de l’environnement (huile de palme certifiée durable), et dont l’impact économique est particulièrement important : sa production bénéficie directement aux exploitants de palmiers dont plus de la moitié ne sont pas des multinationales, mais bien des petites entreprises familiales ; quant à la pâte elle-même, pour la France, elle est produite … en Seine-Maritime, à Villers-Ecalles, à 15 km de Rouen.

Autrement dit, les bêtises de Royal menacent directement la vie de dizaine de milliers de petits exploitants dans le monde (dont c’est la seule ressource) ainsi que les 330 salariés de Ferrero France à Villers-Ecalles qui sont probablement ravis de voir ainsi leur production clouée au pilori.

En outre, on se perd en conjecture sur la pertinence de rattacher encore une fois le réchauffement climatique sur cette attaque idiote contre un produit qui, si l’impact anthropique était significatif, n’y contribuerait de toute façon pas le moins du monde.

L’énormité de la déclaration ministérielle aidant, la polémique a pas mal enflé au point de déclencher un début de crise diplomatique. On se souvient que fin 2014, les idées aussi sottes que grenues de Sapin et Touraine, visant à stigmatiser l’huile de palme, avaient particulièrement agacé le gouvernement malaisien qui s’en était ouvert par écrit auprès du gouvernement français. Cette fois-ci, c’est l’Italie qui n’a pas goûté aux petites piques idiotes de la ministre française. À Rome, les autorités italiennes s’en sont indignées dans un tweet acide du ministre de l’écologie italien, Gian Luca Galletti, qui a violemment rembarré Mamie Ségolène :

« Que Ségolène Royal laisse les produits italiens tranquilles. Ce soir au menu : pain et Nutella »

Eh oui : en l’occurrence, la vérité, M’ame Royal, c’est que vos petites idées sur la déforestation sont grandement exagérées. Et ouvrir son bec pour sortir des âneries peut provoquer des effets très indésirables auprès d’individus qui ne vous ont rien fait et qui travaillent certainement bien plus dur que vous pour assurer leur existence.

mini najatCependant, si d’habitude, il semble assez clair que la politique échappe à l’exigence de vérité, il en fut cette fois-ci autrement : puisqu’il était question de courage quelques paragraphes plus haut, reconnaissons-en même un peu à Ségolène qui aura fini par s’excuser devant la tempête provoquée, ce courage, ou, plus probablement ce petit éclair de lucidité étant d’autant plus à souligner qu’il manque cruellement à d’autres ministres.

Cette histoire de pâte-à-tartiner montre finalement que si la politique n’échappe pas toujours à l’exigence de vérité, elle échappe en tout cas de plus en plus à toute exigence de pertinence.
—-
Sur le web

Voir les commentaires (44)

Laisser un commentaire

Créer un compte Tous les commentaires (44)
  • « …la ministre socialiste évoquait benoîtement l’attrape-nigauds climatique de fin d’année, le COP 21… »
    Joli clin d’œil, pour ceux qui ont compris 😉

  • Voilà de quoi démolir tout argumentation lié au bien être des gens travaillant dans les plantations durables, preuves à l’appui : https://youtu.be/Vd8uBOTlTJI?t=35m20s

    Un bon gros LOL pour cet article donc, casser de la Ségo, c’est une chose justifiée, vanter l’huile de palme, c’est se voiler la face ou avoir des intérêts en jeu, surtout après avoir vu ça.

  • Le Bullshitomètre atteint la zone rouge Bovine. Encore un peu et cela bientôt tartiner de partout avec ces politiciens, et cela ne sera pas du Nutella.

    Mesdames et messieurs les politocards, encore une fournée d’âneries de ce genre, SVP, que l’on se moque de vos tronches… Humoriste, un métier d’avenir en France.

  • Le lien de l’article à propos des exagérations concernant la déforestation, renvoie vers un article de la Cirad qui prône la planification de l’exploitation des forêts pour justement les préserver. Est-ce vraiment une bonne idée ?

    • Pas d’accord avec la planification, mais il y a des éléments clairs qui permettent de démystifier les bêtises racontées sur les palmiers huiliers (rendement, empreinte au sol, etc…). Pour faire court : on peut reprocher des trucs à cette exploitation, mais son remplacement serait catastrophique au plan écologique pour tout le monde.

      -> http://www.lefigaro.fr/vox/societe/2015/06/18/31003-20150618ARTFIG00297-nutella-lettre-d-un-ingenieur-agronome-a-segolene-royal.php

      Et je n’ai même pas évoqué l’aspect économique. (Ah mais j’oubliais : on s’en fout, les pauvres qui vivent loin peuvent bien crever)

      • D’un autre côté, on s’est contenté d’huile de tournesol et d’olive auparavant, alors qu’est ce qui a changé ?

          • pour l’utilisation de l’huile de palme dans l’alimentation , ce n’est pas qu’une question de cout.
            En effet, le gros intérêt de cette huile c’est sa bonne tenue à la température ambiante.
            Avec une autre huile fini le nutella ou alors celui-ci serait liquide.

            • Oui :

              – l’huile de palme ne rancit pas
              – donc il est inutile de l’hydrogéner, l’hydrogénation créant des graisses trans dont on nous rebat les oreilles comme quoi elles sont très très méchantes.

              D’ailleurs comme les escrolos n’ont rien à dire coté santé, il se rabattent sur le coté écolo… mais gros fail.

        • @ Camille

          Il y a de plus en plus de plats préparés et de produits élaborés.

        • Faut lire les liens.
          Le rendement à l’ha est plusieurs fois meilleur avec le palmier que les substitutions que vous proposez. Pour un coût moindre. Vous tenez tant que ça à déforester ?

  • Camille, l’article ne fait référence qu’au Nutella, fabriqué aujourd’hui avec de « l’huile de palme certifiée durable », c’est peut être pas bon pour la santé a haute dose mais reconnaissons l’effort.
    C’est le Nutella qui est visé et attaqué par la ministre, pas l’industrie de l’huile de palme et c’est ça qui est dommage!
    Bref, c’est de la politique d’amateur, de la com’ a 2 roubles, comme l’histoire du Roundup, interdit au rayon bricolage mais pas sa molécule, on brasse de l’air on caresse l’écolo dans le sens du poil mais la France s’enfonce doucement.

    • Nous sommes d’accord, mais quitte à déresponsabiliser l’entreprise Ferrero (qui est pourtant maîtresse de ce qu’elle met dans sa pâte à tartiner Nutella, sachant qu’elle est assez onéreuse à l’achat et domine le marché, la concurrence ne faisant que lui chatouiller le pied); on peut aussi déresponsabiliser les producteurs.

      Après tous, si personne ne travaillait pour l’industrie de l’huile de palme, et que les consommateurs arrêtaient d’acheter des produits à base d’huile de palme, il n’y aurait plus de problèmes n’est ce pas ?

      Avec ce genre de raisonnement ou chacun refourgue ses responsabilités aux autres, on peut aller loin, sauf que ce dernier a ses limites, il n’existe pas de pâte à tartiner Nutella sans huile de palme, de fait les consommateurs n’ont guère vraiment le choix, quand à ceux qui travaillent pour l’industrie palmiste, c’est ça ou la mendicité…

      • Bonjour caille
        Si le Nutella n’a pas votre faveur, il vous suffit de ne pas l’acheter, mais laissez les consommateurs libres d’acheter du Nutella s’ils aiment cela, cela ne vous regarde pas.

        • C’est exact.

          Le problème de l’huile de palme, pour les producteurs de ces 2 pays, c’est plutôt la spéculation sur le marché des matières premières qui peut, en un temps parfois très court, changer le sort de l’économie de pays, rarement riches, qui ne transforment pas leurs matières premières alors que cette spéculation n’est pas toujours basée sur la logique de la rareté ou la pléthore, mais sert à faire de l’argent avec de l’argent, très loin de ces pays.

          Je ne consomme pas de Nutella mais je ne critique pas ceux, nombreux, qui aiment. C’est devenu un « grand classique ».

          À ce niveau, il n’y a aucune éthique jusqu’à présent, même si je ne connais pas les exigences éthiques de Ferrero.

          • D’abord la spéculation est bénéfique pour la régulation du marché des matières premières.

            Ensuite tout producteur d’une matière première a la possibilité de couvrir ses ventes futures à des cours actuels, c’est d’ailleurs le principal moteur des marchés de matières premières où producteurs et consommateurs se couvrent grâce aux outils à termes.

            Pour l’huile de palme c’est probablement la coopérative des petits producteurs qui utilise ces outils, mais je ne doute pas que Kuwat le petit producteur indonésien qui vit en tong depuis qu’il est né, reçoit tout les jours les cours sur son smartphone.

        • Attention, avec les écologistes, vous allez vous retrouver avec un catalyseur coincé entre les fesses : péter cela pollue grave. C’est pour cela qu’ils vous disent quoi manger ou pas. Cela doit être Gaïa compatible.

      • La concurrence ne fait que chatouiller Nutella parce que Nutella est bon, et concurrence pas bon. Point barre.

      • N’achetez pas de Nutella si vous ne l’aimez pas. Nous pourrons alors acheter plus de savon. Votre comportement sera tout « bénéfs » pour les autres!

    • « c’est peut être pas bon pour la santé a haute dose »

      Pas plus que n’importe quelle autre huile. L’huile de palme ne plait pas aux écologistes pour des raisons politiques et non pour des raisons de santé.

  • « huile de palme certifiée durable »

    oui bon, alors, comment dire…

  • Bel effort H16, je vous mets 19 pour le traitement du sujet
    Je vous enlève 10 poings pour la mauvaise foie (Vous reprendrez bien un peu de Nutella?!!!)

    qui nous est si nécessaire

  • Il me semble en plus que l’huile de palme est l’une des plus rentables (en termes de quantité d’huile extraite/arbre planté), il faudra que je retrouve la donnée.

    • Il me semble qu’elle est utilisée par l’industrie alimentaire autant pour ses propriétés que pour son cout. D’autre part, si on l’utilisait comme carburant pour des centrales de backup d’éoliennes, je suis sur que sa production deviendrait immédiatement hautement écologique …

  • Est-ce qu’il existe un seul ministre émergeant de cette masse informe pour avoir le courage de dénoncer au COP21 l’attrape-nigaud climatique de fin d’année? C’est facile de prouver le catastrophique échec allemand et ça peut rapporter très gros !

  • l ena ,fabrique de dindes et de dindons ….etudier si longtemps pour ca…..!!

  • Au moins cette année sur cette question (La politique échappe-t-elle à l’exigence de vérité) le barème de philo est connu d’avance, suffisait aux lycéens de dire que le capitalisme corrompait les politiques que les méchants libéraux racontent d’affreux mensonge tout pas beaux au peuple afin de le soumettre, 2-3 citations de Mélenchon et t’as déjà dépassé les 15 facile !

  • Bravo, H16 !!!
    J’ai enfin découvert pourquoi nos chères têtes blondes ont des neurones qui patinent: le Nutella !!!!!!!!!
    Donc interdiction du Nutella et la planète est sauvée …

    Il suffisait d’y penser …. ces élites politiques possèdent une puissance intellectuelle vraiment hors du commun ……. je me sens tout petit …. Mais …. je me vante d’avoir conservé mes neurones …

  • quelle couragitude chez segolene !
    On pourrait lui proposer de mettre en vente le nutella uniquement chez le pharmacien…… avec le roundup .

  • Ce qu’il y a de bien avec les tranches, c’est qu’elles ont 2 cotés à tartiner… J’adore.

  • « (…) qui caressent gentiment le chaton mignon qui sommeille en chacun de nous (Respecter tout être vivant, est-ce un devoir moral) »

    oh oui! vivement les rats, les mouches, les poux et les cancrelats, voilà ce que dit le chaton mignon qui sommeille en moi

    […et mieux encore, déverser toute cette zoologie dans le Palais Bourbon]

  • Les 5 millions de chômeurs apprécieront le sens des priorités de ce gouvernement de nullité abyssale…

  • L’huile de palme est épaisse, donc convient certainement bien à l’élaboration de pâtisseries et autre pâtes à tartiner.
    Elle est salvatrice pour de nombreuses populations, qui peuvent avoir une huile à frire à bas coût.
    Les tronc servent à faire des pieds de chaise, ou en menuiserie…L’arbre est adapté aux zones arides et permet de les reboiser, tout en fournissant une ressource aux populations locales.

  • bah…bon que me conseillez vous pour capter les voix écologistes aux prochaines élections tout en montrant une certaine distance néanmoins..

    va pour le roundup..coco

    va pour les grandes surfaces..

    quelqu’un a du trouver que critiquer l’huile de palme était de bon ton..

    moi c’est ça qui me fout les boules voire les jetons, ils s’en foutent du moment qu’ils sont élus.
    La ministre de l’environnement se fout de l’environnement.

  • Les commentaires sont fermés.

Promouvoir la liberté n’est pas gratuit

Mais cela peut aider à réduire vos impôts de 66%

Faites un don dès maintenant

Faire un don
Paris
0
Sauvegarder cet article

Par Chelsea Follet Un article de HumanProgress

Notre dix-septième Centre du progrès est Paris, parfois appelé "scène centrale" ou "foyer" du siècle des Lumières. Les salons et les cafés du Paris du XVIIIe siècle ont été le lieu de discussions intellectuelles où les philosophes ont donné naissance à ce que l'on appelle le siècle des Lumières.

Les Lumières étaient un mouvement qui défendait les valeurs de la raison, de la connaissance fondée sur des preuves, du libre examen, de la liberté individuelle, de l'humanisme, d'un État de... Poursuivre la lecture

Par Daniel Pedrero.

Depuis un certain temps, aux États-Unis, le parti républicain est présenté comme le parti de la liberté par ses propres électeurs, tandis que le parti démocrate est présenté comme le parti du peuple.

Selon le Washington Post, les dirigeants du parti démocrate et les organisations de gauche ont fortement multiplié l'utilisation du terme liberté dans leurs interventions, discours et programmes politiques depuis l'arrêt Dobbs contre Jackson, la décision de la Cour suprême des États-Unis qui a annulé l'arrêt Roe ... Poursuivre la lecture

Par Dan Sanchez.

 

Partout dans le monde, les États ont mené une guerre contre la liberté, faisant disparaître nos droits par une succession rapide de politiques radicalement tyranniques. Comment ceux d'entre nous qui croient en la liberté peuvent-ils contrer cela ?

Tout d'abord, nous pouvons persuader davantage de personnes de se joindre à nous pour s'opposer aux mauvaises politiques. Mais, cela peut être une bataille difficile. Comme vous le savez peut-être par expérience, il est difficile de faire changer les gens... Poursuivre la lecture

Voir plus d'articles